Les femmes dans l'art à Livourne entre le XIXe et le XXe siècle. L'exposition du musée Fattori


Une opération méritoire du musée civique Giovanni Fattori de Livourne, qui consacre, bien que temporairement, une salle entière aux femmes qui ont travaillé dans les arts à Livourne entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, période de référence du musée. Un récit intense et passionnant.

Entre le XIXe et le XXe siècle, la profession d’artiste était très rare pour une femme, car elle était encore considérée comme un “territoire” masculin ; cependant, des femmes peintres et sculpteurs ont défié les conventions de l’époque dans laquelle elles vivaient afin de suivre avec ténacité leur passion et d’affirmer leur habileté avec la matière. C’est précisément à certaines de ces femmes artistes que le Musée civique Giovanni Fattori consacre aujourd’hui une nouvelle petite exposition, intitulée Force et détermination - l’expérience artistique des femmes dans les œuvres des collections civiques, à l’intérieur du parcours muséal, en exposant dans le Salotto Verde des œuvres, tant picturales que sculpturales, créées par elles, et des portraits dédiés à des femmes liées au monde de l’art, qui se sont fortement engagées dans cette sphère au cours de leur vie, créés à la place par des artistes masculins. Toutes ces œuvres font partie de la collection municipale et témoignent de la présence d’expériences artistiques féminines remarquables à une époque où cette profession était loin d’être facile à exercer.

Le public est ensuite accueilli dans ce salon intime, caractérisé par des draperies et des revêtements verdoyants, dans lequel les portraits picturaux de plusieurs dames se détachent sur les murs. Nous commençons par le Portrait de Giulia Capanna Taddei, peint en 1866 par Corinna Cresci Taddei. Il s’agit du plus ancien tableau de femme parmi les collections municipales de Leghorn. La datation de l’œuvre a été établie à partir de la date de naissance de la femme représentée (18 juillet 1826), bien qu’il n’y ait que très peu d’informations à son sujet et qu’il n’y ait pas d’informations certaines sur Cresci Taddei. La femme est représentée assise de face, vêtue d’une luxueuse robe noire ornée d’un col entièrement brodé et d’amples voiles et dentelles sur les manches. Elle tient ses mains entrelacées et se distingue par des boucles d’oreilles et des bracelets en corail rouge, dont la ville de Livourne était autrefois réputée pour sa fabrication.

À côté du portrait est exposé un paysage de Leonetta Pieraccini Cecchi (Poggibonsi, 1882 - Rome, 1977), importante peintre, illustratrice et écrivain qui entra dans le monde de l’art grâce aux sœurs Sartoni, portraitistes florentines, qui lui donnèrent des leçons. Leonetta est ensuite l’élève de Giovanni Fattori à l’Accademia di Belle Arti de Florence, où elle se forme au métier de portraitiste. Au cours de sa carrière, elle obtient une reconnaissance prestigieuse en exposant à la Quadriennale de Rome, à la Biennale de Venise et à la Permanente de Milan, ainsi que des critiques positives de Giuseppe Ungaretti et d’Ugo Ojetti. Le paysage exposé est peut-être le tableau qui figure sous le même titre(Paysage. La briqueterie) dans le catalogue de la deuxième exposition internationale d’art de la Sécession de Rome en 1914.

Force et détermination - l'expérience artistique des femmes dans les œuvres des collections municipales. Vue de la salle. Photo: Emiliano Cicero
Force et détermination - l’expérience artistique des femmes dans les œuvres des collections municipales. Vue de la salle. Photo: Emiliano Cicero
Force et détermination - l'expérience artistique des femmes dans les œuvres des collections municipales. Vue de la salle. Photo: Emiliano Cicero
Force et détermination - l’expérience artistique des femmes dans les œuvres descollections municipales. Vue de la salle.
Photo: Emiliano
Cicero
Force et détermination - l'expérience artistique des femmes dans les œuvres des collections municipales. Vue de la salle. Photo: Emiliano Cicero
Force et détermination - l’expérience artistique des femmes dans les œuvres descollections municipales. Vue de la salle.
Photo: Emiliano
Cicero

Nous poursuivons dans le sens inverse des aiguilles d’une montre avec un autre portrait: celui de la peintre d’origine finlandaise Elin Danielson Gambogi (Noormarkku, 1861 - Antignano, 1919), qui a passé de nombreuses années à Livourne. Le tableau a été achevé en 1905 par son mari, Raffaello Gambogi, qui l’a représentée souriante, assise sur un fauteuil rouge, coiffée d’un grand chapeau, vêtue d’un chemisier vert parsemé de ronds noirs et d’une jupe noire. La peintre a étudié à Paris, puis s’est installée en Italie, alors qu’elle était déjà une artiste confirmée , peignant principalement des sujets féminins occupés à leur travail ou pris dans des moments d’intimité. Le couple s’installe à Livourne et c’est là qu’Elin a l’occasion de développer sa peinture lumineuse qui s’inspire à la fois des impressionnistes et des Macchiaioli. Elle meurt en 1919 à l’âge de 58 ans et est enterrée dans sa ville d’adoption.

Au centre du salon, le public peut admirer deux œuvres sculpturales: une terre cuite de Piera Funaro (Livourne, 1890 - Livourne, 1974) et une autre de Laura Franco Bedarida (Livourne, 1897 - Livourne, 1987). La première représente l’oncle du sculpteur, le médecin et homme de lettres livournais Diomede Bonamici. Piera a probablement réalisé l’esquisse dans l’intention de réaliser plus tard la sculpture avec un matériau plus durable ; cependant, elle a été publiée en 1931 dans la revue Civitas de Liburni en tant qu’“esquisse exécutée d’après nature”, et a donc dû être réalisée avant la mort de son oncle en 1912. Si tel était le cas, il s’agirait de l’une des plus anciennes œuvres connues de l’artiste. Funaro est connue pour avoir été la première femme à participer au groupe Labronico avec lequel elle a exposé à partir de 1922 ; après s’être éloignée du vérisme, elle s’est ensuite tournée vers des solutions plus impressionnistes, dans le sillage de Medardo Rosso. La seconde est une Tête d’enfant que l’on peut dater entre 1940 et 1960, vraisemblablement réalisée à partir d’une étude d’après nature dans le cadre d’une production privée et introspective. Laura Franco Bedarida a reçu ses premières leçons de peinture auprès du maître Angiolo Tommasi ; elle aborde la sculpture vers l’âge de trente-cinq ans, en prenant des cours auprès du sculpteur Francesco Buonapace. Appartenant à une importante famille d’ origine juive, il doit se réfugier en France avec sa famille à la suite des lois raciales. C’est pendant cette période d’éloignement de l’Italie que l’artiste réalise le moulage en plâtre exposé ici dans le Salotto, qui représente l’officier de marine Alfredo Cappellini, médaillé d’or à la bataille de Lissa, mort au cours d’un conflit avec les Autrichiens en coulant le cuirassé Palestro, dont il avait le commandement. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Franco Bedarida est retourné en Italie et a obtenu d’importantes reconnaissances, comme l’acquisition de ses œuvres par la Galleria d’Arte Moderna de Florence et d’autres importants musées israéliens. Au cours de sa carrière, elle a également reçu d’importantes commandes, comme le bronze de Galeazzo Ciano, réalisé lorsqu’elle a été invitée au Palazzo Chigi par le ministre des affaires étrangères de l’époque.

Corinna Taddei Cresci, Portrait de Giulia Capanna Taddei (vers 1866 ; huile sur toile ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori)
Corinna Taddei Cresci, Portrait de Giulia Capanna Taddei (vers 1866 ; huile sur toile ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori)
Raffaello Gambogi, Portrait de sa femme Elin Danielson Gambogi (1905 ; huile sur toile, 69 x 49 cm ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori)
Raffaello Gambogi, Portrait de sa femme Elin Danielson Gambogi (1905 ; huile sur toile, 69 x 49 cm ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori)
Leonetta Pieraccini Cecchi, Paysage (La fabrique de briques) (1911 ; huile sur toile sur carton, 35 x 36 cm ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori). Photo: Emiliano Cicero
Leonetta Pieraccini Cecchi, Paysage (La fabrique de briques) (1911 ; huile sur toile sur carton, 35 x 36 cm ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori). Photo: Emiliano Cicero
Piera Funaro, Lo zio Diomede (avant 1912 ; terre cuite ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori). Photo: Emiliano Cicero
Piera Funaro, Lo zio Diomede (avant 1912 ; terre cuite ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori). Photo: Emiliano Cicero
Laura Franco Bedarida, Buste de l'amiral Alfredo Cappellini (vers 1960 ; plâtre ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori). Photo: Emiliano Cicero
Laura Franco Bedarida, Buste de l’amiral Alfredo Cappellini (vers 1960 ; plâtre ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori). Photo: Emiliano Cicero
Vitrine sur Anna Franchi. Photo: Emiliano Cicero
Vitrine sur Anna Franchi. Photo: Emiliano Cicero

Le petit itinéraire consacré aux femmes se termine par le portrait d’une grande femme: l’historienne de l’art de Leghorn Anna Franchi (Leghorn, 1867 - Milan, 1954), à qui l’on doit la première biographie de Giovanni Fattori. En plus d’être l’une des premières historiennes de l’art européennes, avant Margherita Sarfatti, elle fut la deuxième femme à être inscrite auregistre des journalistes de Milan, précédée seulement par la compagne de Filippo Turati, Anna Kuliscioff. Proche des peintres Macchiaioli et post-Macchiaioli grâce à sa connaissance des peintres Angiolo, Ludovico et Adolfo Tommasi, élèves de Silvestro Lega, elle est l’auteur d’importantes publications consacrées à ces artistes et, outre l’art et l’écriture (auxquels elle est venue après s’être essayée à la peinture), elle s’ engage politiquement. Elle s’est battue pour les droits des femmes: son roman Avanti il Divorzio sur les questions féministes date de 1902. Avec l’avènement du régime fasciste, Anna Franchi interrompt son activité littéraire et son engagement public et se voit contrainte de subvenir à ses besoins en écrivant dans des revues de beauté. Elle participe ensuite à la Résistance. Elle meurt à Milan en 1954, mais selon ses souhaits, elle est enterrée dans sa ville natale de Livourne, qui lui a toujours été chère.

Le portrait a été réalisé vers 1950 par Giovanni Malesci (Vespignano, 1884 - Milan, 1969), héritier universel de Giovanni Fattori et auteur en 1961 de la Catalogazione illustrata della pittura a olio di Giovanni Fattori (Catalogue illustré des peintures à l’huile de Giovanni Fattori), première tentative de réorganisation de sa production picturale.

Sous le tableau, une vitrine contient, outre la biographie de Fattori, l’autobiographie d’Anna Franchi, La Mia Vita (Ma vie ), ouverte à la page où elle mentionne “l’esquisse d’un portrait de ma tête” réalisée en terre cuite par Mario Galli, exposée ici, et son masque funéraire.

Une brève mais intense dédicace à ces figures féminines liées au monde de l’art et à la ville de Livourne entre le XIXe et le XXe siècle, à travers des œuvres de la collection municipale, qui pourrait (et devrait) être l’occasion de lancer d’autres études et projets visant à la connaissance et à la valorisation de ces femmes de l’art, en particulier Anna Franchi, encore trop peu valorisée dans les parcours d’exposition liés à cette période. Un parcours d’exposition qui constitue en tout cas un bon point de départ pour que tous les musées abordent les questions de genre, un aspect encore peu présent dans les offres permanentes et temporaires des institutions muséales italiennes.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.