Uffizi, ouverture de la nouvelle salle Léonard de Vinci. Photos exclusives en avant-première


La nouvelle salle consacrée à Léonard de Vinci ouvre ses portes aux Offices. Photos exclusives en avant-première et déclarations de tous les acteurs de l'opération.

Aux Offices de Florence, la nouvelle salle dédiée aux chefs-d’œuvre de Léonard de Vinci (Vinci, 1452 - Amboise, 1519) ouvre au public à partir de demain, mardi 10 juillet 2018: le Baptême du Christ, exécuté avec Verrocchio, l’Annonciation et l’Adoration des Mages, réunis dans une même salle avec le nouvel aménagement conçu par l’architecte Antonio Godoli. Tout cela a été rendu possible grâce au soutien des associations Amici degli Uffizi et Friends of the Uffizi Galleries. La salle vise à recréer l’atmosphère qui régnait à Florence en 1504, lorsque Raphaël Sanzio, qui venait d’avoir 21 ans, arriva dans la ville: selon le récit de Giorgio Vasari, l’artiste originaire d’Urbino arriva dans la ville attiré par la célébrité des cartons de Léonard de Vinci et de Michel-Ange, qu’il avait réalisés en vue de la décoration de la Sala Grande du Palazzo Vecchio (Léonard aurait peint la bataille d’Anghiari, Michel-Ange la bataille de Cascina). Léonard, en particulier, était revenu à Florence en 1503, après avoir passé vingt ans à Milan, à la cour de Ludovic le Moro.

Il était en fait revenu là où il s’était arrêté: à Florence, il avait commencé à étudier dans l’atelier de Verrocchio et c’est dans la capitale toscane qu’il avait réalisé ses premières œuvres. Trois de ses premiers chefs-d’œuvre peuvent donc être admirés dans la salle 35 de l’aile ouest des Offices, juste avant la salle consacrée à Michel-Ange et Raphaël, inaugurée le mois dernier: il s’agit de trois œuvres réalisées pour des édifices religieux, et c’est pourquoi le nouvel aménagement les a placées dans trois grandes vitrines dont la couleur gris pâle rappelle celle des murs des églises de l’époque. Les vitrines garantissent une situation microclimatique optimale qui minimise l’impact de la chaleur et de l’humidité produites par les nombreux visiteurs, et les vitres spéciales placées pour protéger les œuvres annulent les reflets de la lumière, ce qui permet d’apprécier pleinement les peintures.

En entrant dans la salle, on trouve à gauche le Baptême du Christ que, comme nous l’avons dit, Léonard a peint en collaboration avec Verrocchio entre 1475 et 1478: l’œuvre témoigne à la fois de la répartition des tâches au sein des ateliers et du saut stylistique et technique entre le maître et l’élève. Léonard, en effet, utilise la peinture à l’huile pour les parties qu’il peint, ce qui est beaucoup plus approprié pour obtenir les effets de sfumato qui lui vaudront plus tard la célébrité. C’est à Léonard seul qu’est attribué l’ange de profil tenant la robe du Christ, si sublime qu’il donna lieu à la légende (rapportée par Vasari) selon laquelle Verrocchio, subjugué par la supériorité de Léonard, aurait dès lors abandonné définitivement la peinture. Sur le mur de droite se trouve l’Annonciation, provenant de l’église de Monteoliveto, avec le célèbre ange si réel et matériel qu’il projette son ombre sur la prairie fleurie lorsqu’il se pose, en refermant les ailes que Léonard a étudiées sur le vif en observant celles des oiseaux. À l’arrière-plan, nous trouvons un paysage de mer et de montagnes dans lequel le symbolisme marial se traduit par l’une des plus grandes preuves de l’artiste en ce qui concerne le rendu atmosphérique du “lointain”. Enfin, au centre de la salle, le visiteur admirera l’Adoration des Mages, commandée par les chanoines réguliers augustins pour l’église de San Donato a Scopeto, près de Florence, et laissée inachevée lorsque Léonard partit pour Milan en 1482. Récemment restauré par l’Opificio delle Pietre Dure grâce au financement des Amici degli Uffizi, avec des travaux qui ont duré plus de cinq ans, importants aussi pour les innovations méthodologiques adoptées et les résultats extraordinaires obtenus, le retable est comme une immense page de notes, avec certains passages plus avancés, d’autres à peine esquissés, à tel point que le regarder revient presque à participer au processus créatif de Léonard.

“Ce que nous présentons aujourd’hui”, a déclaré le directeur des Offices, Eike D. Schmidt, "est une étape importante dans la réorganisation des salles des Offices: nous réunissons ici, pour la première fois depuis longtemps, l’Annonciation, l’Adoration des Mages et le Baptême du Christ. De plus, l’Adoration desMages revient pour la première fois réunie avec les deux autres œuvres après la restauration fondamentale qui l’avait tenue à l’écart pendant si longtemps. Et encore une fois, avec cette exposition, Léonard retrouve sa place chronologique, entre les salles consacrées à la peinture florentine et d’Italie centrale de la seconde moitié du XVe siècle, et la salle consacrée à Raphaël et Michel-Ange inaugurée il y a exactement un mois. Ainsi, bien que les œuvres que nous voyons dans cette salle datent toutes de la première période de Léonard, avant son départ pour Milan, ces inventions ont également été fondamentales pour les autres génies florentins de la première décennie du XVIe siècle, qui ont réagi aux innovations de Léonard avec leurs œuvres. Et puis il y a des détails dans l’Adoration qui anticipent les compositions des années suivantes: je pense à la Bataille d’Anghiari, peinte ici à Florence en compétition avec Michel-Ange pour le Palazzo Vecchio. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si nous avons inauguré samedi soir une autre exposition, liée au territoire, celle consacrée à la table Doria qui revient du Japon et qui représente l’un des plus anciens témoignages de la bataille d’Anghiari (et qui a donc une grande valeur historique). Nous commençons donc les célébrations du 500e anniversaire de Leonardo plus tôt que le reste du monde, qui, à partir du 1er janvier, commenceront également à l’étranger. En outre, à partir du 29 octobre, nous aurons également l’exposition du Codex Leicester, qui revient à Florence pour la première fois depuis 1984 et qui est interprété grâce à d’autres prêts extrêmement rares d’œuvres de Léonard de Vinci. En ce qui concerne l’aménagement, nous avons basé nos choix sur la protection maximale que nous pouvons offrir à ces œuvres: c’est le critère fondamental qui a guidé l’installation des trois vitrines que nous appelons désormais, en tant qu’initiés, “Godolian thecae”. C’est ce critère fondamental qui a guidé l’installation des trois vitrines, que nous appelons désormais, en tant qu’initiés, les “Godolian thecae”, parce que c’est notre architecte Antonio Godoli qui a développé cette technologie et cette esthétique de la thèque, qui est basée sur le prisme. C’est également important pour la mise en valeur et la perception de ces plus grands chefs-d’œuvre, car c’est ainsi, et seulement ainsi, que l’on peut éviter l’effet d’aquarium qui se produit nécessairement lorsque l’on crée une vitrine avec du verre en façade. Ici, les visiteurs entrent et trouvent immédiatement les œuvres d’art, et non ce qui les entoure, au centre de l’attention. Le minimalisme de l’installation a été inspiré par Filippo Brunelleschi et Giorgio Vasari: nous pensons que l’esprit qui sous-tend l’installation est entièrement florentin et toscan, et nous en sommes très fiers. À tel point que même le choix et l’application des couleurs ont été effectués selon les traditions toscanes du XVIe siècle, avec des couches appliquées à la main: nous n’utilisons plus de couleurs acryliques industrielles comme auparavant, mais des pigments toscans naturels, appliqués selon d’anciennes techniques transmises de génération en génération. Tout cela n’aurait pas été possible sans la générosité des Amis des Offices".

Maria Vittoria Rimbotti Colonna, présidente des associations Amici degli Uffizi et Friends of the Uffizi Galleries, a souligné que "c’est un moment très excitant pour nos associations: c’est un jour que nous attendions depuis longtemps et qui fait partie d’un voyage qui a commencé il y a vingt-cinq ans, lorsque notre association a été fondée à la suite des attentats de 1993, à la demande de la directrice de la Galerie de l’époque, Annamaria Petrioli Tofani, qui disait qu’il fallait un lien plus fort entre la ville et le musée. Elle avait constaté que dans tous les musées du monde, il existe des associations d’amis qui soutiennent les musées. Un fil s’est donc immédiatement créé entre notre association et le musée, fil qui s’est peu à peu dénoué au fil du temps: nous avons appris à nous connaître, à nous respecter, et nous avons commencé à bien travailler. Même le directeur qui est arrivé par la suite, Antonio Natali, savait que notre association n’était pas engagée dans la recherche de visibilité, en fait elle en demandait peu: nous avions besoin de quelqu’un qui ne soit pas un sponsor, mais qui offre un soutien à l’intérieur du musée. Entre-temps, nous avons grandi: il y a onze ans, Friends of the Uffizi Galleries est née, parce que nous n’aimions pas que notre musée n’ait d’amis que dans la ville, et nous voulions nous étendre. Nous sommes donc allés en Floride et nous avons trouvé une grande cohésion: nous nous comprenons et nous réalisons nos programmes très facilement, avec une grande compréhension mutuelle. Il était donc normal que nous demandions aux Amis de coopérer à la rénovation de la chambre de Léonard. Et c’est avec une émotion extraordinaire que j’y suis entré aujourd’hui. J’avais déjà vu l’Adoration des Mages restaurée lorsque, en revenant de l’Opificio, elle était présentée au premier étage. Elle était belle, elle se lisait enfin, et c’était incroyable de la retrouver après tant de temps. Mais dans cette position, c’était un tableau à part entière et fermé, et maintenant c’est extraordinaire de le retrouver dans cette salle, dans cette atmosphère... la juxtaposition alimente le besoin de visiter toute la salle. Il est très difficile pour des mécènes comme nous de vivre un moment extraordinaire comme celui de ce jour: il n’est pas facile de réaménager une pièce comme celle-ci, mais je peux dire qu’une solution fantastique a été trouvée, qui nous procure à tous une joie extraordinaire. Je voulais aussi souligner que nous n’avons pas de grands donateurs: cela a été possible grâce à l’argent de tous, il n’y a jamais de grandes sommes dans nos budgets, mais seulement une collecte patiente faite avec de la volonté, du désir et beaucoup d’enthousiasme. Nous avons bien coopéré avec le directeur Schmidt, et je peux dire que le fil conducteur est très bien passé à travers les différents directeurs que nous avons rencontrés: il faut savoir que cette coopération est importante parce que nous avons tous les mêmes objectifs. Enfin, je voudrais remercier le personnel de l’Uffizi: quand nous venons ici, ils nous font toujours sentir comme chez nous".

Lisa Browne, de l’association Friends of the Uffizi, était également présente à la conférence de presse. Elle a déclaré: “Je pense que j’ai eu beaucoup de chance lorsque, en 2006, j’ai assisté à la création de Friends of the Uffizi Galleries: pendant douze ans, nous avons eu aux États-Unis un groupe merveilleux qui a contribué aux restaurations ici, à l’Uffizi. Nous avons également eu la chance de participer à ce moment de l’histoire de la Galerie: nous sommes donc reconnaissants au directeur et aux Amis des Offices de nous avoir donné l’occasion d’apprécier le musée d’une nouvelle manière. Nous reviendrons ici en octobre avec notre groupe et nous serons très heureux d’apprendre ce qui se passe dans la Galerie. Nos amis américains sont heureux de savoir que des choses aussi merveilleuses se passent aux Offices”.

Enfin, Cecilia Frosinini, de l’Opificio delle Pietre Dure, a souligné certains aspects de la restauration de l’Adoration, ainsi que la nouvelle disposition: "L’événement d’aujourd’hui a un aspect émotionnel très fort, mais je dois aussi le relier à un aspect cognitif: comme l’a dit l’un des grands pères de la restauration italienne, Cesare Brandi, la restauration est un acte critique, et cela n’a jamais été plus vrai que lors de l’expérience de restauration de l’Adoration des Mages, que vous verrez maintenant dans une position privilégiée, et avec un éclairage privilégié. Je peux cependant vous assurer que le voir pendant les années passées dans l’atelier était quelque chose d’inégalable: il y avait des couches superposées de vernis altéré et de saleté qui empêchaient de voir en dessous ce que l’on voit aujourd’hui. Aujourd’hui, nous assistons à une véritable épiphanie: tout le monde peut voir ce que Léonard pensait encore, ce qui fait de l’Adoration une œuvre encore plus fascinante que les autres peintures achevées qui se trouvent à côté et que les autres peintures de Léonard plus ou moins interrompues que l’on peut voir dans le monde. Pour démythifier un peu (je n’aime pas beaucoup, par caractère, l’aspect émotionnel), pensez à une dame qui pèle un oignon: on voit les différentes couches se dérouler devant nous jusqu’à ce qu’on arrive à... pleurer. C’est-à-dire que nous voyons un Léonard qui réfléchit encore, car l’artiste a laissé son œuvre inachevée, peut-être au-delà de ses souhaits, mais d’une manière qui nous permet de comprendre ce qu’il pensait: nous avons des figures effacées, des figures à peine commencées, des figures reportées et, surtout, nous avons un déploiement de toutes les idées que Léonard développera tout au long de sa carrière. Nous sommes en 1481, très tôt, et Léonard a en tête ce qu’il développera plus tard: la bataille d’Anghiari, les personnages assis autour d’un plan comme dans LaCène, le doigt levé du petit saint Jean, les mouvements de l’âme que Léonard théorisera aussi dans son traité. Nous avons une série d’éléments techniques que nous pouvons voir au carré sous nos yeux alors que nous ne les voyons habituellement qu’à travers des investigations diagnostiques. Je tiens donc à remercier les Offices d’être aujourd’hui un musée à la pointe de la protection et de la conservation des œuvres d’art, comme aucun autre musée dans le monde. Les Offices sont un musée qui a également su penser et créer un système de conservation des œuvres d’art face à des flux touristiques si différents et si changeants. On ne peut pas rester immobile: ce ne serait pas de la muséographie, ce ne serait pas de la conservation. Le passé est important et nous accompagne toujours, mais nous devons être capables de répondre à ce que le monde nous demande. Ce musée a une grande pression et une structure qui ne peut pas être changée beaucoup, donc ce que nous affrontons aujourd’hui est un énorme défi auquel nous voyons quel type de réponse a été donné: voir l’Adoration dans le contexte du musée est une énorme émotion parce que nous réalisons tous ce qui a été fait pour la protéger, nous pouvons apprécier le choix de ces merveilleuses vitres, et nous apprécions le contrôle continu que ces grandes vitrines peuvent nous assurer pour les décennies à venir. C’est un défi que les Offices ont su relever et j’aimerais que beaucoup, collègues, initiés, amis et passionnés, s’en rendent compte. Il arrive, surtout à un certain âge, que nous restions très attachés à la façon dont nous avons vu et connu les œuvres d’art dans le passé. Je crois que l’histoire continue et qu’il est important qu’elle continue et que les réponses soient celles que ce contexte et cette génération exigent pour le salut des œuvres d’art. Nous sommes l’un des maillons de la chaîne de transmission de l’œuvre d’art du passé vers l’avenir. Sans la transmission physique des œuvres d’art, nous ne pouvons même pas communiquer leur contenu".

Ci-dessous, quelques photos en avant-première de la nouvelle salle Leonardo.

Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 consacrée à Léonard de Vinci


Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 consacrée à Léonard de Vinci


Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 dédiée à Léonard de Vinci. Ph. Crédit Fenêtres sur l’art


Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 consacrée à Léonard de Vinci. Ph. Crédit Finestre sull’Arte


Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 consacrée à Léonard de Vinci. Ph. Crédit Finestre sull’Arte


Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 consacrée à Léonard de Vinci. Ph. Crédit Finestre sull’Arte


Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 consacrée à Léonard de Vinci. Ph. Crédit Finestre sull’Arte


Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 consacrée à Léonard de Vinci. Ph. Crédit Finestre sull’Arte


Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 consacrée à Léonard de Vinci. Ph. Crédit Finestre sull’Arte


Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 consacrée à Léonard de Vinci. Ph. Crédit Finestre sull’Arte


Firenze, Galleria degli Uffizi, nuovo allestimento della sala 35 dedicata a Leonardo da Vinci
Florence, Galerie des Offices, nouvel aménagement de la salle 35 consacrée à Léonard de Vinci. Ph. Crédit Finestre sull’Arte


Verrocchio e Leonardo da Vinci, Battesimo di Cristo (1475-1478; tempera e olio su tavola; Firenze, Uffizi)
Verrocchio et Léonard de Vinci, Baptême du Christ (1475-1478 ; tempera et huile sur panneau ; Florence, Offices)


Leonardo da Vinci, Annunciazione (1472-1475 circa; olio su tavola; Firenze, Uffizi)
Léonard de Vinci, Annonciation (v. 1472-1475 ; huile sur panneau ; Florence, Offices)


Leonardo da Vinci, Adorazione dei magi (1481-1482 circa; olio su tavola; Firenze, Uffizi)
Léonard de Vinci, Adoration des Mages (v. 1481-1482 ; huile sur panneau ; Florence, Offices)


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.