Le boom touristique de Montepulciano et le 500e anniversaire du temple de San Biagio. L'interview de Riccardo Pizzinelli


Ces dernières années, Montepulciano a connu un véritable essor touristique. De plus, le temple de San Biagio, symbole de la ville, fête ses 500 ans en 2018. Nous discutons de ces questions avec Riccardo Pizzinelli, président des Opere Ecclesiastiche Riunite di Montepulciano.

LaValdichiana, et en particulier la région de Montepulciano, a connu un véritable boom des présences touristiques cesdernières années. Selon le Centre d’études touristiques de Florence, qui a traité les données fournies par la région de Toscane et l’Office du tourisme de la municipalité de Sienne, la zone a enregistré en 2017 500 000 arrivées et un peu moins de 1 300 000 présences, soit une augmentation de 4,5 % (le double de la moyenne régionale) et de 2,5 % respectivement. La plupart des touristes arrivent pour visiter la beauté de Montepulciano. Cette année, la ville célèbre le 500e anniversaire du début de la construction du temple de San Biagio, l’un des plus grands chefs-d’œuvre de l’architecture de la Renaissance de toute l’Italie, dont la réalisation a commencé en septembre 1518, sur la base d’un projet d’Antonio da Sangallo il Vecchio (Florence, 1455 - 1534). Comment la ville se prépare-t-elle à l’événement? Comment compte-t-elle gérer les flux touristiques croissants? Quel est le profil des touristes qui visitent la ville et pourquoi sont-ils attirés par elle? Comment les citoyens vivent-ils la ville et le 500e anniversaire du temple? Nous avons abordé tous ces sujets avec l’architecte Riccardo Pizzinelli, président des Opere Ecclesiastiche Riunite di Montepulciano, l’organisme fondé en 1923 qui gère les lieux de culte monumentaux de la ville. L’interview est réalisée par Federico Giannini, rédacteur en chef de Finestre sull’Arte.

Le temple de San Biagio à Montepulciano. Courtesy Opere Ecclesiastiche Riunite
Le temple de San Biagio à Montepulciano. Courtesy Opere Ecclesiastiche Riunite


Le temple de San Biagio in Montepulciano dans le paysage, avec la ville en arrière-plan. Courtesy Opere Ecclesiastiche Riunite
Le temple de San Biagio in Montepulciano dans le paysage, avec la ville en arrière-plan. Avec l’aimable autorisation des Opere Ecclesiastiche Riunite


La Piazza Grande à Montepulciano. Ph. Crédit Francesco Bini
La Piazza Grande de Montepulciano. Ph. Crédit Francesco Bini

FG. Pour l’architecte Pizzinelli, le cinq centième anniversaire de l’église San Biagio a commencé par un meilleur accueil des visiteurs et une plus grande sécurité. Qu’est-ce qui a été fait dans ce sens?
RP. En ce qui concerne la sécurité, la célébration fait partie d’un parcours que les Opere Ecclesiastiche Riunite de Montepulciano ont entrepris ces dernières années pour contrer certains phénomènes (par exemple, certains vols) qui se sont produits parce que le monument a une position assez isolée par rapport au contexte urbain, et est donc parfois exposé à certains risques: nous en sommes donc venus à avoir un gardien constant qui vérifie tout ce qui se passe à l’intérieur du temple. Outre les mesures de sécurité, afin de maintenir et de renforcer la possibilité de visiter le monument, un programme a été ajouté, qui a pour partenaire Civita-Opera Laboratori Fiorentini et qui s’est fixé pour objectif de permettre la mise en valeur du bien par la présence de personnel qualifié, d’une librairie, d’informations historico-artistiques, d’un nouveau guide, d’un audioguide et d’une application pour smartphone qui donne des nouvelles aux visiteurs.

Les Opere Ecclesiastiche Riunite n’ont pas caché qu’ils espéraient une expérience de visite plus informée...
En attendant, il faut dire que nous avons été facilités par le fait que San Biagio est un chef-d’œuvre de la Renaissance. Après tout, il est clair que l’une des perles de Montepulciano est précisément le temple de San Biagio, et l’image du temple s’est superposée à l’image de Montepulciano dans le monde parce que le temple est en effet bien connu non seulement par les historiens de l’architecture mais aussi par la population en général. Cependant, l’ensemble de Montepulciano, au moins à partir des années 1620 jusqu’au milieu du siècle, a connu une explosion d’intérêt pour l’art et l’architecture qui a mis cette petite ville en contact avec la culture romaine et florentine, les deux pôles auxquels se référaient les familles nobles de Montepulciano de l’époque et les personnalités importantes qui étaient présentes dans la ville à l’époque (parmi lesquelles, par exemple, le pape Marcellus II, dont la famille était originaire de Montepulciano). En ce sens, San Biagio constitue une sorte d’achèvement (puisqu’il s’agit de l’un des monuments les plus importants de la ville), mais aussi le début d’une visite qui concerne en réalité tous les lieux de la Renaissance à Montepulciano, en référence également à l’architecte qui a construit le temple de San Biagio, Antonio da Sangallo l’Ancien, qui a beaucoup travaillé dans la ville et à qui l’on a attribué dans le passé plusieurs architectures, y compris civiles, de Montepulciano, qui ont fait la renommée de la ville. La synergie mise en place avec Civita-Opera Laboratori Fiorentini, qui nous a soutenus dans cette voie, est une synergie qui fonctionne.

D’ailleurs, on constate de toutes parts que les touristes aiment littéralement Montepulciano. Mais qui est typiquement le voyageur qui visite Montepulciano?
Il existe différents types de présence. La plus visible est la présence internationale: par le passé, le tourisme à Montepulciano était essentiellement européen, mais il est aujourd’hui en pleine expansion. Par exemple, il y a une forte présence américaine, qui n’est pas seulement touristique, mais aussi institutionnelle: récemment, l’université Kennesaw d’Atlanta a ouvert une succursale d’été à Montepulciano, ce que des institutions européennes avaient également fait dans le passé. Par ailleurs, ces dernières années, en raison des changements intervenus dans les flux touristiques à la suite des épisodes bien connus de terrorisme international, on a également constaté une augmentation notable du nombre de clients italiens, non seulement pendant l’été, qui est la période de prédilection de la clientèle étrangère, mais aussi pendant le reste de l’année.

Vous avez également évoqué les collaborations avec les universités américaines. Le 500e anniversaire de San Biagio sera également placé sous le signe de la coopération internationale: une collaboration avec l’université de Harvard a été mise en place à cet effet. Cependant, la relation entre Harvard et Montepulciano remonte à 2014, lorsque la cour rénovée du Fogg Art Museum, conçue par Renzo Piano, a été inaugurée. Comment s’est poursuivie la relation avec la prestigieuse université américaine, qu’est-ce qui est prévu pour cette année et comment la collaboration se poursuivra-t-elle à l’avenir?
En réalité, le lien entre Harvard et Montepulciano a des origines plus lointaines, puisqu’il remonte aux années 1920, lorsque l’université américaine a envoyé plusieurs architectes en Italie pour étudier les monuments sur la base desquels le Fogg Art Museum serait reconstruit à Harvard. L’idée initiale était d’étudier les cours de la Rome de la Renaissance, puis, pour diverses raisons, les architectes se sont rendus à Montepulciano et ont étudié la façade du presbytère de San Biagio, qui fait partie de l’ensemble monumental. Lorsqu’ils sont arrivés en Amérique, les architectes de Harvard ont reconstruit la façade sur quatre côtés, la transformant en cour, ce qui était également très important, mais nous, Italiens, l’avions perdu de vue (et peut-être même ne connaissions-nous pas bien cette histoire), et les Américains eux-mêmes avaient quelque peu perdu la mémoire de ce fait. Lorsque le projet de rénovation du Harvard Museum Building a été approuvé dans les années 2000, certaines parties de l’ancien bâtiment ont été démolies, mais la cour a été conservée et recouverte d’un grand dôme en verre, selon le projet de Renzo Piano. Dans le cadre de cette rénovation, l’université de Harvard s’est donc mise à la recherche des raisons pour lesquelles la cour avait été construite de cette manière, ce qui a permis de redécouvrir son histoire: ils nous ont donc contactés, depuis 2014 il y a eu quelques réunions et, précisément à l’occasion du 500e anniversaire, nous avons essayé de forger ces relations. À Harvard, dans la cour, il y aura des initiatives à partir d’avril 2018, des initiatives qui se termineront en été. Ensuite, il y aura une présence de la délégation de Harvard dans nos célébrations du Cinquecentenaire. La date cruciale est le 15 septembre 1518, jour de la pose de la première pierre du temple de Saint-Blaise: une délégation de l’université de Harvard sera présente ici, et présentera le livre sur la cour de la restauration du musée. Ensuite, nous conclurons notre année de célébrations en nous rendant à Harvard. Une synergie est donc en train de se créer, un contact, une relation concrète sur quelque chose de non seulement symbolique mais réel, une relation dans laquelle l’administration croit aussi beaucoup, et je crois qu’il y aura d’autres développements. Dès cette année, des étudiants viendront vivre une expérience ici, à Montepulciano, et des étudiants italiens en histoire de l’art iront à Harvard pour une expérience jumelée.

La façade du presbytère de San Biagio. Courtesy Opere Ecclesiastiche Riunite
La façade du presbytère de San Biagio. Courtesy Opere Ecclesiastiche Riunite


Intérieur du temple de San Biagio. Courtesy Opere Ecclesiastiche Riunite
Intérieur du temple de San Biagio. Courtesy Opere Ecclesiastiche Riunite

Le temple de San Biagio a souvent été le théâtre de tournages qui en ont fait, d’une certaine manière, le protagoniste de films tournés dans le monde entier: quel retour cette attention du cinéma envers l’église et Montepulciano a-t-elle pu garantir, en termes de fréquentation touristique ou d’intérêt pour la ville?
Surtout ces dernières années et avec la diffusion de toute une série d’images à travers les médias sociaux, le retour a été très significatif. Cela s’explique en partie par le fait que certaines de ces productions s’adressaient à une population d’utilisateurs relativement jeunes (pensez aux fans du film Twilight), qui ont donc été incités à visiter les lieux où leurs scènes préférées ont été filmées. En fait, depuis les années 50, avec Le Christ interdit de Malaparte, Montepulciano est le lieu de tournage de films: plus récemment, la fiction sur les Médicis a été tournée dans la ville, avec quelques scènes également tournées à San Biagio (dans ce cas, cependant, de manière déguisée: le décor était en fait censé recréer la Florence du XVe siècle). Cela a certainement apporté une augmentation importante. Disons cependant que d’un point de vue qualitatif, il y a une forte présence de touristes d’un jour: les touristes arrivent pour visiter les lieux de tournage, puis ceux qui restent plus sensibilisés restent peut-être deux ou trois nuits, mais dans le cas des touristes poussés par le cinéma, il s’agit surtout d’un tourisme de “hit-and-run”, ce qui n’est peut-être pas la meilleure perspective, mais il est certain que la diffusion du nom et de l’image a été significative car les flux touristiques ont augmenté même au cours de ces toutes dernières années.

Et avez-vous déjà pensé, ou mettez-vous déjà en place, des mesures pour contrer le tourisme de fuite que vous venez de mentionner?br /> Ces mécanismes ne sont pas si simples. Je crois que Montepulciano est à la croisée des chemins, car elle doit décider si elle reste une ville de simple “consommation” de culture, ou si elle se structure en une réalité qui offre encore plus qu’une simple visite: ce grand boom touristique doit être consolidé au niveau de l’offre, dans le sens où les entrepreneurs doivent investir dans la qualité, et l’administration doit créer des infrastructures. S’il y a une qualification des services et de l’offre, je crois que Montepulciano peut faire un saut qualitatif en termes de fidélisation des touristes. Pour éviter les “hit-and-runs”, nous devons captiver, essayer de faire en sorte que l’intérêt soit maintenu pendant une période plus longue, et Montepulciano, de ce point de vue, a ce qu’il faut, parce qu’il est déjà le site de diverses initiatives, du Cantiere internazionale d’arte, au Bravìo delle Botti, au Bruscello Poliziano et d’autres événements qui rendent une visite intéressante non seulement d’un point de vue historique et culturel, mais aussi d’un point de vue anthropologique, théâtral ou gastronomique, ce qui fait que les touristes ont tendance à rester. Je crois que si la synergie entre les différentes parties concernées se poursuit, nous pourrons avoir un développement beaucoup plus durable.

Vue du temple de San Biagio depuis le presbytère. Courtesy Opere Ecclesiastiche Riunite
Vue du temple de San Biagio depuis le presbytère. Avec l’aimable autorisation de Opere Ecclesiastiche Riunite

En changeant de point de vue, comment les citoyens de Montepulciano vivent-ils leur relation avec leur ville, avec l’église, avec le tourisme et, bien sûr, avec le 500e anniversaire?
De ce point de vue, le 500e anniversaire représente un pari, également parce que notre organisation est... une organisation pauvre: nous n’avons pas de grandes ressources. Nous avons donc essayé d’élargir le champ des célébrations en impliquant tout le monde dans la région, en demandant un don pour notre cinq centième anniversaire. Il y a donc ceux qui nous soutiennent financièrement, comme l’administration et le diocèse, et ceux qui, au contraire, comme les particuliers et les entreprises, nous soutiennent en garantissant des spectacles, des concerts, des expositions, des conférences: toutes les réalités importantes de la ville nous ont offert quelque chose. Le raisonnement est simple: San Biagio est la propriété de tous. Bien sûr, tous nos biens appartiennent à tout le monde, mais San Biagio l’est d’autant plus qu’il n’a pas été construit par l’Église mais par la municipalité, et que ceux qui géraient les fonds dans les temps anciens étaient précisément la municipalité. Malheureusement, au fil du temps, ce concept s’est perdu, comme c’est souvent le cas en Italie, de sorte que nous en sommes arrivés à un point où tout le monde ne se sent pas propriétaire du temple. Le cinq centième anniversaire doit précisément servir à rappeler à tous, à commencer par les écoliers et les jeunes, qu’il s’agit de la propriété de tous, et que tous ensemble nous devons la protéger, en jouir, la respecter, et faire en sorte que les générations futures la reçoivent au moins dans l’état où nous l’avons eue. Et cinq cents ans, c’est une bonne période pour accomplir un tel travail.

Entre-temps, le programme des célébrations se poursuit: quelle est la prochaine étape?
Le 23 avril 1518 étant le cinq centième anniversaire du miracle de la construction du temple, nous avons prévu une série d’initiatives autour de cette date. En particulier, le samedi 21 avril aura lieu l’inauguration d’une exposition à l’intérieur du temple de San Biagio, intitulée Il tempio di San Biagio dopo Antonio da Sangallo (Le temple de San Biagio après Antonio da Sangallo), qui retrace l’histoire et la décoration artistique de l’intérieur du temple, qui n’a pas été construit pendant la Renaissance, mais entre la fin du XVIe et le milieu du XVIIe siècle, avec une série d’interventions qui ont rendu l’intérieur beaucoup plus baroque que ce que nous connaissons. Au XIXe siècle, il y a eu une restauration néo-Renaissance de l’intérieur, et au cours de cette intervention, une grande partie du mobilier historique et des peintures réalisées aux XVIe et XVIIe siècles ont été enlevés. Notre projet, déjà réalisé, est de ramener ces grandes toiles à l’intérieur du temple et de reconstituer toute l’histoire du mobilier des XVIe et XVIIe siècles et de la restauration néo-renaissance. L’exposition pourra être visitée tout au long de l’été, puisqu’elle se tiendra du 21 avril au 4 novembre. Le 21 avril également, un concert d’orgue sera donné par le Maestro Cesare Mancini, également parce que l’une des initiatives a été la restauration de l’orgue historique du temple, qui est d’une valeur exceptionnelle. Le dimanche 22, une conférence festive intitulée Gli anni del tempio di San Biagio. Dalla maniera moderna alla Controriforma, tenue par le professeur Antonio Natali, ancien directeur des Offices. Il sera suivi d’un autre concert de la Fondation Cantiere. Mais au-delà de ce week-end, de nombreux événements sont prévus, notamment en juin et juillet, période peut-être la plus riche: le 15 juin à San Biagio se tiendra également l’assemblée des fabriques d’Italie, et d’importantes conférences seront organisées, notamment en juillet, mois au cours duquel le temple accueillera les concerts du Cantiere Internazionale d’Arte. En revanche, de début septembre à la moitié du mois, toutes les initiatives viseront à commémorer la pose de la première pierre, qui eut lieu, on s’en souvient, le 15 septembre 1518.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.