Bologne, les salles Renaissance de la Pinacothèque nationale entièrement rénovées


Raphaël, Parmigianino et les grands de la Renaissance bolonaise font peau neuve : la Pinacothèque nationale de Bologne a en effet rouvert les salles des XVe et XVIe siècles, avec un nouveau parcours et un nouvel aménagement.

La Pinacothèque nationale de Bologne, après avoir accueilli l’exposition Giulio II et Raffaello. Une nouvelle saison de la Renaissance à Bologne, la Pinoteca Nazionale di Bologna rouvre les salles de la Renaissance, celles des œuvres des XVe et XVIe siècles, qui sont désormais présentées avec un nouveau parcours d’exposition, une nouvelle mise en page et un nouveau graphisme. La révision de la section Renaissance, entamée lors de la conception et de la préparation de l’exposition consacrée à cette période, est la première étape, selon le musée, d’une refonte générale des parcours et des aménagements muséographiques qui touchera également d’autres sections du musée au cours de l’année et qui va dans le sens d’une accessibilité et d’une jouissance accrues du patrimoine de la Pinacothèque. Dans cette optique, selon l’institut de Bologne, l’un des instituts autonomes du ministère de la Culture, la réouverture de la Renaissance sera également l’occasion de vérifier l’efficacité des choix effectués, en vue des prochaines étapes.

"Les expositions, explique la directrice Maria Luisa Pacelli, peuvent être un terrain d’essai et une occasion importante de repenser les différentes sections du musée, de mettre à jour les parcours et de tester de nouveaux outils et méthodes d’utilisation. L’histoire même de la Pinacothèque nationale de Bologne en témoigne, puisque les Biennali di Arte Antica promues par Cesare Gnudi, à la tête de la Pinacothèque dans l’après-guerre, ont été l’un des “laboratoires” mis en place par le surintendant pour le développement du projet de rénovation radicale du musée."

Le nouveau récit de l’aile Renaissance de la Pinacothèque est développé en 20 chapitres selon des critères chronologiques et thématiques. L’itinéraire s’étend de 1450 à la moitié du XVIe siècle, en mettant l’accent sur les étapes fondamentales et sur les œuvres et les personnalités artistiques les plus significatives de la période à Bologne, selon les recherches effectuées avec le département de l’université de Bologne pour l’exposition. En outre, les œuvres de grands maîtres représentées dans les collections de la Pinacothèque qui n’ont pas de lien avec l’histoire locale et qui avaient donc été exclues de l’exposition, comme le Titien, le Tintoret ou le Greco, ont été réattribuées.

Dès sa réouverture, cette section du musée accueillera également des œuvres provenant d’autres institutions, qui remplaceront celles prêtées pour les expositions en cours. Il s’agit d’abord de deux précieux tableaux du Pérugin provenant de la Galerie nationale d’Ombrie, le Baptême du Christ (1502-1525) et Saint Jean-Baptiste entre les saints François, Jérôme, Sébastien et Antoine de Padoue (vers 1509) ; ensuite, le Portrait du prince Alessandro Farnese de Sofonisba Anguissola provenant de la Galerie nationale d’Irlande. Autour de ces prêts, des initiatives d’approfondissement et de vulgarisation ainsi que des parcours pédagogiques seront mis en place.

La sélection des œuvres, leur enchaînement et les dispositifs, conçus par Mirella Cavalli et Arianna Manes avec la collaboration du Bureau de la communication de la Pinacothèque, ont été pensés pour favoriser une plus grande lisibilité des œuvres et de la narration. Parmi les thèmes abordés, citons l’importance de la contribution des artistes de Ferrare, letravail d’orfèvre de Francesco Francia et son dialogue avec l’œuvre du Pérugin. Des sections spécifiques sont consacrées au génie “bizarre” d’Amico Aspertini, à Raphaël et à son Extase de Sainte Cécile, ainsi qu’à la figure de Parmigianino.

La conception de l’exposition a été confiée au Studio Bettini Architetti, avec pour mission de développer un projet qui, tout en s’harmonisant avec la conception de l’exposition historique de Leone Pancaldi, serait en mesure de répondre aux exigences d’accessibilité et d’inclusion du public contemporain. Le nouveau parcours est organisé selon une ligne temporelle idéale, tandis que les salles centrales accueillent les sections thématiques approfondies.

La conception graphique du parcours s’inscrit dans le cadre plus général de la révision de l’image coordonnée de la Pinacothèque, réalisée par Studio Eremo en collaboration avec The Harvest Consulting, et présentée pour la première fois à l’occasion de l’exposition Giulio II et Raffaello. Une nouvelle saison de la Renaissance à Bologne. À l’occasion de la réouverture de la section Renaissance, le prix du billet plein tarif du musée augmentera de deux euros pour passer à 8 euros (contre 6 euros auparavant), aussi bien pour les achats au guichet que pour les achats en ligne, sans frais de prévente.

“Le mouvement fréquent des œuvres d’art, avec les prêts temporaires et les activités normales de conservation et de restauration, exige aujourd’hui la mise en place de systèmes d’exposition polyvalents et faciles à remplacer et à insérer dans les itinéraires d’exposition”, expliquent Sergio Bettini et Elena Marchi. “Ces nouvelles exigences en matière d’exposition ont été harmonisées avec l’aménagement souhaité par Cesare Gnudi et réalisé au milieu des années 1960 par Leone Pancaldi, qui est parti de cette même section du musée. Sans modifier la configuration spatiale originale de la longue manche, divisée au centre par des cloisons en maçonnerie surélevées soutenues par des profils en laiton de section IPE, le parcours de l’exposition a été organisé périmètre par périmètre selon une chronologie idéale, tandis que les salles centrales contiennent des sections thématiques approfondies, également cadencées chronologiquement. Au sommet des cloisons centrales se trouvent des rails en fer, auxquels sont suspendues des tiges également en fer pour soutenir les œuvres, qui peuvent être déplacées horizontalement et réglées en hauteur. Les nouveaux panneaux d’affichage du hall, les vitrines et les appareils didactiques des œuvres sont également en fer. Ils ont été mis à jour selon les normes d’accessibilité du musée, afin d’améliorer la lisibilité et la compréhension des textes en italien et en anglais, en augmentant le corps des polices de caractères et en soulignant le contraste entre le texte (clair) et le fond (sombre). Les œuvres, supports et appareils, réalisés par la société Mimec, ont été placés à des hauteurs accessibles à tous les visiteurs. La conception graphique de la mise en page s’inscrit dans le cadre plus général de la révision de l’image coordonnée de la Galerie d’art, réalisée par Studio Eremo en collaboration avec The Harvest Consulting”.

La nouvelle présentation, expliquent Mirella Cavalli et Arianna Manes, “entend répondre au besoin de clarté de l’exposition et se caractérise donc, par rapport au passé, par une réduction du nombre d’œuvres exposées, afin d’obtenir une meilleure contextualisation et une lecture aussi linéaire que possible des développements dans le domaine de la peinture au cours de la période fervente de la Renaissance à Bologne”. Le parcours est divisé en 20 sections et reflète une progression chronologique allant de 1450, attestée dans la première salle par le célèbre polyptyque des frères vénitiens Antonio et Bartolomeo Vivarini, à la fin du XVIe siècle, pour se terminer par la section consacrée au Titien et au Tintoret de Vénétie et au Greco de Crète. Outre la prise en compte de la chronologie, un critère qui a facilité le développement d’une narration ponctuée par la présence des 18 panneaux de section qui renvoient à une vue contextuelle (avec un accent sur les œuvres individuelles, toutes accompagnées de légendes descriptives), la nouvelle mise en page visualise les nœuds thématiques fondamentaux et met l’accent sur les personnalités et les œuvres significatives. C’est pourquoi, par exemple, l’importance de la contribution artistique des habitants de Ferrare est soulignée, ainsi que la centralité de l’entreprise décorative de la chapelle Garganelli dans la basilique Saint-Pierre, qui avait déjà été détruite au XVIIe siècle ; un regard approfondi sur l’activité de Francesco Francia en tant que chef d’entreprise est également proposé, ainsi qu’un aperçu de l’histoire de l’entreprise.L’activité d’orfèvre de Francesco Francia est approfondie et le dialogue Pérugin-Francia est visualisé à travers la comparaison, connue de l’historiographie artistique et largement discutée par la critique, des Pala Scarani et Pala dell’Annunziata , qui se font face dans la salle 13. Une section spécifique est également consacrée au génie “bizarre” d’Aspertini. La salle 15 abrite la célèbre Extase de Sainte Cécile et se consacre à Raphaël, en dialogue avec le Toscan Franciabigio et l’Imolien Innocenzo Francucci. La grande popularité des modèles développés par le maître d’Urbino, garantie surtout par l’assiduité d’un atelier bien organisé, est également rappelée par la copie de Saint Jean Baptiste dans le désert, un sujet dont on connaît plusieurs versions. Le parcours se poursuit en développant le thème du raphaélisme, dans sa déclinaison bolonaise et ferraraise, jusqu’à la salle 18, consacrée à la figure de Parmigianino. Ensuite, l’inclusion d’une œuvre précoce de Prospero Fontana (1545) ainsi que le grand panneau signé par Bagnacavallo junior introduisent le maniérisme mature, qui sera approfondi dans les salles suivantes du musée. Le nouveau parcours Renaissance comprend naturellement des œuvres majeures telles que le fragment représentant Marie Madeleine d’Ercole de’ Roberti, le Retable de Sainte-Thècle et le Mariage de la Vierge de Lorenzo Costa, le Retable Scarani du Pérugin et la Visitation du Tintoret, qui ne sont que temporairement absentes car prêtées par d’autres musées.

Nouvelles salles Renaissance à la Pinacothèque nationale de Bologne
Nouvelles salles Renaissance de la Pinacoteca Nazionale di Bologna
Nouvelles salles Renaissance à la Pinacothèque nationale de Bologne Nouvelles salles Renaissance à la Pinacothèque
nationale de Bologne
Nouvelles salles Renaissance à la Pinacothèque nationale de Bologne Nouvelles salles Renaissance à la Pinacoteca Nazionale
di B
ologna
Francesco del Cossa, Vierge à l'enfant trônant entre les saints Pétrone et Jean l'Évangéliste adorés par Alberto de Cattaneis (Pala dei Mercanti) (1474 ; toile, 227,2 x 267 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 580)
Francesco del Cossa, Vierge à l’enfant trônant entre les saints Pétrone et Jean l’Évangéliste adorés par le mécène Alberto de Cattaneis (Retable des marchands) (1474 ; toile, 227,2 x 267 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 580)
Francesco Raibolini dit il Francia, L'Enfant adoré par la Vierge et les saints Joseph, Augustin et François et deux anges en présence d'Anton Galeazzo et Alessandro Bentivoglio (Pala Bentivoglio) (v. 1498-1499 ; panneau, 234 x 193 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 584)
Francesco Raibolini dit il Francia, L’Enfant adoré par la Vierge et les saints Joseph, Augustin et François et deux anges en présence d’Anton Galeazzo et Alessandro Bentivoglio (Pala Bentivoglio) (vers 1498-1499 ; panneau, 234 x 193 cm ; Bologne, Pinacothèque nationale, inv. 584)
Raphaël Sanzio, Sainte Cécile entre les saints Paul, Jean l'Évangéliste, Augustin et Marie-Madeleine (Extase de sainte Cécile) (vers 1515 ; panneau transféré sur un nouveau support, 342,5 x 214,5 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 577)
Raphaël Sanzio, Sainte Cécile entre les saints Paul, Jean l’Évangéliste, Augustin et Marie-Madeleine (Extase de Sainte Cécile) (v. 1515 ; panneau transféré sur un nouveau support, 342,5 x 214,5 cm ; Bologne, Pinacothèque nationale, inv. 577)
Francesco Mazzola dit Parmigianino, Vierge à l'enfant avec les saints Marguerite, Jérôme et Pétrone (1529 ; panneau ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 588)
Francesco Mazzola dit Parmigianino, Vierge à l’enfant avec les saints Marguerite, Jérôme et Pétrone (1529 ; panneau ; Bologne, Pinacothèque nationale, inv. 588)
Amico Aspertini, Adoration des Mages (vers 1500 ; panneau, 215,5 x 182 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 561)
Amico Aspertini, Adoration des Mages (vers 1500 ; panneau, 215,5 x 182 cm ; Bologne, Pinacothèque nationale, inv. 561)
Prospero Fontana, Adoration des bergers (vers 1545 ; panneau, 103 x 77 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 757)
Prospero Fontana, Adoration des bergers (vers 1545 ; panneau, 103 x 77 cm ; Bologne, Pinacothèque nationale, inv. 757)
Lorenzo Costa, Saint Pétrone entre deux saints (1502 ; panneau, 192,5 x 145 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 586)
Lorenzo Costa, Saint Pétrone entre deux saints (1502 ; panneau, 192,5 x 145 cm ; Bologne, Pinacothèque nationale, inv. 586)
El Greco, Cène (1567-1568 ; panneau 42,5 x 51 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 6378)
El Greco, Cène (1567-1568 ; panneau 42,5 x 51 cm ; Bologne, Pinacothèque nationale, inv. 6378)

Bologne, les salles Renaissance de la Pinacothèque nationale entièrement rénovées
Bologne, les salles Renaissance de la Pinacothèque nationale entièrement rénovées


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.