Brescia, à la galerie d'art Tosio Martinengo nouvelle exposition sur le XVIIIe siècle et nouvelles acquisitions


La galerie d'art Tosio Martinengo de Brescia se présente avec un nouvel aménagement de la section XVIIIe siècle, agrandie grâce à de nouvelles acquisitions: 11 œuvres entrent dans le musée brescian.

Un nouvel aménagement pour la Galerie d’art Tosio Martinengo de Brescia. Quatre ans après la réouverture du musée, l’institut lombard inaugure le nouveau parcours, conçu par Roberta D’Adda, coordinatrice du secteur des collections et de la recherche de la Fondazione Brescia Musei, avec la collaboration du comité scientifique de la Fondation et consacré au XVIIIe siècle. Le projet comprend sept salles et enrichit les espaces de la Pinacothèque avec de nouveaux choix de couleurs.

Le parcours permet au public de faire un voyage à travers le siècle des Lumières, enrichi d’œuvres d’Eberhard Keilhau dit Monsù Bernardo (1624 - 1687), d’Antonio Cifrondi (1656 - 1730), disciple de Pietro Bellotti, de Giacomo Francesco Cipper dit Todeschini (1664 - 1736) et de Giacomo Ceruti dit Pitocchetto (1698 - 1767), ainsi que des genres les plus caractéristiques présents à la Pinacothèque: l’inclusion dans l’exposition de quatre autres tableaux provenant des collections municipales de Brescia: les “ natures mortes ” de Giorgio Duranti (1683 - 1768) jusqu’à présent conservées dans les réserves, et les “ peintures pygmées ” de Faustino Bocchi. Grâce à l’arrivée d’un noyau homogène d’œuvres, il a donc été possible de repenser toute une section. "L’histoire de la culture picturale du XVIIIe siècle à travers les œuvres de la Pinacothèque, explique Roberta D’Adda, s’est enrichie d’un nouveau chapitre: une lecture à plusieurs voix des significations et des formes que prenaient les sujets à thèmes populaires au cours d’un siècle capable de conjuguer, dans l’art de Giacomo Ceruti, misère et noblesse.

La Galerie d’art compte également sur de nouvelles acquisitions: onze nouvelles œuvres (provenant du legs de Domenico Galantino, du dépôt de BPER Banca, de la donation de Clara Bottarelli et de Pierangelo Gramignola, collectionneur et mécène), permettent de dédier une nouvelle salle à Giacomo Ceruti, en investiguant de manière plus L’objectif est d’approfondir l’étude de son œuvre entre portraits et scènes de genre et, en même temps, de développer un discours sur les différentes significations et formes que les sujets populaires ont pris au cours du XVIIIe siècle, en impliquant des artistes et des références fondamentales dans la peinture lombarde et du nord de l’Italie: de Pietro Bellotti à Monsù Bernardo, de Cifrondi à Cipper, jusqu’à des sous-genres très particuliers comme les “natures vivantes” de Giorgio Duranti et les “peintures pygmées” de Faustino Bocchi.

Les “nouvelles” œuvres de Giacomo Ceruti, le Bravo (vers 1725), le Portrait de la marquise Laura Vitali Aliprandi, le Portrait du marquis Don Erasmo Aliprandi (vers 1740) et la Mère à l’enfant (1730), en plus d’enrichir ce qui a toujours été le corpus le plus important au monde en matière d’œuvres d’art, ont permis à l’artiste de se faire connaître et de se faire connaître. En plus d’enrichir ce qui a toujours été le corpus le plus important au monde d’œuvres de l’artiste milanais de naissance et brescian d’adoption, elles sanctionnent la nature et la qualité de Ceruti en tant que grand portraitiste, capable d’atteindre des résultats étonnants dans le rendu mimétique des figures, ainsi que des sujets de genre qui ont fait sa renommée. Cet agrandissement de la collection, qui a permis de consacrer une nouvelle salle au peintre, représente un pas supplémentaire vers l’approche et l’étude approfondie de l’artiste, qui conduira à la grande exposition organisée par Roberta D’Adda, Francesco Frangi et Alessandro Morandotti, prévue pour février 2023, année où Brescia sera, avec Bergame, Capitale de la culture.

Plus généralement, les nouvelles acquisitions offrent, surtout pour la section du XVIIIe siècle, une vision encore plus large des exemples déjà nombreux et importants, présents dans la collection Tosio Martinengo, de ces "peintres de la réalité “ (selon Roberto Longhi).”(selon la définition de Roberto Longhi en 1953) qui, avec Moretto, Moroni, Lotto et Savoldo, ont influencé la formation du jeune Caravage, puis ont continué avec Monsù Bernardo et Pietro Bellotti, puis avec Cifrondi, Todeschini jusqu’à Ceruti. Auteurs, toujours selon Longhi, de “portraits d’hommes ordinaires et malheureux, sans commentaires, mais aussi grands que la vie elle-même” à qui l’on redonne le premier rôle dans le panorama artistique européen du XVIIIe siècle. La peinture lombarde, riche en références culturelles, issues et étroitement liées à l’Europe du Nord, a certainement inspiré les artistes des générations suivantes, comme le réalisme de Courbet au XIXe siècle, qui a vu dans ces artistes la première approche moderne des thèmes de la réalité.

La nouvelle exposition sur le XVIIIe siècle à la galerie d'art Tosio Martinengo L’
exposition Nouveau XVIIIe siècle à la galerie d’art Tosio Martinengo
La nouvelle exposition sur le XVIIIe siècle à la galerie d'art Tosio Martinengo La nouvelle exposition sur le XVIIIe siècle à la galerie d’art Tosio
Martinengo
La nouvelle exposition sur le XVIIIe siècle à la galerie d'art Tosio Martinengo La nouvelle exposition du XVIIIe siècle à la Galerie d’art Tosio
Martinengo

Déclarations

L’aménagement des nouvelles salles XVIIIe siècle de la Galerie d’art Tosio Martinengo ", déclare Francesca Bazoli, présidente de la Fondazione Brescia Musei, “ est un exemple concret des résultats auxquels peut aboutir la collaboration entre une institution culturelle qui transcende les différents milieux civiques et les parties les plus motivées et éclairées de la communauté, entendue comme personnes privées et entreprises ”. Les donations de Clara Bottarelli en mémoire de Pierangelo Gramignola et les accords de dépôt avec la Banca BPER nous ont permis, avec d’autres œuvres en legs ou en dépôt, la récupération et la restauration d’autres œuvres civiques, d’enrichir encore un itinéraire de la Pinacothèque, celui des années 1700, contribuant ainsi à augmenter la taille de la proposition d’exposition et travaillant en même temps d’un point de vue culturel sur une période qui sera le sujet de la grande exposition dédiée à Giacomo Ceruti en 2023. Nous pouvons à juste titre compter cette nouvelle exposition parmi les meilleures pratiques de collaboration civique, une digne représentation de l’approche inclusive et participative des biens publics et de leur gestion sous la direction de la Fondazione Brescia Musei ".

“La décision de donner des tableaux, que mon mari et moi aimions tant et qui nous ont accompagnés tout au long de nos années de vie commune”, explique la donatrice Clara Bottarelli Gramignola, “est une façon de se souvenir de la passion pour l’art brescian qui a toujours distingué Pierangelo Gramignola, et un don à l’ensemble des citoyens, afin que la beauté puisse être admirée par tous dans la Maison des Arts de la ville”.

“La Galleria di BPER Banca”, souligne Sabrina Bianchi, responsable de la communication de la marque et du marketing et de la Galleria di BPER Banca, “gère et promeut la précieuse collection d’entreprise de BPER Banca, qui se compose d’importants noyaux territoriaux. Le noyau de Brescia est particulièrement important et l’accord de prêt, défini avec la Fondazione Brescia Musei, nous offre la possibilité de mettre à la disposition du public trois tableaux de Giacomo Ceruti de notre collection, qui seront inclus dans le nouveau parcours d’exposition de la Pinacothèque Tosio Martinengo, où leur histoire et leur qualité seront mises en valeur. Valoriser, préserver et rendre utilisable le patrimoine artistique sont des objectifs fondamentaux de la Galerie BPER Banca, et des collaborations croisées comme celle entamée avec la Fondazione Brescia Musei nous permettent de contribuer à la diffusion d’une culture vivante et ouverte à tous”.

“Pour BPER Banca”, déclare Maurizio Veggio, directeur territorial Lombardie Est - Triveneto BPER Banca, “la promotion de la culture, en tant que clé de l’enrichissement social, est une partie fondamentale des activités de soutien aux territoires dans lesquels elle opère. Brescia est une ville attentive et en effervescence du point de vue culturel, prête à accueillir le programme prévu pour 2023, l’année qui nous verra protagonistes, avec Bergame, du projet de Capitale italienne de la culture. Le fait de prêter à la Fondazione Brescia Musei des œuvres qui font partie de notre collection depuis des années nous réjouit et permet surtout au grand public d’apprécier des chefs-d’œuvre qui, autrement, ne seraient visibles que par un petit nombre de personnes”.

Brescia, à la galerie d'art Tosio Martinengo nouvelle exposition sur le XVIIIe siècle et nouvelles acquisitions
Brescia, à la galerie d'art Tosio Martinengo nouvelle exposition sur le XVIIIe siècle et nouvelles acquisitions


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.