Frappe du MOC: Tabula Chigi, un important relief romain que l'on croyait perdu, acquis


Grand coup du ministère de la culture: la précieuse Tabula Chigi, un important relief romain que l'on croyait perdu, a été retrouvée et acquise. Elle fait désormais partie du musée national romain du Palazzo Massimo.

Le ministère de la Culture a réussi un coup extraordinaire: la Tabula Chigi, un précieux relief romain datant de la période comprise entre le Ier siècle avant et le Ier siècle après J.-C., que l’on croyait perdu depuis longtemps, a été retrouvée et acquise pour les collections de l’État. La nouvelle a été rapportée aujourd’hui par le Corriere della Sera dans son édition de Rome.

La Tabula Chigi est une tabula iliaca, c’est-à-dire un relief représentant plusieurs épisodes d’une histoire sur des panneaux séparés: ces panneaux portent le nom de l’Iliade, car la plupart des tabulae racontent précisément des épisodes de l’Iliade. Nous ne savons pas à quoi ils servaient: peut-être à décorer les bibliothèques, ou encore à illustrer les épisodes racontés pour les diffuser, ou encore, dans certains cas, ils pouvaient avoir une fonction votive. Selon certains chercheurs, ils auraient plutôt été des objets de consommation pour les nouveaux riches de la société romaine de l’époque (par exemple, les affranchis enrichis), qui n’avaient pas les compétences nécessaires pour aborder les textes littéraires, mais qui pouvaient apprécier les histoires à figures. Selon l’étude récente (2010) publiée par Michael Squire dans The Journal of Hellenic Studies of the Cambride University Press, il s’agirait plutôt d’ouvrages de haute volée, liés à la poétique littéraire du monde hellénistique: des références qui ne pourraient être saisies que par des connaisseurs des calligrammes grecs et de la poésie hellénistique pourraient laisser penser que ces tablettes étaient destinées à une clientèle particulièrement érudite, puisque ces tablettes “jouaient avec les relations visuo-verbales hellénistiques en général”.

Illustration de la Tabula Chigi
Illustration de la Tabula Chigi

Nous connaissons au total vingt-deux tabulae iliacae: sept sont conservées en Italie (la plus célèbre est la Tabula Capitolina des Musées du Capitole, où trois autres tabulae sont conservées dans la Salle des Colombes, puis la Tabula Albani à Villa Albani, la Tabula Tomassetti aux Musées du Vatican et la Tabula Borgiana au Musée archéologique national de Naples). La Tabula Chigi avait été donnée pour perdue dans un essai de David Petrain en 2012, et n’était connue que par des illustrations du XIXe siècle. Dans la table, on peut voir deux figures féminines entre lesquelles se trouve un autel avec un relief représentant un joueur de cithare avec deux danseurs (probablement Apollon entre deux Muses, deux Grâces et deux Heures, selon Petrain: la présence d’Apollon n’a cependant aucun lien avec le reste de la figuration), et tenant un tondo avec plusieurs figures, tandis que de leur main libre ils tiennent une patera, un plat pour les offrandes et les libations. Tout au long de la surface figurent des inscriptions en grec. Les deux femmes sont (nous le savons grâce aux inscriptions qui les identifient) des personnifications de l’Europe et de l’Asie. Les inscriptions, en revanche, contiennent une épigramme dans laquelle Alexandre le Grand s’exprime à la première personne: “Des rois se sont agenouillés devant ma lance, et leurs peuples aussi, aussi nombreux que les bras de l’Océan autour de la terre. Je suis le fils de Philippe, d’Héraclès, descendant de Zeus, et de ma mère Olympia, de la race des Eacides”.

La Tabula Chigi a été trouvée en 1777 dans la carrière de Porciliano, qui appartenait à l’époque à la puissante famille Chigi, d’origine siennoise. La famille Chigi en est toujours restée propriétaire: en 1928, le dernier membre de la famille, Sigismondo Chigi, a fait don de la Tabula à son épouse américaine Mariam Berry. Pendant longtemps, l’œuvre est attestée au Palazzo Chigi d’Ariccia, et ce jusqu’aux années 1930 au moins, bien que l’historien de l’art Carlo Pietrangeli la mentionne plus tard dans son essai Scavi e scoperte di antichità sotto il pontificato di Pio VI de 1958. La Tabula n’est réapparue qu’en 1989, après la disparition de Marian Berry Chigi dans un coffre-fort de la Trust Company Bank d’Atlanta. L’œuvre a été récemment redécouverte à New York, et cette découverte, explique le Corriere, “est due à la ténacité de Francesca Chigi, la dernière fille de Sigismondo et Marion, grâce au travail de l’avocat Roberto Giustiniani de Gitti & Partners, un ami de la famille”. Hier encore, l’avocat a formellement cédé et remis la Tabula, au nom de Francesca Chigi, à l’État: la remise a eu lieu en présence de Massimo Osanna, directeur général des musées au ministère de la culture, et du directeur du musée national de la romanité, Stéphan Verger. La Tabula Chigi est en excellent état de conservation.

La Tabula est splendide", a déclaré Osanna au Corriere, “et c’est une grande joie de pouvoir enrichir la collection du Musée national romain d’un témoignage aussi chargé d’histoire”.

Frappe du MOC: Tabula Chigi, un important relief romain que l'on croyait perdu, acquis
Frappe du MOC: Tabula Chigi, un important relief romain que l'on croyait perdu, acquis


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.