Galleria Nazionale delle Marche: de nouvelles salles s'ouvrent au deuxième étage. Et des salles inédites


La muséalisation du deuxième étage de la Galleria Nazionale delle Marche est achevée: huit nouvelles salles avec près de cent œuvres de plus qu'auparavant et des salles auparavant inaccessibles au public peuvent être visitées.

Le 14 juillet 2022, l’ aile ouest du deuxième étage de la Galleria Nazionale delle Marche, située dans le Palais Ducal d’Urbino, sera inaugurée: huit nouvelles salles dédiées à la peinture du XVIe au XVIIIe siècle, aux paysages, aux portraits, au pontificat albanais et à la collection Volponi seront accessibles. Cette ouverture conclut la muséalisation de l’étage supérieur du bâtiment historique d’Urbino, et près d’une centaine d’œuvres supplémentaires seront visibles. En outre, des pièces qui n’étaient pas visibles au public auparavant, comme la tour sud, la loggia et la terrasse Gallo, seront accessibles.

La muséalisation des espaces du deuxième étage est devenue nécessaire suite à l’accroissement des collections de la Galleria Nazionale delle Marche et, en particulier, au dépôt de la riche collection de la Cassa di Risparmio di Pesaro. Cette dernière comprend environ deux cents peintures, allant du XVe siècle à l’époque contemporaine, toutes provenant de la région des Marches, et environ deux cents céramiques, dont la production, à partir du XVe siècle, représente l’excellence dans la région. Des œuvres d’art des XVIIe et XVIIIe siècles provenant de la région des Marches et de la collection de la Cassa di Risparmi di Pesaro complètent le récit de l’art des Marches bien représenté pour les XVe et XVIe siècles par la collection permanente de la Galleria Nazionale delle Marche.

Avec l’ouverture des nouvelles salles du deuxième étage, des espaces qui n’avaient jamais été muséifiés auparavant", a déclaré le directeur Luigi Gallo, “nous achevons le processus de reconversion de l’ensemble du bâtiment à des fins culturelles, qui a commencé avec la création de la Galleria Nazionale delle Marche en 1912, sous la direction du tout jeune Lionello Venturi”. Outre l’augmentation des espaces d’exposition et, par conséquent, de la quantité d’œuvres exposées, l’opération comprend des espaces de grande valeur qui n’étaient pas visibles au public auparavant, tels que la tour sud, la loggia et la terrasse Gallo.

La récupération de ces espaces a nécessité de repenser l’aménagement muséographique de l’ensemble de la Galleria Nazionale delle Marche. L’augmentation des espaces disponibles permettra tout d’abord de donner plus de place aux œuvres exposées au premier étage: l’exposition complète des œuvres du XIVe au milieu du XVIe siècle sera maintenue, avec comme point culminant les chefs-d’œuvre de l’époque de Frédéric, qui seront placés à proximité des espaces caractéristiques de cette période, comme le Studiolo, le Salone del Trono et la Sala degli Angeli. Le deuxième étage, quant à lui, accueille des œuvres du milieu du XVIe siècle au XVIIIe siècle. La visite commence par les salles consacrées à Barocci et à ses disciples. Le noyau d’œuvres de Barocci a été récemment enrichi grâce à l’initiative du ministère de la Culture " 100 works come home". Dans le cadre de ce projet, deux autres œuvres de Federico Barocci provenant de la Pinacothèque de Brera sont entrées dans les collections de la Galleria Nazionale delle Marche (et y resteront pendant dix ans). La même initiative a permis d’enrichir cette section du musée de trois autres œuvres, deux de Simone Cantarini et une de Pomarancio.
Les salles du deuxième étage accueilleront également des œuvres d’autres artistes actifs dans la région des Marches, comme Orazio Gentileschi, ou d’origine mariste, comme Francesco Guerrieri et Giovan Battista Salvi dit Sassoferrato. Viennent ensuite les œuvres de Zuccari, dont certaines appartiennent à la Galleria Nazionale delle Marche et d’autres au dépôt de la Cassa di Risparmio di Pesaro, et de Federico Barocci, dont les peintures et les dessins sont conservés à la Galleria Nazionale delle Marche ; parmi les œuvres du XVIe siècle figurent également des peintures du Tintoret, de Boscoli, de Maso da San Friano, de Naldini et d’autres artistes. Les nouvelles salles du deuxième étage accueilleront également la donation Volponi, la collection de l’écrivain Paolo Volponi donnée à la Galerie nationale par ses héritiers. À l’exception d’un très petit noyau d’œuvres des XIVe et XVe siècles sur fond d’or, la collection se compose principalement d’œuvres du XVIIe siècle à Rome, avec des chefs-d’œuvre de Guido Reni, Giovanni Lanfranco, Guercino, Mattia Preti, ainsi que des œuvres de Jusepe de Ribera, Orazio Gentileschi, Battistello Caracciolo et Salvator Rosa. La section consacrée au XVIIIe siècle se concentrera sur le pontificat de Clément XI, né Giovanni Francesco Albani, originaire d’Urbino.
L’aménagement du deuxième étage prévoit également deux sections thématiques: l’une consacrée aux paysages et l’autre aux portraits. D’autres sections spécifiques ont déjà trouvé leur place dans les nouvelles salles: le Cabinet des dessins, qui offre la possibilité d’exposer non seulement deux caricatures monumentales de Domenichino et Carracci, mais aussi une sélection de la collection graphique de la Galleria Nazionale delle Marche, qui comprendra, entre autres, de nombreux dessins de Barocci lui-même. La galerie Pasquino et la salle attenante permettent d’admirer une riche collection de céramiques, dont Montefeltro était une terre d’excellente production. L’exposition se compose en partie des collections de la Galerie elle-même et de quelques dépôts de collections privées, ainsi que d’un riche noyau de pièces provenant de la Fondazione della Cassa di Risparmio di Pesaro. La disposition des salles au deuxième étage est caractérisée par différentes déclinaisons en fonction de la caractérisation architecturale des salles et des matériaux à exposer. Les salles roveresques de l’aile est, caractérisées par des cheminées raffinées, des portails et des fenêtres encadrées, sont caractérisées par une intervention minimaliste. Le protagoniste est le système d’éclairage, qui met en valeur ces éléments et les œuvres exposées, en garantissant leur meilleure visibilité. Le soin apporté au système d’éclairage, homogène sur tout l’étage, caractérise également les salles de l’aile ouest: les huit nouvelles salles de ce côté, dépourvues des éléments architecturaux des précédentes, ont été “perturbées” par un système d’installation antérieur qu’il fallait dissimuler. Des lambris ont donc été installés pour cacher certains éléments de ces systèmes et soutenir les travaux, répartis sur les trois côtés de chaque pièce, en veillant à toujours laisser libre le mur vitré donnant sur l’extérieur. Le Cabinet des dessins a nécessité des interventions ponctuelles, avec un système d’éclairage calibré pour assurer la préservation des œuvres graphiques délicates. Des tables d’exposition ont également été installées pour permettre de remplacer facilement les dessins, qui seront ainsi exposés en rotation tous les quatre mois, à la fois pour des raisons de conservation et pour permettre de voir ultérieurement les différentes pièces en possession de la Galleria Nazionale delle Marche. La section céramique trouve son point fort dans la Galleria del Pasquino, qui donne sur le jardin du même nom. Dans les dernières travées de la loggia, les décorations grotesques datant du milieu du XVIe siècle et commandées par Guidobaldo II della Rovere ont également refait surface: elles feront bientôt l’objet d’une importante restauration, mais l’éclairage a déjà été conçu pour les mettre en valeur. Les interventions ont permis de récupérer certains éléments architecturaux: le couloir menant à l’entrée du Torricino, par exemple, présentait des chapiteaux à peine lisibles sous les nombreuses couches de peinture. Leur nettoyage a permis de les reconnaître comme étant l’œuvre de Federico Brandani, le célèbre plasticien d’Urbino qui a réalisé les décorations de l’Appartamento Roveresco, du Camerino Dorato et de la Chapelle de Guidobaldo II. La visite du deuxième étage se termine par la salle consacrée au pontificat des Albani: ici, un surplomb permet de voir l’extrados de la voûte de la salle du trône sous-jacente, construite en maçonnerie avec des chaînes en bois.

La restauration du deuxième étage n’a toutefois pas concerné uniquement les salles de cet étage, mais une série d’interventions visant à l’optimisation fonctionnelle de l’ensemble de la structure et, en particulier, à l’amélioration sensible de l’accessibilité et à l’adaptation des systèmes de sécurité. La construction d’un nouvel ascenseur reliant le premier étage au deuxième étage devait être évaluée dans ce contexte. Il en existait déjà un, mais son emplacement ne permettait pas d’étendre sa course au deuxième étage. Un autre ascenseur, plus petit, a été construit à proximité de l’ancien. L’emplacement a permis de limiter l’impact sur la structure ancienne du palais ducal du XVe siècle: démolition et altération minimales de la structure originale, service suffisant pour les utilisateurs qui ont besoin d’un dispositif d’ascension différent de l’escalier, et position isolée et discrète avec un impact esthétique très faible. Ce dispositif a également permis de résoudre une jonction particulière du bâtiment, où il a été possible de rétablir l’accès à l’une des vues de la loggia Melaranci (auparavant non accessible au public) et d’obtenir des toilettes au premier étage qui, avant les travaux, en était dépourvu. Outre l’amélioration de l’accessibilité, il en résulte un meilleur niveau de services aux usagers et la récupération d’un espace historique évocateur qui a un impact extrêmement favorable sur la mise en valeur de l’ensemble architectural du palais ducal.

Le Torricino Sud. La récupération d’un élément architectural à forte valeur iconique a également permis d’améliorer la sécurité et de valoriser les itinéraires. Altéré et dégradé par une mauvaise utilisation et des interventions inappropriées au fil des ans, le Torricino Sud a fait l’objet d’une restauration qui a permis non seulement de récupérer son utilisation, mais aussi de restaurer ses valeurs spatiales et architecturales d’origine. Les travaux ont porté sur la maçonnerie, en éliminant les interventions incongrues réalisées avec des mortiers et des ciments inadaptés, en nettoyant et en restaurant les éléments en pierre, avec l’intégration partielle de la main courante caractéristique en pierre, là où elle avait été perdue. Des travaux ont également été effectués sur le garde-corps métallique, en l’intégrant et en le rendant conforme aux normes de sécurité: ce dernier a également été utilisé pour abriter un système d’éclairage qui n’a pas d’incidence sur la vue de l’environnement. Le torricino fonctionne également comme une issue de secours supplémentaire permettant d’accéder à un espace ouvert qui peut être défini comme un “lieu sûr”. La terrasse du Coq, un espace architectural suggestif défini par une élégante loggia Renaissance qui, toujours grâce au torricino, sera accessible au public. Cette dernière, comme la terrasse ci-dessous, n’était pas accessible au public en raison de l’accès direct aux salles d’exposition. La tourelle sud sera également accessible jusqu’au balcon caractéristique qui entoure la base de la flèche.

Galleria Nazionale delle Marche: de nouvelles salles s'ouvrent au deuxième étage. Et des salles inédites
Galleria Nazionale delle Marche: de nouvelles salles s'ouvrent au deuxième étage. Et des salles inédites


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.