Milan, ouverture de l'Orangerie du musée Poldi Pezzoli


À Milan, le musée Poldi Pezzoli inaugure l'Orangerie, une nouvelle salle polyvalente située dans le jardin de l'institut, un nouvel espace vert pour toute la ville.

À Milan, le musée Poldi Pezzoli a dévoilé l’Orangerie, une nouvelle salle qui enrichira les espaces de la maison-musée de Via Manzoni. L’Orangerie est une salle multifonctionnelle de plus de 100 mètres carrés, située à l’intérieur du jardin Poldi Pezzoli: un nouvel espace vert pour toute la ville.

Il faut savoir que Via Alessandro Manzoni, la grande rue où se trouve le musée, avant d’être dédiée au grand écrivain, s’appelait “Corsia del Giardino” (ruelle du jardin ) en raison de la présence d’un grand jardin potager ancien, presque un quartier à part entière. Les premiers documents relatifs au jardin qui allait devenir Poldi Pezzoli remontent à 1737: dans l’espace actuel, il y avait à l’origine quatre jardins, contigus, appartenant à différents propriétaires: le comte Porta, le comte Olgiati, le comte Alario et le marquis Olivazzi. À partir du XVIIe siècle, des palais aristocratiques commencèrent à être construits dans cette optique: dans la zone du 12 Via Manzoni, où se trouve le musée, vers 1777, le palais déjà présent fut acheté avec le jardin par Giuseppe Pezzoli d’Albertone (1743- 1818), oncle du père de Gian Giacomo. Le jardin à l’italienne À partir de 1787, il confie à l’architecte Simone Cantoni (1736-1818) la rénovation néoclassique du palais et du jardin, orné de statues. Le jardin est aménagé à l’italienne, avec quatre parterres géométriques reliés au centre par une petite rotonde. Le jardin anglais En 1819, Giuseppe Poldi hérita de son oncle le nom de famille Pezzoli d’Albertone, le titre de noblesse et le palais, qu’il choisit comme résidence principale pour lui et son épouse Rosina Trivulzio. En 1838, Rosina Trivulzio fit transformer le jardin “à l’anglaise” selon la mode romantique, avec un effet plus libre et plus naturel, et des vues différentes qui s’ouvrent au fur et à mesure que l’on s’y promène. Il est décrit comme un “jardin anglais divisé en plusieurs tapis verts avec des plantes fruitières, des plantes exotiques, des trous et des buissons avec un monticule entre les chemins sablonneux et, au fond, deux statues d’Adonis et de Diane avec un char et deux pigeons”.

En 1853, Gian Giacomo Poldi Pezzoli acheta les bâtiments et le terrain voisins de la ruelle Giardino et fit construire par l’architecte Giuseppe Balzaretto un nouveau palais, l’actuelle Via Manzoni 14, jumeau du sien. Giuseppe Balzaretto (1801-1874) était un célèbre architecte de jardins, qui a notamment conçu les jardins publics de la Via Palestro. Il a conçu une serliana reliant les deux immeubles de Via Manzoni 12 et 14, qui permet de voir le jardin depuis la rue. L’espace vert a également été repensé avec un plan en rond-point et des parterres de fleurs reliés entre eux par différents chemins.

Le jardin est resté la propriété des descendants des héritiers. De nombreuses salles du premier étage du musée donnent sur la verdure en contrebas, et leurs fenêtres sont équipées de films modernes de contrôle solaire qui assurent, avec des stores technologiques, les bonnes conditions de conservation des œuvres. Cela ouvre une vue panoramique inattendue sur l’un des plus grands jardins du centre de Milan.

Avec le nouvel espace, conçu et réalisé en 2021 par la société Square Garden, l’objectif était de restaurer non seulement la vue sur le jardin, mais aussi la visibilité de la partie inférieure de la façade intérieure du Palazzo, qui était jusqu’à présent masquée par l’ancienne structure ; En même temps, il a été jugé opportun de tenir compte du style du bâtiment, en utilisant une série de décorations très simples, évocatrices de celles utilisées à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, qui articulent la nouvelle construction. La structure, en acier et en verre, a un toit en tôle travaillée et pliée à la main, comme les auvents du début du XXe siècle, avec des décorations en verre et en fer forgé finement travaillées: des crêtes de Versailles sur le faîte et des pellicules de style milanais sous l’avant-toit. Les cadres des fenêtres du périmètre sont également en acier, comme le fer des fenêtres des bâtiments de l’époque. Le plancher est en bois massif. Le nouvel espace se prête à l’organisation d’ateliers, de conférences, d’activités pour tous les publics, ainsi que d’événements privés exclusifs tels que des apéritifs, des dîners placés et des réunions d’entreprise.

“Nous voulions un espace qui redonne aux visiteurs ce désir de vert que nous redécouvrons tous, en tenant compte des questions de durabilité et d’économie d’énergie”, explique la directrice du musée, Annalisa Zanni. “En outre, Milan est célèbre pour ses jardins cachés, comme le splendide exemple de jardin anglais du musée. D’ailleurs, n’oublions pas que l’actuelle Via Manzoni était encore connue à l’époque de Gian Giacomo Poldi Pezzoli sous le nom de ”Garden Lane“. Notre volonté est donc de redonner au public, à travers les activités qui s’y dérouleront, un contact avec la nature, à travers une structure qui dialogue avec son environnement. Nous sommes très fiers de pouvoir couper le ruban de ce nouvel environnement, qui se veut une grande fenêtre pour contempler le jardin, qui était autrefois l’oasis de sérénité privée de Gian Giacomo Poldi Pezzoli, et dont on peut aujourd’hui admirer la beauté globale”.

L’intervention a été rendue possible grâce à l’irremplaçable ingénieur Mario Franzini qui, depuis des années, soutient généreusement le Musée dans sa politique d’agrandissement des espaces. Le Musée remercie Immobiliare Molgora S.p.A. qui a mis à disposition une petite partie du jardin pour permettre la création d’un espace confortable ; à l’architecte Francesco Patrini, directeur des travaux ; à l’ingénieur Pietro Palladino du studio Ferrara-Palladino lightscape pour le conseil en matière d’éclairage ; à GiPas pour le système d’éclairage ; à Mitsubishi Electric pour le système de climatisation ; et à tout le personnel du Musée, avec à sa tête M. Duilio Marsiglio, responsable de la sécurité ; et à la société Pastor Flowers.

Milan, ouverture de l'Orangerie du musée Poldi Pezzoli
Milan, ouverture de l'Orangerie du musée Poldi Pezzoli


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.