Naples, controverse autour d'une vidéo néo-mélodique tournée à Capodimonte devant le Caravage


Incroyable tollé autour du clip vidéo d'un chanteur néo-mélodique, Andrea Sannino, filmé dans le musée national de Capodimonte.

Une vidéo d’un chanteur néo-mélodique napolitain filmée dans les salles du musée national de Capodimonte a suscité l’ire de certains historiens de l’art. Il s’agit de la chanson Voglia du jeune chanteur néo-mélodique Andrea Sannino, une simple chanson d’amour dans laquelle le musicien chante son désir d’être avec sa bien-aimée et de lui faire l’amour. Dans la vidéo, que l’on peut trouver sur YouTube et qui a été visionnée plus de 70 000 fois en deux jours, on voit Sannino chanter devant la Flagellation du Caravage et se promener dans les salles du musée, tandis qu’une jeune fille fait de même en passant devant les œuvres du musée napolitain.

Bref, rien de particulièrement scandaleux: certes, la chanson et le genre musical peuvent déplaire, mais la vidéo n’est pas choquante (tout au plus peut-on discuter du choix des œuvres pour souligner le message de la chanson), il n’y a pas de pose outrancière, rien qui puisse scandaliser. Pourtant, cela ne suffit pas à empêcher la poussière de se soulever. Deux arguments en particulier sont avancés par ceux qui critiquent l’opération : la prétendue mauvaise qualité de la proposition et le caractère commercial de l’opération. L’historien de l’art Nicola Spinosa, dans le Corriere del Mezzogiorno, commente le premier point : "Sannino chantant devant le Caravage ne me surprend pas, c’est juste un nouvel épisode dans un programme que nous avons déjà vu, de l’exposition de Gemito digne du Rinascente à celle de Luca Giordano, un peintre solaire sacrifié dans un cadre obscur. Cette fois, donc, faire chanter un chanteur néo-mélodique dans ces salles ne sert strictement à rien : ni à Sannino, déjà célèbre, ni surtout à Capodimonte. Les contaminations sont les bienvenues, j’ai moi-même accueilli de la musique napolitaine dans les cours, mais certainement pas devant le Caravage. La vidéo de Sannino va de pair avec l’exposition de La Motta inaugurée il y a quelques jours : j’ai amené les plus grands artistes contemporains internationaux dans ce musée, qu’est-ce que l’œuvre de La Motta vient faire là-dedans ?

Tomaso Montanari est également intervenu dans le même journal, rappelant le code des biens culturels : “les biens ne peuvent être utilisés à des fins incompatibles avec leur caractère historique et artistique”. Et encore : “Le ministère devrait intervenir immédiatement, sinon le ministère public”. L’historien d’art florentin note que “la Flagellation du Caravage appartient au Fondo edifici di culto del ministero degli Interni et devrait se trouver à San Domenico Maggiore. Elle a été déplacée au musée pour des raisons de sécurité et constitue un sujet sacré. Quelle conscience en ont ceux qui ont tourné la vidéo et ceux qui ont donné leur accord ? Pour Montanari, il s’agit d’une opération similaire à celle qui a amené Chiara Ferragni aux Offices : ”Sur la question de Ferragni, il n’y a pas de données réelles. Mais l’enjeu est tout autre. La culture est synonyme de libération des besoins induits, de libération d’un horizon de pure consommation, alors que des opérations comme celle-ci, sans lien avec les œuvres exposées, font pleinement partie d’une exploitation commerciale qui n’a rien de culturel“. Montanari conclut : ”Il ne faut pas dire non à tout, mais fixer des limites. Et les faire respecter".

Mais il y a aussi ceux qui interviennent pour défendre l’opération. Parmi eux, l’historien de l’art Fabrizio Federici, qui écrit : “Il est vrai que nous vivons en Polemiclandia et que tous les prétextes sont bons pour faire du bruit, mais le fait que certains crient au scandale parce que la vidéo de la chanson néo-mélodique napolitaine ”Voglia“ d’Andrea Sannino a été tournée dans les salles de Capodimonte est incroyable”. Selon l’universitaire de Massa, “l’idée de la sacralité des musées et des œuvres d’art, dont on se passerait volontiers aujourd’hui, refait surface ; et surtout cette croyance jamais apprivoisée, issue des peuples de l’âge de pierre, selon laquelle l’image, fixe ou, comme dans ce cas, en mouvement, ”vole“ l’âme des œuvres, les arrache à l’âme. Si l’image ne vole pas l’âme des œuvres, elle les dénature tout simplement parce qu’elle les transporte, de manière totalement virtuelle et compatible avec d’autres usages contemporains et infinis, dans des contextes qui ne sont pas considérés comme dignes (sans que l’on sache qui et comment a le droit d’établir, de temps en temps, ce qui est digne et ce qui ne l’est pas)”.

Le célèbre présentateur de radio Gianni Simioli a également pris la défense de M. Voglia, en publiant sur sa page Facebook : “Vous nous avez cassé les couilles, je ne peux pas trouver de phrases plus sincères ce matin, avec ces idées de division qui continuent à laisser les Napolitains de Naples seuls, ce qui n’est pas votre cas. Et c’est uniquement de votre faute si nous continuons à récolter l’ignorance, la laideur et la criminalité en tout genre. Soyez maudits. Invoquez l’intervention du ministère, lancez vos anathèmes à quiconque ose violer les grilles derrière lesquelles vous vous retranchez. Andrea Sannino fera en trois minutes ce que vous n’avez pas pu faire en des décennies d’activité culturelle autoritaire et moribonde. Allez réviser le slogan que Procida Capitale de la Culture 2022 a choisi pour lancer sa nouvelle candidature : la culture et non l’île. Et Naples, ma Naples, n’est pas ton île”.

Le directeur de Capodimonte, Sylvain Bellenger, n’a pas fait de déclaration à l’époque, mais l’objectif de la vidéo était de valoriser le musée, dont le nombre de visiteurs est relativement faible par rapport à son importance (un peu plus de 250 000 en 2019). Et en ce sens, la vidéo a également obtenu le patronage de la ville de Naples. De plus, avec cette vidéo, Sannino a voulu se faire le porte-parole de ceux qui réclament la réouverture des musées, qui ne sont actuellement ouverts que les jours ouvrables et dans les régions de la zone jaune.

Naples, controverse autour d'une vidéo néo-mélodique tournée à Capodimonte devant le Caravage
Naples, controverse autour d'une vidéo néo-mélodique tournée à Capodimonte devant le Caravage


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.