Réouverture au public de l'armurerie et de la collection De Ciccio du musée de Capodimonte et du Real Bosco


Le musée de Capodimonte et le Real Bosco di Capodimonte ont rouvert deux sections importantes : l'armurerie Farnese et Bourbon et la collection De Ciccio.

Le Musée de Capodimonte et des Bois Royaux a rouvert au public deux sections importantes du premier étage : l’Armurerie Farnésienne et Bourbon après l’intense campagne de numérisation des collections d’armes Farnésiennes et Bourboniennes, et la section de la Collection De Ciccio, qui rassemble 1300 pièces dont des galanteries, des verreries, des bronzes, des ivoires et des émaux médiévaux, des vêtements sacrés, des textiles et des broderies, de l’argenterie à usage liturgique, des bronzes, des céramiques, des bergers siciliens, une importante sélection d’objets archéologiques et un ensemble de majoliques et de porcelaines.

L’armurerie de Capodimonte est l’une des plus importantes d’Europe. Elle rassemble des armes ayant appartenu à la famille Farnèse entre la fin du XVe et le XVIIe siècle ; la collection a été héritée par Charles de Bourbon, qui y a ajouté sa collection d’armes à feu, quelques cadeaux diplomatiques et d’autres armes produites par la manufacture royale de Naples au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, Ferdinand IV a enrichi la collection avec des objets de valeur du XVIe siècle récupérés lors de son exil à Palerme. L’armurerie de Capodimonte retrace ainsi l’histoire complète des armes européennes de l’ère moderne.

Avant d’être l’une des plus importantes familles de collectionneurs de la Renaissance, les Farnèse étaient des soldats et des militaires, comme le duc Pierluigi Farnèse. Parmi les chefs-d’œuvre de leur collection figuraient des armes et des armures. L’ armurerie Farnèse compte aujourd’hui environ 600 pièces provenant de ce que l’on appelle l’“armeria secreta” du palais Farnèse à Parme. L’essentiel est constitué d’armes fabriquées par les ateliers les plus importants d’Europe : armes à feu, armes de coupe et de défense, épées et poignards, tous datant de la fin du XVe à la fin du XVIIe siècle. Les armures les plus précieuses de la maison Farnèse ont été confiées à Pompeo della Cesa, l’un des armuriers italiens les plus habiles du XVIe siècle : il a su créer un ensemble homogène de pièces interchangeables permettant de transformer une armure de pied en armure de cheval ou de joute. On reconnaît sa main à la sculpture extrêmement raffinée de la décoration richement symbolique, comme dans les armures dites “Volat” et “del Giglio”, chefs-d’œuvre de la section.

En 1758, Charles III de Bourbon établit la Fabbrica d’Armi à Torre Annunziata, dans la banlieue sud de Naples. De la fabrique de Torre dépendait l’activité d’autres fabriques militaires, qui introduisaient diverses améliorations techniques sur des objets provenant d’autres manufactures européennes. À partir de 1782, la Fabbrica degli Acciai fut également fondée pour la production d’objets usuels et d’armes blanches, dans la Palazzina dei Principi, à l’intérieur du Bosco di Capodimonte. Les manufactures des Bourbons ont été créées pour répondre aux besoins de l’armée, mais elles ont également produit des armes de chasse raffinées pour la cour, enrichies d’incrustations d’ivoire et de fourreaux en cuir. Les exemples napolitains s’inspirent des modèles espagnols, mais la décoration est plus légère. La section conserve également des armes à feu madrilènes apportées à Naples par Charles de Bourbon et celles offertes à Charles et Ferdinand, de fabrication saxonne, viennoise, espagnole et française. Enfin, il existe un important noyau d’armes orientales et une série de modèles de canons destinés à l’école d’artillerie.

La collection De Ciccio, donnée par Mario De Ciccio à l’État italien en 1958, comprend 1 300 pièces, en particulier des objets d’art appliqué de différentes époques et de différents types, rassemblés par le collectionneur pendant plus de cinquante ans, d’abord à Palerme, sa ville natale, puis à Naples, sa ville d’adoption depuis 1906, ainsi que sur les marchés de l’art les plus renommés. Avec un goût éclectique de la fin du XIXe siècle, De Ciccio a constitué sa collection avec quelques peintures, quelques sculptures, des émaux limousins du XVIe siècle, de la galanterie, de la verrerie, de petits bronzes, des ivoires et des émaux médiévaux, des vêtements sacrés, des textiles et des broderies, de l’argenterie à usage liturgique, des céramiques, une importante sélection d’objets archéologiques et un groupe très restreint de majoliques et de porcelaines.

Réouverture au public de l'armurerie et de la collection De Ciccio du musée de Capodimonte et du Real Bosco
Réouverture au public de l'armurerie et de la collection De Ciccio du musée de Capodimonte et du Real Bosco


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.