Un musée sur les rives du lac. Le MAG à Riva del Garda


Le MAG - Museo dell'Alto Garda à Riva del Garda est l'un des musées les plus complets que l'on puisse trouver sur les rives du lac de Garde. Archéologie, pinacothèque (on y trouve aussi une belle œuvre de Hayez), sculptures, paysages. Dans une ancienne forteresse médiévale.

Sur les rives du lac de Garde, dans le Trentin, se trouve la Rocca di Riva del Garda, dont la construction a été fortement souhaitée par le prince-évêque Altemanno en 1124. Le castrum novum, ainsi nommé dans les documents anciens pour le distinguer du castrum vetus qui se trouvait dans une autre zone, était considéré comme une forteresse de première importance pour la défense de toute la ville.À la Renaissance, il devint la résidence des évêques-princes de Trente après avoir perdu ses fonctions militaires. Sous la domination autrichienne, il fut transformé en caserne et son aspect changea plusieurs fois au cours de l’histoire, jusqu’à ce qu’il devienne un observatoire pendant la Première Guerre mondiale. Selon toute vraisemblance, à l’époque de la domination des Scaliger, il se présentait comme un château-forteresse entouré d’eau, très semblable à celui de Sirmione (dont nous avons parlé dans cet article). Bien qu’il soit aujourd’hui presque impossible d’imaginer sa forme originale en raison des nombreuses rénovations effectuées au cours de l’histoire, certains travaux de restauration ont néanmoins permis de mettre au jour des fresques datant de l’époque de Clesiano, entre 1514 et 1539, offrant aux visiteurs un aperçu fugace des temps passés. L’ancienne Rocca abrite, avec la Torre Apponale et le Forte Garda sur le mont Brione, le MAG - Museo dell’Alto Garda de Riva del Garda, fondé en 1992 dans le but de préserver, d’étudier et de valoriser le patrimoine culturel de la région duHaut-Garda. Dans ces espaces, l’histoire et l’art dialoguent dans une confrontation constante et réciproque où l’avenir se tourne toujours vers un passé auquel il doit tant.

Parmi les sections permanentes, il est possible d’admirer tout d’abord la galerie d’art où sont conservées des sculptures et des peintures anciennes, dont le splendide Imago Pietatis du Maître de Sainte Anastasie et un sujet iconographique très rare comme la Nef de l’église peinte par Elia Naurizio dans la première moitié du XVIIe siècle, puis la Nef de l’église de l’église de la ville d’Anastasie. La première moitié du XVIIe siècle, puis les paysages gardois d’artistes comme le local Giuseppe Craffonara, ou Giuseppe Canella, Ludwig Gebhardt, Ercole Calvi et d’autres, les muses sensuelles sous le regard fasciné d’artistes du XIXe siècle comme Vincenzo Vela (son Preghiera est splendide) et Francesco Hayez. L’une des œuvres les plus importantes de Francesco Hayez est l’Addolorata de 1842. Ce tableau provient de la collection de l’homme de lettres du Trentin Andrea Maffei, un homme d’autorité et d’influence qui a profondément marqué la vie culturelle de la région dans la seconde moitié du XIXe siècle. Après avoir organisé dans sa résidence milanaise un salon littéraire fréquenté par les hommes les plus intéressants de l’époque, il s’installa en 1851 à Riva del Garda avec sa précieuse collection, dont faisait partie l’œuvre douloureuse de Hayez. Le visage de la Vierge est central et émeut le spectateur par ses yeux fiers mais gonflés de larmes. La douleur est partagée, presque à égalité, par les trois anges derrière elle qui soutiennent la croix et un autre qui soutient son bras avec une élégance majestueuse, mais le dernier ange, agenouillé aux pieds de Marie, est courbé par une douleur qui semble dominer ses épaules. Cette jeune figure accablée par la souffrance a été directement reprise par l’artiste des enseignements du sculpteur Antonio Canova, avec sa Madeleine pénitente, et ce choix a suscité un grand scandale. L’œuvre n’a pas été comprise par la critique contemporaine, précisément parce que la peinture n’avait pas l’habitude de suivre aussi fortement la sculpture, mais c’est précisément l’extrême modernité de la toile, avec ses fortes dissonances de couleurs et l’utilisation ostensible du dessin, qui a fasciné Maffei, qui n’a pas hésité à l’acheter.

La Rocca di Riva del Garda. Photo : MAG - Musée de la Haute-Garde
La Rocca de Riva del Garda. Photo : MAG - Musée de la Haute Garde
Salle MAG à Riva del Garda
Salle du MAG à Riva del Garda. Photo :
MAG - Musée de la Haute-Garde
Salle MAG à Riva del Garda
Hall du MAG à Riva del Garda. Photo : Finestre Sull’Arte
Salle MAG à Riva del Garda
Hall du MAG à Riva del Garda. Photo : Windows
on Art

Une autre présence importante à la Pinacothèque est celle du monogrammiste FV, ainsi appelé en raison des initiales avec lesquelles il signait ses œuvres. Artiste à la forte personnalité, il a vécu dans la première moitié du XVIe siècle et ses œuvres de la région du Bas-Trentin sont exposées ici, comme l’Adoration des bergers de 1530 et la Lamentation du Christ mort de 1531 provenant de l’église de la Discipline de Riva del Garda.

En poursuivant la visite, vous vous retrouverez ensuite dans les salles consacrées à l’histoire, où vous pourrez vous immerger et imaginer le passé de Riva del Garda et du Basso Sarca, d’abord sous la domination de la dynastie des Scaliger, puis sous celle des Visconti et des Vénitiens, jusqu’à l’époque où elle devint une destination touristique convoitée et vit passer d’illustres hôtes tels que Thomas Mann et Franz Kafka. Le court XXe siècle, déchiré par les guerres, est ici abordé d’un point de vue politique et administratif à travers le récit de l’évacuation des civils qui, de la vallée de Ledro et de la plaine de Sarca jusqu’à Dro et Ceniga, ont été internés en Bohême et en Moravie, mais l’annexion à l’Union européenne est également racontée. L’annexion au Royaume d’Italie, l’instauration du régime fasciste, l’occupation allemande des provinces de Trente, Bolzano et Belluno, et l’un des épisodes les plus importants de la résistance du Trentin sont également relatés. Le 28 juin 1944, les nazis ont assassiné onze partisans et en ont arrêté plusieurs dizaines. À partir de là, grâce à une exposition multimédia organisée par Lorenzo Gardumi, nous arrivons au 30 avril 1945 avec la libération de Riva par les partisans et les citoyens, concluant ainsi la section historique.

La section archéologique abrite de nombreuses découvertes allant du Paléolithique moyen (120000 - 33000 av. J.-C.) à l’Antiquité tardive et au début du Moyen Âge (7e - 8e siècles après J.-C.). On y trouve le squelette d’un individu d’environ 20 ans, boiteux et présentant une blessure à la tête probablement à l’origine de sa mort, qui transportait des objets datant du 5e-4e siècle avant J.-C. Les chercheurs pensent aujourd’hui qu’il pourrait s’agir d’un homme qui a été tué au cours de sa vie. Les chercheurs pensent aujourd’hui qu’il pourrait s’agir d’un chasseur tombé par inadvertance dans le gouffre qui l’a englouti pendant des millénaires. Les restes ont été découverts par un groupe de spéléologues en 1976, sur le Monte Altissimo, à 1950 mètres d’altitude, dans un étroit gouffre envahi par la neige et la glace.

L'Imago Pietatis du Maître de Sainte Anastasie
L’Imago Pietatis du Maître de Sainte Anastasie
L'Adoration des Mages par Monogrammist FV L’
Adoration des Mages du monogrammiste FV
Notre-Dame des Douleurs par Francesco Hayez
L’Addolorata de Francesco Hayez
Vue sur le lac de Garde
Vues du lac de Garde. Photo : Finestre Sull’Arte

La visite se poursuit dans la section consacrée au Monte San Martino, où des fouilles archéologiques ont mis au jour un lieu de culte fréquenté d’abord par les peuples rhétiques, à partir de l’âge du fer, puis par les Romains, qui l’ont transformé en un véritable sanctuaire. Selon d’anciennes légendes, dans la zone située entre les vallées du Magnone et de la Gamella, il existait un village mystérieux où était érigé un bouc en or. Celle-ci, un jour, prit vie et se cacha dans la “Fratta del Tesoro”, pour échapper aux regards des mortels. C’est précisément en suivant les traces laissées par cette légende qu’un groupe d’érudits et de passionnés d’histoire locale entreprit en 1969 des recherches qui aboutirent à la découverte de nombreuses pièces dans la “Fratta del Tesoro”. La visite se poursuit avec une section d’épigraphes romaines des Ier et IIe siècles après J.-C., qui racontent la vie sacrée et quotidienne, et se termine par des pièces de la fin de l’Antiquité et du début du Moyen-Âge, provenant de contextes funéraires.

Le voyageur ne doit pas manquer l’ascension de la tour principale, appelée Mastio, d’où l’on a une vue suggestive sur le lac de Garde, et de la tour Apponale. Cette dernière, à laquelle on accède depuis le musée par une courte promenade vers la vieille ville, est mentionnée pour la première fois en 1273 et porte ce nom étrange, probablement parce qu’elle donnait sur la partie du port qui faisait face à “a Ponale”. La tour, surélevée en 1522 et anciennement utilisée comme prison, porte à son sommet la figure d’un ange, qui est aujourd’hui le symbole de Riva del Garda.

Un musée sur les rives du lac. Le MAG à Riva del Garda
Un musée sur les rives du lac. Le MAG à Riva del Garda


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.