Arthur Jafa pour une cosmologie noire


Arthur Jafa, originaire des États-Unis, est l'un des artistes contemporains les plus en vue sur la scène mondiale. Ses œuvres, qui utilisent la vidéo mais aussi d'autres langages, abordent le thème de l'originalité et du potentiel de la culture noire. En réécrivant toute sa cosmologie.

Lorsque l’on parle d’Arthur Jafa (Tupelo, 1960), on se souvient probablement de Love is the message, the message is death (2016). L’œuvre vidéo, d’une durée d’environ 7 minutes, a d’ailleurs été mise à disposition en streaming pendant deux jours à l’été 2020. L’initiative de soutien au mouvement américain Black Lives Matters, proposée par le Smithsonian American Art Museum et le Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, avait également fait une halte en Italie grâce au Palazzo Grassi. Et toujours à Venise, Jafa avait été mis à l’honneur en 2019 lorsqu’il avait reçu le Lion d’or de la Biennale d’art dont le commissaire est Ralph Rugoff pour son œuvre The white album (2019).

Les deux œuvres mentionnées sont des vidéos, ce qui ne devrait pas surprendre puisque le “premier amour” de Jafa, de son propre aveu, est le cinéma. C’est d’ailleurs dans ce domaine qu’il a fait ses premiers pas après avoir étudié à Washington D. C. en architecture et en cinématographie à l’université Howard entre 1978 et 1982. La carrière de Jafa, qui dans le passé avait également vu des collaborations avec des réalisateurs comme Stanley Kubrick(Eyes Wide Shut, 1999) ou Spike Lee(Crooklyn, 1994) ou des artistes comme Jay-Z, Solange Knowles et Kanye West, a pris son envol dans le monde de l’art grâce à Love is the message, the message is death (2016), à laquelle Finestre sull’arte avait déjà consacré une étude approfondie en 2020. L’œuvre est une puissante ode à la communauté noire américaine et utilise, comme à l’accoutumée pour l’artiste, du matériel trouvé sur internet et réutilisé aux côtés de scènes de vie personnelle filmées par ses soins. Sur l’air d’Ultralight Beam de Kanye West, Jafa construit un récit percutant pour montrer ce que Federico Giannini a décrit comme le “désaccord entre la culture noire et la violence”, c’est-à-dire le contraste entre la misère de la discrimination encore fortement présente dans la société américaine et la richesse de la culture noire, largement reconnue (F. Giannini, “Love is the message, the message is death”, Arthur Jafa’s masterpiece describes reality, dreams and culture of the black community, “Finestre Sull’Arte”, 5/07/2020).

Arthur Jafa. Photo Fondazione La Biennale
Arthur Jafa. Photo Fondazione La Biennale
Arthur Jafa, Love is the message, the message is death (2016 ; image tirée d'une vidéo, couleur et noir et blanc, durée 7'30'')
Arthur Jafa, Love is the message, the message is death (2016 ; image tirée d’une vidéo, couleur et noir et blanc, durée 7’30’’)
Arthur Jafa, Love is the message, the message is death (2016 ; image tirée d'une vidéo, couleur et noir et blanc, durée 7'30'')
Arthur Jafa, Love is the message, the message is death (2016 ; image tirée d’une vidéo, couleur et noir et blanc, durée 7’30’’)
Vue de l'exposition Magnumb
Vue de l’exposition Magnumb
Vue de l'exposition Magnumb
Vue de l’exposition Magnumb

L’exposition Magnumb, qui vient de s’achever au Louisiana Museum of Modern Art de Humlebaek, au Danemark, insiste sur cette combinaison oxymorique dès le jeu de mots qui compose son titre, et offre la possibilité de se confronter à l’étude la plus vaste jamais vue des recherches de Jafa. Des travaux anciens sont juxtaposés à des œuvres plus récentes et inédites, ce qui nous permet de suivre les différentes techniques (de la photographie à la vidéo en passant par la sculpture) employées par l’artiste et de connaître le processus créatif qui guide la production de Jafa depuis le début. Sa pratique artistique est, à certains égards, le résultat d’une attitude développée dès son plus jeune âge. Dès son enfance, l’artiste découpait dans les magazines et les journaux les images qui l’attiraient ou le dérangeaient, se constituant ainsi un stock de matériaux prêts à l’emploi. Avec l’avènement de la technologie, ces archives illimitées de références visuelles sont devenues numériques mais ont conservé des caractéristiques constantes. Malgré le caractère aléatoire de la recherche continue de Jafa, le matériel est dès le départ assemblé selon des principes clairs, mais non prédéterminés ou constants. Parfois, Jafa classe ses collections d’images selon des critères chromatiques, d’autres fois sur une base thématique, et les considère comme des projets de films en cours de réalisation, attendant qu’ils trouvent leur accomplissement, dans des combinaisons de sens toujours nouvelles, renforcées par une utilisation habile du son et de la musique. En sélectionnant ces albums physiques ou numériques, Jafa compose une partie de ses œuvres. Citons par exemple The White Album (2019), une œuvre vidéo dont le titre fait référence aux archives collectées par l’artiste pour raconter les violences perpétrées par les Blancs sur la communauté noire et déclencher ainsi une réflexion sur ce que signifie au sein de la société le fait d’être noir ou blanc, quelle que soit la couleur de sa peau.

À l’occasion de sa dernière exposition personnelle au Danemark, Mathias Ussing Seeberg, conservateur du Louisiana Museum of Modern Art, a proposé une lecture fine de l’œuvre de Jafa. À partir d’interviews et de conférences données par l’artiste, en se référant à des textes qu’il a écrits et en mettant également en lumière des œuvres moins connues, Seeberg trace un chemin par mots-clés dans l’œuvre de Jafa. Il est impossible de ne pas relier certains aspects récurrents: la coexistence déjà mentionnée de scènes d’une beauté et d’une vivacité extrêmes et de moments troublants et horribles, la présence d’éléments naturels d’une puissance extraordinaire, une réflexion qui part du corps noir, sur lequel des siècles d’histoire coloniale ont laissé des traces indélébiles (Mathias Ussing Seeberg, Beauty through horror. An Introduction to the work of Arthur Jafa in Magnumb, catalogue d’exposition, Louisiana Museum of Modern Art, 21 mai 2021 - 31 octobre 2021, pp. 22-37).

Arthur Jafa, The White Album (2018 ; image de la vidéo, couleur, durée 40'00'').
Arthur Jafa, The White Album (2018 ; image tirée d’une vidéo, couleur, durée 40’00’’).
Arthur Jafa, Dreams are coldder than death (2013 ; image tirée d'une vidéo, couleur, durée 52'57'')
Arthur Jafa, Dreams are coldder than death (2013 ; image extraite d’une vidéo, couleurs, durée 52’57’’)
Arthur Jafa, Aghdra (2021 ; image de la vidéo, couleur)
Arthur Jafa, Aghdra (2021 ; image tirée d’une vidéo, couleur)
Arthur Jafa, LeRage (2017 ; impression couleur sur Dibond ; 212 x 195,89 x 51,11 cm ; Miami, ICA)
Arthur Jafa, LeRage (2017 ; impression couleur sur Dibond ; 212 x 195,89 x 51,11 cm ; Miami, ICA)
Arthur Jafa, Monster (1988 ; épreuve à la gélatine argentique, 23 x 18,2 cm ; New York, MoMA)
Arthur Jafa, Monster (1988 ; tirage à la gélatine argentique, 23 x 18,2 cm ; New York, MoMA)
Arthur Jafa, Big Wheel III (2018 ; pneu, chaînes, jante, enjoliveur et tissu de coton, 231,14 x 231,14 x 93,98 cm ; Buffalo, Albright-Knox Art Gallery).
Arthur Jafa, Big Wheel III (2018 ; pneu, chaînes, jante, enjoliveur et tissu de coton, 231,14 x 231,14 x 93,98 cm ; Buffalo, Albright-Knox Art Gallery).
Arthur Jafa, Black Flag (2017)
Arthur Jafa, Drapeau noir (2017)

L’élément eau apparaît de manière persistante dans les œuvres de Jafa, de Dreams are colder than death (2013) à Aghdra (2020). La symbolique de l’eau, dans ces œuvres vidéo, est toute en relation avec l’expérience douloureuse de l’esclavage, du détachement que l’océan marque entre les descendants afro-américains et leurs pays d’origine. Dans la première œuvre, des garçons sont extraits d’une piscine au moyen d’un ralenti inversé qui renverse l’ordre des actions. L’un après l’autre, ils sont ramenés sur la terre ferme, sauvés de cet océan miniature qui, pour leurs ancêtres, a signifié non seulement la séparation d’avec leur mère patrie, mais aussi, dans de nombreux cas, la mort. Même dans Aghdra, qui a été créée numériquement à l’aide de CGI (Computer-Generated Imagery) pour l’exposition danoise, nous nous trouvons en présence d’une vague noire, hypnotique et mystérieuse. Alors que le soleil se lève à l’horizon, colorant le ciel de rouge, des matériaux sombres, comme de la lave ou des mottes de terre, sont transportés par les vagues, signifiant la force de propagation de la culture noire. Cette même force à laquelle Jafa fait allusion avec les images du soleil rougeoyant dans Love is the message et dont il parle dans My black death, publié en 2015 par Publication Studio Hudson dans la série On the Blackness of Blacknuss . Dans ce court texte, l’artiste retrace l’impact que l’art africain puis la musique jazz ont eu sur la culture occidentale. Une reconnaissance de valeur certes adressée à l’esthétique noire mais qui semble ne pas concerner la communauté qui l’a produite. C’est précisément sur cet aspect, provoquant et éclairant, que Jafa travaille également sur le thème du corps noir. Par ordre chronologique, il est possible de suivre son investigation depuis la sculpture Ex slave Gordon (2017), traduction en trois dimensions d’une photographie iconique de 1863 représentant le dos défiguré d’un esclave par les coups de fouet, jusqu’à LeRage (2017), grande silhouette noire du personnage Marvel Hulk, ou Monster II (2018), autoportrait photographique à l’expression monstrueuse, dans lequel le corps noir est un symbole de la noirceur du monde.expression monstrueuse, dans laquelle l’artiste souligne, non sans ironie, l’association trop souvent faite par les médias entre les personnes noires et la violence. Même les gigantesques pneus, utilisés dans le domaine industriel, de la série Big Wheels(2018) sont destinés à imiter le corps noir qui. à l’époque coloniale, était considéré et traité comme une machine de travail. Toujours dans l’œuvre photographique MJ (2018), Jafa met l’accent sur la représentation de la physicalité noire, en utilisant les initiales de l’icône de la pop Michael Jackson dans le titre et en montrant un corps blanc avec des organes génitaux noirs. Si la référence explicite est la photographie de Robert Mapplethorpe, l’artiste montre par la métaphore photographique la capacité, ou parfois la nécessité, pour les personnes noires de s’adapter à leur contexte, en “ mutant leur peau ”, afin d’être acceptées dans la société.

L’œuvre de Jafa, déclinée comme nous l’avons vu autour d’un thème majeur, abordé à travers différentes formes d’art, est elle-même une vague, comme When the levee breaks (2020), où Mickey Mouse chevauchant un Alien, se déplace dans la même direction que l’océan noir, lors d’une éclipse totale qui assombrit le ciel. Impossible de ne pas être submergé, même lorsque l’artiste s’adresse principalement à la communauté noire, dans un monde où le point de vue adopté est toujours celui de l’homme blanc. Intégrant des références d’actualité, historiques, musicales, visuelles, cinématographiques et artistiques, Jafa fait flotter son Black Flag (2017), réinterprétation du drapeau confédéré contesté, et renverse la perspective, entamant l’écriture d’une nouvelle cosmologie noire .


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.