Bia de' Medici: l'histoire du portrait de Bronzino qui enchante toujours le public


Le portrait de Bia de' Medici, chef-d'œuvre de Bronzino, est l'une des œuvres les plus célèbres et les plus appréciées des Offices. Derrière ce tableau se cache pourtant une triste histoire.

Les portraits officiels d’enfants sont peu nombreux dans l’histoire de l’art, et ils sont généralement représentés aux côtés d’un adulte, qui peut être l’un de leurs parents ou leur tuteur. Et pourtant, cet enfant, des siècles plus tard, fascine toujours et capte l’œil de l’observateur: il s’agit de Bia de’ Medici et nous pouvons l’admirer aux galeries des Offices dans la même salle qu’un autre des plus célèbres portraits réalisés par Bronzino (Agnolo di Cosimo Tori ; Florence, 1503 - 1572) pour la famille Médicis, à savoir Eleonora di Toledo avec son fils Giovanni. Le cadre est en fait le même pour les deux tableaux, puisque tant Bia qu’Éléonore de Tolède avec son petit garçon se détachent sur un fond d’un bleu magnifique, probablement fait de lapis-lazuli, et regardent tous directement le spectateur ; en outre, tant Bia qu’Éléonore sont assis, bien que la petite fille, saisie dans un portrait très naturel, semble sur le point de se lever, sa main gauche semblant pousser sur l’accoudoir de la chaise, prête à bondir sur ses pieds. La position d’Eleonora est beaucoup plus détendue, sa main gauche reposant directement sur la splendide robe de brocart de style espagnol, peut-être la véritable protagoniste du célèbre portrait, étant donné l’attention portée aux détails, la finition et le grand raffinement avec lequel elle a été peinte (on a presque l’impression de pouvoir toucher le tissu, tant il est réaliste), tandis que sa main droite repose sur l’épaule de son deuxième fils, qui à son tour s’accroche aux jambes de sa mère avec sa petite main.

Entre Bia et Eleonora di Toledo, il n’y a pas de lien de parenté, mais la jeune femme aime la petite fille comme si c’était la sienne: Bianca de’ Medici, plus connue sous le diminutif de Bia, est en effet la fille, ou plutôt l’aînée, de Cosimo I, l’époux d’Eleonora. L’enfant naît en 1537, soit deux ans avant le mariage entre Cosimo et Eleonora célébré en 1539, d’une relation illégitime entre le duc et une femme dont l’identité reste inconnue. Accueillie dans la maison des Médicis, Bia fut élevée avec les enfants légitimes du couple (ils n’en eurent pas moins de onze) avec l’affection que tous les membres de la famille réservaient aux plus petits, en premier lieu sa grand-mère Maria Salviati, qui avait une affection particulière pour Bia. Simone Fortuna, ambassadeur de François Marie II della Rovere en Toscane, témoigne lui aussi de cette relation amoureuse en 1560. Dans une lettre, il écrit que le duc Cosimo, au cours de ses premières années de duché, “a eu d’une gentille femme de Fiorenza une petite putain, qui a été baptisée au nom de Sa Très Illustre Excellence, et si chiamaò Bia. Et la Signora Duchessa Leonora, la trouvant chez elle, l’éleva avec amour comme elle était née de son mari avant d’être sa femme”.

Bronzino, Portrait de Bia de' Medici (vers 1542 ; huile sur panneau, 64 x 48 cm ; Florence, Offices)
Bronzino, Portrait de Bia de’ Medici (vers 1542 ; huile sur panneau, 64 x 48 cm ; Florence, Offices)

Derrière ce tableau d’une beauté et d’un raffinement exceptionnels se cache pourtant une triste histoire. Le tableau date de la période comprise entre 1542 et 1545, la même période à laquelle Bronzino a peint le portrait d’Eleonora di Toledo avec son fils Giovanni, mais il s’agit d’un portrait posthume car la petite Bia a perdu la vie à l’âge de cinq ans seulement. Son père Cosimo partit pour Arezzo, qui faisait partie des possessions florentines, en emmenant Bia avec lui. Sur le chemin du retour, ce dernier tombe subitement malade: C’était à la fin du mois de janvier 1542 et l’enfant mourut au bout de quelques semaines, au désespoir de toute la famille qui avait vu disparaître cette petite créature à un âge si tendre, une créature que tout le monde aimait et qui était si pleine de vie, comme Bronzino lui-même a voulu l’exprimer dans la toile des Offices, dans laquelle, comme nous l’avons déjà écrit, la petite fille semble se lever à tout moment de cette chaise dantesque et où elle joue avec la chaîne d’or entre ses doigts qui lui entoure la taille.

Dans le passé, l’enfant représentée avait été identifiée comme l’une des filles légitimes de Cosimo I et Eleonora di Toledo: on avait pensé à Isabella ou Maria de’ Medici, mais plus tard, dès la fin du XIXe siècle, le tableau a été considéré comme un portrait posthume de Bianca de’ Medici, en hommage à l’enfant morte trop tôt que la famille avait voulu faire peindre par le portraitiste de la cour. On pense que Bronzino, pour la représenter, a utilisé le masque mortuaire en plâtre que le duc avait fabriqué et qui avait été inventorié dans sa garde-robe en 1553, où le portrait des Offices était également mentionné.

Bronzino, Portrait d'Aliénor de Tolède (vers 1544-1545 ; huile sur panneau, 115 x 96 cm ; Florence, Offices)
Bronzino, Portrait d’Éléonore de Tolède (vers 1544-1545 ; huile sur panneau, 115 x 96 cm ; Florence, Offices)

Bronzino était devenu portraitiste de la cour et, à ce titre, réalisa les portraits de tous les membres de la famille, en commençant par Cosimo et Eleonora, puis les enfants et Maria Salviati, la mère du duc. Dans ses Vies, Vasari raconte que "le seigneur duc, ayant vu l’excellence de ce peintre, et en particulier qu’il peignait d’après nature avec autant de diligence qu’on peut l’imaginer, se fit représenter lui-même, qui était alors jeune, armé d’une armure blanche et une main sur son casque: dans un autre tableau, la dame duchesse, sa consort, et dans un autre, le seigneur don Francesco, leur fils et prince de Fiorenza. Et il ne tarda pas à représenter, comme il lui plaisait, une autre fois ladite dame duchesse, de diverses manières depuis la première, avec le signor Don Giovanni, son fils, après lui. Elle représenta aussi la jeune Bia, la fille naturelle du duc, et ensuite, les uns de nouveau, les autres la seconde fois, tous les enfants du duc, la signora donna Maria, une très grande fille, vraiment belle, le prince don Francesco, le signor don Giovanni, don Garzia et don Ernando, dans plusieurs tableaux, qui se trouvent tous dans la garde-robe de Son Excellence, avec les portraits de don Francesco di Tolledo et de la signora Maria, la mère du duc [...]". Parmi les portraits des enfants de Cosme Ier réalisés par Bronzino, comme celui du jeune François Ier, celui de Giovanni, celui de Maria Lucrezia et celui de Garzia, le portrait de Bia est le plus connu et celui qui captive encore aujourd’hui le public. Certainement pour sa très grande qualité picturale et son impressionnant réalisme, mais aussi pour la douceur qui transparaît dans le visage de l’enfant. Un visage sain aux joues pleines et légèrement rosées sur une peau pâle comme la lune ; de grands yeux pénétrants, une bouche charnue et un sourire à peine esquissé: des traits physionomiques bien proportionnés et harmonieux. Ses cheveux, raides et châtains clairs, sont coupés à la manière d’un bob moderne, peignés avec une raie au milieu et deux mèches torsadées symétriquement de part et d’autre du front. La blancheur de sa peau et de sa robe évoque la pureté et l’innocence de son jeune âge, mais aussi le nom même de la jeune fille, Bianca. Elle porte une robe de soie très élégante dans sa simplicité, avec une encolure carrée et des manches bouffantes froncées, une ceinture de chaînes autour de la taille avec laquelle elle tripote un rabat entre les doigts de sa main droite, terminé par un pendentif, ou plutôt un pomander, un porte-parfum. L’encolure et les poignets sont ornés d’un décor ton sur ton sobre et raffiné.

L’habileté du peintre à représenter les tissus des vêtements sur la toile s’est accompagnée d’une égale habileté à représenter les bijoux: Bia est en effet parée comme une adulte, portant des boucles d’oreilles en perles tombantes, un collier ras-de-cou en perles et un collier en chaîne en or auquel est suspendu un médaillon à l’effigie du profil de son père, Cosimo Ier.

Représentée assise de trois quarts, elle a été décrite comme une version enfantine du portrait de Lucrezia Panciatichi , également peint par Bronzino vers 1541. Bien que petite, Bia dégage une aura majestueuse, une grâce innée qui sied à un membre de l’une des familles les plus riches et les plus importantes de l’époque.

Longtemps conservé dans la Tribune des Offices, le Portrait de Bia de ’ Medici peut aujourd’hui être admiré dans ce qui est considéré comme la salle Bronzino et Médicis, aux côtés de magnifiques chefs-d’œuvre des portraitistes de la cour des Médicis, à commencer par Eleonora di Toledo, la mère acquise de Bianca qui l’aimait de tout son cœur.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.