Ce qu'était une Wunderkammer au XVIIe siècle: la galerie des métamorphoses de Gonzague


À Mantoue, dans le palais ducal, une nouvelle exposition a été inaugurée en avril 2022. Elle évoque, dans la Galleria delle Metamorfosi, la Wunderkammer de la famille Gonzaga, la chambre des merveilles qui y était conservée. On y trouve les Naturalia et les Mirabilia que la cour de Mantoue présentait et exposait.

C’est Vincenzo I Gonzaga qui, en 1595, a créé la Galleria delle Metamorfosi (Galerie des métamorphoses), destinée à devenir quelques années plus tard l’une des salles les plus étonnantes du palais ducal de Mantoue, abritant la bibliothèque ducale et une collection variée et éclectique d’objets provenant du monde entier. Une sorte de Wunderkammer, une “chambre des merveilles”, qui aurait abrité des pièces bizarres, extravagantes, curieuses et rares du monde naturel. Mais ce n’est qu’en 1612, sous le duché de Ferdinand de Gonzague (1612-1626), que l’architecte et peintre Antonio Maria Viani, chargé du projet, achève la décoration du plafond. C’est sous Ferdinand que la galerie devient le siège de la collection d’objets naturels de la cour des Gonzague.

Toute personne ayant visité la Galleria delle Metamorfosi jusqu’en avril 2022 (à l’exception, bien sûr, de la longue période de fermeture de près de dix ans due aux dommages subis lors du tremblement de terre de l’Émilie en 2012) l’aurait trouvée inexorablement vide. Certes, les plafonds conservent les décorations en stuc et une partie des peintures, dont le guide de Giovanni Cadioli de 1763 fait l’éloge (“Le but pour lequel je t’ai amené ici, gentil voyageur”, écrit l’érudit en s’adressant directement au lecteur, “est que tu observes l’édifice, divisé comme il l’est en quatre salles avec leurs voûtes respectives, toutes décorées de médailles, de stucs et peintes de façon experte”), mais les salles étaient complètement nues: seuls les panneaux sur les murs signalaient au visiteur les présences anciennes qui peuplaient cette succession de quatre salles. Aujourd’hui, à partir d’avril 2022, la Galleria delle Metamorfosi sera entièrement rénovée: dans ces salles, le directeur du Palais Ducal, Stefano L’Occaso, a prévu une collection d’objets qui rappellent le Wunderkammer des Gonzague. Il s’agit du projet Naturalia e Mirabilia. La science à la cour des Gonzague, une exposition permanente qui n’a pas l’intention de reconstruire de manière philologique le conglomérat d’objets insolites qui habitaient ces quatre pièces, mais de suggérer l’atmosphère, de montrer au public ce que les invités des Gonzague pouvaient trouver dans la galerie, d’éveiller leur curiosité et de transmettre la fascination que la chambre des merveilles inspirait à ses anciens visiteurs. Il s’agit d’une étape importante pour le musée, a déclaré L’Occaso: l’idée est d’enrichir le parcours du Palais Ducal “en mettant en lumière un aspect de la collection éclectique des Gonzague”, avec une nouvelle section qui “nous permettra de travailler encore plus avec les écoles et avec un nouveau public, qui n’a peut-être pas encore visité le palais et qui est à la recherche d’une expérience plus divertissante et plus inhabituelle”.

L'exposition Naturalia e Mirabilia dans la Galleria delle Metamorfosi du Palais Ducal de Mantoue. Photo: Palazzo Ducale
L’exposition Naturalia e Mirabilia dans la Galleria delle Metamorfosi au Palazzo Ducale, Mantoue. Photo du Palazzo Ducale
L'exposition Naturalia e Mirabilia dans la Galleria delle Metamorfosi du Palais Ducal de Mantoue. Photo: Palazzo Ducale
L’exposition Naturalia e Mirabilia dans la Galleria delle Metamorfosi du Palais des Doges, à Mantoue. Photo Palazzo Ducale
L'exposition Naturalia e Mirabilia dans la Galleria delle Metamorfosi du Palais Ducal de Mantoue. Photo: Palazzo Ducale
L’exposition Naturalia e Mirabilia dans la Galleria delle Metamorfosi au Palais des Doges, Mantoue. Photo: Palazzo Ducale

Comme il s’agit d’une reconstitution et non d’une reconstruction, il est expliqué aux visiteurs, dès le premier panneau, que le matériel exposé dans la galerie est le résultat d’achats récents, tous datant de 2020, 2021 et 2022. Beaucoup d’objets sont d’époque, d’autres sont récents (la collection de coquillages, par exemple), mais, par leur nature, ils auraient tout aussi bien pu être appréciés et achetés par ceux qui fréquentaient une cour du XVIIe siècle. Ils ont été disposés selon un plan moderne, conçu par l’architecte Massimo Ferrari de l’École polytechnique de Milan, qui rappelle les quadratures peintes à fresque sur les murs des salles (et se réfère donc en partie à ce qui a survécu de l’Antiquité), mais qui se présente au visiteur comme un organisme “délibérément non conventionnel, léger et agréable”, affirme le Palazzo Ducale, "conçu également pour plaire aux écoles, mais non pour être une source d’inspiration pour les jeunes.conçue également pour plaire aux écoles, mais non sans la rigueur philologique sur laquelle s’appuyait la mémorable exposition de 1979 intitulée La Scienza a Corte (La science à la cour), qui fut l’occasion d’explorer les approches scientifiques entre le XVIe et le XVIIe siècle, en révélant l’utilisation et la fonction de ces espaces et d’autres dans le palais des Doges".

La galerie tire son nom des décorations des plafonds, consacrées à des sujets tirés des Métamorphoses d’Ovide, un livre idéalement lié à la Wunderkammer: les transformations de la matière, évoquées par les objets exposés dans ces salles, étaient à leur tour rappelées par les mutations subies par les protagonistes des récits mythologiques du poète antique. Nous ne savons cependant pas qui fut l’exécutant des peintures des voûtes, dans le cadre du projet de Viani: le seul artiste mentionné est Ippolito Andreasi, qui s’engagea à peindre quelques “panneaux” pour la salle, qui ne nous sont donc pas parvenus puisque l’ensemble de l’ameublement a été perdu (ou n’a peut-être jamais été réalisé), et la plupart des toiles placées dans les plafonds ne nous sont pas non plus parvenues. Dans la première salle de la galerie, il ne reste que les cadres vides, tandis que dans la deuxième, quelques épisodes subsistent: Coronis et Ischi, la métamorphose d’Actéon en cerf, Latone transformant les bergers de Lycie en grenouilles, Callisto et Arcade, la métamorphose de Cornacchia et celle de Siringa. Dans la troisième, le cadre central octogonal est vide, tandis qu’autour de lui on voit la transformation d’Atlas en montagne, Triptolème et Linchus, Mercure et Aglaurus, la métamorphose de Biblis, Cadmus et Harmonia, Apollon et Python, Hermaphrodite et Salmace. Enfin, dans la quatrième salle, la plus intacte, on trouve au centre l’Apothéose d’Hercule entourée de nombreux épisodes, dont certains des exploits d’Hercule (les combats contre Antaeus, Achaeloos et Nessus, le meurtre de Lica) et des récits mythologiques (Cérès raillée par Ascalabus, Ulysse aveuglant Polyphème, Thésée et Ariane, la métamorphose de PErnice, Circé et Pico, Circé transformant les compagnes d’Ulysse, la transformation des Muses en Oiseaux, Aurore demandant à Jupiter d’honorer Memnon, la métamorphose d’Esculape en serpent, celle de Jules César en comète, Glaucos et Scylla, Vénus et Énée, le jugement de Midas, le viol de Proserpine, Eurythion et Hippodamie, la métamorphose des compagnes de Diomède en oiseaux).

La Wunderkammer des Gonzague était divisée en quatre sections: dans la première salle étaient disposés des minéraux et des fossiles, dans la deuxième des produits de la mer tels que des coraux et des coquillages, dans la troisième des objets provenant des Amériques, et enfin dans la dernière des choses bizarres provenant du monde animal. Ce balayage suggère que chaque salle était dédiée aux quatre éléments: la terre, l’eau, l’air et le feu respectivement. Nous avons des traces de visiteurs qui ont parcouru ces salles dans les premières années. Le plus connu est certainement Federico Zuccari, le grand peintre qui séjourna ici, en tant qu’invité de Vincenzo I Gonzaga, entre 1604 et 1605: l’artiste raconte dans son Passaggio per l’Italia (Passage à travers l’Italie ) que les “salles du jardin” (ainsi appelées parce qu’elles donnent sur le Giardino dei Semplici) constituaient un “appartement vraiment magnifique, d’un flou admirable”, orné “d’attiques très nobles”. Comme nous l’avons dit, à l’époque, ces salles ne contenaient pas encore les naturalia et les mirabilia de la collection des Gonzague: la première description de la Chambre des merveilles remonte à 1622 et figure dans la Praefatio del Musaeum Franciscii Calceolarii iunioris Veronensis de Benedetto Ceruti et Andrea Chiocco, un ouvrage qui décrit l’extraordinaire musée privé du naturaliste véronais Francesco Calzolari. Le texte latin célèbre le “conclavium exaggeratissimum” de Ferdinando Gonzaga, qui “brille d’une grande variété de couleurs avec ses excellentes images les plus agréables à l’œil”, et où “où que l’on se tourne, on trouve de quoi se rafraîchir intérieurement et extérieurement”. C’est la Praefatio de Ceruti et Chiocco qui nous informe de la division en quatre “classes” de la chambre des merveilles des Gonzague et qui décrit en détail les objets qui la peuplaient.

L'exposition Naturalia e Mirabilia dans la Galleria delle Metamorfosi du Palais Ducal de Mantoue. Photo: Palazzo Ducale
L’exposition Naturalia e Mirabilia dans la Galleria delle Metamorfosi du Palais des Doges, Mantoue. Photo du Palazzo Ducale
L'exposition Naturalia e Mirabilia dans la Galleria delle Metamorfosi du Palais Ducal de Mantoue. Photo: Palazzo Ducale
L’exposition Naturalia e Mirabilia dans la Galleria delle Metamorfosi du Palais des Doges, Mantoue. Photo Palazzo Ducale
Le plafond de la salle de l'Apothéose d'Hercule
Le plafond de la salle de l’Apothéose d’Hercule

Dans la première salle sont exposés des minéraux (or, argent, cuivre, azurite, pyrite, mélantérite, soufre... ), puis des pierres précieuses, diamants, rubis, saphirs, améthystes. Dans la seconde, réservée aux objets de la mer, apparaissent des coraux de toutes formes et de toutes couleurs (rouges, blancs et noirs), diverses plantes marines dont certaines proviennent des îles américaines, de nombreux coquillages et des “perles innombrables”. En ce qui concerne la classe des “fructus Americani”, les objets du Nouveau Monde, il y avait des troncs et des branches de plantes exotiques, y compris ce qui est appelé dans le texte “lythoxilla”, c’est-à-dire une “plante-pierre”, c’est-à-dire une essence qui avait subi un processus de silicification et qui était donc fossilisée. Dans la même salle se trouvaient ensuite quatre “tessons de Maldivae”, c’est-à-dire les fruits du coco de mer, une plante de la famille des arecaceae typique des Seychelles, qui produit des noix très particulières rappelant la forme des fesses féminines, à tel point que dans les premières classifications botaniques, cette essence était appelée “Lodoicea callypige”. Enfin, parmi les objets du monde animal, on trouve “des dents, des griffes, des queues, des poils et autres”, et surtout, notent Ceruti et Chiocco, plusieurs animaux empaillés, dont “le seul tatou que l’on trouve en Italie”. Parmi les pièces rares, la Praefatio mentionne, outre le tatou, un bézoard, une concrétion particulière qui se forme dans le système digestif des ruminants et à laquelle on attribuait également dans l’Antiquité un certain pouvoir curatif, notamment comme antidote contre les poisons. Le voyageur allemand Josef Fürttenbach, qui visita le palais des Doges en 1626 et décrivit son passage dans la Galleria delle Metamorfosi dans un compte-rendu détaillé, montra un certain goût pour ces bizarreries: Fürttenbach parle de “cinq crocodiles écorchés”, “d’une hydre ou d’un dragon à sept têtes et autant de cous”, ou encore “d’un fœtus, ou avortement, avec une grosse tête, quatre yeux et deux bouches”.

Mais l’objet qui l’a le plus étonné est certainement l’hippopotame taxidermisé: c’est la seule pièce originale qui ait survécu de la galerie des Métamorphoses, et elle est aujourd’hui conservée au musée d’histoire naturelle Kosmos de l’université de Pavie, qui l’a toutefois prêtée temporairement au palais des Doges. On ne sait pas avec certitude d’où vient le pachyderme: il pourrait s’agir d’un des deux hippopotames arrivés à Mantoue en 1603, bannis en Égypte par le médecin Federigo Zerenghi, du moins si l’on en croit ce que l’abbé Gian Girolamo Carli a rapporté au XVIIIe siècle. Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’il s’agit de l’une des plus anciennes taxidermies connues: elle a échappé au sac de Mantoue en 1630 et, au XVIIIe siècle, elle est entrée dans les collections de l’Accademia Nazionale Virgiliana et est conservée, au moins depuis 1783, à l’université de Pavie. L’originalité de cet hippopotame réside dans le fait que la famille Gonzague y avait placé la momie de Rinaldo dei Bonacolsi, dit “Passerino”, seigneur de Mantoue évincé en 1328 par Luigi I Gonzague (premier seigneur de la dynastie) et tué lors de l’affrontement final pour la prise du pouvoir de la ville. La nouvelle de la présence du trophée macabre sur l’hippopotame est confirmée par un autre témoin, l’écrivain allemand Martin Zeiler, qui a vu la momie en 1630. En raison de cette présence macabre, la galerie des métamorphoses était également appelée “galerie des passereaux”. À propos de l’hippopotame, Fürttenbach parle d’un "veau marin aussi gros qu’un bœuf, mais moins grand [...]. Cette bête est placée comme si elle était vivante, elle est complètement empaillée, sa peau a l’épaisseur d’un pouce. Sur elle se trouve le cadavre de Passerino Bonacolsi, complètement dressé, recouvert d’un rideau: il a été tué il y a longtemps par un Mantouan et on peut encore voir sur son crâne une blessure très étendue ; il s’est vidé de son sang de sorte que tout le corps superficiellement, tel qu’il apparaît aujourd’hui, s’est desséché comme une momie. Il s’est vidé de son sang, de sorte que tout le corps s’est desséché superficiellement, comme on le voit aujourd’hui, à la manière d’une momie. On ne sait pas ce qu’il est advenu de la momie: la légende veut qu’elle ait été jetée dans les eaux du Mincio par la dernière duchesse de Mantoue, Suzanne Enrichetta de Lorraine. En 1707, le mari de Susanna Enrichetta, Ferdinando Carlo Gonzaga, vaincu à la guerre et accusé de félonie, fut contraint de quitter Mantoue, fut déclaré fugitif par la Diète de Ratisbonne, mourut à Padoue l’année suivante et la famille perdit définitivement la ville.

Heureusement, la nouvelle exposition ne propose pas de reconstitution de la momie, mais des éléments bien plus intéressants. L’hippopotame se distingue dans la première salle, bien que sa présence soit temporaire, et introduit le visiteur dans la deuxième salle, où ont été disposées des curiosités du monde animal et du monde marin, qui peuplent les vitrines aménagées avec des compartiments qui rappellent les panneaux des murs: on peut y admirer le tatou mentionné dans la Praefatio (qui n’est évidemment pas l’animal présent au XVIIe siècle), mais aussi des objets de l’époque: aucun des objets exposés ne provient de la collection Gonzaga), un coco de mer, le bézoard, une défense de Gomphotherium (un gigantesque éléphant préhistorique qui avait la particularité d’avoir quatre défenses), un crocodile suspendu au plafond (à l’envers selon une coutume attestée à l’époque) une paire de crânes de Bison priscus, ou bison des steppes, trouvée à Rivalta sul Mincio (ces énormes bisons préhistoriques, qui pouvaient mesurer jusqu’à deux mètres au garrot, peuplaient également l’Europe). Parmi les objets issus du monde marin, on trouve un rostre de poisson-scie et, prochainement, une dent de narval (on pensait qu’elle provenait d’une licorne: celle de l’ancienne Wunderkammer provenait des collections d’Isabelle d’Este), une mâchoire de requin, deux côtes de cétacés et un curieux poisson-guitare, un rhynopristiforme (de la même famille que les raies) qui, dans l’Antiquité, était séché puis habilement sculpté pour lui donner l’apparence d’un diable, d’un monstre: on l’exposait pour impressionner les invités. Il est intéressant de noter, comme l’expliquent bien les panneaux de la salle, que la collection d’ossements d’animaux était une pratique en vogue depuis l’Antiquité (selon Suétone, même l’empereur Auguste était un collectionneur de ce type d’artefacts), et que l’intérêt pour ces objets a également encouragé leur étude: si au XVIe siècle certains scientifiques comme Léonard de Vinci, Torello Saraina et Girolamo Fracastoro avaient deviné que les fossiles avaient une origine organique, c’est au XVIIe siècle que le débat scientifique s’est intensifié autour de ces objets longtemps considérés comme des pierres qui, pour une raison étrange, ont pris des formes organiques (et c’est précisément au XVIIe siècle, grâce à l’étude des dents de requin, que le phénomène de la fossilisation a été compris).

Le crocodile
Le crocodile
Le tatou
Le tatou
Objets marins
Les objets marins
Le coco de mer
Le coco de mer
Le poisson guitare
Le poisson guitare
L'hippopotame
L’hippopotame

Nous passons à la troisième salle, guidés par un œuf d’autruche, également présent dans la description de la Wunderkammer des Gonzague selon la Praefatio: cet objet n’était pas inhabituel au XVIe siècle, car dans la symbolique chrétienne, il faisait allusion à l’Immaculée Conception et à la Résurrection, de sorte que les œufs d’autruche se trouvaient également dans les églises. Parmi les pièces les plus intéressantes de la troisième salle figurent les trois coraux (rouge, blanc et noir), qui reproduisent ainsi fidèlement ce que Ceruti et Chiocco avaient vu en 1622, et qui avaient une signification religieuse importante en tant qu’allusion au sang versé par le Christ sur la croix. Dans la même salle, on trouve également les coquillages: comme nous l’avons vu plus haut, les Gonzague en possédaient un grand nombre, et ils servaient également à souligner le prestige international de la cour, puisqu’ils provenaient des endroits les plus disparates, et étaient donc le signe de relations étendues avec d’autres États.

Enfin, la dernière salle est consacrée aux objets du monde minéral et végétal: les deux grands protagonistes de cette section sont la géode d’améthyste et le tronc fossile, tous deux décrits dans la Praefatio. La géode est une formation rocheuse recouverte de cristaux, en l’occurrence d’améthyste: il s’agit d’un objet si singulier qu’en 1622, il a même été illustré dans une estampe (peu d’objets de la Wunderkammer de la famille Gonzaga ont eu cet honneur). Le tronc fossilisé, quant à lui, rappelle la “lythoxilla” décrite par Ceruti et Chiocco: dans l’Antiquité, on pensait que, pour une raison ou une autre, il existait des plantes capables de se transformer en pierres, et cet objet illustre particulièrement bien les qualités que l’on attribuait autrefois à ce matériau, ce qui explique également pourquoi les Métamorphoses d’Ovide ont été choisies pour la décoration.

Une dernière curiosité demeure: quel a été le sort de la collection de naturalia et de mirabilia des Gonzague ? La Chambre des Merveilles a duré très peu de temps et le sort des objets qui y étaient conservés a suivi, à quelques exceptions près, celui de la Celeste Galeria, la fabuleuse collection de peintures de la famille: les collections d’art furent en partie aliénées en 1627 par Vincenzo II Gonzaga, qui vendit de nombreux objets, à des prix dérisoires, à Charles Ier d’Angleterre, et le reste fut pillé lors du sac de Mantoue en 1630, lorsque la guerre de succession de Mantoue et du Montferrat, qui sanctionnait le passage des ducs, fut déclenchée. qui sanctionna le passage du duché aux Gonzague-Nevers, la ville assiégée fut brutalement mise à sac et dévastée lors de l’entrée des troupes impériales en juillet de cette année-là (cet épisode, nous l’apprenons par une lettre, fut également profondément regretté par Pieter Paul Rubens, qui avait travaillé pour les Gonzague). L’armée se retourna contre les citoyens et n’épargna pas le palais ducal: ce qui restait de la collection des Gonzague fut volé ou détruit. C’est principalement à cause de cet événement que peu d’œuvres antérieures à cette date ont survécu dans le palais des Gonzague: parmi celles-ci, les quelques peintures qui ornaient le plafond de la Galleria delle Metamorfosi ont heureusement été sauvées. Même l’hippopotame conservé à Pavie a échappé à la dévastation, bien qu’il soit déjà absent de l’inventaire du palais dressé en 1714, ce qui permet de supposer que l’animal taxidermisé était parti quelques années plus tôt.

Aujourd’hui, c’est un véritable musée de sciences naturelles qui s’est installé dans les salles de la Galleria delle Metamorfosi, transmettant aux visiteurs le goût du merveilleux qui dominait les cours européennes à la fin du XVIe siècle. Avec une conception sans équivalent en Italie, à travers un aménagement moderne basé sur des critères de grande rigueur scientifique et de clarté de présentation, et avec un choix d’objets fidèle à la première description de la Wunderkammer, il évoque une extraordinaire chambre des merveilles du XVIIe siècle au destin malheureux.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.