Palazzo Rivaldi, une restauration financée par 35 millions d'euros de fonds publics: "cadeau" à la famille Torlonia ou opportunité ?


Le MiBACT a alloué 35 millions pour la restauration du splendide Palazzo Silvestri-Rivaldi. Sa destination fait débat: sera-t-elle une opportunité pour Rome... ou un cadeau pour la famille Torlonia? Essayons de comprendre et retraçons l'histoire des relations entre l'Etat et la famille Torlonia.

LePalazzo Silvestri-Rivaldi est un joyau situé entre le Forum impérial et le Colisée, avec une histoire très riche, du XVIe siècle, lorsqu’il fut construit par Paul III Farnese, à la seconde moitié du XXe siècle, lorsque, après être devenu un couvent, il fut occupé pendant les luttes des années 1970 et devint un lieu de concert pour une extraordinaire saison de musique indépendante. Une histoire qui, cependant, après la fin de l’occupation, est une histoire de dégradation et d’abandon. Jusqu’à l’été dernier, lorsque le MiBACT a décidé d’allouer plus de 35 millions à la restauration du bâtiment. Une remise à neuf, mais pour en faire quoi ? Dans un premier temps, il semblait destiné à accueillir le siège de la contestée Heritage School, et de la coûteuse Fondation qui la gère. Mais quelques mois plus tard, le ministre a donné la certitude qu’il deviendrait le siège du musée Torlonia, le musée qui abriterait les six cents statues de la collection Torlonia, “la plus importante collection privée de sculptures antiques au monde”, selon les termes de Federico Zeri. Un bâtiment public central pour un musée privé ? Prenons un peu de recul.

Palazzo Silvestri-Rivaldi sur une photo de 1982
Le Palazzo Silvestri-Rivaldi sur une photo de 1982

Petite histoire de la collection Torlonia

L’exposition Torlonia: Collecting Masterpieces vient de rouvrir à la Villa Caffarelli après un bref intermède en octobre: quatre-vingt-douze statues de la collection Torlonia seront présentées au public jusqu’au 29 juin. Ces statues reviennent au public après des décennies. C’est dans les années 1970 qu’a commencé un conflit qui a mis en péril la conservation des statues, empêché leur jouissance et qui s’achève en quelque sorte avec l’exposition actuelle. Un bras de fer entre l’État et la famille Torlonia, peut-on dire, relaté par plusieurs journaux (mais pas, comme le notent d’autres, dans le catalogue de l’exposition). En bref: le musée Torlonia, qui présentait la collection au Palazzo Giustiniani dès la fin du XIXe siècle, devint de plus en plus difficile à visiter, aucun catalogue ne fut publié à partir de 1881, jusqu’à ce que, avec les événements de la Seconde Guerre mondiale, il fermât effectivement ses portes. Peu à peu, le grand public perd la mémoire et les informations sur la collection, jusqu’à ce qu’en 1969, Alessandro Torlonia la fasse évacuer des quartiers où elle se trouvait pour obtenir des squats. Les statues sont entassées au sous-sol. Mais le journaliste Antonio Cederna, fondateur d’Italia Nostra, fait la lumière sur cette affaire et parvient à constater l’état indécent dans lequel se trouve la collection.

C’est le début d’une série d’événements judiciaires, résumés comme suit par Maria Serna Palieri dans L’Unità en 2003: “En janvier 77, un magistrat, Albamonte, se réveille et saisit l’immeuble, les loyers et, sur plainte de la Surintendance archéologique, la collection. Mais en 1978, il y eut prescription pour le délit de construction et amnistie pour le délit contre le patrimoine historico-artistique. Mais Torlonia n’est pas satisfait: il veut l’honneur perdu, c’est-à-dire l’acquittement complet. En 1979, la Cour de cassation rejette sa demande, avec une sentence qui décrit bien son insouciance talibane à l’égard d’œuvres ”entassées de façon invraisemblable et adossées les unes aux autres, vouées à une mort certaine du point de vue culturel“, dans des ”locaux exigus, inadéquats et dangereux“. Parmi les historiens de l’art, seul Giulio Carlo Argan en parle. Le ministère envoya en inspection des années plus tard, en 1982, une commission d’archéologues, qui témoigna de la situation délirante, mais ajouta (et nous sommes dans le paradoxe) une estimation de la somme à payer, si l’État voulait sauver la collection: quelques dizaines de milliards de lires à l’époque, à verser à l’auteur de la destruction. Italia Nostra est entrée en scène, avec une campagne basée sur le principe que cette collection aurait dû revenir à l’État, au lieu de cela, gratuitement: parce que le prince, en réalité, selon la loi, aurait dû payer d’énormes pénalités pour les dommages qu’il avait causés”.

Depuis les années 1980, l’État et la famille Torlonia ne se parlent plus, et il y a eu des tentatives, qui n’ont jamais abouti, d’inscrire dans la loi le transfert de la collection à l’État, ou la vague volonté de la vendre à l’étranger (les contacts avec le Getty Museum en sont la preuve). Comment en est-on arrivé à cette exposition et au musée ventilé du Palazzo Rivaldi ?

Giovanni Battista Piranesi, Vue de la Villa Albani tirée des Vues de Rome publiées à Paris entre 1835 et 1839 chez Firmin Didot Frères (1748-1774 ; gravure, 54,4 x 78,7 cm)
Giovanni Battista Piranesi, Vue de la Villa Albani d’après Vues de Rome publiées à Paris entre 1835 et 1839 chez Firmin Didot Frères (1748-1774 ; gravure, 54,4 x 78,7 cm)

La genèse de l’exposition

L’arrivée au ministère de Dario Franceschini provoque un changement soudain. Des négociations s’engagent, sous la médiation de Gino Famiglietti et du petit-fils d’Alessandro Torlonia, Alessandro Poma. Alessandro Torlonia crée en 2014 une Fondation qui devrait s’occuper de la gestion de la collection. La Fondation Torlonia, selon son site web, "a été créée sur l’ordre du Prince Alessandro Torlonia, dans le but de préserver et de promouvoir la Collection Torlonia et la Villa Albani Torlonia , “patrimoine culturel de la famille pour l’humanité”, à transmettre aux générations futures" . Selon l’accord avec l’État, signé en 2016, la Fondation Torlonia s’est engagée à exposer une partie de la collection dans une exposition temporaire en 2017 et, par la suite, dans un bâtiment public à Rome. Il y a des retards, dus à la mort d’Alessandro Torlonia et aux tribulations sur l’héritage, mais en 2020 l’exposition voit le jour.

Ce qui change à partir de 2014, c’est l’attitude de l’État à l’égard de la collection. Il n’est plus question que la collection passe aux mains du public. Lors de la présentation de l’ exposition le 18 octobre 2019, le ministre Franceschini a annoncé que “des demandes autorisées arrivent du monde entier” pour exposer l’exposition après sa fermeture, tandis que l’État “est favorable à la mise à disposition de sa propre propriété dans laquelle les sculptures, qui resteront la propriété de Torlonia, seront exposées de façon permanente”. Sur le site des Musées du Capitole, il est facile de comprendre les caractéristiques de l’exposition qui ont rendu possible l’accord: "L’exposition est le résultat d’un accord entre le Ministère des Biens et Activités Culturels et du Tourisme avec la Fondation Torlonia et spécifiquement, pour le Ministère, la Direction Générale de l’Archéologie, des Beaux-Arts et du Paysage avec la Surintendance Spéciale de Rome. Le projet scientifique pour l’étude et la valorisation de la collection est de Salvatore Settis, commissaire de l’exposition avec Carlo Gasparri. Electa, éditeur du catalogue, est également responsable de l’organisation et de la promotion de l’exposition. L’exposition est conçue par David Chipperfield Architects Milan, dans les salles rénovées du nouvel espace des Musées du Capitole à Villa Caffarelli, qui a repris vie grâce à l’engagement et au projet de la Surintendance de Roma Capitale. La Fondation Torlonia a restauré les marbres sélectionnés avec la contribution de Bvlgari, qui est également le sponsor principal de l’exposition. L’État fournit et adapte donc les locaux à ses propres frais ; Electa, une société privée, organise l’exposition et publie le catalogue (qui se vendra très bien, étant le premier catalogue de la collection depuis 1881) ; Bulgari prend en charge la restauration. Electa, société privée, et Zètema, société privée à participation publique, se chargent de l’organisation et des recettes de la billetterie et des services de l’exposition. S’agissant d’une collection privée, l’État ne prend même pas les droits d’utilisation des images publiées dans le catalogue. Et puis, comme nous l’avons dit, cela permettra de relancer cette exposition, qui est privée, à l’étranger.

Mise en place de l'exposition de la collection Torlonia à la Villa Caffarelli. Ph. Crédit Oliver Astrologo
Montage de l’exposition de la collection Torlonia à la Villa Caffarelli. Ph. Crédit Oliver Astrologo

L’exposition et l’avenir de la collection

C’est un changement de paradigme radical de la part d’Antonio Cederna. Et il ne semble pas que cet étrange déséquilibre entre les dépenses et les recettes se limite à l’exposition actuelle, car comme nous l’avons vu, Dario Franceschini a déjà parlé d’accorder un bâtiment public pour l’exposition de la collection. Il s’agit du très central Palazzo Silvestri-Rivaldi. Le musée sera-t-il public? La collection sera-t-elle publique? Ou, comme les déclarations ministérielles semblent clairement l’indiquer, un bâtiment public, restauré avec 35 millions de fonds publics, sera-t-il mis à disposition pour exposer une collection privée, garantissant des revenus importants aux propriétaires, malgré la manière dont les statues ont été traitées au cours des 50 dernières années ?

Il fut un temps, pas si lointain, où les familles nobles, pour changer leur image aux yeux de l’autorité et de l’opinion publique, faisaient don de leurs collections. C’est ainsi que sont nés les plus grands et les plus importants musées italiens. Ce temps semble révolu, alors profitons de la merveille des 92 premiers marbres de la collection Torlonia exposés au public, mais sans cesser de nous demander pourquoi, en plus du pardon pour ce qui s’est passé, le ministère a garanti des revenus, la propriété de la collection, un bâtiment public restauré aux frais de l’État, un tour du monde. C’est peut-être trop, même à notre époque.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.