Le courage de New York : la loi anti-Airbnb sur les locations de courte durée entre en vigueur


New York a dit stop au phénomène des locations de courte durée : avec une réglementation draconienne, elle a décidé d'abolir Airbnb, de ramener les New-Yorkais en ville, de faire baisser le prix des locations et d'endiguer le phénomène des squats. Voici comment fonctionne cette réglementation. Sera-t-elle suivie en Italie et en Europe ?

"New York (en anglais) (en anglais) (en anglais), New York (en anglais) (en anglais) (en anglais)", chantait Frank Sinitra: “Je veux me réveiller dans la ville qui ne dort jamais / Pour découvrir que je suis une personne importante, au sommet”. Mais aujourd’hui, beaucoup risquent de ne pas y dormir, du moins pas dans un hôtel. La véritable guerre contre les locations de courte durée de type B&B (ce que les B&B n’étaient pas) trouve dans la loi locale new-yorkaise numéro 18 de 2022 (la “loi sur l’enregistrement des locations de courte durée”) un tournant dans le phénomène de l’“économie de partage”. C’est comme s’il disait “la récréation est terminée”, “mettons un peu d’ordre”. À New York (en anglais) (en anglais) (en anglais), avec une mesure draconienne, on revient en fait fondamentalement aux sources de l’idée du B&B telle qu’elle est née en Irlande il y a deux siècles : j’héberge l’étranger chez moi, je lui offre le petit-déjeuner et le lendemain, il s’en va.

Voyons les choses en détail. Depuis hier, 5 septembre, une loi est entrée en vigueur dans la Grosse Pomme qui établit l’interdiction de laisser dormir plus de deux personnes (quelle que soit la taille de la maison) pendant plus de deux nuits dans la maison où, entre autres, le propriétaire doit également résider et où, précise la loi, il ne peut y avoir de portes intérieures fermées à clé. Tout cela pour un maximum de 30 jours par an.

New York (en anglais) (en anglais) (en anglais)
New York (en anglais) (en anglais) (en anglais)

Le phénomène économique qui a explosé ces 8-10 dernières années dans le monde entier, avec le développement de sites spécialement dédiés (Airbnb, Booking et consorts), se développe surtout dans les villes d’art et les centres historiques comme alternatives à l’hôtel (avec l’idée, ou du moins l’idée, que l’hôtellerie n’est pas la seule solution). (avec l’idée, ou du moins c’était l’esprit originel, d’offrir aux touristes une expérience supplémentaire en allant vivre chez l’habitant plutôt que dans un hôtel standardisé), a vidé des immeubles entiers de leurs habitants qui préféraient s’installer en banlieue pour louer leurs maisons dans le centre à des prix de plus en plus élevés. Il y a même eu une ruée pour acheter des maisons dans le centre afin de les louer à des touristes , un investissement beaucoup plus rentable qu’avec des familles. Finestre sull’Arte en a déjà parlé à d’autres occasions, en abordant le sujet dusurtourisme, puis à nouveau l’hypothèse de l’introduction de billets ou de contributions pour entrer à Florence ou à Venise (et encore sur Venise ici et ici) avec la comparaison du développement économique qu’apportent les maisons louées par rapport aux hôtels ici.

New York (en anglais) (en anglais) (en anglais) en a assez dit. Le niveau vertigineux des logements pour les résidents et les étudiants souffrait du phénomène touristique, et c’est ainsi qu’a été introduite cette règle que qualifier de restrictive est un euphémisme. D’abord parce que, vraiment, pour louer sa maison à un étranger, il faut y vivre quand le touriste est présent, alors qu’aujourd’hui tout le monde loue des maisons vides (d’ailleurs souvent plusieurs), et vit ailleurs, ce qui en fait un véritable business (et donc pas l’arrondi d’un salaire comme à l’origine). Par ailleurs, New York (en anglais) (en anglais) (en anglais) a également bien pensé à insérer une interdiction selon laquelle les pièces à l’intérieur de la maison louée au touriste doivent être fermées à clé, car toute la maison doit être accessible à l’invité: une chose qui fait sourire, mais qui vise à empêcher le propriétaire de diviser l’appartement en deux pour s’isoler, avec des services indépendants contournant ainsi la règle.

New York (en anglais) (en anglais) (en anglais)
New York (en anglais) (en anglais) (en anglais)

Mais ce n’est pas tout : le coup de grâce au phénomène pourrait être qu’il prévoit un maximum de deux hôtes à la fois et pour un maximum de deux jours. Il est donc pratiquement impossible de rivaliser avec une structure d’accueil classique. Elle veut également mettre fin au phénomène de la clandestinité en obligeant ceux qui veulent exercer cette activité à s’inscrire sur un site spécial (un registre municipal) où ils seront identifiés par un code unique par les autorités et où, tant qu’ils n’auront pas obtenu l’autorisation, il leur sera interdit de faire de la publicité pour leur maison en location. Avant l’entrée en vigueur de la règle, environ 40 000 logements étaient “exposés” sur des sites spécialisés : ce nombre est appelé à diminuer considérablement et la règle devrait inciter les propriétaires (c’est du moins ce qu’espère le législateur) à remettre leurs logements sur le marché de la location résidentielle, contribuant ainsi à faire baisser le prix des loyers en augmentant l’offre. Une famille souhaitant louer un appartement dans la Grosse Pomme se retrouve en effet, au début de l’année 2023, face à des loyers mensuels d’environ 4 400 dollars à Manhattan, 4 000 dollars à Brooklyn et près de 4 000 dollars dans le Queens. Les sanctions pour les contrevenants sont de 5 000 dollars pour les propriétaires et de 1 500 dollars pour les plateformes pour chaque loyer “irrégulier”.

En Italie et en Europe (Paris, Berlin, Amsterdam, Barcelone...), on semblait essayer de trouver une solution à un système qui tiendrait compte à la fois de la nouveauté du phénomène et des besoins des résidents, mais sans succès. New York (en anglais) (en anglais) (en anglais) a agi de manière drastique: vous ne pourrez plus louer votre appartement même lorsque vous êtes en vacances, car vous êtes obligé d’être présent lorsque l’invité est là. Il faut y réfléchir.

New York (en anglais) (en anglais) (en anglais), dont le maire est le démocrate Eric Leroy Adams, a été poussé par la nécessité de faire revenir en ville les New-Yorkais qui sont aujourd’hui moins de 2019, époque pré-Covid, avec la crainte d’une crise du logement droguée par l’essor des locations de courte durée.

New York (en anglais) (en anglais) (en anglais) New
York

Les hôteliers du monde entier se réjouissent parce que New York (en anglais) (en anglais) (en anglais) va effectivement mettre fin à l’expérience de partage de domicile: combien de personnes aujourd’hui tiennent à leur vie privée et sont prêtes à accueillir des étrangers chez elles ? Le directeur des politiques mondiales d’Airbnb, Theo Yedinsky , a qualifié la promulgation de la loi de “coup dur pour l’économie touristique de la ville de New York (en anglais) (en anglais) (en anglais) et pour les milliers de New-Yorkais et de petites entreprises des quartiers périphériques qui comptent sur le partage de logement et sur les revenus du tourisme pour joindre les deux bouts”.

En Italie, après plusieurs tentatives éparses des régions et des municipalités au cours des cinq ou six dernières années, le gouvernement a proposé en juillet un projet de loi aux autorités locales et aux catégories pour qu’elles s’assoient et trouvent la voie italienne. Il prévoit un code d’identification du propriétaire (déjà en place dans de nombreuses régions depuis des années), un séjour minimum de deux nuits et une concentration sur les municipalités à vocation touristique (villes telles que Milan, Rome, Turin, Gênes, Bologne, Florence, Venise, Naples, Bari, Reggio de Calabre, Palerme, Catane, Messine et Cagliari, mais aussi les stations balnéaires ou de montagne). Nous verrons ce qui ressortira du débat et du texte final du projet de loi.

Le courage de New York : la loi anti-Airbnb sur les locations de courte durée entre en vigueur
Le courage de New York : la loi anti-Airbnb sur les locations de courte durée entre en vigueur


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.