Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Vénétie


Onzième étape du voyage à la découverte des animaux, des créatures et des lieux fantastiques dans les musées italiens: aujourd'hui, nous nous rendons dans les musées de Vénétie.

La onzième étape de notre voyage à la découverte des animaux et des lieux fantastiques dans les musées italiens nous conduit en Vénétie. Dans la ville de la lagune et dans d’autres villes de Vénétie, on trouve des dragons, des créatures étranges, des tritons, des têtes de méduses et même des animaux de la mythologie chinoise. Un voyage que Finestre sull’Arte entreprend en collaboration avec le ministère de la Culture pour offrir une façon originale et amusante de visiter les musées, adaptée à une expérience ludique avec vos enfants et votre famille, en vous rappelant que les lieux de culture sont des endroits sûrs et parfaits pour tous les âges. Voyons donc ensemble quels animaux et quelles créatures fantastiques peuplent les musées de Vénétie !

1. Le dragon du San Giorgio d’Andrea Mantegna à la Gallerie dell’Accademia de Venise

Le dragon qu’Andrea Mantegna a représenté aux pieds de saint Georges, la pointe de sa lance plantée dans sa mâchoire, est déjà épuisé et vaincu sur le sol. Au premier plan, le saint vêtu d’une armure étincelante est fier d’avoir vaincu la créature monstrueuse qui semait depuis longtemps la terreur parmi les habitants de la ville libyenne de Selem. L’épisode est tiré de la Legenda Aurea de Jacopo da Varagine et est l’un des plus connus et des plus représentés dans l’histoire de l’art, en tant que représentation du bien triomphant du mal. Saint Georges, avec une lance brisée dans la main droite qu’il tient comme un bâton et un regard de trois-quarts, semble émerger du cadre en faux marbre qui borde le tableau. Dans un effet d’illusion, le museau du dragon semble également dépasser du cadre. À l’arrière-plan se trouve la ville fortifiée à laquelle on accède par la route balisée entre les collines. La princesse sauvée par le saint n’apparaît cependant pas dans l’œuvre. Le tableau se trouve aujourd’hui dans la Gallerie dell’Accademia à Venise: acheté en 1856, il faisait partie de la collection Manfrin.

Andrea Mantegna, Saint Georges (vers 1460 ; tempera sur panneau, 66 x 32 cm ; Venise, Galerie de l'Accademia)
Andrea Mantegna, Saint Georges (vers 1460 ; tempera sur panneau, 66 x 32 cm ; Venise, Galerie de l’Accademia)

2. Créatures fantastiques dans les peintures de Bosch à la Gallerie dell’Accademia, Venise

La Gallerie dell’Accademia de Venise conserve, dans la salle VII du premier étage, les seules peintures de l’artiste flamand Hieronymus Bosch dans une collection publique italienne. Selon le récit de l’érudit et collectionneur d’art Marcantonio Michiel en 1521, ces peintures faisaient partie de la collection raffinée du cardinal Domenico Grimani, qui les avait rassemblées dans une sorte de “dressing” parmi les œuvres les plus importantes de sa collection. Ces œuvres sont d’extraordinaires visions du peintre, pleines d’êtres hybrides nés de l’imagination exceptionnelle de Bosch. Dans cette salle du musée vénitien, on peut admirer le Triptyque de sainte Liberata avec la sainte crucifiée dans le panneau central entourée de son père qui ordonne son martyre et de son fiancé, la vision infernale et saint Antoine l’abbé dans le compartiment de gauche et la vue marine dans le compartiment de droite ; les Quatre visions de l’au-delà où l’on peut reconnaître le Paradis, l’Enfer peuplé de monstres capturant les pécheurs, le Purgatoire et une sorte de falaise d’où les âmes sont précipitées en Enfer ; le Triptyque des Ermites avec saint Jérôme, saint Antoine et saint Aegidius: notamment dans le panneau de gauche, saint Antoine est entouré de monstres originaux faisant allusion aux tentations auxquelles le saint a dû résister.

Hieronymus Bosch, Triptyque des Ermites (vers 1495 -1505 ; huile sur panneau, 86,5 x 120 cm ; Venise, Gallerie dell'Accademia)
Hieronymus Bosch, Triptyque des Ermites (vers 1495 -1505 ; huile sur panneau, 86,5 x 120 cm ; Venise, Gallerie dell’Accademia)

3. Le triton de la statue en bronze de la galerie Giorgio Franchetti de la Ca’ d’Oro à Venise

Une statue en bronze de près de trente centimètres de haut, située dans la Galleria Giorgio Franchetti de la Ca’ d’Oro, représente un triton jouant d’un instrument à vent. Les tritons descendent de Triton, fils du dieu de la mer Poséidon et de la Néréide Amphitrite, et sont des créatures issues de la mythologie grecque caractérisées par leur double nature: humaine à partir de la taille et poisson à partir de la taille, comme celle représentée dans la statuette en bronze, agenouillée sur un petit socle. La statuette en bronze peut être datée entre le XVIe et le XVIIe siècle et provient d’un atelier vénitien. Tête de profil, le jeune triton souffle bruyamment dans l’instrument à spirale qu’il tient à l’extrémité, le bras gauche levé en l’air, tandis que sa main droite repose sur l’une des deux queues de poisson qui touchent son flanc de manière sinueuse. Les Tritons étaient généralement au service des divinités marines, Poséidon in primis, et avaient la capacité de déclencher ou de calmer les tempêtes marines.

Atelier vénitien, Triton (XVIe-XVIIe siècle ; bronze, 29,5 cm ; Venise, Galleria Giorgio Franchetti at Ca' d'Oro)
Atelier vénitien, Triton (XVIe-XVIIe siècle ; bronze, 29,5 cm ; Venise, Galerie Giorgio Franchetti de la Ca’ d’Oro)

4. Tête de Méduse du Museo Nazionale Atestino

Le Museo Nazionale Atestino, musée archéologique d’Este dans la province de Padoue, abrite une applique en bronze en forme de tête de Méduse, créature mythologique considérée comme la plus célèbre des trois Gorgones. Fille des dieux marins Forco et Ceto, elle avait des serpents en guise de cheveux et le pouvoir de pétrifier quiconque la regardait dans les yeux. En effet, l’objet représente le visage de Méduse avec des serpents dans sa chevelure balayée par le vent, son regard fixe et pénétrant capable d’enchanter et sa bouche entrouverte. L’applique ornementale en bronze, d’une valeur considérable, date du début de l’époque impériale, c’est-à-dire du début du Ier siècle après J.-C., et a été découverte en 1895 près de Monte Murale, dans la province d’Este. Il s’agit d’un objet très raffiné de tradition hellénistique, probablement importé de Grande Grèce.

Applique à tête de Méduse, d'Este-Monte Murale (1er siècle après J.-C. ; bronze ; Este, Museo Nazionale Atestino)
Art romain, applique à tête de Méduse, Este-Monte Murale (Ier siècle après J.-C. ; bronze ; Este, Museo Nazionale Atestino)

5. Le phénix dans la pierre précieuse du Musée archéologique national de Venise

Un animal fantastique sculpté dans une pierre précieuse, plus précisément dans une gemme d’améthyste: il s’agit d’un phénix, un oiseau mythologique considéré comme sacré, généralement représenté dans une couleur rouge feu et de grande taille, qui est capable de renaître de ses cendres trois jours après sa mort en s’immolant par le feu. Il s’agit donc d’un symbole de mort et de résurrection, ou d’un symbole de renaissance: les Romains associaient en effet le phénix à l’immortalité de l’Empire. Selon Pline, cet oiseau pouvait vivre jusqu’à 660 ans, tandis que selon Hérodote, il pouvait vivre 540 ans. Il est également un symbole de douceur car il ne tue pas, se nourrit de rosée et n’écrase pas ce qu’il touche. Sur cette pierre précieuse conservée au Musée archéologique national de Venise et mesurant un peu plus d’un centimètre, le phénix est représenté de profil à gauche. De production romaine, cette pierre précieuse sculptée de couleur violette peut être datée du premier siècle de notre ère et provient de la collection San Donato de Zadar (Croatie).

Région romaine, phénix sculpté dans une pierre précieuse améthyste (1er siècle après J.-C. ; améthyste, 1,2 x 1,02 cm ; Venise, Museo Archeologico Nazionale)
Champ romain, Phénix taillé dans une pierre précieuse améthyste (1er siècle après J.-C. ; améthyste, 1,2 x 1,02 cm ; Venise, Museo Archeologico Nazionale)

6. Le sphinx du musée national et de la zone archéologique d’Altino

Nous savons tous à quoi ressemble un sphinx, et celui que l’on peut voir au musée national et à l’aire archéologique d’Altino a également un corps de lion et une tête humaine. Réalisée en calcaire d’Aurisina, elle constitue un acrotère, c’est-à-dire l’élément décoratif qui se trouve habituellement au sommet et aux angles du fronton d’un temple antique, mais qui, dans ce cas, ornait le toit d’un monument funéraire. La sculpture date du Ier siècle après J.-C. et provient de la nécropole d’Altinate. Dotée d’ailes et recroquevillée sur ses pattes arrière, elle fixe l’observateur d’un regard énigmatique. La tête aux traits humains est arrondie, avec une bouche étroite, un menton et des joues marqués ; la chevelure, divisée au milieu de la tête par une raie, est également clairement définie. Selon le mythe, cette créature se trouvait sur la route de Thèbes et, du haut d’une falaise, posait à tous les passants une énigme difficile que seul Œdipe était capable de résoudre. C’est pourquoi il est un symbole d’énigme et de pouvoir.

Art romain, Acrotère d'un monument funéraire en forme de sphinx (Ier siècle après J.-C. ; calcaire d'Aurisina ; Musée national et zone archéologique d'Altino) Photo d'Agnese Lena
Art romain, Acrotère d’un monument funéraire en forme de sphinx (Ier siècle après J.-C. ; calcaire d’Aurisina ; Musée national et zone archéologique d’Altino). Photo d’Agnese Lena

7. Salamandre dans le haut-relief de la salle Psyché du musée Palazzo Grimani

Au printemps 2021, d’importants travaux de restauration et d’aménagement ont été réalisés au musée du Palazzo Grimani. Parmi ceux-ci, la restauration de la salle Psyché a donné lieu à une découverte inattendue: un relief sculpté a été découvert dans une cavité murale, qui s’est avérée être le fond en pierre tendre d’une cheminée fermée depuis des siècles. Le sujet est la légendaire salamandre dans les flammes. Dans la mythologie, la salamandre, assimilée aux amphibiens du même nom, était considérée comme une créature du feu: on la croyait capable de vivre dans les flammes, parvenant à les traverser indemne. Dans son Histoire naturelle (77-78 après J.-C.), Pline l’Ancien affirme que “la salamandre est si froide qu’à son contact le feu s’éteint un peu comme l’effet produit par la glace”. Cette créature est liée à de nombreuses significations symboliques, telles que la constance, la résistance au mal et aux ennemis, et la valeur militaire.

Artiste inconnu, Salamandre dans les flammes (vers 1530-1540 ; haut-relief, pierre tendre de Vicence, 185 x 85 cm ; Venise, salle Psyché du musée du Palazzo Grimani)
Artiste inconnu, Salamandre dans les flammes (vers 1530-1540 ; haut-relief, pierre tendre de Vicence, 185 x 85 cm ; Venise, salle Psyché du musée du Palazzo Grimani)
.

8. Les satyres de la salle du Triomphe de Bacchus du musée national de Villa Pisani

Parmi les premières salles du rez-de-chaussée du musée national de Villa Pisani figure celle consacrée au Triomphe de Bacchus, célébration du dieu du vin et de la musique. Cette salle du XVIIIe siècle, l’une des plus remarquables, est décorée de fresques de Jacopo Guarana, élève de Tiepolo, peintes vers 1770: elles racontent les histoires de Bacchus. Dans la Bacchanale, les personnages représentés se tiennent dans une prairie et s’adonnent à la danse, comme les deux jeunes filles à moitié nues qui sautent et jouent du tambourin, ainsi qu’au festin. À gauche, un satyre, créature fantastique à la double nature: humaine à partir de la taille et équine à partir du bas. De même, dans la procession de Silène, représenté à dos d’éléphant, les personnages sont immergés dans un paysage et l’éléphant lui-même présente une particularité: les pattes ne correspondent pas à la réalité, mais témoignent de la manière dont les animaux sont représentés dans les bestiaires.

Jacopo Guarana, Bacchanale (vers 1770 ; fresque ; Stra, Musée national de Villa Pisani, Salle du Triomphe de Bacchus)
Jacopo Guarana, Bacchanale (vers 1770 ; fresque ; Stra, Musée national de Villa Pisani, Salle du Triomphe de Bacchus)

9. Le Kirin du musée d’art oriental de Venise

Le Museo d’Arte Orientale de Venise possède une importante collection d’animaux fantastiques liés aux mondes chinois et japonais: lions chinois, dragons, cheval magique de Chokaro, qui renvoie à la légende de Chokaro sennin, un être immortel qui possède un cheval capable de sortir comme par enchantement d’une citrouille. Et puis le Kirin ou Qilin, une créature de la mythologie orientale, également connue sous le nom de licorne chinoise. Avec le dragon, le phénix et la tortue, il est l’un des quatre animaux de la chance. Il a un caractère doux et son apparition annonce un événement heureux ou est un signe de bonne gouvernance ou de la venue d’un sage. Selon la légende, le kirin est apparu pendant le règne heureux des souverains Yao et Shun et à l’époque de la naissance de Confucius. L’objet de la collection du Musée d’art oriental est un brûle-parfum japonais en porcelaine bleue et blanche de la période Edo.

Art japonais, Kirin, brûle-parfum japonais (période Edo (1602-1868) ; porcelaine ; Venise, Musée d'art oriental)
Art japonais, Kirin (période Edo (1602-1868) ; porcelaine ; Venise, Musée d’art oriental)

10. Le vautour fauve au Musée archéologique national de Portogruaro

Le musée archéologique national de Portogruaro possède également une importante collection d’animaux fantastiques, parmi lesquels des monstres marins, des dragons, des tritons, des sphinx et d’autres créatures. Un linteau en pierre calcaire représente un griffon de profil posant une patte sur un vase. Il peut être daté du 1er siècle de notre ère. Le griffon est un animal fantastique ailé au corps de lion et à la tête d’aigle. La représentation la plus fréquente de cette créature se trouve dans l’art minoen/mycénien et grec ; en effet, il semble s’agir d’un vase grec ancien sur lequel l’animal ailé pose sa patte avant droite. Il s’agit d’un symbole de garde et de sagesse, mais aussi de perfection et de puissance.

Linteau avec un griffon à la patte reposant sur un vase (Ier siècle après J.-C. ; calcaire ; Portogruaro, Musée archéologique national). Don d'Osvaldo Politi
Art romain, Linteau avec un griffon à la patte posée sur un vase (Ier siècle après J.-C. ; calcaire ; Portogruaro, Musée archéologique national). Don d’Osvaldo Politi

Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Vénétie
Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Vénétie


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.