Découvrir l'histoire de saint François en 10 lieux entre l'Ombrie et la Toscane


Les 10 lieux pour découvrir l'histoire de Saint François : un itinéraire entre l'Ombrie et la Toscane.

Saint François, d’origine noble, est né à Assise entre décembre 1181 et septembre 1182 et, selon la légende, a été conçu au cours d’un voyage en Terre Sainte par un couple d’un âge avancé. Immédiatement après sa naissance miraculeuse, il fut baptisé par sa mère du nom de Giovanni, mais au retour de France de son père, il fut rebaptisé François. À l’âge de 20 ans, il participe à la guerre qui oppose les villes d’Assise et de Pérouse. L’armée dans laquelle le jeune homme combattait fut rapidement vaincue, il fut fait prisonnier et, après une longue année, il put enfin rentrer chez lui, bien que gravement malade. Une fois guéri, il reprit la route vers le sud à la suite de Gualtiero da Brienne, mais en chemin il eut sa première apparition qui le poussa à enlever ses vêtements de soldat et à rentrer chez lui à Assise. C’est à partir de 1205 que commence sa conversion et de nombreux épisodes sont relatés à partir de cette période. C’est à partir de là que commencent les heurts et les conflits avec ses amis et surtout avec son père, qui ne comprend pas tout de suite la grandeur de son fils.

1. L’église Saint-Damien d’Assise

Comme le raconte le premier biographe du saint, Thomas de Celano, c’est ici qu’en 1205 François reçut une vision du Crucifix, aujourd’hui conservé dans la chapelle Saint-Georges de Santa Chiara, qui lui dit : “Va et répare mon église qui, comme tu le vois, est en ruine”. L’église Saint-Damien d’Assise, construite entre le VIIIe et le IXe siècle, est aujourd’hui la gardienne d’une atmosphère de spiritualité raréfiée, mais elle était dans un état de précarité absolue lorsque le saint accepta l’invitation du Crucifix et c’est d’ailleurs ici qu’il composa le Cantique des créatures en 1225.L’intérieur est constitué d’une seule nef couverte d’une voûte ogivale en berceau qui abrite aujourd’hui un crucifix en bois de 1637, signé par Innocenzo da Petralia. La voûte de l’abside profonde, plus basse que celle du corps principal, abrite le tabernacle baroque en bois et le chœur des moines. Dans la vasque, on peut admirer une fresque du XIVe siècle représentant la Vierge à l’Enfant entre les saints Rufino et Damiano.

L'église de San Damiano à Assise
L’église de Saint-Damien à Assise. Photo : Gunnar Bach Pedersen

2. La Verna

Située en Toscane, c’est le lieu où saint François a reçu les stigmates, en 1224, après s’être retiré dans la montagne pour affronter ses périodes de silence et de prière. Cet été-là, le saint demanda à Dieu s’il pouvait participer à la Passion du Christ pour comprendre le mystère de l’amour et de la douleur, et il fut exaucé, recevant le don de ses stigmates. La Verna est un lieu de silence mystique où l’architecture massive renferme de nombreuses histoires de spiritualité, d’art et de culture, qui nous apprennent à apprécier la tranquillité paisible et nous invitent à embrasser pleinement sa beauté. Du sanctuaire, un sentier mène au Sasso Spicco et, à mi-chemin, on se trouve devant une porte couverte de clous qui donne accès à la grotte où saint François dormait, reposant sur la pierre nue.

La Verna
La forêt monumentale de La Verna. Photo : Giorgio Galeotti

3. L’ermitage des prisons d’Assise

À Assise, à l’intérieur de la forêt de Saint-François, un lieu paisible de chênes verts séculaires et de nature luxuriante, se trouve l’Eremo delle Carceri. Prison" vient du latin carcer , qui signifie lieu isolé et solitaire et non prison, comme on pourrait le penser à tort, et c’est ici que saint François d’Assise et ses compagnons passaient leur temps à ponctuer leurs journées de prières. Au départ, le lieu n’était qu’un grand bloc rocheux avec des grottes servant de cellules et un oratoire central où les frères pouvaient prier entre eux, mais à partir du milieu du XIVe siècle, les frères ont commencé à s’y installer et ont créé les premières habitations qui ont débouché sur le projet plus ambitieux que nous admirons aujourd’hui. En 1400, grâce à saint Bernardin de Sienne, la petite église, le chœur, le réfectoire et le dortoir avec de petites cellules pour les frères adossés à la roche ont été construits.

L'ermitage des prisons d'Assise
L’Ermitage des Prisons d’Assise

4. La Portioncule

En franchissant le seuil de la basilique Sainte-Marie-des-Anges, au pied de la colline d’Assise, on aperçoit la Portioncule d’Assise, une petite église romane qui indiquait littéralement la petite portion de terrain sur laquelle elle était construite. C’est la troisième église restaurée par le Poverello à la demande du Crucifix de San Damiano. Très vite, la petite église devint pour lui un lieu très apprécié, où il se réunissait pour prier, étudier les enseignements de l’Évangile et rassembler ses disciples. Les admirables fresques du mur extérieur de la chapelle représentent la mort et les funérailles de saint François et ont été peintes en 1886 par le peintre Domenico Bruschi, tandis que les décorations murales intérieures appartiennent au peintre du XVe siècle Giovanni di Pietro, qui fut l’un des disciples les plus directs du Pérugin, et représentent des saints franciscains et des bienheureux.

La Portioncule
La Portioncule. Photo : Province séraphique de Saint François d’Assise des Frères mineurs d’Ombrie
.

5. Le Tugurio sacré de saint François de Rivotorto

Rivotorto fut le premier refuge des disciples de saint François, qui consistait simplement en deux cabanes de pierre avec quelques pièces. C’est dans cette “masure” abandonnée que saint François conçut et rédigea la Règle sur la pauvreté et la prière des sœurs. Aujourd’hui, trois pièces peuvent être visitées : la salle de repos, à gauche en regardant la masure, qui abrite une statue du XVIIIe siècle de saint François endormi, la salle de la Croix dans la pièce centrale et la salle du feu à droite. En 1209, il partit de Rivotorto pour Rome, avec dix compagnons, afin de se rendre auprès du pape Innocent III. L’histoire raconte les vicissitudes sans fin et la crainte que le pape ne les prenne pour des hérétiques. Mais saint François apparut en rêve au pape alors qu’il portait l’Église de Rome sur ses épaules et, grâce à cela, il bénit la Règle et l’approuva.

Le Tugurio sacré de saint François de Rivotorto
La masure sacrée de saint François de Rivotorto. Photo : Wikimedia/Superchilum

6. Gubbio

S’élevant sur les pentes du mont Ingino, cette charmante ville d’Ombrie est liée à une célèbre légende de saint François qui raconte comment le saint a apprivoisé un loup féroce qui terrorisait la ville. En effet, les Fioretti de saint François racontent que le Poverello vivait à Gubbio lorsqu’apparut “un loup très grand, terrible et féroce, au point que tous les citoyens furent saisis d’une grande peur et s’armèrent comme pour se battre”. Il s’adressa à l’animal et lui dit : “Frère loup, je t’ordonne, du côté du Christ, de ne pas me faire de mal, ni à moi ni à personne.Je te promets de te nourrir aussi longtemps que tu vivras, afin que tu ne souffres plus de la faim. Parmi les rues de la ville à l’atmosphère encore médiévale se trouve le chemin appelé ”Fratello Lupo" (Frère Loup), qui permet au pèlerin de marcher parmi les sites franciscains de la ville (y compris l’église où la rencontre entre François et le loup a eu lieu) dont le point d’arrivée est la basilique du XVIe siècle de Sant’Ubaldo, au sommet du mont Ingino, dédiée à l’évêque protecteur de Gubbio.

Vue de Gubbio
Vue de Gubbio

7. L’église de San Francesco à Cortona

Saint François a visité Cortona lors de son voyage en Toscane et l’église qui lui est dédiée est l’un des lieux de culte les plus importants de la ville. Elle conserve certains des objets du saint, dont sa soutane, l’évangéliaire et un coussin. Un fragment de la croix du Christ, qui, selon la légende, aurait été emporté à Constantinople par le frère Elias lui-même, est également conservé à l’intérieur de l’église à nef unique et au toit en charpente. L’église a été construite à la demande de Frère Elias, le successeur du saint, qui a fait commencer la construction en 1247 sur les vestiges d’un bain romain. Les peintures à l’intérieur sont également d’une grande importance artistique, comme l’Annonciation de Pietro da Cortona, la Vierge en gloire parmi les saints de Ciro Ferri et la Nativité de Raphael Vanni.

L'église de San Francesco à Cortona
L’église San Francesco à Cortona. Photo : Francesco Bini

8. Le sanctuaire de Fonte Colombo

En septembre 1223, François monta à Fontecolombo, à Rieti, avec Frère Leo, Bonizio da Bologna et quelques autres compagnons et c’est dans cette ville, où se trouvent le sanctuaire de Fonte Colombo et l’église de saint François, qu’il reçut du pape Innocent III l’approbation de sa règle franciscaine. Le sanctuaire fut malheureusement aussi le triste témoin des souffrances et des maladies du frère qui, pendant son séjour en 1225, fut persuadé par le frère Elias de se laisser opérer d’une grave maladie des yeux qui l’affligeait depuis son pèlerinage en Terre Sainte. L’église a été construite dans la seconde moitié du XIIIe siècle et consacrée en 1450. À l’intérieur, une sculpture en bois du saint méditant au pied du crucifix a été placée au XVIIe siècle.

Le sanctuaire de Fonte Colombo
Le sanctuaire de Fonte Colombo. Photo : Christopher John

9. L’église Saint-François à Rieti

Au cours de ces mêmes années, un petit oratoire fut construit près de l’hôpital Santa Croce, édifié par le Poverello d’Assise pour le soin des malades, qui devint le premier établissement des Frères Mineurs. La construction commença en 1246 et la façade actuelle est sévère, imposante et extrêmement simple dans un style romano-gothique, tandis que l’intérieur est très spacieux, comme c’est le cas dans les églises des ordres mendiants, qui voulaient accueillir le plus grand nombre possible de fidèles. Le plan est en forme de croix latine divisée en trois nefs avec un plafond en treillis, autrefois richement incrusté de décorations baroques, qui ont disparu lors du tremblement de terre de 1898. Sur les murs, il est encore possible d’admirer des fresques de l’école de Giotto représentant des scènes de la vie de saint François.

L'église de San Francesco à Rieti
L’église Saint-François à Rieti. Photo : Alessandro Antonelli

10. La basilique de Saint-François d’Assise

Sous l’autel de la basilique inférieure d’Assise se trouve le corps de saint François, dont la tombe, à laquelle on accède par deux volées de marches, a été délibérément laissée nue pour symboliser le cœur du sanctuaire. Dans un premier temps, son corps fut hébergé temporairement dans l’église de San Giorgio, mais le 25 mai 1230, il fut finalement inhumé et transporté dans la basilique, encore en construction, qui lui est dédiée. C’est Fra Elias qui a déposé le corps du Poverello sous le maître-autel, dans un sarcophage de pierre pesant douze quintaux, enfermé dans une cage de fer et enfin recouvert de lourdes dalles de travertin et de béton. Devant la tombe du frère, une flamme brûle, alimentée par de l’huile provenant chaque année d’une région italienne différente, à l’occasion de la fête du 4 octobre.

La basilique de San Francesco. Photo : Luca Aless
La basilique Saint-François. Photo : Luca Aless

Découvrir l'histoire de saint François en 10 lieux entre l'Ombrie et la Toscane
Découvrir l'histoire de saint François en 10 lieux entre l'Ombrie et la Toscane


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.