Garfagnana, à voir : les 10 lieux à ne pas manquer


A voir en Garfagnana : voici 10 lieux à ne pas manquer dans la Haute Vallée du Serchio.

La Garfagnana, belle région montagneuse du nord de la Toscane, correspondant à lahaute vallée du Serchio, est située à une courte distance de Lucques, la capitale provinciale, et se caractérise par de beaux paysages naturels, de luxuriantes forêts de châtaigniers et de pittoresques villages médiévaux, le tout sous les majestueux sommets des Alpes Apuanes. Le territoire de la Garfagnana est traversé par le fleuve Serchio, qui coule à travers les montagnes en créant des vallées verdoyantes et des terres agricoles fertiles. Une grande partie du territoire fait partie du parc régional des Alpes Apuanes, une réserve naturelle qui offre des sentiers de randonnée, des vues spectaculaires et une variété de flore et de faune uniques, avec de nombreuses espèces endémiques. En outre, la gastronomie de la Garfagnana est un véritable plaisir pour les sens. La cuisine traditionnelle se caractérise par des plats simples et authentiques, souvent préparés avec des ingrédients locaux tels que l’épeautre, les châtaignes et les champignons. Parmi les plats typiques, citons la polenta di neccio et les frittelle di neccio, c’est-à-dire à base de farine de châtaigne, la zuppa di farro, une soupe épaisse et savoureuse à base d’épeautre, de légumes secs et de légumes, et la zuppa di erbi, préparée avec des herbes sauvages. La région est un lieu idéal pour les amateurs d’activités de plein air, mais aussi pour les passionnés d’histoire, de culture et d’art. Les lieux à visiter sont nombreux, mais certains sont incontournables : nous avons sélectionné pour vous les dix lieux à ne pas manquer en Garfagnana, voici nos suggestions !

1. La forteresse Ariostesca de Castelnuovo Garfagnana

La Rocca Ariostesca de Castelnuovo di Garfagnana est un imposant château situé au cœur de la ville considérée comme la capitale de la Garfagnana. La forteresse est l’un des symboles historiques et architecturaux de la région, et son nom est lié au célèbre poète Ludovic Arioste, auteur de l’Orlando Furioso, qui y résida lorsqu’il devint gouverneur de la Garfagnana au nom de la famille d’Este (cette terre faisait en fait autrefois partie du duché de Ferrare), entre 1522 et 1525. Construite au XIIe siècle, bien que son aspect actuel remonte au XIIIe siècle, la Rocca Ariostesca servait principalement de forteresse défensive. Au XIVe siècle, le seigneur de Lucques, Paolo Guinigi, fit ajouter la grande tour de l’horloge. La terrasse sur la place date de 1675. Bombardée pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a été immédiatement restaurée et est aujourd’hui ouverte au public et peut être visitée.

La Rocca Ariostesca de Castelnuovo Garfagnana
La Rocca Ariostesca de Castelnuovo Garfagnana. Photo : Wikimedia/Hpschaefer

2. La forteresse de Verrucole

Ancienne forteresse située à San Romano in Garfagnana, la Fortezza delle Verrucole est une imposante structure défensive qui se dresse sur une colline panoramique, dominant la vallée en contrebas et offrant une vue spectaculaire sur le paysage environnant et les Alpes Apuanes. Construite au XIIe siècle (bien que son aspect actuel soit dû à la reconstruction de la famille Este pendant la Renaissance : il ne reste rien de la construction médiévale), la forteresse delle Verrucole a joué un rôle stratégique important dans la défense de la Garfagnana. Sa position surélevée et ses murs solides en faisaient un point d’observation et de contrôle essentiel sur la vallée en contrebas. Au cours des siècles, la forteresse a subi plusieurs extensions et modifications, en fonction des différents seigneurs qui la possédaient (d’abord les Gherardinghi, puis la République de Lucques qui l’a confiée aux Guidiccioni, puis les Malaspina, puis les Este), reflétant ainsi l’évolution des stratégies militaires et des technologies de défense. Achetée en 1986 par la municipalité de San Romano di Garfagnana aux derniers propriétaires, la famille Angeloni-Bresciani, elle a été entièrement restaurée et peut aujourd’hui être visitée (on peut également y accéder par un ascenseur spécial conçu pour les visiteurs qui ne peuvent pas marcher). Elle abrite un archéoparc qui reconstitue la vie à l’intérieur de la forteresse au XIIIe siècle, avec des pièces réaménagées comme elles devaient l’être dans l’Antiquité et des guides qui évoquent les personnages qui peuplaient autrefois la forteresse.

La forteresse de Verrucole
La forteresse de Verrucole. Photo : Parco Nazionale Appennino Tosco Emiliano

3. Le parc de l’Orecchiella

Le parc de l’Orecchiella est une zone naturelle protégée située dans la partie nord de la Garfagnana, entre les communes de Piazza al Serchio, San Romano in Garfagnana, Sillano Giuncugnano, Villa Collemandina et Castiglione di Garfagnana (le village préféré pour entrer dans le parc est Corfino, un hameau de Villa Collemandina). Ce parc, qui comprend également le plus haut sommet de Toscane (le mont Pardo, 2 054 mètres), offre un refuge écologique d’une beauté et d’une diversité biologique remarquables, situé entre les Alpes Apuanes et les Alpes Apennines septentrionales. La variété des habitats, de la flore et de la faune fait du parc d’Orecchiella une destination exceptionnelle pour les amoureux de la nature et les randonneurs. Parmi les habitants les plus connus du parc, on trouve le cerf, le chevreuil, le sanglier, la marmotte, le loir, le loup, le renard, la martre et une grande variété d’oiseaux, dont l’aigle royal, la buse, l’épervier, le hibou grand-duc, la chouette et le faucon crécerelle. Pour tout savoir sur la faune et la flore, il est recommandé de visiter le centre des visiteurs, où l’on peut découvrir les oiseaux de proie (Maison des oiseaux de proie) et les mammifères (Musée d’histoire naturelle) qui vivent dans le parc, grâce à des sentiers et des dioramas ad hoc. La flore est particulièrement riche autour de la Pania di Corfino, la montagne la plus propice aux excursions : on y trouve également des espèces endémiques comme la vedovella apuane et le ramno apuane. Plusieurs espèces sont conservées au jardin botanique “Maria Ansaldi”, situé sur la Pania di Corfino, à 1370 mètres d’altitude.

Le parc Orecchiella
Le parc de l’Orecchiella

4. La grotte du vent

Elle se présente fièrement comme l’une des “grottes les plus complètes d’Europe” et, en effet, la visite de la Grotta del Vento est un must pour les amateurs d’excursions souterraines et de géologie. Il s’agit d’une grotte karstique spectaculaire, résultat de milliers d’années d’action érosive de l’eau sur le calcaire, créant un labyrinthe complexe de passages, de chambres et de stalactites qui forment un monde souterrain d’une beauté unique, situé au pied de Pania Secca, près du village de Fornovolasco. Le nom “Grotta del Vento” (grotte du vent) provient du vent fort qui accompagne l’entrée dans la grotte par la seule entrée praticable, ainsi que du fait qu’à l’intérieur de la grotte, on peut souvent sentir des courants d’air causés par la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur. La Grotte du Vento, d’une longueur d’environ 4,5 kilomètres et d’un dénivelé d’environ 120 mètres, propose une série de visites guidées qui permettent aux visiteurs d’explorer certaines de ses parties les plus spectaculaires. Découverte en 1898 par des jeunes de Fornovolasco et explorée pour la première fois en 1929 par le Groupe spéléologique florentin, elle est aujourd’hui ouverte aux touristes (l’une des rares à être ouverte toute l’année), avec trois itinéraires différents (le premier, le plus court, a été inauguré en 1967), de longueur (800, 1500 et 2200 mètres) et de difficulté variables, mais qui permettent tous d’explorer les parties les plus spectaculaires de la grotte.Ils permettent tous d’admirer d’incroyables formations de stalactites et de stalagmites, des environnements aux noms évocateurs (le Gouffre des Géants, le Puits Vertical, la Branche des Merveilles), des lacs souterrains, une faune unique vivant dans la grotte et une température interne de 10,7° C qui reste constante tout au long de l’année.

La grotte du vent
La grotte du vent

5. Le lac de Gramolazzo

Lac artificiel pittoresque situé à proximité de Minucciano, le lac de Gramolazzo est entouré de montagnes majestueuses et offre un cadre enchanteur où la nature se mêle aux eaux cristallines, créant un lieu idéal pour la détente et les activités de plein air. Le lac a été créé dans les années 1950 avec la construction d’un barrage sur le fleuve Serchio, dans le but de produire de l’énergie hydroélectrique et de constituer un réservoir pour recueillir l’eau. Ce barrage a donné naissance au lac de Gramolazzo, qui s’étend sur une superficie d’environ un kilomètre carré. Grâce à sa situation dans une vallée montagneuse, le lac est entouré de vues spectaculaires et d’une nature intacte, circonstances qui en ont fait, surtout pour les habitants de la région, un lieu apprécié pour diverses activités récréatives. Ses eaux calmes sont en effet baignables et il est possible de louer des bateaux, des pédalos et des canoës pour explorer le lac sous un angle différent. Les rives du lac offrent des aires de pique-nique, des restaurants et des espaces pour se détendre et profiter de la vue. Les sentiers de randonnée environnants permettent aux visiteurs d’explorer les environs du lac et de s’immerger dans la nature. Les montagnes et les forêts offrent des possibilités de randonnée, de trekking et de VTT, permettant aux visiteurs de découvrir des vues uniques et d’explorer la flore et la faune des Alpes Apuanes.

Lac de Gramolazzo
Le lac de Gramolazzo. Photo : Davide Papalini

6. L’île Sainte

L’île sainte est un lieu unique et fascinant situé au cœur des Alpes apuanes, dans la commune de Careggine. Malgré son nom, L’île sainte n’est pas une île, mais plutôt une sorte de péninsule surplombant le lac du même nom, dont les eaux sont entièrement baignables. Beau village médiéval entouré de verdure, il se caractérise par ses maisons en pierre aux toits d’ardoise, l’église de San Jacopo et son atmosphère paisible. Une destination à ne pas manquer pour ceux qui aiment les endroits calmes.

L'île sainte
L’île Sainte. Photo : Visit Tuscany

7. Les gorges de Botri

C’est l’un des plus beaux canyons d’Italie : l’Orrido di Botri est une gorge calcaire située sur les pentes du mont Rondinaio, creusée par les torrents Mariana et Ribellino qui se rejoignent pour former le Rio Pelago. La caractéristique principale de l’Orrido di Botri est la gorge étroite et profonde creusée dans la roche par le torrent. Les parois rocheuses verticales sont parfois si proches les unes des autres qu’elles semblent presque se toucher, et l’eau qui coule dans le torrent a créé des bassins, des cascades et des formations rocheuses intéressantes tout au long du parcours. Pour explorer l’Orrido di Botri, il est possible de suivre un sentier de randonnée guidé (port du casque et de chaussures de randonnée obligatoires) qui permet de s’immerger au cœur de cette merveille naturelle. Le canyon fait partie d’une réserve naturelle, la réserve naturelle de l’Orrido di Botri e Balzonero, créée en 1971 pour permettre la conservation de ce site. C’est aussi l’un des lieux de nidification de l’aigle royal, qui profite des parois, hautes de près de deux cents mètres par endroits, de ce lieu.

Les gorges de Botri
Les gorges de Botri. Photo : Orrido di Botri et Réserve naturelle de Balzonero

8. Le musée de l’identité de la Haute Garfagnana

Il est situé dans le village caractéristique de Gorfigliano, dans la partie la plus sauvage de la Garfagnana, au pied des Alpes Apuanes. Le musée de l’identité de la Haute Garfagnana, qui porte le nom d’Olimpio Cammelli (le chef des volontaires qui ont participé à la rénovation de la vieille église de Gorfigliano, ainsi que le propriétaire d’une collection de plus de 1 300 objets qui constituent le cœur de la collection), a été créé dans le but de préserver et de valoriser l’histoire, la culture et les traditions de la Haute Garfagnana, une région montagneuse riche en patrimoine culturel. Le musée s’efforce de raconter la vie quotidienne et les traditions de la communauté locale en exposant des objets, des documents, des photographies et des artefacts décrivant la vie passée dans la région. À travers des expositions permanentes et temporaires, le musée de l’identité de la Haute Garfagnana cherche à donner une image complète de la vie, des activités économiques et des coutumes sociales qui caractérisaient cette région. Les thèmes du musée comprennent l’agriculture traditionnelle, l’élevage, l’artisanat local, la religion, la vie domestique et d’autres activités et aspects qui ont été fondamentaux pour la communauté de la Garfagnana au cours des siècles. Il commence par une salle où sont exposées des machines de travail et se poursuit par des salles présentant des reconstitutions historiques de Gorfigliano, des salles sur le travail du marbre et des salles sur la menuiserie. Il y a également une bibliothèque.

Le musée de l'identité de la Haute Garfagnana
Le musée de l’identité du Haut Garfagnana. Photo : Wikimedia/Anto500

9. Le rocher de Camporgiano et les collections de céramiques de la Renaissance

Le rocher de Camporgiano est une ancienne forteresse située dans la commune du même nom en Garfagnana, Toscane, Italie. Cette imposante forteresse, d’origine Renaissance, a été construite par la famille Este et domine la principale voie de communication de la haute vallée du Serchio, avec la forteresse voisine de Verrucole. Sa position stratégique et la majesté de ses structures en font une destination fascinante pour ceux qui souhaitent se plonger dans l’histoire ancienne de la Garfagnana. Aujourd’hui, en plus d’être l’un des monuments symboliques de la Garfagnana, la Rocca abrite la Civica Raccolta di Ceramiche Rinascimentali, une remarquable collection de céramiques datant du XIVe au XVIe siècle, retrouvées dans les butti (puits où l’on jetait les déchets) lors des travaux de restauration de la structure.

Le rocher de Camporgiano
Le rocher de Camporgiano. Photo : Davide Papalini

10. L’ermitage de Calomini

C’est l’un des lieux spirituels les plus intéressants de la Garfagnana. L’ermitage de Calomini, situé à proximité de Gallicano sur la route de la Grotta del Vento, est un bâtiment encastré dans la paroi d’une profonde gorge rocheuse, au-dessus d’une haute falaise. Il date d’environ mille ans et est facilement accessible depuis la route provinciale 39 (un grand parking se trouve également devant l’entrée). La construction de l’ermitage s’est développée au cours des siècles suivants (il a aujourd’hui son aspect moderne), reflétant l’importance spirituelle et la dévotion que cette région a toujours suscitées. L’un des aspects les plus frappants de l’ermitage de Calomini est sa position en surplomb de la vallée environnante. Les parois rocheuses créent un environnement intime et protégé, idéal pour la contemplation et la prière.

L'ermitage de Calomini
L’ermitage de Calomini. Photo : Visit Tuscany

Garfagnana, à voir : les 10 lieux à ne pas manquer
Garfagnana, à voir : les 10 lieux à ne pas manquer


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.