Les deux vies de Populonia, ancienne terre de fer


Populonia, splendide village dominant de haut le golfe de Baratti, fut l'une des cités étrusques les plus prospères. Déchue, elle a su renaître.

Dans l’imaginaire commun, Populonia est liée à deux éléments forts et distinctifs : les Étrusques et le paysage. Et c’est vrai : Populonia a été l’une des villes les plus grandes, les plus riches et les plus puissantes de la Dodécapole, prospérant grâce à ses activités minières et à l’industrie du fer qui s’y est développée. Populonia se trouve dans l’un des paysages les plus splendides de notre pays, le golfe de Baratti. Le chemin le plus pittoresque pour y accéder consiste à longer les pinèdes du parc côtier de Rimigliano et à monter depuis Baratti. Une fois là-haut, au milieu d’étendues presque vierges de maquis méditerranéen, on peut jouir de vues incomparables, surtout en été, lorsque le parfum des pins est enivrant et constitue la première chose que l’on remarque lorsqu’on décide de s’arrêter. Peut-être pour admirer le spectacle d’un coucher de soleil sur la mer du haut du promontoire.

Mais tout le monde ne sait peut-être pas que Populonia a aussi eu une seconde vie. Pour y arriver, il faut d’abord parler de la première, lorsqu’elle était une ville de plusieurs milliers d’habitants, le principal centre métallurgique de l’Étrurie, prospère même à l’époque romaine (les armes avec lesquelles les légionnaires de Scipion l’Africain ont vaincu les Carthaginois provenaient de Populonia), un port très actif sur la mer Tyrrhénienne (en effet, c’était la seule ville étrusque de la région) : c’était la seule ville étrusque de la côte), protégé par une haute muraille. À l’époque, elle s’appelait Fufluna (ou Pupluna), et d’après l’emplacement des murs, on peut imaginer qu’elle avait atteint une taille considérable. Puis, au IIIe siècle avant J.-C., les Romains sont arrivés : la ville a changé de visage, s’est adaptée aux usages du conquérant (des thermes ont été construits, par exemple, et des temples dédiés aux divinités romaines ont été érigés), mais elle a commencé à perdre de son importance. Le déclin commença quelques siècles plus tard, lorsque Populonia s’allia à Marius dans la guerre contre Sulla : l’issue de la guerre civile fut favorable à ce dernier, et nous devons imaginer que Populonia fut sévèrement punie, puisque, d’après les écrivains de l’époque, nous connaissons une ville dont la taille fut considérablement réduite. Au cours de l’époque impériale, la ville commença à se dépeupler et fut probablement déjà presque entièrement abandonnée au Ve siècle.

Vue de Populonia
Vue de Populonia


Paysage du promontoire de Populonia
Paysage depuis le promontoire de Populonia


Vestiges de l'acropole.
Vestiges de l’acropole. Ph. Crédit


Vestiges des bains
Vestiges des thermes. Ph. Crédit


Un des temples de l'Acropole
Un des temples de l’acropole


Tombes étrusques dans le parc archéologique de Baratti et Populonia
Tombes étrusques dans le Parc archéologique de Baratti et Populonia

Un écrivain de l’époque, Claudius Rutilius Namazianus, dans un de ses ouvrages intitulé De reditu suo, récit d’un voyage autobiographique de Rome en Gaule, parle d’une Populonie dont il ne reste qu’une tour et un phare, “au milieu de ruines et d’effondrements qui nous rappellent le destin de l’homme”. Ce sont ces mêmes ruines que nous admirons aujourd’hui dans le parc archéologique de Baratti et de Populonia. Dans l’acropole, la partie supérieure, la voie sacrée avec ses pavés antiques est restée : autour d’elle, les restes de temples, la piazza, une domus, la zone de la Logge, une terrasse où se trouvaient d’autres bâtiments, dont ce qui est peut-être un sanctuaire dédié à la déesse Vénus. Et dire que, pour célèbre qu’elle soit, l’acropole de Populonia n’a été que partiellement fouillée: il se peut qu’à l’avenir le site réserve d’autres surprises. Plus bas, en revanche, se trouvent les nécropoles, où sont conservés différents types de tombes étrusques : tumulus, tombes à édicule et tombes à sarcophage. Elles sont le moyen privilégié de connaître les coutumes et les traditions de cette ancienne population.

On a dit que Populonia avait eu une seconde vie. Il se trouve en effet que, malgré des siècles de dégradation et d’abandon, quelques habitants sont restés. La grande et glorieuse cité étrusque est devenue une sorte de village de pêcheurs, mais elle continue d’être attaquée par les pirates sarrasins. Les habitants n’en peuvent plus et décident de se déplacer plus au sud, dans un bras de mer plus abrité : C’est au IXe siècle que les “réfugiés” de Populonia fondent “Populino”, la “petite Populonia” qui deviendra dans les années à venir Piombino, le centre principal de la région, d’abord soumise à Pise puis, à partir de 1399, capitale d’une seigneurie indépendante, celle des Appiani. Les Appiani, affranchis par Pise, décident de redonner vie à Populonia, où il n’y a plus rien : les rares structures se situent entre la tour de guet pisane construite au XIIIe siècle et un monastère bénédictin dédié à San Quirico, édifié non loin de l’ancienne acropole. Au début du XVe siècle, le seigneur de Piombino, Jacopo II Appiani, encourage la construction d’une imposante forteresse autour de laquelle se développe un petit village : trois rues parallèles où sont construites des maisons et des boutiques. C’est la nouvelle Populonia du XVe siècle, celle qui est encore intacte et que nous admirons aujourd’hui dans son charme médiéval.

Vue de Populonia parmi les pins
Vue de Populonia entre les pins


La forteresse Appienne
La forteresse des Appiani


Une rue du village de Populonia
Une rue du village de Populonia


L'église de la Sainte-Croix.
L’église de Santa Croce. Ph. Crédit


Le golfe de Baratti depuis Populonia
Le golfe de Baratti depuis Populonia. Ph. Crédit : Hermann Hammer


Coucher de soleil dans les pins. Ph. Crédit Elly Loff
Coucher de soleil entre les pins. Ph. Crédit Elly Loff

Autour de la rue principale, à laquelle on accède par la porte du village, s’élèvent des bâtiments bas et sobres. Sur une petite place accrochée à un flanc de la colline se dresse l’église Santa Croce du XVe siècle, elle aussi sévère, avec une seule nef et un intérieur dépouillé : à l’intérieur, il n’y a qu’un fragment d’une fresque du XVIe siècle, dont personne ne sait à qui elle appartient. Une hypothèse fascinante, bien que loin d’être solide et depuis longtemps écartée par les critiques (déjà Enzo Carli, en 1979, parlait d’“un reste assez grossier”), et qui est donc rapportée ici comme une note de couleur, est qu’il s’agit de l’œuvre de Giovanni Antonio Bazzi, dit Sodoma, l’un des peintres les plus bizarres et excentriques de toute l’histoire de l’art, qui était apparemment un grand ami de Jacopo V Appiani et qui aimait parfois séjourner dans le village. D’en haut, le grand donjon de la forteresse des Appiani domine encore la Populonie du XVe siècle.

Cette seconde vie fut toutefois éphémère, car le village ne connut plus d’expansion. Ce n’est qu’au XIXe siècle, avec l’aménagement de la Via della Principessa en bord de mer, que le nouveau hameau de Populonia Stazione redonnera de la vitalité à la ville : mais c’est une autre époque, bien loin des splendeurs de l’antiquité. C’est pour les rappeler que le Parc archéologique a été inauguré en 1998. Mais il reste encore beaucoup à étudier sur Populonia, et de nouvelles recherches peuvent ajouter des pages plus denses à l’histoire de l’un des villages les plus fascinants de la Toscane.

Article rédigé par la rédaction de Finestre sull’Arte dans le cadre de la campagne “Toscana da scoprire” d’UnicoopFirenze.

Les deux vies de Populonia, ancienne terre de fer
Les deux vies de Populonia, ancienne terre de fer


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.