Lunigiana, que voir : les 10 lieux à ne pas manquer


Que voir en Lunigiana : voici les 10 lieux incontournables de cette terre magique et splendide de la haute Toscane.

La Lunigiana, une terre mystérieuse de châteaux, d’anciennes églises paroissiales, habitée dans l’Antiquité par l’indomptable peuple Liguri Apuani, qui a laissé dans cette région son témoignage artistique et culturel le plus évident, les statues-stèles de la Lunigiana. Une terre de villages médiévaux intacts, de légendes et de mythes anciens, dans de nombreuses zones encore sauvages. Cette partie de la haute Toscane, nichée entre la Ligurie et l’Émilie, dans la province de Massa et Carrara, entre les vallées et les sommets des Apennins, est cependant aussi une zone peu fréquentée par le tourisme de masse, où l’on peut trouver des espaces de détente dans la verdure, dans la nature, parmi les animaux, et en toute saison : la Lunigiana offre tant de choses à tout moment de l’année. Comme il y a tant de choses à voir, il suffit de penser aux nombreux châteaux (dans l’Antiquité, la Lunigiana était une terre dominée par la famille Malaspina) qui forment un véritable système de forteresses, de manoirs et de résidences fortifiées dans toute la région. Nous avons sélectionné ici les dix destinations incontournables à partir desquelles vous pourrez commencer votre voyage de découverte en Lunigiana.

1. Le musée de la statue de Pontremoli

Pour tout savoir sur les statues stèles de la Lunigiana(voici notre étude détaillée), l’endroit idéal est le musée des statues stèles de Pontremoli, un musée riche et moderne installé dans le château Piagnaro, la forteresse qui domine Pontremoli, la porte d’entrée de la Lunigiana pour ceux qui arrivent par le nord. Le musée abrite la plus complète collection existante de statues-stèles (environ 80 spécimens sont connus, et environ 40 peuvent être vus au musée de Pontremoli), exposées dans un parcours qui présente ces pièces singulières dans l’ordre chronologique, en expliquant en détail le contexte historique, religieux, social et culturel qui a donné naissance à ces sculptures très particulières, ainsi que les caractéristiques intrinsèques de ces œuvres, qui ont été produites sur une longue période de temps, du IIIe millénaire avant J.-C. au VIe siècle avant J.-C. Le musée, qui a ouvert ses portes en 1975, a été rénové en 2015, avec notamment l’utilisation du multimédia. On ne peut pas dire que l’on a visité la Lunigiana sans connaître l’histoire des statues-stèles.

Le musée de la statue de Pontremoli
Le musée des statues-stèles de Pontremoli. Photo : Visit Lunigiana

2. L’église paroissiale de Sorano

L’église paroissiale de Santo Stefano, située à Sorano (fraction de Filattiera), est l’une des églises paroissiales romanes les mieux conservées du territoire. Facilement accessible (elle se trouve en effet le long de la route nationale Cisa), il s’agit d’un édifice datant du XIIe siècle, situé dans une zone qui a connu d’importants établissements préhistoriques (comme en témoigne la découverte, à Sorano, de pas moins de sept statues-stèles, dont deux sont exposées sur la contre-façade). L’église paroissiale de Sorano était probablement la dépendance la plus importante du diocèse de Luni en Lunigiana : il s’agit d’un grand bâtiment situé le long de ce qui était autrefois l’une des principales routes reliant le nord et le sud de l’Italie. Le bâtiment est également important pour ses particularités de construction : il est en effet constitué de galets de rivière non équarris, tandis que les toits sont en ardoise. La partie absidiale est très intéressante, avec ses trois absides et son clocher carré qui rendent le profil de cet édifice de culte incomparable.

L'église paroissiale de Sorano
L’église paroissiale de Sorano. Crédit

3. L’église paroissiale de Codiponte

Elle se trouve dans l’un des hameaux de Casola en Lunigiana, Codiponte : c’est l’église paroissiale des saints Corneille et Cyprien, construite dans un lieu où le culte de saint Cyprien est déjà attesté en 793, tandis que le premier document attestant l’existence de l’église paroissiale remonte à 1148. L’édifice actuellement visible date du XIIe siècle, mais a subi des modifications au XIVe siècle, lorsque la paroisse a été endommagée par un glissement de terrain. Il s’agit d’une église romane qui se distingue par ses chapiteaux richement décorés de motifs zoomorphes et phytomorphes, semblables à ceux d’une autre église paroissiale voisine, celle de San Paolo a Vendaso, sur le territoire communal de Fivizzano. À l’intérieur, l’église paroissiale de Codiponte abrite un singulier triptyque du XIVe siècle avec la Vierge à l’Enfant au centre, les saints Corneille et Cyprien à droite et la Sainte Face à gauche, le célèbre crucifix aujourd’hui conservé à Lucques mais très vénéré en Lunigiane car il fut autrefois, selon la tradition, disputé entre les habitants de Lucques et ceux de la Lunigiane. L’église paroissiale de Codiponte, comme celle de Sorano, se trouve également à proximité d’un ancien village apuano-ligure.

L'église paroissiale de Codiponte
L’église paroissiale de Codiponte. Photo : Davide Papalini

4. La forteresse de Brunella

C’est le château le plus imposant de la Lunigiana : la forteresse de Brunella est en fait une structure militaire, construite à la Renaissance sur un éperon rocheux qui domine la ville d’Aulla, afin de contrôler les principales routes qui traversaient la région. Malgré son aspect massif et menaçant, très peu de sources anciennes la mentionnent : le premier document relatif à la forteresse de Brunella date de 1553, époque à laquelle on imagine qu’elle était déjà en activité. Nous ne savons pas qui a fait construire la forteresse (les hypothèses les plus accréditées désignent Giovanni dalle Bande Nere, qui acheta en 1523 le fief d’Aulla aux Malaspina de Lusuolo, ou Jacopo Ambrogio Malaspina, marquis d’Aulla à la fin du XVe siècle, ou encore le noble génois Adamo Centurione, à qui le fief passa en 1543). La forteresse est restée la propriété de la famille Centurione jusqu’au XVIIIe siècle, puis est revenue à la famille Malaspina, tandis qu’après 1860, elle a été vendue à des propriétaires privés. En 1920, elle a été restaurée par ses nouveaux propriétaires, le couple anglais Aubrey Waterfield et Lina Duff Gordon, et enfin, en 1977, elle a été achetée par l’État, qui l’a cédée à la municipalité d’Aulla. Aujourd’hui, la forteresse peut être visitée et abrite le musée d’histoire naturelle de la Lunigiana, avec quatre salles qui racontent l’histoire du territoire d’un point de vue naturaliste.

La forteresse de Brunella
La forteresse de Brunella. Photo : Lorenzo Corio

5. Le village et la forêt de Filetto

Filetto est un splendide village fortifié (le nom lui-même dérive du mot grec filakterion, qui signifie “lieu fortifié”), dont les origines se perdent dans la nuit des temps (il semblerait que sa naissance remonte aux VIe-VIIe siècles), et qui a conservé son aspect médiéval : la tour des anciennes murailles (la seule encore reconnaissable des quatre qui défendaient le village), les bâtiments en pierre, les portes monumentales, l’église des Saints Philippe et Jacques, et le palais du XVIIe siècle du marquis Ariberti. Tout est resté en l’état et à Filetto, on a vraiment l’impression de faire un incroyable voyage dans le temps. À l’extérieur du village, il faut absolument visiter l’un des lieux les plus magiques de toute la Lunigiana : la forêt de Filetto, qui serait le lieu d’anciens rituels apuans de la Ligurie (pas moins de onze statues d’étoiles ont été retrouvées parmi les châtaigniers). La légende veut que Dante Alighieri, qui séjourna en Lunigiana entre 1306 et 1307 (il était l’hôte de la famille Malaspina), se soit inspiré de la forêt de Filetto pour écrire sa “selva oscura” (forêt obscure).

Filetto, place de l'église. Photo : Davide Papalini
Filetto, place de l’église. Photo : Davide Papalini

6. Villa Dosi Delfini à Pontremoli

Symbole du Pontremoli baroque, la Villa Dosi Delfini(voici notre vidéo approfondie sur le bâtiment) est la résidence construite à la fin du XVIIe siècle par la riche famille Dosi Delfini (et en particulier par Carlo et Francesco Dosi), à l’époque où Pontremoli passa au Grand-Duché de Toscane après avoir été longtemps une possession génoise. De magnifiques salles décorées de fresques (à ne pas manquer, le hall central avec des fresques peintes entre 1697 et 1700 par Francesco Natali et Alessandro Gherardini, le premier s’occupant des quadratures et le second des scènes), une somptueuse collection d’art, un magnifique parc, des sculptures, des miroirs et une riche bibliothèque font de la Villa Dosi Delfini l’une des résidences les plus splendides de toute la Toscane.

Villa Dosi Delfini à Pontremoli
Villa Dosi Delfini à Pontremoli. Photo : Federico Andreini

7. Le château Malaspina de Fosdinovo

Le château Malaspina de Fosdinovo est certainement le manoir le plus célèbre de la Lunigiana. Il appartient toujours à une branche de la famille Malaspina, qui a régné sur ces terres pendant des siècles. Bâti sur un rocher de grès dominant la ville de Fosdinovo, le château a été construit à partir du XIIe siècle, mais c’est entre le XIVe et le XVIe siècle qu’il a pris son aspect actuel : il a en effet été transformé d’une garnison militaire en une demeure seigneuriale, tout en conservant son aspect imposant, avec des tours, un massif bastion semi-circulaire, et des chemins de ronde au-dessus des toits. C’est dans les murs du château de Fosdinovo qu’a séjourné Dante Alighieri, invité par la famille Malaspina lors de son séjour en Lunigiane. L’intérieur peut être visité : les pièces décorées de fresques, comme la salle à manger, le hall, la salle du trône. Et comme dans tout château qui se respecte, il semblerait qu’un fantôme vive également à Fosdinovo.

Le château Malaspina de Fosdinovo
Le château Malaspina de Fosdinovo. Photo : Château de Fosdinovo

8. Le château de Malgrate

C’est l’un des châteaux médiévaux les mieux conservés de Lunigiana : il remonte probablement au XIIe siècle, bien qu’il soit mentionné pour la première fois dans un document de 1351. Il avait une fonction stratégique importante puisqu’il était placé pour surveiller la vallée de la rivière Bagnone, un affluent de la Magra. Agrandi entre le XIVe et le XVe siècle, il a connu plusieurs changements de propriétaires au cours des siècles et est devenu au fil du temps (en particulier au XVIIe siècle) une résidence aristocratique, bien qu’il ait conservé extérieurement l’aspect d’une forteresse médiévale. Aujourd’hui, il est surtout reconnaissable à sa grande tour ronde, haute de plus de vingt-cinq mètres et datant des premières phases de construction du château.

Le château de Malgrate
Le château de Malgrate. Photo : Davide Papalini

9. Les grottes d’Equi Terme

Près de la ville thermale d’Equi Terme (hameau de Fivizzano) se trouve le vaste système karstique des grottes d’Equi: tunnels, lacs souterrains, stalactites et stalagmites, et même un ruisseau souterrain. À certaines périodes de l’année, l’eau remplit complètement les grottes, offrant un paysage particulièrement spectaculaire. Les grottes peuvent être visitées (dans le cadre du complexe “Geo-Archeo-Adventure Park of the Equi Caves”) et offrent diverses activités : des simples parcours dans les tunnels jusqu’aux grottes, avec différentes propositions pour tous les âges, aux activités sportives pour les amateurs d’escalade ou de cyclisme, en passant par les “spéléo-aventures” avec ferrate, les ponts tibétains dans les grottes et bien d’autres encore.

Les grottes d'Equi Terme
Les grottes d’Equi Terme. Photo : Grottes d’Equi

10. L’abbaye de San Caprasio

L’abbaye de San Caprasio est le monument le plus ancien d’Aulla : l’église du complexe abbatial, dédiée à Santa Maria Assunta, a été fondée en 884. En 1050, elle fut dédiée à saint Caprasio, puis remaniée au fil des siècles (elle a aujourd’hui son aspect moderne, mais l’abside est encore celle de l’édifice d’origine). Le musée de San Caprasio, l’un des plus importants de la région, a été aménagé dans l’ancienne salle capitulaire du monastère et abrite des pièces archéologiques, des œuvres médiévales (en particulier des sculptures et des chapiteaux magnifiquement décorés, à commencer par les incontournables dragons ailés du maître Oberto Ferlendi, sculpteur ayant vécu à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle), le reliquaire de San Caprasio et bien d’autres choses encore.

L'abbaye de San Caprasio
L’abbaye de San Caprasio

Lunigiana, que voir : les 10 lieux à ne pas manquer
Lunigiana, que voir : les 10 lieux à ne pas manquer


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.