Pienza, la ville idéale du XVe siècle née sous l'impulsion d'un pape


Pienza est connue pour être la ville idéale du XVe siècle : elle est le résultat du réaménagement d'un ancien village, Corsignano, sur la base des idées les plus récentes de l'urbanisme de la Renaissance.

Pour beaucoup de ceux qui en ont parlé, Pienza est la “ville idéale” du XVe siècle, le seul exemple d’une ville du XVe siècle née (ou plutôt restructurée) selon un plan d’urbanisme préétabli, dans ce que Franco Cardini et Sergio Raveggi ont appelé “l’une des plus extraordinaires réalisations de la volonté mythopoétique de l’humanisme”. Le rêve d’un pape, Pie II, réalisé grâce au génie de l’un des meilleurs architectes de la Renaissance, Bernardo Rossellino. Un ancien village du Val d’Orcia transformé en une ville moderne, construite selon les idées urbanistiques les plus modernes et les plus novatrices. Ces quelques lignes pourraient résumer la naissance de Pienza, l’ancien Corsignano qui a donné naissance à Enea Silvio Piccolomini, un noble humaniste, représentant d’une illustre famille siennoise depuis longtemps décatie et éloignée des vicissitudes de Sienne. Il monta sur le trône papal en 1447 et, bien qu’éloigné de son village depuis des années, il n’oublia jamais ses origines.

En février 1459, au cours d’un voyage qui le menait de Rome à Mantoue, le pape traversa son bourg natal, qu’il trouva désordonné et dégradé, au point de cultiver l’idée de le relever et de le transformer en une ville moderne, en l’espace de trois ans seulement. Une ville à laquelle il donna son nom : non plus Corsignano, mais Pienza, la ville de Pio. Le pape, on l’a dit, était un humaniste raffiné et érudit, et l’on sait qu’au cours de son voyage, il avait en remorque non seulement Rossellino, mais aussi le maître de ce dernier, Leon Battista Alberti , qui est considéré comme l’un des grands pères de l’architecture de la Renaissance : et c’est probablement Alberti qui suggéra de ne pas bouleverser le tracé de l’ancien village, mais de faire en sorte que les nouvelles structures s’intègrent à ce qui existait déjà.

Les élégants édifices de la Renaissance furent donc construits le long de la rue principale, qui est encore aujourd’hui l’artère de Pienza (c’est le “Corso Rossellino”), sans toutefois en corriger le tracé légèrement irrégulier. La place, qui devait être la seule intervention dans l’ancienne Corsignano, n’a pas un seul accès frontal, mais deux accès latéraux, afin de garantir des vues différentes selon l’entrée. La place s’ouvre directement sur le Corso : elle a une forme trapézoïdale et est entourée par la façade, également d’Alberti (elle rappelle le temple de Malatesta à Rimini), du Duomo sur le côté le plus long. Le palais Piccolomini, à droite, et le palais Vescovile , à gauche, accompagnent la perspective, tandis que le palais Pretorio se trouve du côté opposé à la cathédrale. Le pavement de la place contribue également à suggérer la perspective, divisé en grands rectangles séparés par des bandes de travertin.

Pienza, Piazza Pio II
Pienza, Piazza Pio II


La cathédrale de Pienza. Ph. Crédit Bureau des Biens Culturels de l'Unesco
La cathédrale de Pienza. Ph. Crédit Unesco Bureau MiBACT


L'intérieur de la cathédrale de Pienza
L’intérieur de la cathédrale de Pienza


Palais Piccolomini
Le Palais Piccolomini


Le palais prétorien
Le Palais Prétorien


Le palais épiscopal. Ph. Crédit Opera Laboratori Fiorentini
Le palais épiscopal. Ph. Crédit Opera Laboratori Fiorentini

La visite de Pienza ne peut commencer qu’ici, sur la Piazza Grande, aujourd’hui Piazza Pio II. La cathédrale n’est pas seulement l’un des plus beaux édifices de culte de Toscane, elle représente également un défi d’ingénierie intéressant, car l’église s’accroche au rocher sur lequel se dresse la ville, comme on peut le voir en passant derrière les absides. Édifice en travertin d’une luminosité extraordinaire, il a été construit sur le modèle des Hallenkirchen allemandes que Pie II avait rencontrées au cours de ses longs voyages dans le nord de l’Europe : l’élégance, cependant, tant de l’intérieur que de la façade savamment tripartite, est toute italienne. Les chefs-d’œuvre picturaux que le visiteur découvre à l’intérieur, réalisés par quelques-uns des plus grands artistes de la prolifique école de la Renaissancesiennoise: Matteo di Giovanni, Sano di Pietro, Giovanni di Paolo, il Vecchietta, contribuent à la décoration de l’édifice. Que des panneaux, pas de fresques : par volonté expresse du pontife, les murs de la cathédrale devaient conserver leur blancheur... naturelle. Même sur les panneaux, Pie II a donné des instructions : pas de cadres élaborés, pas de division en compartiments, mais des figures partageant un seul espace.

D’autre part, sur le côté, se trouve le palais de Pie II, une idée d’Alberti en grès et travertin, et ici aussi le pontife a probablement voulu intervenir dans les phases de conception de l’édifice pour lequel Bernardo Rossellino a pris comme modèle le Palazzo Rucellai de Florence. Aujourd’hui, le Palais Piccolomini est ouvert au public, géré par la société qui s’occupe de la succession des Piccolomini (qui y ont vécu jusque dans les années 1960) : une enfilade de pièces avec des meubles des XVIe et XVIIe siècles qui racontent l’histoire de la famille mène au jardin et à la loggia, d’où l’on peut admirer l’une des vues les plus célèbres de la vallée d’Orcia. De l’autre côté de la place, le palais épiscopal abrite aujourd’hui le musée diocésain, gardien d’œuvres de grande valeur, à commencer par la très précieuse chape de Pie II, un merveilleux vêtement décoré d’épisodes de la vie de la Vierge, de sainte Marguerite d’Antioche et de sainte Catherine d’Assise.Les peintures de Vecchietta, Fra’ Bartolomeo, Luca Signorelli, Sodoma, de l’école siennoise du XVIe siècle, de Bernardino Mei et de Ventura Salimbeni se succèdent.

La loggia du palais Pretorio et sa tour accompagnent le voyageur vers le Corso : ici s’alignent de sobres palais de la Renaissance, qui faisaient également partie du projet de rénovation de Pie II, puisque le souverain pontife invitait ses cardinaux à fournir des ressources pour moderniser les bâtiments de la ville. Et ce que nous voyons aujourd’hui en parcourant le corso est le résultat de l’attachement munificent du pape à sa ville natale. Du corso, on emprunte ensuite des ruelles aux noms pittoresques et romantiques (Via dell’Amore, Via del Bacio, Via della Volpe, Vicolo Cieco, Via Buia, Via della Fortuna, Via Pia, Via dell’Angelo...) qui, curieusement, ne sont pas très éloignées les unes des autres : curieusement, non loin l’une de l’autre, il y a aussi une Piazza di Spagna et une Via Condotti) pour trouver des églises, comme celle de San Francesco, avec ses fresques du XIVe siècle, d’anciens bâtiments en brique, le complexe des “nouvelles maisons”, l’unique projet de logements sociaux de la Renaissance également initié par Pie II, des puits de toutes tailles, le belvédère de la Via del Casello. Et ici même, une plaque commémore Mario Luzi, poète toscan très attaché à Pienza, puisqu’il y passait souvent ses vacances d’été et qu’il croyait qu’il existait entre lui et la ville une sorte de “symbiose tout à fait imaginative”. Luzi a dû regarder souvent le belvédère pour admirer la terre d’Orcia : “une vision qui apparaît comme une toile de fond de la mémoire ou un lieu de rêve sur lequel un obscur sens exalté perçoit le frisson d’une brise mystérieuse”. Là-haut, en effet, le vent est une sorte de souffle mystérieux de la planète".

Une salle du musée diocésain de Pienza
Une salle du musée diocésain de Pienza


La chape de Pie II
La chape de Pie II


Il giardino di Palais Piccolomini
Le jardin du Palais Piccolomini


Il panorama dal loggiato di Palais Piccolomini
Le panorama depuis la loggia du Palais Piccolomini


Le complexe de maisons neuves
Le complexe des Nouvelles Maisons


Le belvédère de la Via del Casello
Le belvédère de la Via del Casello

Article rédigé par la rédaction de Finestre sull’Arte pour la campagne UnicoopFirenze “Toscana da scoprire”.

Pienza, la ville idéale du XVe siècle née sous l'impulsion d'un pape
Pienza, la ville idéale du XVe siècle née sous l'impulsion d'un pape


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.