Francesco Guardi, la vie et l'œuvre du védutiste sentimental


Francesco Guardi a proposé une interprétation particulière du védisme, avec des vues sentimentales qui anticipaient le romantisme. Sa vie et son œuvre.

Francesco Guardi (Venise, 1712 - 1793), vénitien issu d’une famille d’origine trinitaire venue s’installer sur la lagune, est l’un des plus grands vedutisti et l’un des plus importants peintres du XVIIIe siècle. Bien qu’il ait peint tardivement les vues qui l’ont rendu célèbre, son art est très original dans la mesure où le paysage n’est pas rendu de manière objective, mais est filtré par ses sentiments et son état d’esprit. Guardi est l’auteur d’œuvres d’art caractérisées par des atmosphères fugitives, nostalgiques et mélancoliques, d’où l’on perçoit le déclin de la République de Venise, mais aussi très suggestives et évocatrices, à tel point que certains le considèrent comme un précurseur du romantisme.

L’artiste meurt en 1793, quelques années avant la fin de l’indépendance de la République de Venise en 1797. Ainsi, comme Canaletto, Francesco Guardi a vécu le lent et inéluctable déclin de la Sérénissime, qui a continué, tout au long du XVIIIe siècle, non seulement à perdre ses territoires, mais aussi à perdre de plus en plus de son importance économique et politique, la République ayant elle aussi renoncé aux politiques d’expansion pour se contenter d’une politique de préservation. Mais même si la perte de prestige était inéluctable, Venise a néanmoins connu à cette époque une grande saison culturelle, non seulement dans le domaine des arts figuratifs, et il y eut en effet de nombreux grands peintres vénitiens qui travaillèrent dans ces années, mais aussi dans d’autres domaines : pensons par exemple à la musique, avec Antonio Vivaldi, ou à la littérature, avec Giacomo Casanova, Francesco Algarotti, Carlo Gozzi et surtout Carlo Goldoni. La Venise du XVIIIe siècle se caractérise donc par une grande ferveur culturelle : la vie de la ville est rythmée par les grandes fêtes, les mondanités et les divertissements. De plus, tout au long du XVIIIe siècle, Venise continue d’attirer de nombreux visiteurs étrangers. Une ville qui a connu une période de décadence qui allait conduire à la fin de l’indépendance de la république, mais une ville qui n’a pas semblé s’en rendre compte et qui a continué à vivre, comme dans ses meilleures années, dans une atmosphère culturelle brillante et raffinée.

Avec son art, Francesco Guardi, qui n’est pas né comme un peintre védutiste (bien que nous sachions peu de choses sur sa jeunesse et sa formation), mais qui a connu l’art grâce à son frère Gianantonio (Vienne, 1699 - Venise, 1760), spécialisé dans la peinture de sujets religieux, a néanmoins réussi à représenter Venise en décadence avec une veine de profonde mélancolie à travers ses vues, comme si l’artiste percevait ce qui allait bientôt se produire.

Francesco Guardi, Place Saint-Marc vers la basilique (1760-1765 ; huile sur toile, 72,5 x 119 cm ; Londres, National Gallery)
Francesco Guardi, Place Saint-Marc vers la basilique (1760-1765 ; huile sur toile, 72,5 x 119 cm ; Londres, National Gallery)

Biographie de Francesco Guardi

Francesco Guardi est né à Venise le 5 octobre 1712 de Domenico, peintre, et de Maria Claudia Pichler. La famille est originaire de Trente et possède une solide tradition artistique. Il effectue son apprentissage artistique dans l’atelier de son frère Gianantonio dans les années 1930. Il a probablement aussi été l’élève de Michele Marieschi (Venise, 1710 - 1744), mais nous ne pouvons pas l’affirmer avec certitude. En 1738, il est mentionné avec Gianantonio dans un document qui fait état de la livraison de trois tableaux arrivant de Venise à l’église de Vigo d’Anaunia (Trento), dont le curé était Pietro Antonio Guardi, oncle de Gianantonio et Francesco. En 1740, il exécute sa première œuvre connue, le Saint en adoration de l’Eucharistie, qui est conservé à Trente dans le Castello del Buonconsiglio. Plusieurs lettres envoyées à l’avocat Carlo Cordellina de Montecchio Maggiore sont datées de 1750 et constituent le premier document concernant son activité artistique indépendante. Vers la même année, Francesco exécute les Histoires de Tobiolo pour l’église de San Raffaele à Venise.

En 1755, il peint le Ridotto conservé à Ca’ Rezzonico à Venise, tandis qu’en 1757, il épouse Maria Mattea Pagani. C’est peut-être vers 1758, à l’âge de quarante-six ans, qu’il commence son activité de peintre védutiste. La seule de ses vues signée et datée porte cependant la date de 1758. En 1763, il se voit confier une commande par les Dominicains de San Pietro di Murano, tandis que l’année suivante, il est mentionné dans un document rédigé par le sénateur vénitien Pietro Gradenigo, qui le cite comme “bon élève du célèbre Canaletto”, ce qui ne signifie pas nécessairement que Francesco ait fréquenté l’atelier d’Antonio Canal. Vers 1765, il exécute la Veduta del Canal Grande verso Rialto (Vue du Grand Canal vers Rialto ) conservée à la galerie d’art de Brera. En 1768, Canaletto disparaît et Francesco devient le peintre védutiste le plus populaire de Venise.

Vers 1770, Francesco Guardi peint la Lagune de Venise avec la Tour de Marghera à la National Gallery de Londres. La même année, il exécute le Capriccio conservé à l’Accademia Carrara de Bergame. En 1778, il effectue un séjour dans le Trentin, la patrie de sa famille, tandis qu’en 1782, il est chargé de peindre des tableaux représentant la réception à Venise du prince héritier de Russie. Sa dernière commande officielle remonte à 1790 : François devait exécuter des tableaux représentant le mariage du duc de Polignac et de la baronne de Neukirchen. L’artiste meurt à Venise le 1er janvier 1793.

Francesco Guardi, Procession nocturne sur la place Saint-Marc (1758 ; huile sur toile, 48 x 85 cm ; Oxford, Ashmolean Museum)
Francesco Guardi, Procession nocturne sur la place Saint-Marc (1758 ; huile sur toile, 48 x 85 cm ; Oxford, Ashmolean Museum)


Francesco Guardi, La Piazzetta verso San Giorgio Maggiore (1758 ; huile sur toile, 49 x 83,5 cm ; Trévise, Museo Civico)
Francesco Guardi, La Piazzetta vers San Giorgio Maggiore (1758 ; huile sur toile, 49 x 83,5 cm ; Trévise, Museo Civico)


Francesco Guardi, Le Grand Canal vers le pont du Rialto (vers 1765 ; huile sur toile, 56 x 75 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
Francesco Guardi, Le Grand Canal vers le pont du Rialto (vers 1765 ; huile sur toile, 56 x 75 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)

L’œuvre et le style de Francesco Guardi

Il est difficile de comprendre comment Francesco Guardi s’est approché du védisme: nous ne connaissons pas la date exacte de sa conversion, bien qu’il soit possible que ses contacts avec ce mouvement aient été précoces, puisque certains chercheurs pensent qu’il a été l’élève de Michele Marieschi dès 1735. Cependant, il est également probable, comme beaucoup le soutiennent, que son virage védutiste n’ait eu lieu qu’après la mort de son frère en 1760. En outre, on peut supposer que ses débuts en tant que védutiste remontent au milieu des années 1750, lorsque Venise a connu un nouvel afflux massif de touristes anglais, initié après la fin de la première guerre de succession d’Autriche, qui avait partiellement interrompu le tourisme étranger dans la ville au cours des années 1740. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Canaletto s’est rendu en Angleterre, car il ne pouvait plus obtenir de clients dans son pays d’origine. Il existe également un document intéressant datant de 1764, qui nous apprend qu’un noble vénitien, Pietro Gradenigo, a décrit Francesco Guardi dans son journal comme un “bon élève du célèbre Canaletto”. Cela ne signifie toutefois pas que Francesco Guardi était un élève de Canaletto : le terme “écolier” ne doit pas être pris au pied de la lettre, car il avait à l’époque un sens plus large qu’aujourd’hui (dans ce contexte, il signifie simplement qu’au début de sa carrière de vedutista, Francesco Guardi ne pouvait s’inspirer que du modèle le plus élevé, à savoir l’art de Canaletto).

Dans la première production védutiste de Francesco Guardi (par exemple la vue de l’église San Giorgio Maggiore conservée au Museo Civico de Trévise, ou la procession nocturne sur la place Saint-Marc conservée à Oxford), la ressemblance avec l’art de Canaletto est tangible, comme en témoignent la façon dont l’artiste utilise la perspective, la grande précision avec laquelle l’architecture est décrite et qui ne peut que rappeler l’art de Canaletto, ainsi que la façon dont les personnages sont arrangés. Un autre tableau célèbre, également très beau et évocateur, est la Procession nocturne sur la place Saint-Marc à Oxford. Cependant, dès la seconde moitié des années 1960, Francesco Guardi commence à élaborer un vedutismo (peinture de paysage) très personnel, commençant en fait à créer les œuvres d’art qui rendent son travail unique et original, s’éloignant ainsi de plus en plus de l’art de Canaletto. À partir de cette période, Francesco Guardi peint des vedutismo filtrés non seulement par son œil, mais surtout par son sentiment : ce seront des œuvres d’un lyrisme intense et en même temps sombre, car les tableaux commencent à devenir insaisissables, évoquant l’atmosphère de décadence de la République vénitienne, le déclin de la Sérénissime. La Venise de Francesco Guardi est donc une Venise intérieure, une Venise perçue, car s’il est vrai que la vie de la ville, malgré la perte de prestige de la République, s’est poursuivie dans la fête et la mondanité, le peintre n’en réalise pas moins de nombreuses œuvres d’où se dégage un sentiment de nostalgie, peintes à travers les sensations et les impressions de l’artiste, qui est extrêmement sensible.

Parmi les œuvres les plus importantes et les plus célèbres de Francesco Guardi, on trouve deux vues du Grand Canal datant de 1765, qui se trouvent à Milan, à la galerie d’art Brera : ici, la précision de l’architecture de ses premières années commence à céder la place à des bâtiments dont la perspective est moins rigoureuse que celle de sa production inspirée par Canaletto, ouvrant le champ au sentimentalisme qui caractérisera la production postérieure de sa carrière. Avec les tableaux des années 1970, la composante poignante, nostalgique, lyrique et même presque onirique de la production de Francesco Guardi apparaît de manière décisive. Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder l’un de ses tableaux les plus célèbres, à savoir la vue du bassin de Saint-Marc avec l’île de San Giorgio Maggiore, qui date du début des années 1970 et qui est conservée dans la Gallerie dell’Accademia à Venise. Elle est également intéressante parce que le peintre reviendra plus tard à plusieurs reprises sur ce sujet, qui était l’un de ses préférés. Le tableau se caractérise par des tons sombres, le ciel semblant presque se confondre avec l’eau pour un résultat d’un lyrisme dense, à tel point que plusieurs spécialistes affirment que la sensibilité de Francesco Guardi anticipe le romantisme, précisément en vertu du fait que le paysage qu’il représente sur la toile n’est plus ce qu’il voit avec ses yeux, mais ce qu’il ressent. Les vues de Francesco Guardi sont individuelles et subjectives, liées à son état d’esprit alors qu’il pressent le déclin de la république vénitienne, et pour le souligner, sa palette de couleurs se réduit considérablement, ses coups de pinceau deviennent secs et plutôt nerveux, comme c’est le cas, par exemple, dans un tableau de la seconde moitié des années 1970, Molo verso Santa Maria della Salute, dans la galerie Franchetti de la Ca’ d’Oro à Venise, où l’on retrouve le raccourcissement de la perspective, délibérément incertain, qui caractérise une grande partie de cette production de Francesco Guardi. Il faut également mentionner un beau tableau de la National Gallery de Londres, une vue de la lagune de Venise avec la tour Marghera à l’arrière-plan, marquée par une atmosphère mélancolique et poignante avec deux bateaux solitaires immergés dans la nature. Les véritables protagonistes de ce tableau sont le ciel et la mer, la tour étant en ruine (elle a été démolie au début du XIXe siècle), ce qui accentue la mélancolie de ce qui ressemble presque à un paysage romantique. La même atmosphère est évoquée par deux tableaux ayant le même sujet, la gondole sur la lagune, l’un à la Galerie nationale et l’autre au Poldi Pezzoli de Milan, que l’on peut dater des années 1980. En particulier, le tableau de Milan est un grand chef-d’œuvre, mélancolique, avec une palette de couleurs réduite basée sur le gris et le bleu clair, où le ciel au coucher du soleil est à peine plus clair que la mer et se fond avec elle, une mer calme qui inspire le silence et le calme car la ville est loin, une mer labourée seulement par une gondole au premier plan, conduite par un seul gondolier.

L’âme préromantique de Francesco Guardi transparaît également dans ses capricci, ou vues fantaisistes: Dans un tableau conservé à l’Académie Carrara de Bergame, un Capriccio avec un arc de triomphe et des figures humaines, datant d’environ 1770, nous voyons des ruines modernes (l’arc de triomphe représenté a un tracé Renaissance, bien que l’arc ogival rappelle l’art gothique), avec des mauvaises herbes qui poussent et prennent le dessus sur les bâtiments en ruine, est probablement dense en significations symboliques, comme si le peintre voulait dire que le temps passé ne peut jamais revenir. Même avec ses caprices, Guardi communique donc le sentiment d’une décadence tangible. Francesco Guardi est, en somme, un poète du paysage, un artiste qui tente de susciter des sentiments à travers la représentation du paysage.

Francesco Guardi, L'embarcadère vers Santa Maria della Salute (vers 1775-1780 ; huile sur toile, 45 x 71 cm ; Venise, Galleria Franchetti at Ca' d'Oro)
Francesco Guardi, Le quai vers Santa Maria della Salute (vers 1775-1780 ; huile sur toile, 45 x 71 cm ; Venise, Galleria Franchetti at Ca’ d’Oro)


Francesco Guardi, Bassin de Saint-Marc avec Saint Georges et la Giudecca (1770-1774 ; huile sur toile, 69 x 94 cm ; Venise, Gallerie dell'Accademia)
Francesco Guardi, Bassin de Saint-Marc avec Saint Georges et la Giudecca (1770-1774 ; huile sur toile, 69 x 94 cm ; Venise, Gallerie dell’Accademia)


Francesco Guardi, Gondole sur la lagune (vers 1765 ; huile sur toile, 31 x 42 cm ; Milan, Museo Poldi Pezzoli)
Francesco Guardi, Gondole sur la lagune (vers 1765 ; huile sur toile, 31 x 42 cm ; Milan, Museo Poldi Pezzoli)


Francesco Guardi, Capriccio avec arc de triomphe et figures humaines (vers 1770-1775 ; huile sur toile, 39 x 26 cm ; Bergame, Accademia Carrara)
Francesco Guardi, Capriccio avec arc de triomphe et figures humaines (vers 1770-1775 ; huile sur toile, 39 x 26 cm ; Bergame, Accademia Carrara)

Où voir les œuvres de Francesco Guardi ?

Il existe des centaines d’œuvres de Francesco Guardi, ou en tout cas de référence à l’artiste. À Venise, on peut admirer aussi bien des œuvres de jeunesse (par exemple les Histoires de Tobiolo, qui lui sont attribuées, dans l’église de l’Archange Raphaël) que de grandes vues de la maturité, par exemple à la Gallerie dell’Accademia de Venise ou à la Galleria Franchetti. Ses tableaux importants sont également conservés à Milan, comme les vues de la Pinacothèque de Brera ou la Gondole sur la lagune des Poldi Pezzoli. La Galleria Estense de Modène conserve une importante œuvre tardive, Il bacino di San Marco verso l’isola di San Giorgio, datant d’environ 1785. En revanche, pour voir ses premières œuvres, il faut se rendre à Vigo di Ton, où l’on peut encore admirer la lunette représentant l’Apparition de l’ange à saint François d’Assise, dans l’église paroissiale de Santa Maria Assunta.

En dehors de l’Italie, il est possible de voir des œuvres de Francesco Guardi dans plusieurs musées : au Louvre, à la National Gallery de Londres, au Museu Calouste Gulbenkian de Lisbonne, à la Wallace Collection de Londres, à l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, à l’Akademie der bildenden Künste de Vienne, aux Staatliche Museen de Berlin, à la National Gallery de Washington et à l’Alte Pinakothek de Munich.

Francesco Guardi, la vie et l'œuvre du védutiste sentimental
Francesco Guardi, la vie et l'œuvre du védutiste sentimental


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.