Jan Vermeer, la vie, le style et l'œuvre du grand peintre néerlandais


Jan Vermeer est l'un des grands protagonistes du XVIIe siècle néerlandais. Sa vie, ses œuvres principales, son style.

Jan Vermeer (Johannes van der Meer ; Delft, 1632 - 1675) est l’un des principaux peintres du XVIIe siècle néerlandais. Les sujets de ses tableaux sont principalement des personnages bourgeois représentés en train d’accomplir sereinement des gestes et des actions très simples de la vie quotidienne, s’inscrivant ainsi dans une tendance assez récurrente de l’art néerlandais de l’époque. Redécouvert seulement au milieu du XIXe siècle, il est aujourd’hui considéré comme l’un des maîtres de son temps pour son utilisation novatrice de la lumière dans ses tableaux, conçue de manière presque scientifique, grâce à l’intérêt pour l’optique qui s’était développé auxPays-Bas à l’époque.

Parmi les peintures de Vermeer, la beauté authentique de La jeune fille au turban, également connue sous le nom de La jeune fille à la boucle d’oreille (pour en savoir plus sur l’œuvre et son protagoniste, cliquez ici), est particulièrement mémorable. L’histoire de la création de cette œuvre célèbre a fait l’objet d’un livre et d’un film à succès sorti au cinéma en 2003. Vermeer, comme nous l’avons dit, a été redécouvert environ deux cents ans après sa mort, après être tombé dans l’oubli. La rareté des informations et des documents le concernant a favorisé la prolifération des faux d’auteur qui lui ont été attribués au XXe siècle et qui ont trompé divers collectionneurs et acheteurs.

Jan Vermeer, Vue de Delft (vers 1660-1661 ; huile sur toile, 96,5 x 117,5 cm ; La Haye, Mauritshuis)
Jan Vermeer, Vue de Delft (vers 1660-1661 ; huile sur toile, 96,5 x 117,5 cm ; La Haye, Mauritshuis)

La vie de Vermeer

Comme nous l’avons déjà mentionné, on sait peu de choses sur la vie de Jan Vermeer, essentiellement grâce à de maigres documents officiels et à des commentaires d’autres artistes. Son lieu de naissance, Delft en Hollande méridionale, est connu avec certitude et les dates de naissance et de décès peuvent être déduites des actes de son baptême en 1632 et de son enterrement en 1675. Il a donc vécu une quarantaine d’années et on dit qu’il a consacré sa vie presque exclusivement à la peinture, se tenant très à l’écart de la vie sociale et des événements concernant sa famille. Ce caractère timide et son dévouement à l’art lui ont valu le surnom de “Sphinx de Delft”. Entre 1632 et d’autres rapports datant de 1651, certaines informations manquent, mais il a été possible de retracer quelques épisodes. Son père était marchand de textile, marchand d’art et avait également acheté une auberge appelée “Le Renard volant”. Plus tard, le père de Vermeer a quitté “Le Renard volant” pour acheter l’auberge “Mechelen” sur la principale place du marché de Delft. À sa mort, les activités commerciales ont toutes été transmises à Vermeer. Sa famille était protestante, mais il a épousé une jeune fille catholique, Catherina Bolnes, qui était bien mieux lotie que lui. En effet, après leur mariage en 1653, le couple, après quelques années où l’on ne sait pas où ils ont vécu, s’est installé avec leurs enfants déjà élevés par la mère de celle-ci, qui soutenait financièrement l’artiste pour qu’il puisse poursuivre sa carrière. Vermeer s’est probablement converti au catholicisme, car ses enfants, quatorze au total, portaient des noms de saints.

Sa carrière de peintre commence par un apprentissage en 1647, vraisemblablement dans l’atelier de Carel Fabritius, lui-même élève de Rembrandt. Il existe également des informations confirmées sur l’appartenance de Vermeer à la Guilde de Saint-Luc, dans laquelle il était certainement présent en 1653. La guilde de Saint-Luc était un syndicat d’artistes, d’artisans, de marchands et d’amateurs d’art nommé d’après le saint qui, selon la tradition chrétienne, a réalisé certaines représentations de la Vierge Marie et des saints Pierre et Paul, et qui est donc considéré comme le saint patron des artistes. La guilde était basée dans plusieurs villes, dont Delft elle-même, et au fil des ans, les gouvernements locaux lui ont accordé le pouvoir de réglementer le commerce de l’art. Entre autres règles, il était nécessaire d’appartenir à la guilde pour travailler en tant qu’artiste ou pour embaucher des apprentis dans ses ateliers. La guilde était également en mesure d’influencer la fortune de certains artistes en diffusant des critiques positives ou négatives.

Au départ, Vermeer n’avait pas les moyens de payer la totalité de la cotisation à la guilde et n’en payait donc qu’une partie, mais les choses changèrent lorsqu’un riche citoyen, Pieter Van Rujiven, devint son mécène et acheta plusieurs de ses œuvres. En 1662, Vermeer est à la tête de la guilde, ainsi que les années suivantes, signe que le nom de Vermeer est devenu bien connu de ses concitoyens. Un extrait du journal de voyage de deux gentilshommes de l’époque, qui racontent avoir visité l’atelier de Vermeer, en témoigne également. Une dizaine d’années plus tard, en 1672, la situation à Delft change en raison de l’invasion française de la République des Sept Provinces Unies (les futurs Pays-Bas), qui entraîne une grave crise financière. À cette époque, la bourgeoisie est contrainte de renoncer à des biens de luxe tels que les tableaux, et l’artiste connaît à nouveau des problèmes financiers qui le tourmenteront jusqu’à la fin. Sa femme a écrit dans un document qu’elle considérait que la cause de la mort de son mari était le stress dû à ses finances, car elle avait hérité de plusieurs dettes et de peu d’argent de lui. La femme de Vermeer a été contrainte de céder la maison et les œuvres de son mari au conseil municipal pour rembourser les dettes, et a gardé environ dix-neuf œuvres pour elle.

Jan Vermeer, Jeune fille lisant une lettre à une fenêtre ouverte (1657-59 ; huile sur toile, 83 x 64,5 cm ; Dresde, Gemäldegalerie)
Jan Vermeer, Jeune fille lisant une lettre à une fenêtre ouverte (1657-59 ; huile sur toile, 83 x 64,5 cm ; Dresde, Gemäldegalerie)
Jan Vermeer, La route (vers 1658 ; huile sur toile, 54,3 x 44 cm ; Amsterdam, Rijksmuseum)
Jan Vermeer, La rue (vers 1658 ; huile sur toile, 54,3 x 44 cm ; Amsterdam, Rijksmuseum)
Jan Vermeer, La laitière (vers 1658-1659 ; huile sur toile, 45,5 x 41 cm ; Amsterdam, Rijksmuseum)
Jan Vermeer, La laitière (vers 1658-1659 ; huile sur toile, 45,5 x 41 cm ; Amsterdam, Rijksmuseum)
Jan Vermeer, La leçon de musique (vers 1662-1665 ; huile sur toile, 73,3 x 64,5 cm ; Windsor, collection royale)
Jan Vermeer, La leçon de musique (vers 1662-1665 ; huile sur toile, 73,3 x 64,5 cm ; Windsor, Royal Collection)
Jan Vermeer, Femme à la cruche d'eau (vers 1662 ; huile sur toile, 45,7 x 40,6 cm ; New York, Metropolitan Museum of Art)
Jan Vermeer, Femme à la cruche d’eau (vers 1662 ; huile sur toile, 45,7 x 40,6 cm ; New York, Metropolitan Museum of Art)

Le style de Vermeer

Vermeer a peint ses tableaux en utilisant une technique appelée “pointillisme” (à ne pas confondre avec le “pointillisme” plus tardif), qui consiste à utiliser la couleur par de très petits coups de pinceau rapprochés, de sorte que la couleur elle-même est presque transparente. Jan Vermeer accordait une grande attention à la couleur elle-même, recherchant les meilleures couleurs à l’huile qu’il pouvait trouver et utilisant souvent des matériaux très prestigieux, comme le lapis-lazuli très coûteux qu’il utilisait pour le bleu. Les tableaux de Vermeer conservent la vivacité des couleurs grâce à l’utilisation fréquente de couleurs pures. Comme nous l’avons déjà mentionné, les sujets récurrents des œuvres de Vermeer sont des personnes, principalement des femmes et des jeunes filles, représentées dans un cadre domestique bourgeois et soigné, occupées à leurs tâches quotidiennes. Mais, à y regarder de plus près, le sujet humain n’est pas le protagoniste absolu du tableau : il est en effet encadré dans un cadre dont l’objectif est de représenter une scène naturelle. D’une certaine manière, lorsque nous regardons les toiles de Vermeer, nous nous trouvons donc devant une série de natures mortes dans lesquelles l’élément humain fait partie de la scène elle-même au même titre que les objets.

Grâce à la technique picturale utilisée, les scènes des tableaux de Vermeer, bien que très simples sur le plan narratif, sont vibrantes et pleines de vie, encadrées dans un jeu d’ombres et de lumières dans lequel la lumière est reflétée par les objets et les personnages du tableau et modulée en fonction de l’effet qu’ils reproduisent réellement dans la nature au contact de différents types de matériaux. Dans certains cas, il est même possible de voir la représentation de l’humidité de l’air.
Vermeer fait un usage très rigoureux de la perspective, dans laquelle les objets sont réduits au minimum et placés en équilibre dans l’espace disponible. Dans de nombreux tableaux, il est possible de trouver des plans récurrents tels que le même raccourci d’une petite pièce éclairée par une fenêtre en haut à gauche(La laitière, L’astronome). Il pourrait s’agir d’une référence à son atelier, dont les fenêtres se trouvaient à gauche. L’utilisation d’une petite pièce fermée comme cadre de ses œuvres favorisait certainement un rendu très chaleureux et intime de la scène représentée, et c’est pour cette raison qu’elle revient très souvent.
L’une de ses œuvres les plus célèbres est sans aucun doute “La laitière” (1658-1660), dans laquelle nous voyons une femme versant du lait, prise dans une expression profondément concentrée, ce qui confère au simple geste qu’elle accomplit une aura de sacralité. La pièce est plongée dans un silence raréfié, tandis que les objets posés sur la table semblent si réels qu’on a l’impression qu’ils se trouvent devant nous et non dans un tableau.

L’œuvre la plus réussie de Jan Vermeer est La jeune fille au turban ou La jeune fille à la boucle d’oreille (1665-1666), surnommée la “Joconde hollandaise”. Cette œuvre représente une jeune fille sur un fond sombre, ce qui fait ressortir son expression surprise, comme si elle était sur le point de parler après avoir été interrompue. Le fond fait ressortir la fameuse boucle d’oreille et les tons clairs de ses vêtements, qui rappellent les vêtements typiques des sibylles ou des muses classiques, mais qui n’ont en réalité aucune correspondance sur le plan iconographique. La boucle d’oreille de la jeune femme est habilement peinte avec les habituelles petites touches de couleur rapprochées qui, d’un point de vue plus général, semblent être un seul coup de pinceau et renforcent la précieuse luminosité(pour en savoir plus sur la technique de Vermeer dans ce tableau, cliquez ici).

Il ne nous reste donc que des peintures sur toile de l’artiste, aucun dessin n’a été retrouvé, et il n’est pas possible de tracer des dessins préparatoires sur des toiles. Ce détail peut être justifié par une théorie développée par le peintre David Hockney, en collaboration avec le physicien américain Charles Falco, qui a analysé l’utilisation intensive d’instruments optiques typiques de la peinture hollandaise : les dessins préparatoires ont donc été remplacés par l’utilisation de la camera obscura, qui a permis une reproduction très fidèle de la réalité. L’utilisation de cet instrument pourrait être confirmée par la mise au point particulière des tableaux de Vermeer, qui, comme en photographie, présente certains éléments de manière très nette et d’autres de manière plus floue.

La fortune critique de Vermeer est intervenue bien plus tard que sa mort : il a en effet été étudié et redécouvert au XIXe siècle par l’érudit français Théophile Thoré-Bürger, également connu sous le nom de William Burger, comme il s’est appelé lui-même pendant un certain temps. Ce dernier, journaliste politique mais aussi critique d’art, est frappé par un tableau de Vermeer intitulé La Vue de La Haye et souhaite faire des recherches sur l’ensemble de la production de l’artiste hollandais. En essayant de reconstituer l’ensemble de ses œuvres, il est également tombé sur des faux attribués à Vermeer qui l’ont trompé. Par ailleurs, de nombreuses œuvres réalisées par d’autres artistes et que l’on croit à tort signées Vermeer, un phénomène qui s’est amplifié surtout au XXe siècle et qui a conduit à l’achat de nombreux faux dans le sillage d’un regain d’intérêt pour le peintre qui l’a propulsé sur le devant de la scène internationale. En effet, un peintre faussaire hollandais du nom de Han van Meegeren, qui vécut entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle et qui était un passionné de Vermeer, parvint à reproduire les traits distinctifs de Vermeer tout d’abord en n’utilisant que des outils datant du XVIIe siècle, puis en poudrant les tableaux nouvellement achevés afin que les craquelures caractéristiques se forment et donnent l’impression qu’ils sont vraiment anciens. Enfin, il choisit de manière très astucieuse de réaliser non pas des copies d’œuvres déjà existantes, mais de véritables tableaux inédits. Le résultat fut une série de 6 œuvres tellement superposables au style du maître hollandais que personne à l’époque ne pouvait faire la différence et était convaincu d’avoir acheté un véritable Vermeer. Il a même réussi à tromper De Vild, auteur d’un essai sur Vermeer lui-même. Le faussaire avoua la vérité lorsque, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, il fut arrêté et jugé pour collaboration avec les nazis, à qui il avait vendu deux tableaux. Pour se disculper, il déclara être un faussaire et démontra son habileté en peignant en direct lors d’un procès, à l’issue duquel il fut condamné à un an de prison tout en évitant la prison à vie.

Johannes Vermeer, La jeune fille à la boucle d'oreille ou La jeune fille au turban (vers 1665 ; huile sur toile, 44,5 x 39 cm ; La Haye, Mauritshuis)
Johannes Vermeer, La jeune fille à la boucle d’oreille ou La jeune fille au turban (vers 1665 ; huile sur toile, 44,5 x 39 cm ; La Haye, Mauritshuis)
Jan Vermeer, Allégorie de la peinture (1666-1668 ; huile sur toile, 120 x 100 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Jan Vermeer, Allégorie de la peinture (1666-1668 ; huile sur toile, 120 x 100 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Jan Vermeer, L'astronome (vers 1668 ; huile sur toile, 50 x 45 cm ; Paris, Louvre)
Jan Vermeer, L’astronome (vers 1668 ; huile sur toile, 50 x 45 cm ; Paris, Louvre)
Jan Vermeer, Le Géographe (1669 ; huile sur toile, 45,4 x 51,6 cm ; Francfort, Städel Museum)
Jan Vermeer, Le Géographe (1669 ; huile sur toile, 45,4 x 51,6 cm ; Francfort, Städel Museum)
Jan Vermeer, La lettre d'amour (vers 1669-1670 ; huile sur toile, 44 x 38,5 cm ; Amsterdam, Rijksmuseum)
Jan Vermeer, La lettre d’amour (vers 1669-1670 ; huile sur toile, 44 x 38,5 cm ; Amsterdam, Rijksmuseum)

Où voir les œuvres de Vermeer

Comme nous l’avons vu plus haut, la production picturale de Vermeer n’est pas très importante, en raison du long oubli dont l’auteur a souffert et de la diffusion de faux droits d’auteur qui s’en est suivie. Les œuvres définitivement attribuées au peintre se trouvent dans sa Hollande natale, réparties entre le musée Mauritshuis de La Haye (où se trouve La jeune fille au turban ou La jeune fille à la perle) et le Rijksmuseum d’Amsterdam (où l’on peut admirer La laitière). D’autres tableaux peuvent être vus en Europe, notamment en Allemagne (à Dresde, à la Gemäldegalerie de Berlin, à Francfort), au Louvre à Paris et à Vienne. D’autres œuvres de Vermeer peuvent également être admirées à Londres, New York (Metropolitan Museum of Modern Art) Washington et Boston.

En Italie, il n’y a pas d’œuvres de Vermeer dans les musées, mais l’artiste a été le protagoniste de quelques rétrospectives qui lui ont été consacrées, comme Vermeer. Il secolo d’oro dell’arte olandese qui s’est tenue à la Galleria Nazionale di Arte Moderna de Rome entre 2012 et 2013, et l’exposition de La jeune fille à la boucle d’oreille au Palazzo Fava de Bologne en 2014, la première fois que le tableau a été admiré en Italie.

Jan Vermeer, la vie, le style et l'œuvre du grand peintre néerlandais
Jan Vermeer, la vie, le style et l'œuvre du grand peintre néerlandais


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.