Les associations disent non au CTS des parcs archéologiques siciliens avec des politiciens à l'intérieur


En Sicile, les comités technico-scientifiques des parcs archéologiques sont en passe d'être remplis de politiciens. Une situation que Finestre sull'Arte dénonçait il y a quelques semaines et qui risque de se concrétiser. Les associations de protection s'y opposent.

Notre journal avait soulevé la question de la politisation des parcs archéologiques en Sicile il y a quelques jours avec une enquête de Silvia Mazza. Aujourd’hui, plusieurs associations actives dans la protection du patrimoine culturel élèvent la voix pour dire non à cette dérive. Ces associations sont Italia Nostra, Legambiente, Assotecnici, Confederazione Italiana Archeologi, Associazione Ranuccio Bianchi Bandinelli, Do you recognise me ? Je suis un professionnel du patrimoine culturel. Que s’est-il passé ? Pour résumer brièvement, le 20 mai dernier, le conseiller pour les Biens culturels et l’Identité sicilienne Alberto Samonà a signé les premiers décrets par lesquels, comme il l’avait annoncé il y a plus de trois mois, il mettait fin à la longue mise en service des treize parcs archéologiques siciliens, afin que les comités technico-scientifiques, les organes de co-gouvernance des directeurs, puissent enfin être mis en place. Cela commence par les parcs d’Himera et de Tindari. Ces comités sont l’un des éléments fondamentaux qualifiant la structure autonome qui distingue les parcs des musées ou des surintendances, leur permettant de conserver les revenus de la gestion des biens transférés, au lieu de les verser, comme les autres, dans un poste unique du budget de la Région.

Le problème est qu’en examinant la nature de ces comités, leur composition et leurs tâches, la question prend une autre tournure : “Que fait une équipe de politiciens dans des organes technico-scientifiques appelés à se prononcer sur le sort de millions de mètres carrés de terrain, une concentration de biens culturels et paysagers parmi les plus importants au monde ? ”Dans des instances qui s’expriment à la majorité, il y a 9 maires dans le parc d’Himera contre 3 techniciens et 5 dans le parc de Tindari, toujours contre 3 techniciens. Qui, après tout, voudrait voir des politiciens dans le comité technico-scientifique de l’urgence Covid ? Dans le domaine de la culture sicilienne, c’est au contraire ce qui est sur le point de se produire. Il est donc très préoccupant que la loi régionale permette à ces comités, ainsi composés, d’exprimer un avis décisionnel “technique”, qui pourrait même se substituer à celui des surintendances.

Un avis que, au contraire, la loi supérieure de l’État reconnaît exclusivement aux techniciens (article 9-bis du décret législatif 42/2004 “Code des biens culturels”). “Le conflit dans lequel se trouveront ces maires chaque fois que, d’une part, ils se feront les porte-parole des intérêts des territoires qu’ils administrent et que, d’autre part, ils seront appelés à exprimer une opinion à leur sujet, est évident”, affirment les associations. "Rien de tout cela dans le reste de l’Italie. Où la nécessaire représentation des autorités locales dans la communauté du parc, principe fondamental de la législation tant étatique que régionale, est résolue différemment : les maires ne siègent pas directement dans les comités scientifiques, mais leurs experts, tels que des professeurs d’université titulaires ou des spécialistes ayant des qualifications scientifiques avérées. La présence d’un maire, légitime dans sa fonction substantielle de collaboration, ne peut en aucun cas interférer avec l’autonomie nécessaire à l’exercice de la protection et à la liberté des actions de valorisation et de recherche : les finalités suprêmes auxquelles les Parcs archéologiques doivent contribuer.

C’est donc pour débattre de cette question et de toutes les autres questions critiques auxquelles sont confrontés les parcs archéologiques, et pour mettre des solutions sur la table, que les associations de défense du patrimoine culturel, du paysage et de l’environnement, ainsi que l’historienne de l’art Silvia Mazza, annoncent une rencontre ouverte au public à Palerme d’ici le mois de juin. Au centre de la discussion, il y aura, entre autres, la désorganisation administrative qui a donné naissance à des parcs extra-larges qui dépassent largement les limites territoriales fixées par les décrets de périmètre de chacun ; la véritable hémorragie d’archéologues dans ces instituts, où seuls 4 directeurs ont cette qualification ; la mise à jour des réglementations régionales pertinentes ; et la nécessité d’une approche globale de la gestion du patrimoine culturel et naturel.la mise à jour des réglementations régionales en la matière ; et la révision des tâches et de la composition des comités et autres organes de gestion pour un “modèle sicilien” efficace de gouvernance décentralisée, capable de faire interagir le patrimoine archéologique et paysager avec les potentialités socio-économiques des territoires situés à l’intérieur des parcs.

Sur la photo : le théâtre grec de Tindari. Photo par Chris Lloyd

Les associations disent non au CTS des parcs archéologiques siciliens avec des politiciens à l'intérieur
Les associations disent non au CTS des parcs archéologiques siciliens avec des politiciens à l'intérieur


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.