MudaC Carrara, le chaos après l'annonce du ministère. Que se passe-t-il?


Le MudaC de Carrare risque-t-il de perdre une subvention du ministère de la culture pour une œuvre d'art? Voici ce qui se passe.

Le projet Sculpter le vent de Francesco Bartoli, une œuvre d’art avec laquelle la municipalité de Carrare a obtenu une subvention de 61 150 euros dans le cadre de la deuxième édition du PAC - Plan pour l’art contemporain, l’avis public de la direction générale de la création contemporaine du ministère de la culture pour la sélection de propositions de projets pour l’acquisition, la production et la valorisation d’œuvres d’art et de création contemporaines destinées au patrimoine public italien, risque de ne pas voir le jour. La municipalité a obtenu un financement dans le cadre du deuxième volet, “Production”, qui prévoit le financement de commandes à des artistes et à des créateurs pour la réalisation d’œuvres qui viendront enrichir le patrimoine public du bénéficiaire: dans le cas de la municipalité de Carrara, la collection destinataire était le MudaC - Museo delle Arti Carrara.

Le 28 juillet, laliste des lauréats a été publiée, parmi lesquels le MudaC avec l’œuvre Sculpting the Wind de Francesco Bartoli. De quoi s’agit-il? "Le projet se veut une recherche particulière sur le territoire des Alpes Apuanes et naît de la nécessité de parler de la matière (relation paysage-sculpture) et de son absence du point de vue de l’art contemporain", peut-on lire dans le dossier de candidature. Un regard sur les meilleurs ateliers de sculpture de la ville de Carrare à la recherche d’un parallélisme entre le travail classique du marbre - héritage des anciens tailleurs de pierre - et le travail contemporain avec des robots, entre le caractère concret du vide des carrières et la légèreté des sculptures créées. Les protagonistes de la narration seront également le territoire des Alpes Apuanes et les personnes qui le composent, parmi lesquelles le poète berger Rolando Alberti. Quelques-uns des poèmes les plus évocateurs d’Alberti et quelques chansons de Demetrio Stratos du disque Cantare la voce accompagneront les actions artistiques écrites pour le projet.

Concrètement, un docu-film utilisera “l’élément performatif, tantôt poétique et symbolique, tantôt surréaliste et onirique, à l’intérieur d’une syntaxe narrative plus linéaire”. Un rôle sera également consacré aux “carrières” et à la “transformation du paysage par l’homme”. Enfin, un chapitre sera “consacré à la relation entre l’aveugle et la sculpture, entre la matière et le toucher, entre la forme et l’imaginaire”. Le projet, poursuit la description détaillée, “sera conçu comme une installation vidéo multidisciplinaire qui aura la prérogative de fusionner les langages audiovisuels et les disciplines artistiques au sein d’un même projet d’exposition. L’installation vidéo est conçue dans l’intention de créer un dialogue entre la nouvelle œuvre et le reste de la collection, mais aussi dans le but de la pousser au-delà du lieu qui l’accueille”. En effet, en plus de la vidéo, l’intervention in situ “consistera en une sculpture, également utilisée comme accessoire pour le tournage, et une photographie grand format extrapolée à partir de la vidéo”. Le docu-film proposera un dialogue “poétique et métaphorique” entre “le marbre et les personnes qui le travaillent, entre le paysage et la société, entre l’art contemporain et l’histoire”. En effet, les recherches de Francesco Bartoli portent sur le paysage et l’ont amené à réaliser “de nombreuses œuvres pluridisciplinaires consacrées aux traces éphémères et/ou permanentes de l’homme dans le contexte du paysage naturel”. Le titre du projet s’inspire du livre Sculpting Time d’Andrej Tarkovskij et fait référence à “la matière éphémère et invisible, la sculpture, le marbre et le vide des Alpes Apuanes”. Laura Barreca, directrice de MudaC, est la conservatrice et la directrice scientifique du projet.

Que s’est-il passé? Selon le journal La Voce Apuana, la nouvelle administration municipale, qui a pris ses fonctions après les élections du 25 juin, n’a pas accepté le financement présenté par l’administration précédente. En fait, la municipalité de Carrare n’a pas transmis l’acceptation formelle du financement dans les délais impartis. Une première explication a été fournie à Voce Apuana par le conseiller culturel Gea Dazzi, qui a déclaré: "Nous n’avons pas eu le temps de comprendre le projet, nous ne nous prononçons pas sur sa validité, mais nous n’avons pas eu l’occasion de le comprendre et, par sens des responsabilités, nous avons décidé de ne pas l’accepter. C’est de l’argent public que nous économisons. Nous avons préféré ne pas l’accepter parce qu’il s’agit pour nous d’un projet peu clair, qu’il y a encore une vidéo à mettre en place et que nous avons demandé à plusieurs reprises un visionnage, ce qui n’a pas été le cas.

Bien entendu, il ne s’agit pas d’argent économisé, puisqu’il ne peut être affecté à d’autres dépenses (il s’agit en fait d’un financement à 100 % du ministère de la culture, lié à un projet spécifique), et il n’est même pas possible de voir une vidéo avant qu’elle ne soit mise en place, si l’on entend par “visionner” le projet. Le conseiller a poursuivi en expliquant que “ce projet ne nous paraissait tout simplement pas approprié”. L’intention de l’administration est de faire revivre le Mudac, qui a reçu peu de visiteurs jusqu’à présent. Il est nécessaire de réévaluer les expositions permanentes et temporaires“. Le projet de Bartoli, conclut Dazzi, ”est trop vague et nous n’avons pas eu l’occasion de le vérifier, c’est pourquoi nous avons préféré ne pas l’accepter". En résumé: Pour la conseillère Dazzi, d’après ce qu’elle a elle-même déclaré à la presse, le problème semble être le projet tout court (c’est ce à quoi elle semble faire référence lorsqu’elle dit que “ce projet ne nous a pas semblé approprié”), sans préciser davantage les raisons pour lesquelles il a été rejeté.), bien qu’il s’agisse d’une œuvre qui a reçu un avis positif de la part d’une commission ministérielle comprenant d’importants experts, et on ne voit pas non plus quel rapport il y a, selon la conseillère, entre l’œuvre et le thème des expositions.

Francesco Bartoli, joint par Finestre sull’Arte, a déclaré: “La municipalité avait les documents depuis avril, elle ne les a jamais lus, et depuis qu’elle a reçu la communication qu’elle avait gagné un prix aussi important avec cette annonce, l’administration ne m’a jamais contacté. On ne peut pas dire que le projet est ”fumeux“: ils sont en train de renverser une commission nationale sans aucune compétence”. M. Bartoli affirme que la municipalité ne lui a pas demandé “quoi que ce soit de précis”. J’ai appris que la municipalité ne voulait pas le faire“, ajoute-t-il, ”par un courriel de Laura Barreca qui m’a informé le 5 septembre, un jour après la date limite d’acceptation“. Le projet était très bien noté sur tous les points, du cadre économique spécifique pour chaque dépense à l’impact sur le territoire, en passant par les projets à réaliser, en parallèle avec l’Académie des beaux-arts de Carrare, et le cours que je voulais donner aux étudiants de l’Académie. Dire qu’il s’agit d’un projet fumeux est pour le moins ridicule”. Dans l’enquête préliminaire, sous le titre “esquisse de programmation pour les deux prochaines années sur le thème de l’art contemporain”, la partie proposante fait référence au “programme public du mudaC pour 2022-2023” qui “se déroule avec la participation de la communauté [...], y compris les différentes [sic] disciplines de l’art contemporain”.incluant différents [sic] champs disciplinaires, tels que l’art, l’artisanat, le design, des projets in situ et participatifs, des séminaires, des ateliers dans le but de contribuer à la régénération urbaine et à la valorisation culturelle de la ville, dans une idée de work in progress et d’un musée réparti sur le territoire“. Le programme du MudaC, poursuit le document, ”se fera en étroite collaboration avec l’Académie des Beaux-Arts, avec les institutions et les associations de la ville qui animent la vie culturelle, économique et sociale de Carrare“. En outre, parmi les ”activités de valorisation possibles“ liées à l’œuvre, il est indiqué que ”pour la promotion du projet Sculpter le vent , des événements seront organisés sur le territoire afin de développer la participation active du public, tels que des ateliers destinés aux étudiants de l’Académie des beaux-arts et des rencontres avec le grand public à la Sala Garibaldi pendant toute la durée de l’exposition". Le détail des initiatives prévoit un atelier basé à l’Académie des Beaux-Arts et destiné aux étudiants en sculpture et en arts visuels, tenu par Domenico Quaranta, la publication d’un catalogue édité par Laura Barreca, et au moins deux présentations avec le public et les associations de la région, qui seront organisées par MudaC entre l’hiver 2022 et le printemps 2023, ainsi qu’une projection au cinéma Garibaldi de Carrare.

L’artiste, qui estime qu’il y a eu un problème de “censure préventive”, déplore le fait qu’il n’ait pas été reçu: “Je les ai contactés à plusieurs reprises (le maire, le conseiller et le responsable du bureau de la culture), parce que Laura Barreca a envoyé un e-mail le 28 juillet pour leur dire de se mettre au travail. Je l’ai remerciée immédiatement le 28 juillet, en lui disant que j’avais hâte de faire connaissance et de me rencontrer dès que possible, puis j’ai envoyé un autre courriel après les vacances. Mais personne n’a répondu et personne ne m’a dit qu’il n’avait pas accepté. Et puis, à mon avis, le fait important est que, depuis la petite réunion que j’ai déchirée le 12 septembre, lorsque je me suis rendu personnellement à Carrare (l’administration a eu une réunion avec Laura Barreca, et elle m’en a informé), avec le maire je n’ai eu que cinq minutes et pas plus, avec le conseiller un peu plus, mais d’après ce qu’il a dit (il n’avait rien lu), il semblait que leur politique muséale était peut-être une autre, et qu’ils aimeraient aborder d’autres choses”. M. Bartoli conclut en déclarant qu’il poursuivra la municipalité en justice, ajoutant: “Mon avocat a demandé les actes parce qu’on me les a refusés. Il s’agit à la fois du document dans lequel figure le projet que la municipalité a présenté à l’appel d’offres et de la communication officielle indiquant qu’elle l’a remporté. C’est dans ce document qu’est écrit le délai d’acceptation. Une municipalité transparente et ouverte au dialogue ne fait pas cela. Sans raison. Ces personnes ne sont pas du secteur, mais elles ont bien compris qu’un projet complet de cette ampleur mettrait en lumière leur territoire et dès le premier instant, elles ont essayé de le discréditer”.

La maire Serena Arrighi, jointe elle aussi par Finestre sull’Arte, a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un problème de fond comme elle semblait le percevoir dans les propos de la conseillère : à savoir que la municipalité n’avait pas l’intention d’évaluer la qualité artistique du projet. Les clarifications, a expliqué Mme Arrighi, n’ont jamais été inhérentes au contenu artistique ou à la qualité de l’œuvre, ce n’est pas notre tâche, les clarifications ont toujours été liées aux canaux que l’œuvre devait suivre. Plus précisément, M. Arrighi a demandé à savoir qui était impliqué et à quel titre, s’il existait un processus participatif, quelles ressources humaines la municipalité devait consacrer à la mise en œuvre d’un tel processus participatif, et si l’administration devait être impliquée. “Nous sommes arrivés au jour où nous avons dû décider de participer ou non au financement proposé sans avoir aucun détail en main”, a poursuivi M. Arrighi. “De mon point de vue, lorsqu’il s’agit d’argent public (car il s’agit toujours d’argent public même si c’est le ministère et non la municipalité qui le donne), je pense qu’un minimum de raisonnement doit être fait. Ce qui s’est passé ensuite, c’est que j’ai reçu un e-mail avec un certain nombre de protagonistes, y compris l’Académie, demandant une réunion”. M. Arrighi a demandé au bureau technique si l’Académie était impliquée dans la réalisation des travaux, ce qui “n’était pas évident d’après l’enquête préliminaire: l’implication de l’Académie est la bienvenue, mais l’administration doit savoir qui est impliqué dans le projet, d’autant plus s’il s’agit d’un projet financé”.

En substance, le maire semble contredire le conseiller: la question n’est pas de savoir si le projet est approprié ou non, mais comment il est réalisé. En outre, sur la question de la renonciation au projet, la maire a fait savoir qu’elle avait activé les bureaux techniques pour savoir si la renonciation entraînerait une pénalité pour la municipalité dans les appels d’offres à venir. Notre fonctionnaire, a déclaré la maire, a parlé au ministère et le ministère a garanti qu’il n’y aurait pas de pénalités et, immédiatement après, le ministère lui-même nous a appelés pour nous dire qu’il nous accorderait un délai supplémentaire pour les conditions d’acceptation. Ensuite, j’ai demandé au bureau technique si l’Académie était impliquée, ce qui n’était pas le cas, quels documents nous avions entre les mains, et ils m’ont donné les résultats de l’enquête préliminaire, s’il y avait ou non une pénalité possible pour l’administration, et d’après l’appel téléphonique avec le ministère, cela n’était pas apparent. Lors de la réunion du 12 septembre, j’ai demandé à M. Barreca des éclaircissements supplémentaires, car les communications que j’avais eues avec l’artiste mentionnaient la possibilité que le projet implique un “parcours participatif”.Je voulais comprendre si l’administration était impliquée ou non, car si c’est le cas, je dois fournir les heures et les ressources de notre personnel, mais dans une situation où le personnel n’est pas aussi nombreux, je dois être informée, car cet aspect n’était pas clair non plus. Nous avons reçu d’autres documents sur le projet (par exemple des photographies), mais ce n’est pas ce qui m’intéresse. Je m’intéresse à l’aspect organisationnel. Même à la fin de la réunion du 12 septembre, ces points n’étaient pas clairs et, à ce jour, je ne sais toujours pas qui est impliqué dans le projet au niveau des institutions concernées, quels sont les rôles clés et qui les occupe, ni comment l’argent du financement est distribué". Enfin, en ce qui concerne les conditions d’acceptation du financement, le maire nous fait savoir que la municipalité attend que le ministère lui dise s’il y a une possibilité de prolongation.

En ce qui concerne la gestion du MudaC, “la question, conclut le premier citoyen, est d’ordre administratif. J’aimerais que le MudaC soit achevé, parce qu’il y a encore quelques petits travaux à faire. Je voudrais que le patrimoine actuel dont dispose le MudaC soit valorisé, car certains investissements ont déjà été réalisés, et je pense qu’il est important de valoriser ce patrimoine, puis d’avoir un programme muséal adéquat qui vise également à attirer les visiteurs. Je pense que c’est la tâche de l’administration”.

La référente scientifique du projet, Laura Barreca, jointe par Finestre sull’Arte, affirme qu’elle a transmis toute la documentation, que la municipalité est encore dans les temps pour pouvoir accepter le financement, qu’elle-même et l’artiste sont ouverts à un dialogue maximal avec l’administration et sont prêts à fournir toutes les explications nécessaires, y compris les acteurs impliqués, et que pour les aspects administratifs, la personne à contacter est le bureau de la culture de la municipalité. Dans l’attente de nouveaux développements, Finestre sull’Arte continuera à suivre l’affaire: peut-être ne serait-il pas mauvais, pour le bien de la ville et de la communauté artistique, qu’une clarification définitive intervienne entre les parties impliquées.

La photo montre une salle du MudaC de Carrare.

MudaC Carrara, le chaos après l'annonce du ministère. Que se passe-t-il?
MudaC Carrara, le chaos après l'annonce du ministère. Que se passe-t-il?


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.