Les deux pinacles du polyptyque d'Ardinghelli acheté par la Galleria dell'Accademia de Florence ont été restaurés.


La Galleria dell'Accademia de Florence présente la restauration des deux précieux pinacles du polyptyque d'Ardinghelli représentant l'Ange annonciateur et la Vierge annonciatrice de Giovanni di Francesco Toscani, acheté par le musée en 2021.

Les deux précieux pinacles du polyptyque d’Ardinghelli représentant l’Ange annonciateur et la Vierge annonciatrice de Giovanni di Francesco Toscani, acheté par la Galleria dell’Accademia di Firenze en 2021, ont étérestaurés. La restauration sera présentée le lundi 24 octobre à 17 heures en présence de Cecilie Hollberg, directrice de la Galerie, du professeur Andrea De Marchi de l’Université de Florence et de Rossella Lari, chargée de la restauration des cuspides. L’entrée est gratuite dans la limite des places disponibles.

Les deux œuvres du peintre florentin recomposent une partie du polyptyque du XVe siècle qui était placé sur l’autel de la chapelle Ardinghelli de la basilique Santa Trinita de Florence et qui a été démembré au fil du temps.

“Des parties du polyptyque se trouvent déjà dans la galerie”, explique Cecilie Hollberg. "Le pinacle central avec la Crucifixion fait partie de nos collections depuis 1855, tandis que l’un des compartiments de la prédelle, représentant les stigmates de saint François et un miracle de saint Nicolas de Bari, y est depuis 1933. Le compartiment central, avec l’Adoration des Mages, est conservé, à notre connaissance, dans une collection privée. Il serait intéressant de les réunir. La recherche d’un patrimoine artistique dispersé est, je crois, l’une des tâches importantes d’un musée, surtout s’il appartient au MiC - ministère de la culture, que ce soit par le biais du marché des antiquités ou, comme c’est le cas ici, grâce à des particuliers".

Le peintre florentin Giovanni di Francesco Toscani (1370/80 - 1430) a également réalisé, en collaboration avec son frère Domenico, les fresques représentant les histoires de saint Nicolas qui ornaient la chapelle de patronage de la famille Ardinghelli dans l’église de Santa Trinita, et le polyptyque est sa seule peinture sur panneau de bois documentée. Il a été commandé en 1423 pour le mariage de Piero di Neri Ardinghelli avec Caterina, nièce de Palla Strozzi, l’homme le plus riche de Florence à l’époque, qui possédait déjà une magnifique chapelle dans la même basilique. Strozzi avait offert à Caterina une dot d’environ 2000 florins, dont une partie a été utilisée pour rénover la chapelle Ardinghelli. Au centre du retable réalisé par Toscani, au lieu de la traditionnelle Vierge à l’Enfant, on plaça un crucifix en bois qui servait de reliquaire et était exposé à la dévotion publique à travers une grille sur la Via del Parione à certaines périodes de l’année.

Le polyptyque a été démonté dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et les différents panneaux ne sont réapparus, en des lieux et des années différents, qu’à partir du milieu du XIXe siècle. En 1966, grâce à la contribution critique de Luciano Bellosi, il a été possible d’identifier Giovanni di Francesco Toscani comme l’auteur de l’œuvre et de préciser sa structure originale. Parmi les peintures qui composent ce chef-d’œuvre, outre les quatre panneaux conservés à la Galleria dell’Accademia de Florence, le compartiment droit de la prédelle avec le Baptême du Christ et le Martyre de saint Jacques le Majeur se trouve au Philadelphia Museum of Art, tandis que le panneau principal de droite avec les saints Jean-Baptiste et Jacques le Majeur se trouve au Walters Art Museum de Baltimore. Il manque encore à la liste le panneau principal gauche représentant les saints François et Nicolas, ainsi que les trois rondeaux situés sous les trois pinacles.

L’Ange annonciateur et la Vierge annoncée “présentaient de nombreux problèmes de conservation”, explique Rossella Lari. “Tous deux présentaient des vernis jaunis inégaux, des taches, des abrasions, des rayures, des soulèvements, des restaurations picturales altérées et des couches de préparation couleur-or manquantes. L’intervention a permis de remettre en lumière ce qui restait de l’original et d’effectuer les travaux de fixation et de plâtrage nécessaires. En particulier, le manteau de la Madone, qui avait été entièrement repeint, a été restauré avec une sélection correspondant à l’intensité du bleu original. Selon toute vraisemblance, comme on peut le déduire de petits restes, le cadre avait également été repeint et, dans le passé, un moyen mécanique avait été utilisé pour récupérer l’or, ce qui l’avait endommagé. La restauration picturale du cadre n’a touché que les lacunes de l’enduit, tandis que les abrasions n’ont pas été réparées”.

Les deux pinacles du polyptyque d'Ardinghelli acheté par la Galleria dell'Accademia de Florence ont été restaurés.
Les deux pinacles du polyptyque d'Ardinghelli acheté par la Galleria dell'Accademia de Florence ont été restaurés.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.