Plus de trente ans après son vol, le reliquaire de San Galgano est de nouveau visible.


Le précieux reliquaire de saint Galgano, volé près de Sienne en 1989 et redécouvert l'année dernière, revient au public trente ans après son vol: il a été restauré et est maintenant exposé d'abord à la Pinacothèque du Vatican, puis à Sienne.

Plus de trente ans après son vol, le Reliquaire de Saint Galgano est rendu au public: Dans la nuit du 10 au 11 juillet 1989, un vol important a été commis au musée diocésain de l’archidiocèse de Sienne - Colle di Val d’Elsa - Montalcino, qui se trouvait à l’époque dans les locaux adjacents au séminaire régional pontifical "Pio XII", dans la localité de Montarioso, sur la commune de Monteriggioni. Montarioso, dans la commune de Monteriggioni, a retiré du musée plusieurs objets précieux d’orfèvrerie médiévale et baroque, dont le célèbre reliquaire de saint Galgano, provenant de l’ancienne abbaye et autrefois conservé dans la paroisse de Frosini, dans la commune de Chiusdino. Outre la valeur historique et artistique des objets sacrés, il s’agit d’une blessure douloureuse pour l’Église siennoise, dont la mémoire spirituelle a été mutilée et défigurée.

Outre le Reliquaire de Saint Galgano, précieux objet du début du XIVe siècle en cuivre doré et émaux, attribué à l’école des orfèvres siennois Tondino di Guerrino et Andrea Riguardi (c’est l’un des objets les plus précieux de cette période, notamment pour le raffinement des émaux translucides représentant des épisodes de la vie de Saint Galgano), une croix processionnelle du XIIe siècle (la pièce la plus ancienne du butin) présente une intéressante iconographie romane: présente une intéressante iconographie romane du Christus vivens sur la croix, ses pieds reposant sur la tête d’un serpent, en référence au passage biblique de la Genèse 3, 15: “Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance: elle t’écrasera la tête, et tu lui meurtriras le talon”), un reliquaire tempietto en cuivre du XIVe siècle, un calice en cuivre doré du XIVe siècle, une pyxide en argent du XVIIe siècle, et six autres calices, deux du XVIIe siècle et quatre du XVIIIe siècle, tous en argent.

La découverte a eu lieu l’année dernière, lorsque le Nucleo Tutela Patrimonio Culturale des Carabiniers a restitué à l’archidiocèse dix des onze pièces volées au musée diocésain, après les avoir trouvées sur le marché des antiquités. La seule pièce qui n’a pas été retrouvée est un calice en argent du XVIIe siècle provenant de l’église de Certosa di Maggiano à Sienne. Les œuvres ont ensuite été restaurées dans les laboratoires des musées du Vatican. Aujourd’hui, elles sont de nouveau exposées dans le cadre de l’exposition De l’épée à la croix. Le reliquaire restauré de San Galgano. L’exposition, réalisée grâce à la collaboration entre les Musées du Vatican, l’Archidiocèse de Sienne-Colle di Val d’Elsa-Montalcino et l’Opera della Metropolitana di Siena, avec la contribution des Laboratoires Opera, Sillabe et Giovanni Raspini, se tiendra dans la Salle XVII de la Pinacothèque des Musées du Vatican, du 7 décembre 2022 au 18 février 2023.

Selon la tradition, Galgano est né dans le village siennois de Chiusdino. Chevalier appartenant à la petite noblesse locale, il se convertit à la vie ascétique et hermétique après avoir eu des visions de l’archange Michel, comme le montrent les six scènes du Reliquaire. Il mena sa vie monastique dans l’ermitage de Montesiepi, qu’il construisit sur une colline proche de l’endroit où devait être bâtie l’abbaye. Il mourut, selon les sources, le 30 novembre 1181. Quatre ans plus tard, une commission d’enquête fut convoquée, qui conduisit le pape Lucius III à le proclamer saint en 1185.

On attribue à Galgano, dans sa représentation iconographique, le célèbre signe de l’épée enfoncée dans le rocher qui devient une croix devant laquelle s’agenouiller et prier. Sa renommée s’est cependant établie sur fond de diatribe entre la papauté et l’Empire au sujet des “investitures” et dans le contexte de l’expansion de l’ordre cistercien grâce à l’œuvre de saint Bernard de Clairvaux.

Le travail effectué par le Laboratoire de Restauration des Métaux et Céramiques des Musées du Vatican sur les bijoux en or et en argent de l’exposition a impliqué une campagne d’investigations scientifiques qui ont soutenu les choix méthodologiques de l’intervention. Le protagoniste de l’intervention de conservation a été le Reliquaire de Saint Galgano, qui a été complètement démonté en présence du représentant de l’Archidiocèse de Sienne, avec la mise en sécurité simultanée des soixante-quatorze reliques présentes.

Le vol a causé de nombreux dommages. Parmi ceux-ci, les plus évidents sont la fracture de la tige du pied, les déformations des flèches et la perte de la première bobine hexagonale en émail rejoignant le pied, reconstituée grâce à un scan à partir d’une image d’archive. D’autres petits éléments manquants ont été fabriqués en résine à l’aide d’une imprimante 3D. Les faces recto et verso, décorées d’émail, ont été nettoyées et consolidées, puis traitées au plasma. La croix apicale, également perdue, a été reproduite par le maître orfèvre Giovanni Raspini sur le modèle d’œuvres contemporaines.

L’aménagement, conçu et réalisé par Opera Laboratori et Sillabe, a également été immédiatement pensé pour l’exposition à Sienne, où l’exposition se déplacera, dans les salles évocatrices de la crypte de la cathédrale, du 1er mars au 5 novembre 2023, afin de rendre à la communauté siennoise et aux nombreux visiteurs de la cathédrale un témoignage significatif de l’identité culturelle, artistique et spirituelle de la ville.

Plus de trente ans après son vol, le reliquaire de San Galgano est de nouveau visible.
Plus de trente ans après son vol, le reliquaire de San Galgano est de nouveau visible.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.