Gino Rossi, le rebelle de Ca' Pesaro exposé à Venise


Compte rendu de l'exposition "Gino Rossi à Venise. Dialogue entre les collections de la Fondazione Cariverona et de Ca' Pesaro', à Venise, du 23 février au 20 mai 2018.

En 1905, un jeune artiste vénitien, Gino Rossi (né Luigi Rossi, Venise, 1884 - Trévise, 1947), se voit attribuer un atelier au troisième étage du palais du XVIIe siècle de Ca’ Pesaro, sur le Grand Canal: c’est le début de la carrière d’un grand artiste qui, après des séjours à l’étranger, fera de Venise, et en particulier de l’île de Burano, son lieu de prédilection. Soixante-dix ans après sa mort, à Ca’ Pesaro, là où tout a commencé, l’exposition Gino Rossi à Venise. Dialogue entre les collections de la Fondation Cariverona et de Ca’ Pesaro retrace les étapes décisives de la carrière de ce peintre. Sous le commissariat de Luca Massimo Barbero et Elisabetta Barisoni, cette rétrospective s’intéresse à l’artiste le plus rebelle du groupe Capesarino à travers une sélection de paysages et de portraits que l’on peut admirer jusqu’au 20 mai.

Après sa formation à Venise, Gino Rossi s’installe à Paris au début du XXe siècle avec son ami et collègue Arturo Martini (Trévise, 1889 - Milan, 1947). Son séjour dans la capitale française, ville stimulante et point de rencontre de nombreux artistes, s’est avéré d’une grande importance ; c’est en effet là qu’il est entré en contact avec les œuvres des cubistes et des fauves et qu’il a été profondément influencé par eux. Entre-temps, dans une Italie traditionaliste encore liée à la peinture académique, la ville de Venise commence à s’ouvrir à la nouveauté et à manifester un changement. En 1907, après avoir remporté un concours, Eugenio (Nino) Barbantini (Ferrare, 1884 - 1952) devient directeur de la galerie d’art moderne de Ca’ Pesaro et se met immédiatement au travail pour organiser non pas une exposition permanente, mais une série d’expositions avec des œuvres d’artistes originaux et créatifs. Pour les jeunes générations de Vénétie, Ca’ Pesaro est le premier et, pendant un certain temps, le seul centre autour duquel se rassembler et se confronter, et c’est là, à partir de 1908, que le jeune Gino Rossi expose ses œuvres, montrant immédiatement son caractère révolutionnaire. Grâce à l’abandon de la forme et à des œuvres d’une expressivité presque archaïque, l’artiste s’est rapidement imposé comme le plus anti-académique des “rebelles de Ca’ Pesaro”, selon la célèbre définition du critique d’art Silvio Branzi.

L’exposition présente de nombreux paysages de la lagune vénitienne, des œuvres d’une grande force tant par leurs couleurs intenses que par leur forme clairement “antigracieuse”. Un lieu très cher à l’artiste était l’île de Burano, loin du chaos de la ville, un refuge silencieux où il se retirait pour vivre et peindre. Dans des œuvres comme Barene a Burano (1912-1913), Gino Rossi montre une nature intacte, non idyllique, clairement influencée par son séjour en Bretagne. Un autre paysage célèbre est Marina - Douarnenez (1910), pour lequel Rossi s’est inspiré de la peinture de Gauguin et du groupe de Pont-Aven. Dans les œuvres des années 1910, la couleur prend une signification profonde pour l’artiste ; les toiles sont dominées par les bleus et les verts, mais aussi par des tons plus chauds, toujours des couleurs pleines qui, surtout dans les paysages, contribuent à laisser une impression de précarité et de suspension.

Outre les paysages, les portraits revêtent une grande importance. Comme le montre l’œuvre Pescatore Buranese (1912-1913), il choisit des personnes humbles vivant en marge de la société. Des œuvres qui ne sont certes pas raffinées, parfois désagréables et crues, mais véridiques, et qui témoignent d’un travail acharné, de la fatigue. Gino Rossi parvient à rendre tout cela avec beaucoup d’habileté grâce à des contours épais et des coups de pinceau grossiers qui mettent en évidence les expressions, les rides et les traits endurcis de ces personnages. D’une grande intensité également, Ritratto di signora (Portrait de dame), une œuvre de 1914 qui représente une femme au visage décharné, humble et simple dans sa tenue et sa pose, une œuvre dans laquelle on peut clairement voir l’influence que l’expressionnisme a exercée sur l’artiste lors de son séjour en France.

Gino Rossi, Burano
Gino Rossi, Burano (1912-1914 ; huile sur carton, 42 x 57,2 cm ; Vérone, Collection Fondazione Cariverona)


Gino Rossi, Barene in Burano
Gino Rossi, Barene a Burano (1912-1913 ; huile sur carton, 59,5 x 70,4 cm ; Vérone, Collection Fondazione Cariverona)


Gino Rossi, Marina - Douarnenez
Gino Rossi, Marina - Douarnenez (vers 1910 ; huile sur toile ; Venise, Galleria Internazionale di Arte Moderna Ca’ Pesaro)


Gino Rossi, Portrait d'une dame
Gino Rossi, Portrait d’une dame (1914 ; huile sur carton appliqué sur aggloméré, 99,8 x 71,5 cm ; Vérone, Collection Fondazione Cariverona)


Gino Rossi, Étude pour une nature morte avec violon et pipe
Gino Rossi, Étude pour une nature morte avec violon et pipe (vers 1922 ; craie sur papier ; Venise, Galerie internationale d’art moderne Ca’ Pesaro)

L’exposition comprend un certain nombre d’œuvres réalisées dans les années 1920, dans lesquelles on peut observer un changement dans la peinture de l’artiste. Dans les paysages et dans des œuvres comme Studio per natura morta con violino e pipa (1922), l’artiste utilise des craies de couleur et se concentre sur la composition, sur la forme. Ces œuvres, précisément en raison de cette grande attention portée à la structure et au volume, peuvent être rattachées à l’art de Paul Cézanne, que l’artiste avait pu admirer deux ans plus tôt, en 1920, à la Biennale.

Malheureusement, la carrière de Gino Rossi s’arrête très tôt. Profondément marqué par la Première Guerre mondiale, l’artiste est interné à l’asile Sant’Artemio de Trévise où il passe les vingt dernières années de sa vie jusqu’à sa mort en 1947. Innovateur et très personnel, bien qu’il n’ait pas travaillé pendant de nombreuses années, Gino Rossi a néanmoins réussi à laisser une trace grâce à ses œuvres expressives dans lesquelles il montre des paysages simples et des personnages humbles, des œuvres fortes et évocatrices, en particulier grâce à la couleur.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.