Ugo Mulas, un photographe complet. À quoi ressemble l'exposition qui ouvre les Stanze della Fotografia ?


Compte rendu de l'exposition "Ugo Mulas. L'operazione fotografica", organisée par Denis Curti et Alberto Salvadori (Venise, Le Stanze della Fotografia, du 29 mars au 6 août 2023).

“Les yeux, ce point de rencontre magique entre nous et le monde, ne s’accommodent plus de ce monde, de la réalité, de la nature: nous voyons de plus en plus à travers les yeux des autres. C’est peut-être un avantage, mais ce n’est pas si simple. Sur ces milliers d’yeux, peu, très peu suivent une opération mentale autonome, leur propre recherche, leur propre vision”. C’est une pensée si appropriée à la réflexion contemporaine sur l’image qu’il est surprenant d’apprendre qu’Ugo Mulas, photographe novateur et théoricien original, l’a écrite en 1973.

Avec l’exposition Ugo Mulas. L’operazione fotografica, le 29 mars dernier, “Le Stanze della Fotografia” a ouvert ses portes sur l’île de San Giorgio Maggiore à Venise. Ici, avec une vue unique sur la place Saint-Marc, les espaces de la Sale del Convitto, locaux industriels qui abritent Le Stanze, sont rendus spectaculaires - un adjectif qui n’a jamais été aussi approprié - par le studio d’architectes Pedron / La Tegola avec la collaboration spéciale du Teatro La Fenice de Venise. Il ne s’agit pas seulement d’un espace d’exposition, mais d’un lieu d’éducation et de recherche, pour les passionnés comme pour les touristes. Une île heureuse - pour ainsi dire - pour ceux qui aiment la photographie.

Encore un espace dédié à la photographie. Est-ce vraiment nécessaire ? Que nous vivions une époque où l’image est au centre de toute communication, qu’elle prenne souvent le pas sur le contenu conceptuel de l’information, qu’elle soit modifiée, instrumentalisée, mal comprise, que non seulement des “techniciens” mais des sociologues, des sociologues et même des touristes parlent d’images, c’est un fait.Le fait que des “techniciens” mais aussi des sociologues, des psychologues, des théologiens... montre que le sujet “n’est pas aussi simple” que l’a dit Mulas, et qu’il est encore nécessaire d’approfondir pour trouver le fil de la réflexion. Une réflexion qui, dans Le Stanze della Fotografia , trouve un terrain fertile pour un projet ambitieux. Le mérite en revient à la somme de deux expériences: celle de Marsilio Arte, qui, à la Casa dei Tre Oci de Venise, a proposé au cours des dix dernières années plus de trente expositions retraçant l’œuvre des plus grands photographes internationaux, rassemblant progressivement autour d’elle une communauté de passionnés, et celle de la Fondation Giorgio Cini, qui conserve l’une des plus importantes collections photographiques d’Europe. L’exposition inaugurale, ouverte jusqu’au 6 août, est réalisée en collaboration avec les Archives Mulas et sous la direction de Denis Curti, directeur artistique du nouvel espace, et d’Alberto Salvadori, directeur des Archives Ugo Mulas.

Montage de l'exposition Ugo Mulas. L'opération photographique. Photo: Alessandra Chemollo
Plans de l’exposition Ugo Mulas. L’opération photographique. Photo: Alessandra Chemollo
Montage de l'exposition Ugo Mulas. L'opération photographique. Photo: Alessandra Chemollo
Plans de l’exposition Ugo Mulas. L’opération photographique. Photo: Alessandra
Chemollo
Montage de l'exposition Ugo Mulas. L'opération photographique. Photo: Alessandra Chemollo
Montage de l’exposition Ugo Mulas. L’opération photographique. Photo: Alessandra
Chemollo
Montage de l'exposition Ugo Mulas. L'opération photographique. Photo: Alessandra Chemollo
Montage de l’exposition Ugo Mulas. L’opération photographique. Photo: Alessandra
Chemollo
Gianni Berengo Gardin, Ugo Mulas, Campo Urbano, Como 1969 © Gianni Berengo Gardin/Courtesy Fondazione Forma per la Fotografia
Gianni Berengo Gardin, Ugo Mulas (Campo Urbano, Como, 1969) © Gianni Berengo Gardin/Courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

Nous avons choisi de commencer avec Ugo Mulas parce que nous voulions donner un signe d’intérêt pour la photographie italienne, et nous avons choisi Mulas parce qu’il est le photographe italien“, explique Denis Curti, ”et en plus à l’occasion d’un anniversaire très important parce que Mulas est mort il y a cinquante ans - le 2 mars 1973 - et a laissé un héritage qui reste encore à étudier et à découvrir“. 296 œuvres, dont 30 images jamais exposées, des photographies d’époque, des documents, des livres, des publications et des films ”nous détournent une fois pour toutes de l’idée que beaucoup de gens ont eue selon laquelle Mulas était le photographe de l’art et des artistes, et nous permettent de voir un photographe à part entière", déclare Alberto Salvadori.

En un peu plus de vingt ans de travail, Mulas a été photographe de portraits, de paysages, d’artistes, de mode et d’industrie. “C’était un véritable autodidacte mais avec un esprit analytique destiné à devenir un photographe total capable de transcender les genres établis par le marché”, déclare Uliano Lucas, photojournaliste, dans un témoignage recueilli dans le livre qui accompagne l’exposition. Il a exploré tous les genres et dans chacun d’eux il a apporté sa réflexion personnelle sur la photographie, qui s’exprime dans son essence dans les Verifiche (Vérifications ) qui n’ouvrent pas par hasard l’exposition, où Mulas se livre à des expériences si extrêmes qu’il semble vouloir découvrir jusqu’où peut aller l’appareil photo. “Mulas est la référence évidente d’une recherche qui, en traversant et en documentant l’environnement et les personnalités dès le début des années 1950, aboutit à des expériences extraordinaires et inédites qui placent son œuvre au rang des grands maîtres et, pour son actualité, dans les références de la recherche photographique future”, déclare Luca Massimo Barbero, directeur de l’Institut d’histoire de l’art de la Fondation Giorgio Cini.

Commencées en 1970, trois ans avant sa mort, les Verifiche (Vérifications ) sont la synthèse de la pensée photographique de Mulas, presque comme une vérification du “sens des opérations que, pendant des années, j’ai répétées cent fois par jour, sans jamais cesser de les considérer en elles-mêmes, dégagées de leur aspect utilitaire”, disait le photographe. Il s’agit d’expériences très souvent réalisées au stade du tirage, sans le passage par l’appareil photo, ou d’expériences de narration par la photographie. L’opération photographique. Self-Portrait for Lee Friedlander, 1971, par exemple, est un hommage explicite au photographe américain qui a choisi comme clé stylistique d’insérer sa silhouette dans les images, la rendant ainsi partie intégrante du paysage. Ce qui semble être une erreur n’est rien d’autre que la prise de conscience que le photographe s’interpose constamment entre l’appareil et son sujet. Et si l’on regarde attentivement les œuvres exposées, on peut voir à quel point Mulas a été clair sur ces thèmes tout au long de sa production. Je citerai comme exemple le portrait en détail deLucio Fontana (Lucio Fontana, Comabbio, 1968) où l’image du photographe se reflète dans la pupille de l’artiste, mais la chasse au détail pourrait être l’idée d’un parcours avec lequel je vous invite à visiter l’exposition.

Ugo Mulas, L'opération photographique. Autoportrait pour Lee Friedlander (1971)
Ugo Mulas, L’opération photographique. Autoportrait pour Lee Friedlander (1971) © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés. Courtesy Ugo Mulas Archive, Milan - Lia Rumma Gallery, Milan / Naples
Ugo Mulas, Lucio Fontana, L'Attesa, Milan (1964)
Ugo Mulas, Lucio Fontana, L’Attesa (Milan, 1964) © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés. Courtesy Ugo Mulas Archive, Milan - Galerie Lia Rumma
, Milan / Naples
Ugo Mulas, New York (1964)
Ugo Mulas, New York (1964) © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés.
Avec l’autorisation de
Ugo Mulas Archive, Milan - Galerie Lia Rumma
, Milan / Naples
Ugo Mulas, Les œuvres des artistes pop transportées dans la lagune (XXXIIe Biennale internationale d'art, Venise, 1964)
Ugo Mulas, The Works of Pop Artists Transported to the Lagoon (XXXIIe Biennale internationale d’art, Venise, 1964) © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés. Avec l’autorisation de Ugo Mulas Archive, Milan - Lia Rumma Gallery, Milan / Naples
Ugo Mulas, Alberto Giacometti reçoit l'annonce du grand prix (Venise, Biennale 1962)
Ugo Mulas, Alberto Giacometti reçoit l’annonce du grand prix (Venise, Biennale 1962) © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés. Avec l’autorisation de Ugo Mulas Archive, Milan - Lia Rumma Gallery, Milan / Naples

Au centre de Verifiche se trouve le thème du passage du temps, qui, dans l’analyse photographique, est généralement considéré comme cristallisé dans un instant, mais qui, selon Mulas, se multiplie, s’écoule dans l’existence de temps différents au même moment, dans la même prise de vue. Son sens du temps a donné naissance, en 1964, à la série L’attesa , dans laquelle Mulas raconte et immortalise les “Cuts” de Fontana. Il s’agit d’une histoire de coulisses particulièrement intéressante car, bien qu’elle apparaisse comme une documentation d’un geste spontané et inspiré de la création de l’une de ses célèbres “coupes”, il s’agit en fait d’une reconstruction que l’on pourrait qualifier de fictive. En effet, Lucio Fontana, malgré son amitié et sa connaissance de Mulas, n’était pas à l’aise pour faire ce travail devant la caméra. J’ai l’impression que si je fais une coupure, juste comme ça, juste pour prendre la photo, elle ne vient pas.... ", déclare Fontana dans ses souvenirs de Mulas. L’intuition du photographe a donc été de mettre en scène le moment de la création de l’œuvre. Le résultat est une histoire qui est une nouvelle œuvre d’art, une séquence qui synthétise toute l’opération créative, de la réflexion à la création. Sans ces photographies, nous lirions ces œuvres différemment. Mulas a donc vraiment apporté quelque chose à l’art des années 1960, grâce à sa capacité à être discret et respectueux du travail des artistes.

Son activité officielle de photographe, après tout, a commencé avec la Biennale de Venise en 1954. Ce sont des années mouvementées, tant d’un point de vue sociopolitique qu’artistique. Lors de la Biennale de 1964, il rencontre Robert Rauschenberg et, grâce à lui, Leo Castelli, Frank Stella, Roy Lichtenstein et Jasper Johns, qui lui ouvrent la voie vers un long séjour en Amérique. En Amérique, Mulas s’est trouvé dans un climat de pleine effervescence artistique, dont il décrit les protagonistes: Marcel Duchamp, auquel il a consacré une série de portraits dans l’exposition, John Cage, Andy Warhol et Christo. Mais il raconte aussi l’Amérique des gratte-ciel et des bars déserts, des ruelles abandonnées et des rues bondées, avec le même regard que celui qu’il réservait aux lieux qui lui appartenaient le plus: le Milan de l’après-guerre, ses banlieues, le bar Jamaïque et les salles d’attente de la gare centrale avaient en effet été les lieux des premières photographies d’Ugo Mulas, publiées seulement en 1955.

Ugo Mulas, Marcel Duchamp, New York (1965 - 1967)
Ugo Mulas, Marcel Duchamp, New York (1965-1967) © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés. Courtesy Ugo Mulas Archive, Milan - Lia Rumma Gallery, Milan / Naples
Ugo Mulas, L'atelier. Une main développe, l'autre regarde. À Sir John Frederick William Herschel (1970 - 1972)
Ugo Mulas, L’atelier. Une main développe, l’autre fixe. À Sir John Frederick William Herschel (1970-1972) © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés. Courtesy Ugo Mulas Archive, Milan - Lia Rumma Gallery, Milan / Naples
Ugo Mulas, Eugenio Montale (1970)
Ugo Mulas, Eugenio Montale (1970) © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés. Courtesy Ugo Mulas Archive, Milan - Lia Rumma Gallery, Milan / Naples
Ugo Mulas, New York (1965)
Ugo Mulas, New York (1965) © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés.
Avec l’autorisation de
Ugo Mulas Archive, Milan - Galerie Lia Rumma
, Milan / Naples
Ugo Mulas, Milan (1953 - 1954)
Ugo Mulas, Milan (1953-1954) © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés. Avec l’autorisation de Ugo Mulas Archive, Milan - Galerie Lia Rumma, Milan / Naples

Le protagoniste de nombreuses images de Milan est le bar Jamaica, point de référence pour les artistes et les écrivains. Parmi eux, Mulas est le vieil homme, le maître à qui les jeunes demandent conseil. Ferdinando Scianna raconte que lorsqu’il a présenté ses premières photographies de fêtes religieuses en Sicile, Mulas a commenté: “il est trop facile de photographier les terroni dans ces situations lorsqu’elles ont un rapport avec la religion, ce sont des sujets faciles, ils sont photogéniques. Ce sont des envahisseurs. Je veux voir comment vous me parlez des Milanais de la Via Montenapoleone”.

Dans ses récits de lieux, il y a une conscience claire que la photographie n’est pas simplement une documentation, mais un témoignage et une interprétation critique de la réalité. Il y a un Milan encore pauvre, celui de la migration massive du sud, et il y a le Milan qui représente pleinement le boom économique: l’art, la mode, le design qui sont en plein essor et dont la ville est le centre autour duquel tourne toute cette créativité.

En parcourant l’exposition, on se rend compte que Mulas n’a jamais été enchanté par la couleur, mais qu’il a su capturer tant de nuances de noir et de blanc que nous pensons que c’est suffisant. “Le noir et blanc m’intéresse davantage pour une raison très simple. La couleur semble plus fausse précisément parce que vous attendez la vérité de la couleur, mais ce sont les couleurs que Kodak prépare dans l’émulsion: le ciel devient ce bleu qui a été mis par Kodak. Avec le noir et blanc, on sait déjà qu’il s’agit d’une abstraction ; cette conscience de l’artifice aide donc à accepter le résultat” (extrait de Ritratti. Protagonistes de la culture à Milan. Photographie. Ugo Mulas, un programme d’Antonia Mulas d’aujourd’hui visible sur Rai Play).

L’exposition est accompagnée de la publication d’un livre édité par Marsilio Arte qui, outre les essais des commissaires, contient les témoignages d’amis, de noms de la photographie italienne: “Pour tous, Ugo Mulas a été un point de référence fondamental pour se concentrer sur les méthodes expressives d’un langage ”ambigu“ qui, à l’époque, devait encore trouver une position entre l’artisanat et l’art”, explique Denis Curti.

Après des débuts aussi prometteurs, on ne peut qu’attendre beaucoup des prochaines expositions des Stanze della Fotografia: celle de Paolo Pellegrin à l’automne 2023 et celle d’Helmut Newton au printemps 2024.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.