Lithuanian Videospritz: un rendez-vous avec les protagonistes de l'art vidéo lituanien à Trieste


Fin novembre, Trieste accueille la deuxième édition de "Lithuanian Videospritz", organisée par Daniele Capra: des projections de vidéos de protagonistes lituaniens de l'art vidéo, à commencer par Jonas Mekas, pionnier de Fluxus.

Trieste Contemporanea présente la deuxième édition de Lithuanian Videospritz. Le projet, organisé par Daniele Capra, consiste en deux week-ends consécutifs au cours desquels projections et conversations s’alterneront: les protagonistes de l’événement seront, outre les universitaires qui ont analysé les œuvres, un historien de l’art international originaire du pays balte tel que Jonas Mekas (18-20 novembre) et certaines des voix les plus significatives des artistes contemporains de l’art vidéo (25-27 novembre). Lithuanian Videospritz est réalisé sous les auspices et avec le soutien de l’ambassade de la République de Lituanie en Italie et de l’Institut culturel lituanien, en partenariat avec l’Association lituanienne des artistes interdisciplinaires de Vilnius, avec le soutien du Conseil lituanien pour la culture et du Centre cinématographique lituanien du ministère de la Culture, ainsi que localement avec la collaboration de l’association L’Officina et du Studio Tommaseo.

Le premier week-end, Hommage à Jonas Mekas, est entièrement consacré au grand écrivain, poète, artiste, réalisateur et cofondateur de l’Anthology Film Archives, l’un des membres les plus importants de Fluxus, qui fête cette année son centième anniversaire. L’événement de Trieste (qui suit la tradition de l’art vidéo à déguster à l’heure de l’apéritif) fait partie de l’initiative Jonas Mekas 100 !, un riche programme d’événements coordonnés dans le monde entier en 2022 par l’Institut culturel lituanien pour célébrer précisément le centenaire de l’une des figures culturelles les plus importantes du pays balte aux XXe et XXIe siècles, et un phénomène culturel mondial à part entière, considéré par beaucoup comme le père du cinéma d’avant-garde. Le vendredi 18 et le dimanche 20 novembre de 16 à 20 heures, grâce à la collaboration du Centre du film lituanien, il sera possible de voir le documentaire As I Was Moving Ahead Occasionally I Saw Brief Glimpses of Beauty, un long film expérimental dans lequel Mekas condense le cours d’une vie d’images en mouvement en un flux ininterrompu.

Le samedi 19 novembre à 18h30, Giulia Simi (Livourne, 1979) s’entretiendra avec le commissaire sur l’ensemble de l’œuvre de l’artiste lituanien, en commençant par Jonas Mekas: cinema and life (Jonas Mekas: le cinéma et la vie). Il s’agit de la première monographie italienne sur l’artiste que Simi a publiée pour Edizioni ETS en 2022 et dans laquelle l’universitaire, chercheuse et maître de conférences à l’université de Sassari, couvre l’ensemble de la vie et de l’œuvre multiforme de Mekas, dans laquelle la pratique artistique est entrelacée avec la pratique critique et curatoriale: de la diffusion du Nouveau cinéma américain à la fondation de l’Anthology Film Archives.

Jonas Mekas (Semeniškės, 1922 - New York 2019) est une légende du cinéma expérimental et d’avant-garde et le premier chantre du film familial en tant que forme d’art. Il a consacré sa vie à l’image en mouvement: du film à la vidéo, des installations au web. Le film a été pour lui (un Lituanien prisonnier dans un camp de travail nazi et émigré à New York à la fin de la guerre) le fil avec lequel il a cousu la blessure avec la réalité, transformant la douleur de la perte de sa patrie en un espace d’accueil et de célébration de la vie. Son Diary Film, né de la nécessité et du “désespoir”, transforme le cinéma des événements infimes de la vie quotidienne en une révolution du regard et un acte politique. La publication de Giulia Simi retrace l’ensemble de la vie et de l’œuvre multiforme de l’auteur.

Le deuxième week-end, Un apéritif avec les artistes, sera consacré à la découverte des œuvres de Patricija Gilytė, Eglė Grėbliauskaitė et Vitalij Strigunkov. Le vendredi 25 novembre à 18h30, les trois artistes s’entretiendront avec Daniele Capra de leur pratique, décrivant leurs méthodes d’investigation, les interactions occasionnelles entre la vie et le travail, mais aussi les implications politiques de leur analyse. Le dialogue se déroulera en anglais. Les samedi 26 et dimanche 27 novembre, de 16 à 20 heures, l’espace accueillera une projection d’œuvres sélectionnées par les artistes.

Les recherches de Patricija Gilytė (Kaunas, 1972) ont pour origine un vif intérêt pour les éléments tridimensionnels et la pratique performative de la sculpture, dont les résultats s’étendent librement de l’installation à la vidéo et au travail sur l’environnement. Dans les vidéos Behind the front. Legend ou Lakeside Finish, dans lesquelles l’artiste elle-même est le protagoniste, Gilytė étudie la mutabilité du corps et des phénomènes naturels, ainsi que les possibilités instantanées de la sculpture. Dans des œuvres telles que Tri Galaxian L-4116, l’artiste met en scène un véritable décor, semblable à ceux utilisés dans les films d’animation ou de science-fiction, dans lequel elle déplace la caméra, permettant au spectateur inconscient de percevoir des mondes lointains et de fantasmer sur des espaces qui s’ouvrent à l’infini.

La pratique artistique d’Eglė Grėbliauskaitė (Vilnius, 1974) découle d’une analyse des dynamiques sociales et politiques, et de l’interaction entre les personnes, les lieux et la mémoire dans la mutabilité des contextes politiques. Dans sa pratique, ces thèmes prennent forme dans la peinture, la vidéo, les œuvres sonores et les installations dans l’espace public. Dans des œuvres telles que MĖTOO, dans laquelle l’artiste place de vieilles lettres métalliques de l’ère soviétique devant l’Académie des beaux-arts de Vilnius, ou New Good Floor for Titanic, dans laquelle elle restaure le sol en béton d’un lieu d’exposition précédemment recouvert de carreaux, Grėbliauskaitė réfléchit à l’intrusion et aux moyens de coercition du pouvoir reflétés dans les histoires individuelles et les contextes publics.

Le travail de Vitalij Strigunkov (Vilnius, 1990) analyse le contexte social, culturel et anthropologique à travers des interventions minimales, des associations d’images ou des événements complètement aléatoires, qui se matérialisent dans une narration vidéo. Ses œuvres étudient les aspects symboliques de l’action humaine et la construction culturelle de la limite spatiale ou temporelle. Des vidéos telles que Wainting, réalisée à l’occasion de la visite du vice-président américain Joe Biden en Lituanie, montrent comment un retard aléatoire dans la sortie de l’avion de l’homme politique a mis en crise les scénarios des commentateurs de télévision qui suivaient l’événement. Dans A Year, A Few Months and Some More, l’artiste compare la mesure du temps dans différents endroits du globe et les lois qui déterminent la validité des droits d’auteur, en réfléchissant aux limites des applications de la loi et à l’impossibilité d’un véritable synchronisme entre les événements.

Pour plus d’informations, visitez le site web de Trieste Contemporanea.

Image: Patricija Gilytė, Lakeside Finish (2013 ; vidéo, son, 7’03’’)

Lithuanian Videospritz: un rendez-vous avec les protagonistes de l'art vidéo lituanien à Trieste
Lithuanian Videospritz: un rendez-vous avec les protagonistes de l'art vidéo lituanien à Trieste


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.