À Città Sant'Angelo (Pescara), Giuseppe Stampone nous montre la nature des choses.


Jusqu'au 6 août, Giuseppe Stampone est exposé au Museolaboratorio de Città Sant'Angelo (Pescara) avec son exposition Nature of Things : une soixantaine d'œuvres de réflexion sur le paysage et la place de l'homme par rapport à la planète sur laquelle il vit.

Du 17 juin au 6 août 2023, le Museolaboratorio - Ex Manifattura Tabacchi de Città Sant’Angelo (Pescara) présente le projet La natura delle cose (La nature des choses ) de l’artiste Giuseppe Stampone, lauréat du PAC2021 - Plan pour l’art contemporain promu par la Direction générale de la créativité contemporaine du ministère de la Culture.

Le titre fait référence au poème philosophique en six livres de Lucrèce, écrit en 50 av. J.-C., dans lequel le poète latin décrit la constitution moléculaire de l’univers, l’âme et son destin, la peur de la mort et les caractéristiques individuelles de l’être humain (le corps, les sens, la pensée et l’amour). Les deux derniers livres sont consacrés à la création du monde, y compris les phénomènes naturels tels que les systèmes météorologiques et le développement de la civilisation. Dans cette œuvre, Lucrèce tente de placer l’homme dans un contexte plus large et universel, en étudiant la place de l’homme dans le monde naturel, tant au niveau moléculaire qu’au niveau astrologique.

Stampone est parti de ce point de départ pour réaliser le projet La natura delle cose (La nature des choses) : une soixantaine d’œuvres - dont des photographies, des dessins et une installation vidéo - destinées à stimuler la réflexion sur le paysage et la “place” que l’homme occupe par rapport à la planète sur laquelle il vit.

L’artiste est retourné dans deux lieux qui lui sont chers, le Gran Sasso et la Maiella, dans les Abruzzes, en les élevant au rang de paradigme de cette idée. Au cours de longues promenades, Stampone a personnellement pris une série de photographies des montagnes et les a ensuite dessinées au graphite. L’objectif de ce processus était de créer une archive d’images pour les générations futures qui, en raison du manque de soin de l’homme pour la planète, risquent de voir l’habitat dans lequel elles vivent modifié à jamais. Il est aujourd’hui scientifiquement prouvé que la consommation de terres, la pollution et l’exploitation effrénée des ressources naturelles ont des effets tragiques et presque irréversibles sur les écosystèmes fragiles.

S’éloignant du mode opératoire principal des œuvres de ces dernières années (l’artiste a souvent pris des images sur Internet pour créer ses œuvres), Stampone a choisi dans ce nouveau projet d’utiliser personnellement l’appareil photo avec l’intention de redécouvrir la valeur émotionnelle des sujets représentés, leur identité et leurs origines. Après avoir dessiné les montagnes reproduites sur les photos, l’artiste a inséré les images originales dans Photoshop pour obtenir les références numériques des couleurs Pantone des clichés, comparant ainsi le graphite des dessins (le naturel) aux couleurs chimiques utilisées pour réaliser les tirages. En tant que couleurs industrielles, créées pour imiter la nature, les teintes ont ensuite été juxtaposées aux images de la nature pour brouiller les frontières entre les éléments naturels et artificiels.

L’ensemble du processus a été documenté dans la vidéo présentée dans l’exposition, qui retrace le projet étape par étape : des excursions en haute altitude de l’artiste à la prise de photographies, en passant par la réalisation des dessins et la sélection des Pantones. La vidéo, intitulée Gran Sassa, a été réalisée en collaboration avec l’artiste Maria Crispal, partenaire de vie et de travail de l’artiste.

Cet intérêt pour les processus industriels peut être lu comme un désir de l’homme/artiste d’imiter la nature, mais aussi comme une tentative de la maîtriser, ce qui nie notre sens de la précarité et de la limitation. Le graphite, en revanche, est un matériau qui implique un rapport précis - et non trompeur - au temps, et un choix de l’auteur ; le dessin est un processus qui nourrit la réflexion et aide à reformuler notre rapport au temps ; le travail au crayon ne permet pas d’accélérer le processus de réalisation d’un dessin ; l’utilisation du graphite est donc une façon pour Stampone de s’opposer au rythme accéléré de la vie d’aujourd’hui.

Le Gran Sasso et la Maiella, “les montagnes de Stampone”, sont à la fois autobiographiques et universelles. Ce sont des images que l’artiste porte en lui, liées à son identité et à ses souvenirs, mais aussi des iconographies mythiques, des figures qui inspirent la crainte et la monumentalité. Dans cette œuvre, les montagnes ont donné corps aux réflexions de l’artiste, qui est retourné sur les lieux de son enfance pour tenter de retrouver un lien plus profond avec les choses ; pour nous, l’œuvre est l’occasion de repenser notre rôle dans le monde à travers l’art, l’éthique et le sens de la responsabilité envers l’environnement qui nous accueille et les autres êtres vivants.

Giuseppe Stampone est né à Cluses, en France, en 1974. Il vit et travaille entre Teramo, Bruxelles et Rome. Sa production va des installations multimédias et des vidéos aux dessins réalisés au stylo Bic, une technique commune à bon nombre de ses projets. Le projet Solstizio (www.solstizio.org), réalisé en collaboration avec l’Union européenne et développé dans plusieurs pays, est né de son idée. Depuis 2002, il collabore avec l’artiste et compagne Maria Crispal, avec qui il partage le projet Global Education et Solstice.

Stampone enseigne à l’Académie des beaux-arts de Bologne et collabore avec des universités et académies telles que l’IULM à Milan, Federico II à Naples et le McLuhan Program in Culture and Technology à Toronto. Il travaille sur la recherche et l’expérimentation dans l’art et les nouveaux médias avec Alberto Abruzzese et Derrick De Kerckhove. Il est membre associé de l’Académie américaine de Rome et de la Fondation Civitella Ranieri à New York. En 2020, il a été le premier lauréat italien de la résidence à la Villa Romana à Florence, financée par la Deutsche Bank. En 2013, avec L’ABC del Bel Paese, il a remporté la première édition du prix “Pacco d’Artista” décerné par Poste Italiane. Ses œuvres ont été exposées à 59e exposition internationale d’art - La Biennale di Venezia, pavillon de Cuba (2022) ; London Design Biennale (2021) ; 17e Biennale d’architecture de Venise, pavillon de la Corée du Sud (20219) ; Villa Romana, Florence (2021) ; Musée CIAC, Foligno (2018) ; Biennale d’architecture de Séoul (2017) ; Triennale d’Ostende (2017) ; Museum of the Massachusetts Institute of Technology, Boston (2016) ; 56e Biennale internationale d’art de Venise (2015) ; Fondazione Palazzo Albizzini Collezione Burri, Ex Seccatoi del Tabacco et Palazzo Vitelli a Sant’Egidio, Città di Castello (PG) dans le cadre de l’exposition Au rendez-vousdans le cadre de l’exposition Au rendez-vous des Amis (2015) ; GAMeC - Galleria D’Arte Moderna e Contemporanea, Bergamo (2014) ; Calcografia Nazionale - Istituto Centrale per la Grafica, Rome (2014) ; Palazzo Reale, Milan (2014) ; Museo Archeologico, Ascoli (2013) ; Liverpool Biennial (2010) ; Kochi-Muziris Biennial, Kerala, India (2012) ; 11e Biennale de La Havane (2012) ; 14e et 15e Quadriennale d’Arte, Rome (2004-2008) ; Kunsthalle Art Museum, Gwangju, Corée du Sud ; Wifredo Lam Contemporary Center, La Havane ; MAXXI - Museo Nazionale delle arti del XXI secolo, Rome ; MACRO, Rome ; Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Turin. Parmi les expositions individuelles dans des espaces publics, citons : Personale connettivo, MAC, Lissone (2022) ; Nel blu dipinto à la société Marca Corona à Sassuolo, avec un texte de Leonardo Caffo (2022) ; Due generazioni a confronto : Giuseppe Stampone e Ugo La Pietra, CIAC Museum, Foligno (2018) ; Odio gli indifferenti, Calcografia Nazionale, Rome (2014) ; Giuseppe Stampone l’ABC dell’arte nei confini sociali del gioco, Palazzo Reale, Milan (2014) ; Bic Data Blue, GAMeC, Bergamo (2014) ; Private Collections, L’Arca - Laboratorio per le arti contemporanee, Teramo (2012) ; Archeologia contemporanea. Giuseppe Stampone et Eugenio Tibaldi, Musée archéologique, Ascoli Piceno (2013) ; A Flavio/Giuseppe Stampone et Manfredi Beninati, Museolaboratorio, Città Sant’Angelo (2007) ; Giuseppe Stampone : technology of the self, Pinacoteca Civica, Teramo (2006). Ses œuvres font partie des collections suivantes : Mfah Museum of Fine Arts Houston ; MAXXI, Rome ; GAMeC, Bergame ; Calcografia Nazionale - Istituto Centrale per la Grafica, Rome ; Biennale de Sydney ; Kochi Biennale Foundation ; Wifredo Lam Center, La Havane ; Artnexus Foundation, Bogotà.

Pour plus d’informations, visitez le site officiel de Museolaboratorio.

Crédit photographique : Giuseppe Stampone

À Città Sant'Angelo (Pescara), Giuseppe Stampone nous montre la nature des choses.
À Città Sant'Angelo (Pescara), Giuseppe Stampone nous montre la nature des choses.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.