Au palais royal de Palerme, une grande exposition sur le trésor de la chapelle palatine.


Le Palais royal de Palerme accueille Thesaurus, une grande exposition sur le trésor de la chapelle palatine. L'exposition présente une sélection de cinquante-six pièces. Jusqu'au 30 septembre 2024.

Jusqu’au 30 septembre 2024, le Palais Royal de Palerme accueille Thesaurus, une grande exposition sur le célèbre Trésor de la Chapelle Palatine. L’exposition est le résultat de la synergie entre la Fondazione Federico II et le Fondo Edifici di Culto (Ministère de l’Intérieur) et de la collaboration avec la Préfecture de Palerme, le Département Régional des Biens Culturels et de l’Identité Sicilienne, le Palais de l’Archevêque et le Musée Diocésain de Palerme.l’Archevêché et le Musée diocésain de Palerme, l’Archevêché et le Musée diocésain de Monreale, la Surintendance de Palerme, la Surintendance du patrimoine archivistique, le Musée régional de Messine (MuMe), la Bibliothèque régionale de Palerme et les Archives de Paladino.

L’exposition présente une sélection de cinquante-six pièces, dont des coffrets, de l’argenterie fine, des parchemins, des fonts baptismaux, des œuvres représentant la Madone Odigitria, des bijoux ayant appartenu à Constance d’Aragon, un taureau représentant une statue de la Vierge Marie, une statue de la Vierge Marie et une statue de la Vierge Marie.Aragon, un taureau représentant Roger II et un sceau mésopotamien trouvé dans l’un des coffrets, qui se veulent la clé d’un voyage intemporel qui semble raconter l’aspect immatériel qui a réuni des artisans de différentes cultures et perspectives religieuses.

“La Fondazione Federico II ”, a déclaré Gaetano Galvagno, président d’Ars et de la Fondazione Federico II, “ poursuit avec l’exposition Thesaurus son travail de dévoilement et de mise en valeur des contenus infinis du Palais Royal. L’initiative a pour but d’augmenter la capacité d’utilisation de l’important édifice sicilien, conformément à la mission d’un site de l’Unesco. Les objets exposés racontent des histoires d’époques lointaines et témoignent des grands événements culturels qui ont fait de la Sicile le centre névralgique de la Méditerranée. Le trésor de la chapelle palatine, en particulier, symbolise l’identité d’un peuple aux multiples héritages culturels et géopolitiques accumulés au fil des siècles. L’exposition Thesaurus, au-delà de sa valeur esthétique, est le témoignage d’un patrimoine à garder, à faire connaître et à préserver pour l’Humanité. Je remercie le Fondo Edifici di Culto, le Ministère de l’Intérieur et toutes les institutions prêteuses d’avoir cru en cette opération culturelle, qui représente le récit d’une page d’histoire aux valeurs éternelles”.

“L’initiative de la Fondazione Federico II ”, a ajouté le directeur central des affaires culturelles et de l’administration du Fonds pour les édifices du culte, Fabrizio Gallo, “ est pleine de conscience scientifique, mais aussi, je dirais, d’une passion et d’une urgence civile qui sont frappantes. Les objets présentés dans l’exposition Thesaurus sont le résultat de différentes traditions culturelles et religieuses, parfois même conflictuelles, mais qui ont trouvé dans le sud de l’Italie, sous la domination des Normands, leur synthèse originale. Je crois que l’urgence civile de Frédéric II part de cette considération et de la conviction que cette expérience historique, dont témoignent des objets muets mais éloquents, a encore beaucoup à dire à notre pays et à l’Italie méridionale d’aujourd’hui. Cette urgence caractérise également l’action du Fonds des édifices religieux, organisme propriétaire du Trésor de la chapelle palatine, géré par le ministère de l’Intérieur, et qui vise à répondre à la nécessité de mettre en valeur l’immense patrimoine culturel, civil et religieux que possède l’Italie.l’immense patrimoine culturel, civil et religieux qu’elle possède à un public toujours plus large, avec la conviction que la beauté et la connaissance doivent être accessibles à tous et qu’il faut promouvoir tout type d’action positive pour que la tradition culturelle du passé anime le présent et prépare l’avenir”.

Parmi les cercueils exposés, celui de forme rectangulaire (XIIe siècle) est particulièrement significatif, car il témoigne de la coexistence des iconographies chrétienne et islamique. Ces iconographies sont un parfait palimpseste évocateur de la Salle de Roger du Palais Royal, du plafond de muqarnas en bois de la Chapelle Palatine.

Le coffret de forme elliptique (XIIe-XIIIe siècle) est unique au Moyen Âge pour son ornementation. La forme du couvercle en dôme est une rareté dans l’art islamique. Il s’agit de l’une des pièces les plus précieuses du Trésor de la chapelle Palatine. Il comporte un texte épigraphique avec des inscriptions arabes en caractères naskhi. Di Marzo date le coffret de la phase normande et l’attribue donc à des artisans siculo-islamiques.

En revanche, le coffret de forme rectangulaire avec un fermoir à volute en bois et une doublure en ivoire (IXe-XIe siècles) présente les caractéristiques stylistiques typiques de la culture byzantine. Chaque personnage représenté est encadré dans un espace bordé de petites fleurs stylisées à huit pétales, rappelant les sections décoratives stellaires du plafond à muqarnas de la chapelle palatine de Palerme, constituant un rapport constant entre les cultures méditerranéennes qui ont trouvé en Sicile un carrefour idéal.

Le Cofano X a révélé une surprise inattendue : le sceau mésopotamien. Le 20 janvier 1981, Monseigneur Benedetto Rocco, prêtre-archéologue du chapitre palatin, trouva une clé rouillée et parvint à l’ouvrir : à l’intérieur se trouvait ce petit sceau-cylindre en pierre dure (aragonite) datant du troisième millénaire avant Jésus-Christ. La datation, qui tient compte de l’iconographie et de l’absence d’épigraphe, est datée du IIIe millénaire avant J.-C. Il s’agit du premier sceau mésopotamien entré dans la collection en Europe.

La bulle royale de Roger II a été produite dès l’acquisition du titre de roi de Sicile (25 décembre 1130) pour accompagner les documents émis par sa chancellerie afin de leur donner une valeur juridique et pour matérialiser la présence physique du roi représenté auprès de ses sujets dans toutes les terres du royaume. Malgré la petite taille de cette bulle en plomb (35 millimètres), l’image du roi est très détaillée et bien mise en valeur.

Les fonts baptismaux (1135), présentés dans le cadre de l’exposition Thesaurus, proviennent de l’église SS. Salvatore de Messine et sont aujourd’hui conservés au MUME. Ils sont similaires à d’autres fonts baptismaux qui se trouvaient autrefois à l’abbaye de Santa Maria del Patìr en Calabre et qui sont actuellement exposés au Metropolitan Museum de New York. Commandés par l’archimandrite lui-même, ils ont tous deux été réalisés par Gandolfo, un sculpteur actif sous le règne de Roger II.

Le Palais royal a été, pendant la phase normande-swabienne, un lieu de synthèse artistique entre le latin, le byzantin et l’islamique. Un exemple en est le bénitier en marbre avec des inserts en mosaïque, datable entre le XIIe et le XIIIe siècle, qui rappelle dans ses inserts en mosaïque la décoration typique définie comme arabo-normande avec des motifs géométriques faits de tesselles de mosaïque de pierre, d’or et de verre qui renvoient aux éléments géométriques présents dans la Chapelle Palatine ou à l’intérieur de la Salle du Roi Roger.

"Lorsque nous avons projeté la réalisation de l’exposition Thesaurus", a expliqué Patrizia Monterosso, directrice générale de la Fondazione Federico II, “ nous étions déjà conscients de l’importance qu’une exposition de cette envergure devait revêtir par rapport au processus de valorisation entendu comme l’amélioration des conditions de la connaissance et comme l’encouragement d’une fruition capable de transmettre les valeurs dont le patrimoine exposé est porteur. Nous avons conçu un aménagement capable non seulement de placer le visiteur dans une relation avec les œuvres sur le plan de la perception esthétique, mais aussi de favoriser la compréhension d’un héritage correspondant à un patrimoine universel et transgénérationnel. En effet, la reconnaissance par l’Unesco du Palais Royal et de la Chapelle Palatine en tant que site du patrimoine mondial a précisément cette signification”.

Deux œuvres de Mimmo Paladino sont également exposées : une sculpture en bronze (2018) et une peinture octogonale (2011), toutes deux de grande taille et toutes deux intitulées Stupor Mundi.

L’exposition est accompagnée d’un livre-catalogue qui propose une analyse plus approfondie selon une approche multidisciplinaire grâce aux contributions de chercheurs étrangers (Henri Bresc, Vera Falkenhausen, Kristian Toomaspoeg et William Tronzo) et italiens (Fabrizio Agnello, Maria Giulia Aurigemma, Monica Chiovaro, Roberta Civiletto, Franco D’Angelo, Maria Concetta Di Natale, , Antonio Di Maggio, Antonio Giuffrida, Marco Masseti, Carlo Aloe Nero, Giuseppe Sarcinelli, Lucinia Speciale, Giovanni Travagliato, Lucia Travaini, Mirko Vagnoni). Le résultat est une analyse historique, artistique, anthropologique, sémiotique, archéologique, archivistique, architecturale, zoologique et paléologique en référence au Proche-Orient et à la Méditerranée.

Avec l’exposition Thesaurus et le livre-catalogue, la Fondazione Federico II entend rendre hommage à la mémoire de Vlado Zoric, historien décédé en 2021, avec lequel la Fondazione a collaboré. “Il nous a appris à rechercher dans l’architecture et les artefacts la force expressive et révélatrice qui est un stimulus toujours actif à travers les siècles. Dédié à Vlado, dont les études nous ont rappelé que l’art et la culture sont au service de l’humanité”.

Pour plus d’informations : www.thesauruspalermo.it

Thésaurus de la conception d'expositions
Thésaurus
de l’exposition
Thésaurus de la conception d'expositions
Thésaurus
de l’exposition
Cassetta-reliquaire (milieu du XIIIe siècle ; émail champlevé sur cuivre, monté sur bois, 12,3 x 11,8 x 6 cm ; Musée diocésain de Monreale, prêt de la Curie de Monreale)
Boîte-reliquaire (milieu du XIIIe siècle ; émail champlevé sur cuivre, monté sur bois, 12,3 x 11,8 x 6 cm ; Musée diocésain de Monreale, prêt de la Curie de Monreale)
Fonts baptismaux (XIIe siècle ; marbre, 72,5 x 59,5 cm ; Musée interdisciplinaire régional de Messine, prêt du Département régional des biens culturels)
Fonts baptismaux (XIIe siècle ; marbre, 72,5 x 59,5 cm ; Musée interdisciplinaire régional de Messine, prêt du Département régional des biens culturels)
Madone Aghiosoritissa (première moitié du XIIe siècle ; mosaïque avec tesselles de pierre et de verre, 75 x 60 cm ; Musée diocésain, Palerme)
Madone Aghiosoritissa (première moitié du XIIe siècle ; mosaïque avec tesselles de pierre et de verre, 75 x 60 cm ; Museo Diocesano, Palermo)
Sceau cylindrique mésopotamien (IIIe millénaire av. J.-C. ; aragonite sculptée, 3,5 x 1,7 cm ; Trésor de la Chapelle Palatine, prêté par le Ministero dell'Interno - F.E.C.)
Sceau cylindrique mésopotamien (IIIe millénaire avant J.-C. ; aragonite sculptée, 3,5 x 1,7 cm ; Trésor de la Chapelle Palatine, prêté par le Ministero dell’Interno - F.E.C.)

Au palais royal de Palerme, une grande exposition sur le trésor de la chapelle palatine.
Au palais royal de Palerme, une grande exposition sur le trésor de la chapelle palatine.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.