Bassano del Grappa, grande exposition sur Canova à l'occasion du 200e anniversaire de sa mort. D'Angleterre, la Madeleine couchée


Le Musée Civique de Bassano del Grappa présente du 15 octobre 2022 au 26 février 2023 l'exposition "Io, Canova. Le génie européen". D'importants prêts nationaux et internationaux pour la vaste exposition organisée 200 ans après sa mort.

Du 15 octobre 2022 au 26 février 2023, le musée municipal de Bassano del Grappa présente l’exposition Io, Canova. Génie européen, à l’occasion du 200e anniversaire de la mort du célèbre artiste. Cette vaste exposition, dont les commissaires sont Giuseppe Pavanello et Mario Guderzo, sous la direction scientifique de Barbara Guidi, organisée par les Musées Civiques de Bassano del Grappa en collaboration avec Villaggio Globale International, et réalisée avec le soutien de la Région Vénétie, le patronage et la contribution du “Comité national pour les célébrations du bicentenaire de la mort d’Antonio Canova”, et dont l’inauguration est placée sous le Haut Patronage du Parlement européen, vise à aller “au-delà” de l’univers esthétique de Canova. En effet, elle entend restituer une image inéd ite du grand sculpteur, fascinante et d’une grande actualité, en révélant l’homme, le collectionneur, le diplomate, le mécène: l’une des personnalités les plus significatives du monde culturel et politique à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles. Il s’agit également d’enquêter sur certains aspects tels que sa formation, ses passions de collectionneur, sa participation à l’histoire européenne de cet artiste qui a su orienter le goût de toute une époque.

Un récit en images qui associe le riche patrimoine artistique et documentaire de Canova présent à Bassano del Grappa, dépositaire d’une des plus vastes et importantes collections au monde pour l’étude et la connaissance du grand sculpteur, à des prêts nationaux et internationaux: des chefs-d’œuvre du maître, comme le marbre de la princesse Léopoldine Esterhazy Liechtenstein, le grand plâtre de la Religion des Musées du Vatican, l’imposant Mars et Vénus de la Gipsoteca de Possagno, réalisé pour George IV d’Angleterre, l’Endymion endormi de l’Opéra de Paris, la statue de la Vénus de l’Opéra de Paris, la statue de la Vénus de l’Opéra de Paris.d’Angleterre, l’Endymion endormi de l’Accademia di Belle Arti de Ravenne ou la Danseuse au doigt sur le menton de la Pinacothèque Agnelli, pour n’en citer que quelques-uns, aux nombreuses œuvres qui nous permettent de reconstituer le contexte dans lequel Canova a vécu et travaillé. Il s’agit notamment du Portrait du sénateur Abbondio Rezzonico de Batoni, du Portrait de Clément XIII de Mengs et du Portrait de l’empereur Napoléon Ier de Gérard, de tableaux de Tiepolo et de Moretto da Brescia ayant appartenu à Canova et de chefs-d’œuvre de Paolo Veronese, Ludovico Carracci et Guido Reni qu’il a ramenés en Italie en 1815 à la faveur d’une mission diplomatique. Au total, plus de 140 œuvres seront exposées, parmi lesquelles des sculptures, des peintures, des dessins et des documents précieux, provenant d’importantes collections publiques et privées italiennes et européennes, telles que la Galerie des Offices à Florence, la Pinacothèque nationale de Bologne, le Museo di Castelvecchio à Vérone, le Museo Correr à Venise, la Protomoteca Capitolina, les Musées du Vatican, la Malmaison à Paris, l’Albertina et le Kunsthistorisches Museum à Rome.L’Albertina et le Kunsthistorisches Museum de Vienne, le Schloss Esterhazy, l’Alte Pinakothek de Munich, le Musée National du Château de Fontainebleau ou la Daniel Katz Gallery de Londres, accompagneront les visiteurs d’abord dans l’univers créatif du maître, puis sur les traces du “voyageur” Canova, de l’Italie aux grandes cours d’Europe.

L’exposition retracera également les vicissitudes de certaines commandes importantes, comme le Damosseno et la Creugante, l’Hercule et la Lica, le monument funéraire d’Horatio Nelson et celui du pape Clément XIII, le monument équestre de Ferdinand IV de Bourbon et celui de Napoléon ; il relatera les relations avec les mécènes, pontifes, princes et nobles, du Falier au Rezzonico, du roi George IV à Alexander Baring, du pape Pie VII à François Ier d’Autriche, de Joséphine de Beauharnais à Pauline Bonaparte, et jusqu’à Napoléon. Enfin, elle évoquera les relations que Canova a entretenues avec les artistes et les hommes de lettres de son temps, comme Angelika Kauffmann, Anton Raphael Mengs et Carlo Albacini.

Un événement exceptionnel est représenté par l’arrivée à Bassano del Grappa, en provenance d’Angleterre, du grand marbre récemment redécouvert, après presque deux siècles au cours desquels des traces avaient été perdues, et jamais exposé auparavant: la Madeleine couchée, le dernier chef-d’œuvre de Canova. Peinte peu avant sa mort pour Robert Jenckins, deuxième comte de Liverpool et Premier ministre britannique, la figure allongée a été reconnue après de nombreuses années d’oubli.

Le parcours de l’exposition, signé par le Studio Antonio Ravalli Architetti dans le cadre d’un projet plus vaste de réaménagement de l’ensemble du musée civique de Bassano, sera développé en trois chapitres: “L’homme et l’artiste”, “Canova et l’Europe” et “Canova dans l’histoire”, ce dernier étant consacré aux rapports que le sculpteur entretenait avec Napoléon et les Bonaparte et aux voyages qu’il effectua à Londres et à Paris en 1815 pour juger les marbres du Parthénon et récupérer les œuvres d’art que les Français avaient volées dans la péninsule. Il fut en effet chargé par Ercole Consalvi, secrétaire d’État du Saint-Siège, de récupérer les œuvres volées par les Français à la suite du traité de Tolentino en 1797. Cette dernière entreprise est particulièrement mise en valeur dans l’exposition et nous rappelle une fois de plus l’importance de la figure de Canova pour l’art italien, au-delà de son génie. Malgré les oppositions farouches qu’il rencontre et les nombreuses angoisses que la mission à Paris suscite chez son tempérament doux, Canova sait tirer parti de la bonne conjoncture internationale et jouer d’astuce et de diplomatie. Ainsi, tandis que Dominique Vivant Denon, directeur du Louvre depuis 1802, défend le butin français, Canova cherche l’appui de Hamilton, sous-secrétaire du Foreign Secretary britannique, de Wellington, le grand commandant anglais qui a vaincu Napoléon à Waterloo, et du chancelier autrichien, le prince de Metternich. Le 25 octobre 1815, un convoi de quarante et un chariots tirés par deux cents chevaux avec 249 ouvrages quitte Paris pour diverses destinations en Italie. Les chariots sont accueillis par une population locale en fête. Pour témoigner de ce moment, Bassano expose également l’ancien plâtre du Laocoon prêté par les musées du Vatican, la Déposition de Paolo Véronèse, La Fortuna de Guido Reni, l’Assomption de la Vierge et La Carraccina d’Agostino Carracci. Canova, qui a également réussi à obtenir une contribution des diplomates britanniques pour financer les frais de transport, se rendra bientôt à Londres.

Pour l’exposition, certains des célèbres marbres de Canova conservés dans cette ville ont été officiellement prêtés par le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. De même, le Musée national de Kiev a prêté la Paix, une allégorie en marbre qui n’a jamais été autant d’actualité. Avec le déclenchement du conflit russo-ukrainien, la renonciation à ces prêts était inévitable et convaincue.

Pour plus d’informations: www.museibassano.it

Horaires d’ouverture: Tous les jours, y compris les jours fériés, de 9 h à 19 h. Fermé le mardi.

Billets: Plein tarif 12 euros, tarif réduit 10 euros.

Antonio Canova, Madeleine couchée, (1819-1822 ; marbre, 75 x 176 x 84,5 cm ; Royaume-Uni, c/o Francis Outred Ltd, Collection privée)
Antonio Canova, Madeleine couchée (1819-1822 ; marbre, 75 x 176 x 84,5 cm ; Royaume-Uni, c/o Francis Outred Ltd, Collection privée)
Antonio Canova, Saint Jean (1821-22 ; marbre, 65 x 35 x 43 cm ; Paris, Trebosc van Lelyveld) Antonio Canova,
Saint Jean (1821-22 ; marbre, 65 x 35 x 43 cm ; Paris, Trebosc van Lelyveld)
Antonio Canova, Letizia Ramolino Bonaparte (après 1807 ; plâtre, 155 x 153 x 82 cm ; Carrare, Accademia di Belle Arti) Antonio Canova
, Letizia Ramolino Bonaparte (après 1807 ; plâtre, 155 x 153 x 82 cm ; Carrare, Accademia di Belle Arti)
Antonio Canova, Vénus et Mars (1816 ; plâtre, 210 x 122 x 60 cm ; Possagno, Museo Gypsotheca Antonio Canova) Antonio Canova,
Vénus et Mars (1816 ; plâtre, 210 x 122 x 60 cm ; Possagno, Museo Gypsotheca Antonio Canova)
Antonio Canova, Cupidon ailé (vers 1795 ; plâtre, 142 x 68 x 57 cm ; Venise, Fondazione MUVE) Antonio Canova,
Cupidon ailé (vers 1795 ; plâtre, 142 x 68 x 57 cm ; Venise, Fondazione MUVE)
Antonio Canova, Endymion endormi (1819-1822 ; plâtre, 99 x 190 x 92 cm ; Ravenne, Accademia di Belle Arti)
Antonio Canova, Endymion endormi (1819-1822 ; plâtre, 99 x 190 x 92 cm ; Ravenne, Accademia di Belle Arti)

Bassano del Grappa, grande exposition sur Canova à l'occasion du 200e anniversaire de sa mort. D'Angleterre, la Madeleine couchée
Bassano del Grappa, grande exposition sur Canova à l'occasion du 200e anniversaire de sa mort. D'Angleterre, la Madeleine couchée


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.