Dante est Pop. Au Mar de Ravenne, la fortune populaire de Dante du XIVe siècle à nos jours


Jusqu'au 9 janvier 2022, le MAR de Ravenne présente Un Epopea Pop, une exposition qui entend mettre en lumière la fortune populaire de Dante du XIVe siècle à nos jours, à travers différents domaines, de la littérature au cinéma, en passant par la publicité, etc.

Un personnage comme Dante Alighieri, qui a vécu entre le XIIIe et le XIVe siècle et qui est mort il y a plus de sept cents ans, peut-il être considéré comme pop? C’est ce que demande l’exposition en cours jusqu’au 9 janvier 2022 au MAR de Ravenne, intitulée Un’Epopea Pop, avec laquelle la ville où mourut le poète suprême et où se trouve son tombeau conclut le cycle d’expositions Dante. Gli occhi e la mente (Les yeux et l’esprit ) promu par la Municipalité de Ravenne - Département de la Culture, organisé par le MAR - Musée d’Art de la ville de Ravenne et réalisé avec le soutien et le patronage de la Région Emilie-Romagne, Dante 2021, le Comité National pour la Célébration des 700 ans - Ministère de la Culture, avec la contribution de la Fondazione del Monte di Bologna e Ravenna et de la Chambre de Commerce de Ravenne, et avec le patronage de la Société Dante Italienne.

Dans la note introductive à l’exposition, le commissaire Giuseppe Antonelli souligne que la fortune populaire de Dante a commencé dès le XIVe siècle, jusqu’à aujourd’hui, et qu’elle s’est étendue à différents domaines tels que la littérature, le cinéma, la musique, l’art et les jeux vidéo. Dante est en effet devenu une véritable icône non seulement en Italie, mais dans le monde entier : l’image de Dante est en effet un symbole de l’identité culturelle italienne et européenne, mais elle s’est également étendue à la publicité, au cinéma, aux jeux, et a même fait son entrée dans les contenus multimédias et interactifs. C’est pourquoi l’exposition de Ravenne est construite en fonction des différents domaines d’étude : elle commence par la section Dante a memoria, car le poète suprême appartient pleinement à notre mémoire collective (pensez à la façon dont les vers de la Divine Comédie, et en particulier l’incipit, sont véritablement connus de tous). Pétrarque raconte dans un manuscrit comment les vers de Dante étaient mal prononcés par certains Florentins, et il existe même un témoignage d’un sculpteur qui a fini par être admis dans un asile à la fin du XIXe siècle après avoir tenté d’apprendre toute la Divine Comédie par cœur. On passe ensuite à la section Dante en images avec les différentes éditions de la Divine Comédie illustrées (la célèbre édition de Gustave Doré ou les illustrations de Francesco Scaramuzza), mais n’oublions pas que les images de Dante se sont également répandues à travers les cartes postales, les calendriers et d’autres supports tels que les diapositives de lanternes magiques. Il montre ensuite comment le cinéma, du muet au cinéma sonore en passant par l’art vidéo, a contribué à la diffusion des scènes de l’Enfer de Dante : des extraits de l’Enfer filmé par Francesco Bertolini, Giuseppe de Liguoro et Adolfo Padovan en 1911 aux épisodes un peu plus récents de A TV Dante : the Inferno Cantos I-VIII de Peter Greenway et Tom Phillips en 1989.

Teodoro Wolf Ferrari, Affiche Olivetti M1 (1912 ; affiche sur papier, 32,6 x 21,8 cm)
Teodoro Wolf Ferrari, Affiche Olivetti M1 (1912 ; affiche sur papier, 32,6 x 21,8 cm)
Riccardo Zangelmi, Indiante (2019 ; 12 000 ©lego, 50 x 31 x 81,5 cm ; Ravenne, Musée d'art de la ville de MAR).
Riccardo Zangelmi, Indiante (2019 ; 12 000 ©lego, 50 x 31 x 81,5 cm ; Ravenne, Musée d’art de la ville de MAR)
.
Anonyme, Dante Vermouth Excelsior, Anselmo & C., Turin (vers 1925 ; étain lithographié ; Turin, collection Soleri)
Anonyme, Dante Vermouth Excelsior, Anselmo & C., Turin (vers 1925 ; fer blanc lithographié ; Turin, collection Soleri)
Andrea Sabatello, Dante Mike (grand carton d'après photographie, 295 x 195 cm ; collection privée)
Andrea Sabatello, Dante Mike (grand carton d’après photographie, 295 x 195 cm ; collection privée)
Vsevolode Nicouline, Dante dans une voiture (1943 ; Collection privée)
Vsevolode Nicouline, Dante dans une automobile (1943 ; collection privée)
Mario Cussino, Magnesia San Pellegrino Prodel (Laboratoire chimique-pharmaceutique moderne), cartes postales publicitaires, collection privée
Mario Cussino, cartes postales publicitaires Magnesia San Pellegrino Prodel (Laboratorio Chimico-Farmaceutico Moderno) (collection privée
)
Dante Oil Tin (années 1930 ; collection privée)
Dante Oil Tin (années 1930 ; Collection privée)
Étiquette de boîte à cigares de Dante Sulzberger-Oppenheimer (20e siècle ; 21,5 x 15 cm ; collection privée)
Étiquette de boîte à cigares Dante Sulzberger-Oppenheimer (20e siècle ; 21,5 x 15 cm ; collection privée)
Figurines de Liebig (1929 ; collection privée)
Figurine Liebig (1929 ; collection privée)
Richard Long, Trastevere Spring Circle (2012 ; pierre serpentine, 320 cm de diamètre). Avec l'aimable autorisation de l'artiste et de la galerie Lorcan O'Neill.
Richard Long, Trastevere Spring Circle (2012 ; pierre serpentine, 320 cm de diamètre). Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de la galerie Lorcan O’Neill
.
Gilberto Zorio Stella-acidi (1982 ; Ravenne, MAR -Museo d'Arte della città di Ravenna)
Gilberto Zorio, Stella-acidi (1982 ; Ravenne, MAR -Museo d’Arte della città di Ravenna)
Letizia Battaglia, Palerme 1980. Quartier de La Cala. La fille au ballon (1980). Avec l'aimable autorisation de Letizia Battaglia.
Letizia Battaglia, Palerme 1980. Quartiere La Cala. La fille au ballon (1980). Avec l’aimable autorisation de Letizia Battaglia
Kiki Smith, Vision (3rd Hour, 2009 ; collage, encre et crayon de couleur sur papier népalais, 61 x 86 cm). Avec l'aimable autorisation de l'artiste et de la Lorcan O'Neill Gallery.
Kiki Smith, Vision (3rd Hour) (2009 ; collage, encre et crayon de couleur sur papier népalais, 61 x 86 cm).
Avec l’aimable autorisation de
l’artiste et de la Lorcan O’Neill Gallery
.
Elisa Montessori, Île (1995 ; gouaches et encre sur papier, 43 x 60 cm ; Ravenne, MAR - Musée d'art de la ville de Ravenne)
Elisa Montessori, Island (1995 ; gouaches et encre sur papier, 43 x 60 cm ; Ravenne, MAR - Ravenna City Art Museum)

Même Dante et la Divine Comédie n’ont pas échappé à la parodie et c’est ainsi que divers artistes, en particulier des dessinateurs de bandes dessinées, ont réinterprété et retravaillé la Comédie: les bandes de Jacovitti de 1947 et l’Inferno de Mickey de 1949-1950 en sont des exemples. Il existe des parodies de la Divine Comédie exposées et commentées dans des sonnets florentins ou dans la traduction goliardique en dialecte piémontais, Cattivik au Purgatoire et au Paradis ; mais aussi des films comiques comme Totò all’Inferno (1955) ou des gags télévisés comme L’Inferno in 6 minuti cantato dagli Oblivion (2011). Dans la section Dante in play, la figure de Dante apparaît sur des cartes de poker ou des jeux de société et devient même le protagoniste de jeux vidéo tels que Dante’s Inferno pour PlayStation et Xbox. Dans la section Dante à vendre, nous pouvons voir comment la publicité a utilisé le nom et l’image du poète, parfois de manière étrange : des figurines Liebig de 1929 aux cartes postales publicitaires pour Magnesia San Pellegrino, l’huile de Dante, le Vermouth Excelsior de Dante, en passant par la lame de rasoir, la boîte à cigares, l’usine automobile et la machine à écrire Olivetti. De nombreux dessins animés sur le thème de Dante mettent en scène des acteurs tels que Vittorio Gassman et Walter Chiari.

Le conservateur a également voulu raconter l’histoire du personnage de Dante, protagoniste de nombreuses anecdotes sur sa vie, à travers des romans du XIVe siècle, des commentaires anciens, des livres de contes de fées du XVIIe siècle, des histoires du XIXe siècle et des magazines pour enfants. La section se termine par le poisson d’avril 1955 de l’Istituto Luce, avec la fausse découverte des effets personnels de Dante sur les rives de l’Arno. L’histoire du Dante pop se poursuit avec la section des icônes de Dante, dans laquelle sont présentés divers portraits anciens du poète, dont on ignore encore aujourd’hui la véritable apparence du visage (ce qui lui est associé est en fait le résultat de reconstructions et de descriptions, tant littéraires qu’orales), ainsi que des timbres, des pièces de monnaie et des billets de banque à son effigie.

Le milieu scolaire n’est pas en reste : dans toutes les écoles, le Poète Suprême a toujours été étudié, à commencer par les éditions destinées aux enfants et aux jeunes. La dernière salle de l’exposition est consacrée à larencontre entre Dante et Béatrice, racontée à travers plus d’une centaine d’œuvres et d’objets, tels que des cartes postales, des affiches, des boîtes de biscuits et d’allumettes reproduisant le tableau d’Henry Holiday datant du XIXe siècle. L’exposition se termine par l’impossible interview de Beatrice Portinari réalisée par Umberto Eco en 1975, dans laquelle la femme se plaint de la cour de Dante qui frise l’obsession. La visite est accompagnée des voix de grands interprètes qui se sont essayés à la lectura Dantis.

L’ensemble de l’exposition s’articule également autour d’un itinéraire conçu par Giorgia Salerno, qui entend relire Dante dans une optique contemporaine. Un parcours dans lequel, comme l’explique la commissaire, l’intention est d’expérimenter une nouvelle lecture de la Comédie en mettant le monde de l’art contemporain en relation directe avec celui de la littérature et de la poésie, tous deux enclins à la capacité d’imagination. Si dans la tradition de l’illustration de Dante, les images racontaient figurativement le texte de Dante canto par canto, dans l’art contemporain, ce sont les œuvres qui interprètent les thèmes et les personnages du texte de Dante, se permettant d’évoquer et de raconter la Comédie. Le visiteur est ainsi accompagné tout au long du parcours de l’exposition par des thèmes directeurs tels que les âmes, le voyage, les figures féminines, le rêve et la lumière. Un ou plusieurs artistes ont été choisis pour chacun de ces thèmes, dans le but de réinterpréter à travers leurs œuvres les lieux et les personnages du texte de Dante, guidant le visiteur à l’intérieur de la Comédie grâce à des installations, des sculptures, des peintures et des photographies.

Le thème des âmes est représenté par Sacral (2016) d’Edoardo Tresoldi, une grande pièce architecturale située dans le cloître du XVIe siècle du musée qui vise à réinterpréter idéalement le Château noble ou Château des esprits magnétiques que Dante mentionne dans le quatrième canto de l’Enfer. L’un des principaux représentants du Land Art, Richard Long, réinterprète le thème du Voyage à travers l’installation Trastevere Spring Circle (2012), tandis que les figures féminines sont représentées dans les œuvres de Letizia Battaglia, Tomaso Binga, Irma Blank, Rä di Martino, Maria Adele Del Vecchio, Giosetta Fioroni, Elisa Montessori, Antonia Pozzi et Kiki Smith. Les œuvres de Robert Rauschenberg, l’un des principaux représentants du pop art américain, avec les trente-quatre illustrations de L’Enfer de Dante (1958-1960), et d’Adelaide Cioni avec l’installation in situ Cinque pezzi di cielo (2021) et Il sole (2019), réinterprètent le thème du Rêve. Enfin, la lumière est représentée par la sculpture Stella-acidi (1982) de Gilberto Zorio.

A POP Epic est donc une grande exposition sur la fortune populaire de Dante, ses images et son œuvre.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site www.mar.ra.it

Image : Teodoro Wolf Ferrari, Affiche Olivetti M1 (1912 ; affiche sur papier, 32,6 x 21,8 cm)

Dante est Pop. Au Mar de Ravenne, la fortune populaire de Dante du XIVe siècle à nos jours
Dante est Pop. Au Mar de Ravenne, la fortune populaire de Dante du XIVe siècle à nos jours


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.