Florence, les photos inédites de Paola Barocchi et les écrits de Maria Fossi racontent l'histoire de la ville pendant la guerre


Florence, du 20 décembre 2018 au 17 février 2019 au Palazzo Davanzati l'exposition " Firenze ferita e il ponte Santa Trinita nel diario di Maria Fossi e negli scatti di Paola Barocchi " (Florence blessée et le pont Santa Trinita dans le journal de Maria Fossi et dans les photographies de Paola Barocchi).

L’exposition Firenze ferita e il ponte Santa Trinita nel diario di Maria Fossi e negli scatti di Paola Barocchi (Florence blessée et le pont Santa Trinita dans le journal de Maria Fossi et dans les clichés de Paola Barocchi) est présentée à Florence, au Museo di Palazzo Davanzati, du 20 décembre 2018 au 17 février 2019. L’exposition a été créée après la découverte de photographies inédites du pont Santa Trinita pendant la guerre, prises par Paola Barocchi (Florence, 1927 - Pise, 2016), alors adolescente, qui, comme on le sait, deviendra plus tard l’une des historiennes de l’art les plus importantes d’Italie. Les photographies de Barocchi sont accompagnées des écrits de Maria Fossi Todorow, alors âgée de 17 ans, qui se destinait elle aussi à une carrière d’historienne de l’art.

L’exposition, organisée par Donata Levi, Alessia Cecconi et Martina Nastasi, avec la collaboration de Daniele Rapino, est une initiative de la Fondation Memofonte, accueillie et soutenue par les musées du Bargello. Elle est née de la découverte des photographies dans les papiers de Paola Barocchi et de la volonté de rendre hommage à deux femmes qui furent toutes deux d’importantes historiennes de l’art. rendre hommage à deux femmes, deux historiennes de l’art, deux Florentines, en proposant un nouveau moment de rencontre où leurs regards toujours attentifs racontent la Florence qui a vécu le drame de la destruction et la fatigue de la reconstruction.

L’exposition est divisée en deux sections. La première est consacrée au Diario dell’emergenza (Journal de l’urgence ) que Maria Fossi a écrit entre fin juillet et août 1944, publié pour la première fois par Paola Barocchi elle-même avec son S.P.E.S. en 2004. Les pages du journal sont accompagnées de photographies qui en donnent une interprétation figurative. La deuxième section, en revanche, est consacrée à la reconstruction du pont de Santa Trinita, qui est devenu le symbole d’une “Florence blessée, très blessée, qui a vécu dans les décombres pendant de nombreuses années” : entre l’été 1956 et le printemps 1957, Paola Barocchi a vécu “l’histoire du pont de Santa Trinita jour après jour et l’a même photographié au moins une fois par semaine”, non pas pour le plaisir de rendre compte mais pour saisir l’occasion de “voir un monument du passé reconstruit avec la technique de l’époque et non la technique contemporaine”, avec la certitude que les institutions avaient ainsi pleinement compris “la voix de la ville”.

Lors de l’inauguration de l’exposition, un livre a également été présenté, portant le même titre que l’exposition et édité par Alessia Cecconi et Martina Nastasi : le livre a été publié sous la marque S.P.E.S. (aujourd’hui propriété de la Fondation Memofonte), la maison d’édition historique fondée en 1974 par la famille Barocchi, qui a cessé ses activités en 2016. Un essai d’Alessia Cecconi replace le Journal dans le contexte historique de ces années, tandis que les photographies inédites sont accompagnées d’un essai de Tomaso Montanari, qui les replace dans le dense débat culturel et moral de l’après-guerre.

Maria Fossi et Paola Barocchi étaient camarades de classe et, en 1944, elles étaient toutes deux en dernière année au Liceo Galileo de Florence. À Noël de cette année-là, Maria a offert à Paola une photographie du pont de Santa Trinita avec, au dos, la dédicace “De Maria, avec tout ce que tu sais” et l’annotation “No. 1569 † 3.VIII.1944”. Le poids d’une expérience dévastatrice a été confié à quelques mots seulement, car il n’était pas nécessaire d’ajouter beaucoup à l’image de ce pont, détruit en août par les mines nazies: les deux amies savaient, voyaient et sentaient le vide, et faisaient de ce pont presque une présence vivante qui les unissait et les liait à l’un des lieux qui symbolisaient Florence et la fureur de la guerre.

Diplômés tous deux en 1949, Barocchi sur le Rosso Fiorentino, Fossi sur les dessins de Pisanello, ils ont partagé le cours de leurs études, cultivant une affinité qui allait faire naître une relation basée sur un sentiment commun, sur un caractère florentin jamais refermé sur lui-même, l’un stimulé par une éducation ouverte à une culture internationale, l’autre ayant grandi dans un milieu familial cosmopolite. Leurs parcours professionnels se séparent par la suite : tandis que Paola entame une carrière universitaire qui la conduira de Florence à Lecce puis, en 1969, à la Scuola Normale Superiore de Pise, Maria commence à travailler au Gabinetto Disegni e Stampe des Offices, puis ouvre la section didactique du musée et devient directrice du musée Davanzati en 1972. Une amitié de toute une vie, renforcée par leur propension commune pour l’art figuratif, le graphisme et la transmission de leur savoir, que ce soit depuis une chaire universitaire ou dans les salles de musée. L’exposition raconte l’histoire d’une Florence qui va de coup en coup, celle qui en 1944 fait sauter le pont de Santa Trinita et celle qui en 1956 le rend à la ville en démolissant les nervures et en libérant enfin les trois arches d’une rive à l’autre de l’Arno.

La Fondation Memofonte est la dernière entreprise de Paola Barocchi qui, une fois à la retraite, a décidé de poursuivre son voyage dans un lieu où l’histoire de l’art et les technologies de l’information continueraient à dialoguer, en accueillant les chercheurs et en s’ouvrant aux jeunes. La maison d’où la jeune Paola a photographié le pont est aujourd’hui le siège de Memofonte, qui continue à travailler sur des projets d’informatisation des sources historico-artistiques mises à disposition gratuitement sur son site web.

L’exposition peut être visitée pendant les heures d’ouverture du musée Palazzo Davanzati : du lundi au vendredi de 8h15 à 14h, le samedi et le dimanche de 13h15 à 19h. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site du musée Bargello, auquel appartient le Palazzo Davanzati.

Sur la photo : à gauche Paola Barocchi, à droite Maria Fossi

Florence, les photos inédites de Paola Barocchi et les écrits de Maria Fossi racontent l'histoire de la ville pendant la guerre
Florence, les photos inédites de Paola Barocchi et les écrits de Maria Fossi racontent l'histoire de la ville pendant la guerre


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.