Gênes, à la Villa Croce l'abstractionnisme de Tomas Rajlich en dialogue avec les grands de la seconde moitié du 20ème siècle


Du 22 avril au 22 août 2021, le musée d'art contemporain de Villa Croce consacre une exposition à l'abstractionnisme de l'artiste tchéco-néerlandais Tomas Rajlich, qui dialogue avec certains des grands maîtres de la seconde moitié du XXe siècle.

Du 22 avril au 22 août 2021, le Museo d’Arte Contemporanea di Villa Croce de Gênes consacre une vaste rétrospective à un important interprète international de l’abstractionnisme, l’artiste tchèque naturalisé néerlandais Tomas Rajlich (Jankov, 1940), qui, pour l’occasion, dialogue avec certaines œuvres clés de la collection du musée, créées par de grands artistes de la seconde moitié du XXe siècle (de l’abstractionnisme d’après la Seconde Guerre mondiale à la recherche perceptuelle et préconceptuelle des années 1960, jusqu’à l’Optical art et la New Painting des années 1970 et 1980). L’exposition, organisée par Cesare Biasini Selvaggi et accompagnée d’un catalogue publié par Silvana Editoriale avec des contributions de Flaminio Gualdoni et Martin Dostál, présente, à travers plus de quatre-vingts œuvres, un aperçu inédit de la trajectoire artistique et de la vitalité exprimée par la peinture aniconique.

L’exposition, intitulée MAKE IT NEW ! Tomas Rajlich et l’art abstrait en Italie, entend se concentrer sur l’évolution de l’abstractionnisme: après la grande saison abstraite des années 1930, à l’apogée du modernisme, dans les années 1960 et 1970, les artistes ont développé son langage à la lumière de nouvelles tendances (minimalisme, art conceptuel, esthétique de la réduction). “Cette phase, souligne le commissaire, représentait non seulement une nécessité, mais aussi une période dont l’héritage (toujours vital aujourd’hui) de l’art contemporain revient sans cesse. Non seulement pour un besoin de reconnaissance historico-critique, mais pour la redécouverte surprenante de son efficacité, de ses qualités, de son génie conceptuel et de son expressivité abstraite. Une véritable mine d’indices et de stimuli à exploiter pour mener une recherche actuelle et vivante, même aujourd’hui. Nous ne sommes pas loin du titre de l’exposition ”MAKE IT NEW !“, à savoir un regard original sur l’inépuisable charge novatrice de la peinture aniconique, qui a traversé le 20e siècle jusqu’à nos jours”.

L’exposition

Le parcours de l’exposition des œuvres de Tomas Rajlich, documentant plus d’un demi-siècle de recherche, commence par ses débuts en sculpture à la fin des années 1960 et se termine par ses œuvres les plus récentes, avec leurs variations sur l’intensité, la luminosité et la consistance de la peinture elle-même, à travers des textures sensibles de matière-couleur. Une succession d’œuvres de salle en salle, en comparaison et en dialogue avec une sélection d’œuvres précieuses (spécialement disposées) des maîtres italiens de l’abstractionnisme, provenant pour la plupart de la collection du Museo d’Arte Contemporanea di Villa Croce : Getulio Alviani, Rodolfo AricòAgostino Bonalumi, Enzo Cacciola, Antonio Calderara, Nicola Carrino, Gianni Colombo, Pietro Consagra, Dadamaino, Piero Dorazio, Lucio Fontana, Marco Gastini, Giorgio Griffa, Riccardo Guarneri, Paolo Icaro, Osvaldo Licini, Piero Manzoni, Fausto Melotti, Bruno Munari, Martino Oberto, Claudio Olivieri, Arnaldo Pomodoro, Mauro Reggiani, Antonio Scaccabarozzi, Paolo Scheggi, Turi Simeti, Atanasio Soldati, Giuseppe Uncini, Nanni Valentini, Claudio Verna, Gianfranco Zappettini.

L’accent mis sur la recherche aniconique italienne a été décidé par Rajlich lui-même, en relation avec les espaces d’exposition de la Villa Croce et les artistes qui, depuis les années 1950, ont travaillé de manière plus radicale sur l’abstraction et l’utilisation minimaliste de la couleur. Le public pourra ainsi découvrir, entre autres, des œuvres telles que Achrome (1958) de Piero Manzoni, Cementarmato (1960) de Giuseppe Uncini, Uovo nero orizzontale (1961) de Lucio Fontana, Bianco (1967) d’Agostino Bonalumi, Tema II et 7 variazioni (1969-70) de Fausto Melotti.

L’exposition est produite par la ville de Gênes et réalisée en collaboration avec ABC-ARTE, une galerie d’art contemporain de Gênes.

Qui est Tomas Rajlich ?

Tomas Rajlich, né en 1940 à Jankov, en République tchèque, a étudié à l’École des arts décoratifs et à l’Académie des beaux-arts de Prague. En 1967, il fonde le groupe Klub Konkretistu, qui s’inscrit dans le sillage des gardes néo-avant-gardes internationales incarnées par Azimut en Italie, ZERO en Allemagne et Nul aux Pays-Bas. En 1968, son œuvre connaît son premier moment de visibilité internationale grâce à sa participation à l’exposition Sculpture Tchécoslovaque au musée Rodin à Paris. Exilé de Tchécoslovaquie en 1969 à la suite de l’invasion soviétique, il s’installe aux Pays-Bas, où il devient professeur à la Vrije Academie de La Haye. L’intérêt de Rajlich pour les œuvres monochromes sur des grilles géométriques régulières est immédiatement accueilli dans le climat du conceptualisme néerlandais. En 1974, il organise des expositions personnelles chez Yvon Lambert à Paris, chez Art & Project à Amsterdam et chez Françoise Lambert à Milan, ses galeries de référence pendant de nombreuses années. En 1975, il est l’un des protagonistes, avec Brice Marden, Robert Ryman, Gerhard Richter et d’autres, de l’exposition Fundamentele schilderkunst / Peinture fondamentale au Stedelijk Museum d’Amsterdam, une étape importante dans l’affirmation internationale de la peinture analytique.

Dans les années qui suivent, Rajlich est invité à participer à des expositions telles que Elementaire Vormen (exposition itinérante, 1975), Fractures du Monochrome aujourd’hui en Europe (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 1978) et Bilder ohne Bilder(Rheinisches Landesmuseum Bonn, 1978). Les toiles de Rajlich témoignent d’un intérêt croissant pour le “fondamental” dans la peinture, contrairement à ses contemporains minimalistes américains. Ses premières œuvres se caractérisent par une apparence industrielle et une qualité modulaire (la grille est essentielle), tandis que les œuvres plus mûres de Rajlich montrent un raisonnement plus complexe sur l’idée essentielle que la peinture est une entité qui réfléchit sur elle-même. Ses monochromes les plus récents explorent la combinaison de l’impersonnel, du geste et de la force créatrice de la lumière. Ce sont des variations sur l’intensité, la luminosité et la facture de la peinture, tout en restant une peinture factuelle claire.

En 1993, sa première rétrospective est organisée à Brescia, au Palazzo Martinengo. En 1994, son pays d’adoption, la Hollande, décerne à Rajlich le prix Ouborg pour sa contribution artistique : à cette occasion, le Gemeentemuseum de La Haye lui consacre une deuxième rétrospective. Dix ans plus tard, en 2005, à l’occasion de son 65e anniversaire, le musée a organisé une rétrospective de ses œuvres sur papier. En République tchèque, en 1998, le Dum umění města Brna a organisé une exposition anthologique, tandis qu’en 2008, la Galerie nationale de Prague a ouvert une rétrospective avec 27 grandes toiles, suivie d’expositions personnelles au Gemeentemuseum de La Haye en 2016, en 2017 au Museum Kampa de Prague et en 2018 au Museum Boijmans-Van Beuningen de Rotterdam.

De 1999 à 2002, Rajlich a été artiste en résidence au Centre Georges Pompidou à Paris, qui conserve ses œuvres dans sa collection, lesquelles sont également présentes, entre autres institutions, au Centraal Museum d’Utrecht, au Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne, au Musée Cantini de Paris, au Musée de l’Université d’Amsterdam, au Musée de l’Université d’Amsterdam, au Musée de l’Université d’Amsterdam et au Musée de l’Université d’Amsterdam.tienne, au Musée Cantini à Marseille, au Musée Boijmans-Van Beuningen à Rotterdam, au Museum of Modern Art à New York, à la National Gallery à Prague, à la Peter Stuyvesant Foundation à Amsterdam, à la National Gallery of Canada à Ottawa, au S.M.A.K. à Gand, le Stedelijk Museum à Amsterdam, le Stedelijk Museum à Schiedam, le Stedelijk Museum De Lakhal à Leiden, le Stedelijk Museum Het Prinsenhof à Delft.

Photo : Tomas Rajlich, Untitled (1970 ; acrylique sur panneau, sept parties de 60 x 60 cm chacune)

Gênes, à la Villa Croce l'abstractionnisme de Tomas Rajlich en dialogue avec les grands de la seconde moitié du 20ème siècle
Gênes, à la Villa Croce l'abstractionnisme de Tomas Rajlich en dialogue avec les grands de la seconde moitié du 20ème siècle


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.