La Bologne du XIXe siècle exposée au Palazzo Fava avec plus de 100 œuvres de 30 artistes


La Fondazione Cassa di Risparmio Bologna expose les principales œuvres de la ville de Bologne du XIXe siècle : 30 artistes, 100 œuvres comprenant des peintures, des dessins, des sculptures, des gravures et des majoliques.

La Fondazione Cassa di Risparmio in Bologna, en collaboration avec Genus Bononiae, présente une exposition d’œuvres bolognaises majeures du XIXe siècle issues de ses collections d’art et d’histoire. L ’exposition intitulée Da Felice Giani a Luigi Serra - L’Ottocento nelle collezioni della Fondazione Cassa di Risparmio in Bologna se tient à Bologne au Palazzo Fava. Palazzo delle Esposizioni du 21 mars au 30 juin et est organisée par Angelo Mazza. L’exposition fait partie du projet La peinture à Bologne au long XIXe siècle - 1796-1915, une initiative promue par le Secteur des Musées Civiques de Bologne - Museo Civico del Risorgimento, qui implique quatorze lieux d’exposition de la ville dans un itinéraire à travers la peinture bolonaise de l’époque napoléonienne jusqu’au début de la Grande Guerre. Organisée en six sections, l’exposition présente plus de 100 œuvres, dont des peintures, des dessins, des aquarelles, des sculptures et des gravures, enrichies par des majoliques provenant de la fabrique Minghetti qui appartenait au duc de Montpensier. Ces noyaux artistiques sont fondamentaux pour mettre en valeur le travail des grands protagonistes de la peinture bolonaise du XIXe siècle. Les œuvres de Felice Giani, Pelagio Palagi, Clemente Albèri, Pietro Fancelli, Antonio Basoli, Giacomo De Maria, Luigi Busi, Alessandro Guardassoni, Giovanni Masotti, Luigi Serra et d’autres illustrent avec éloquence les principales productions artistiques de l’époque.

L’exposition débute dans la Sala di Giasone du Piano Nobile du Palazzo Fava, au centre de laquelle se trouve le grand plâtre d’Antonio Canova (Possagno, 1757 - Venise, 1822) représentant la Madeleine pénitente (vers 1806-1813). Cette première section présente une collection de peintures de figures réalisées par des artistes actifs à Bologne au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, au moment de l’effondrement de l’Ancien Régime et formés à l’Accademia Clementina, jusqu’aux œuvres des décennies de la Restauration et de l’Italie unie avec les maîtres liés à l’Accademia di Belle Arti et au Collegio Venturoli. La grande toile de Gaetano Gandolfi (S. Matteo della Decima, 1734 - Bologne, 1802), Morte di Socrate (Mort de Socrate ) de 1782 et la petite huile La Madonna, il Bambino e san Giovannino (La Madone, l’Enfant et saint Jean ) de Felice Giani (San Sebastiano Curone, 1758 - Rome, 1823) sont des œuvres qui marquent un net contraste entre tradition et modernité. Mais c’est avec les portraits de Pietro Fancelli (Bologne, 1764 - Pesaro, 1850), qui mêle la leçon de l’Accademia Clementina à la modernité néoclassique, et de Pelagio Palagi (Bologne, 1775 - Turin, 1860), que le goût commence à échapper plus facilement au conditionnement de la culture académique du XVIIIe siècle. Toujours dans le domaine du portrait, Clemente Albèri (Bologne, 1803 - 1864), dont les différentes œuvres sont exposées, est représenté par le Portrait de Giuseppe Gaetano Mazzacorati, qui oscille entre les influences néoclassiques et les premières inflexions romantiques. Il convient également de mentionner l’œuvre d’Alessandro Guardassoni (Bologne, 1819-1888), qui a travaillé sur les modèles de la peinture bolonaise du XVIIe siècle, en commençant par les chefs-d’œuvre de Guido Reni, et en terminant par la figuration de Luigi Busi (Bologne, 1837-1884), avec le tableau Nicolò de’ Lapi avant le supplice, qui s’inscrit thématiquement dans le courant du romantisme historique lombard qui avait déjà commencé dans les années 1920 grâce aux œuvres milanaises de Pelagio Palagi et de Francesco Hayez. La section se termine par les œuvres de Luigi Serra (Bologne, 1846 - 1888), dont l’apprentissage a été similaire à celui de Busi et s’est déroulé entre le Collegio Venturoli et l’Académie des beaux-arts, et nous arrivons au début du XXe siècle avec Felice Vezzani (Novellara, 1856 - Paris, 1930) et Giovanni Masotti (Bologne, 1873-1915), dont le Portrait d’Alberto Caburazzi en Garibaldi et le Prélude sont exposés.

Antonio Basoli, Terrasse dans les locaux de l'Académie pontificale des beaux-arts (1826 ; huile sur toile, 54x70 cm)
Antonio Basoli, Terrazzo dans les locaux de la Pontificia Accademia di Belle Arti (1826 ; huile sur toile, 54x70 cm)
Clemente Albèri, Adam et Eve découvrent le cadavre d'Abel (1838 ; huile sur toile, 56,5 x 73,5 cm)
Clemente Albèri, Adam et Ève découvrent le cadavre d’Abel (1838 ; huile sur toile, 56,5 x 73,5 cm)
Luigi Serra, Jone (1871 ; huile sur toile, 124x102 cm)
Luigi Serra, Jone (1871 ; huile sur toile, 124x102 cm)
Pietro Fancelli, Portrait de Giuseppe Paolini (1817 ; huile sur toile, 59,5x45,5 cm)
Pietro Fancelli, Portrait de Giuseppe Paolini (1817 ; huile sur toile, 59,5 x 45,5 cm)
Pelagio Palagi, Portrait d'une jeune fille (craie sur papier brun, 437 x 343 mm)
Pelagio Palagi, Portrait d’une petite fille (craie sur papier brun, 437 x 343 mm)
Coupe à fruits soutenue par un herm de cheval aux ailes de dragon, décorée de grotesques sur fond blanc et d'armoiries couronnées de Bourbon-Orléans.
Coupe à fruits soutenue par un cheval herma aux ailes de dragon, décorée de grotesques sur fond blanc et d’armoiries couronnées de Bourbon-Orléans
Giacomo De Maria, Virginia sans vie (1803-06 ; argile, hauteur 36,5 cm)
Giacomo De Maria, Virginie sans vie (1803-06 ; argile, hauteur 36,5 cm)

La salle Albani présente la production de l’usine Minghetti, active depuis 1860 environ avec Angelo Minghetti et ses fils Gennaro et Arturo. Depuis 2016, la Fondazione Carisbo possède une partie importante du célèbre service de table commandé vers 1888 par Antonio Maria Louis Philippe de Bourbon-Orléans, Duc de Montpensier et Infant d’Espagne, pour le Palais Caprara. Sur la collection originale d’environ 900 pièces, 381 sont aujourd’hui conservées dans les collections d’art et d’histoire de la Fondazione Cassa di Risparmio. Dans la salle Énée, les visiteurs découvriront les œuvres d’Antonio Basoli (Castel Guelfo, 1774 - Bologne, 1848), célèbre ornemaniste, scénographe et védutiste, qui fut au centre de la vie artistique bolonaise dans les décennies entre la fin de l’Ancien Régime, l’ère napoléonienne et la Restauration. Parmi les œuvres exposées figurent quatre toiles célébrant Rome et ses conquêtes, peintes en 1809 pour le palais de Cesare Lambertini. L’exposition présente également un important groupe d’esquisses pour des scènes de théâtre de Giuseppe Badiali (Bologne, 1798-1859), l’un des scénographes les plus importants de la nouvelle génération.

L’exposition présente une collection de modèles en terre cuite de Giacomo De Maria (Bologne, 1762-1838), représentant un point de contact entre la sculpture néoclassique et la sculpture bolonaise du XIXe siècle, acquise par la Fondazione Cassa di Risparmio en 2010. Dans la Sala Rubbianesca sont exposées des esquisses en terre cuite pour les grandes statues du Palazzo Hercolani. L’exposition comprend également des œuvres telles que le Portrait d’Antonio Aldini et la statuette Virginia mourante, une étude pour une œuvre clé de De Maria. Le siècle est également marqué par le sculpteur Enrico Barbèri (Bologne, 1850-1941), représenté par deux esquisses de monuments commémoratifs. Dans la salle Cesi, la peinture de paysage trouve sa place, soulignant l’évolution de la représentation urbaine bolonaise au fil du temps. Des œuvres d’artistes tels que Felice Giani, Gaetano Filippo Tambroni et Ottavio Campedelli montrent le passage d’une vision classique à une vision plus moderne du paysage. La section conservée dans la Salle Allievi dei Carracci documente de nombreuses œuvres achetées par la Fondazione Cassa di Risparmio qui donnent une image précise de Bologne à l’époque de Giosuè Carducci, lorsque la ville commençait à modifier son tracé et à se moderniser à la suite de l’introduction du nouveau plan d’urbanisme. Les auteurs de ces vues sont : Antonio Zannoni (Faenza 1833-1910), Giuseppe Ravegnani (Rimini 1832 - Ferrare 1918), Alessandro Guardassoni (Bologne 1819-1888), Pietro Poppi (Cento 1833 - Bologne 1914), Alessandro Scorzoni (Calcara di Crespellano 1858 - Bologne 1933), Emanuele Brugnoli (Bologne 1859 - Venise 1944). Des œuvres qui parlent désormais un nouveau langage, comme l’une des très rares vues de Bologne de Giovanni Boldini (Ferrare 1842 - Paris 1936), La fontaine de Neptune, peinte en 1910, à celles conçues pour commémorer le poète suprême, décédé en 1907, clôturent l’itinéraire : du modèle en plâtre de Leonardo Bistolfi (Casale Monferrato 1859 - Turin 1933) pour le monument honorifique qui lui est dédié à côté de sa maison (réalisé, après de nombreuses vicissitudes, une vingtaine d’années plus tard), à l’esquisse du cycle décoratif consacré à l’Histoire et à la splendeur de Bologne dans le Salone del Podestà d’Adolfo De Carolis (Montefiore dell’Aso 1874 - Rome 1928).

L’exposition est accompagnée d’un guide publié par Bologna University Press, avec une large sélection d’images des œuvres exposées et des contributions d’Angelo Mazza, Benedetta Basevi, Pierangelo Bellettini et Mirko Nottoli.

La Bologne du XIXe siècle exposée au Palazzo Fava avec plus de 100 œuvres de 30 artistes
La Bologne du XIXe siècle exposée au Palazzo Fava avec plus de 100 œuvres de 30 artistes


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.