Rome, les arbres de Giuseppe Penone envahissent les thermes de Caracalla


Du 7 juin au 30 octobre 2022, les Thermes de Caracalla reviennent après trois ans pour accueillir une exposition d'art contemporain. C'est chose faite avec "Idee di pietra", une exposition de Giuseppe Penone qui apporte ses arbres sur le site.

Giuseppe Penone, l’un des plus grands artistes contemporains italiens, entre dans les Termes de Caracalla avec un projet qui s’inscrit dans le monument et son paysage. Du 7 juin au 30 octobre 2022, les Thermes accueilleront en effet Idee di pietra. Giuseppe Penone at Caracalla, une intervention promue par la Surintendance spéciale de Rome, dirigée par Daniela Porro, produite par Electa et dont le commissaire est Francesco Stocchi.

Ce n’est pas la première fois que les Thermes de Caracalla accueillent un projet d’art contemporain. Tout a commencé en 2012, lorsque Michelangelo Pistoletto a exécuté et donné à la Surintendance le Troisième Paradis réalisé avec des objets provenant des Thermes eux-mêmes, puis en 2016, l’artiste de Biella a créé La pomme réintégrée, en marbre de Carrare, exposée en permanence au centre de l’ancien poste de garde du gardien-contrôleur du trafic de chariots, de bois et d’hommes impliqués dans le fonctionnement de la machine complexe des Thermes. La première exposition au sens strict du terme a toutefois eu lieu en 2017, lorsque Molti, une exposition d’Antonio Biasiucci sous la direction de Ludovico Pratesi, a été inaugurée le 19 octobre. Trois autres ont suivi: en 2018, Mauro Staccioli. Sensibile ambientale, la première grande rétrospective, la même année Omnia Flumina Romam Ducunt, une exposition d’architectures sonores d’Alvin Curran curatée par RAM radioartemobile, et en 2019 Plessi a Caracalla: il segreto del tempo, une exposition d’installations visuelles de Fabrizio Plessi dans le sous-sol des Thermes, curatée par Alberto Fiz. L’exposition de Penone est donc la cinquième à arriver sur le site archéologique.

L’artiste a choisi d’inclure les quatre œuvres dans le parcours de visite des Thermes de Caracalla, en les plaçant dans l’ancienne natatio, où elles embrasseront le visiteur lors de son passage. Identity (2019 - aluminium, bronze), Triplice (2011 - bronze, pierres de rivière), Idee di pietra, Olmo (2008 - bronze, pierres de rivière) et Idee di pietra, Ciliegio (2011 - bronze, pierres de rivière) sont des arbres intemporels que le temps englobe et raconte à travers l’œuvre de l’artiste. Selon Penone, l’arbre dans la nature, avec le passage du temps, devient une sculpture en soi, cercle après cercle gravé dans le tronc qui compte le passage des années et des siècles. Tout comme l’eau lisse les pierres au fil des millénaires, les sculptant. Penone façonne ainsi la matière dans un geste qui rapproche l’homme de la nature. Les branches des sculptures de Penone sont ainsi présentées dans un contexte ancré dans la vie quotidienne: les thermes antonins, qui étaient le lieu de plaisir des Romains. Cette vie ancienne et pourtant si moderne, qui veillait à l’hygiène du corps et de l’esprit: c’est dans cet espace socio-politique à l’esprit si évolué, particularité des thermes romains, que la contribution de l’artiste piémontais entend s’intégrer au projet lancé il y a quelque temps par la Surintendance Spéciale de Rome, qui accueille régulièrement de l’art contemporain, toujours attentif à la mise en valeur de l’histoire du monument.

L’art contemporain est chez lui aux Thermes de Caracalla", affirme la Surintendante spéciale de Rome, Daniela Porro, “comme il l’était à l’époque des empereurs sévériens, qui les ont ornés de merveilleuses statues et décorations de grande valeur symbolique, aujourd’hui dispersées dans le monde entier dans des musées, des édifices et des espaces publics”. Et c’est précisément un artiste de renommée mondiale comme Penone avec Idee di Pietra qui apporte aux thermes un moment de réflexion sur le rapport emblématique de l’homme avec la nature, l’espace et le temps".

“L’arbre ne se laisse pas oublier”, explique Penone dans un de ses écrits, “ce sont ses contorsions, son équilibre, la répartition harmonieuse de ses masses, sa perfection statique, la fraîcheur de son modelage, la pureté de sa structure alliée au caractère compact de sa surface en bronze, qui en font une sculpture vivante”.

L’exposition est accompagnée d’un volume intitulé Respirare l’ombra, publié par Electa. Ce volume rassemble le corpus complet des écrits de Giuseppe Penone, élaborés au cours de sa longue carrière et, pour la première fois, publiés en Italie. Des mots, ceux de l’artiste, qui aident à entrer dans le processus de réflexion d’une œuvre déjà en cours.

Giuseppe Penone (Garessio, 1947) vit et travaille à Turin. Après une formation artistique à l’Académie des beaux-arts de Turin, il fait ses débuts en 1968 dans le domaine de l’arte povera, avec une recherche centrée sur la nature et ses processus de transformation. Il présente des actions, documentées photographiquement, visant à visualiser et à modifier les processus de croissance naturelle(Sea Alps, 1968 ; Tree Cycle, à partir de 1969 ; Vegetable Gestures series, à partir de 1984). Le corps humain et ses relations avec l’environnement extérieur sont également le sujet des recherches de l’artiste, qui travaille avec des photographies, des projections, des empreintes et des moulages de parties anatomiques dans divers matériaux(Déroulement de la peau, à partir de 1970 ; Pression, à partir de 1974 ; Paupières, à partir de 1978). Dans ses œuvres ultérieures, Penone a développé le thème du contact entre le corps et la matière (série Soffi, à partir de 1978), en présentant, modifiées, agrandies ou graphiquement élaborées, des parties ou des empreintes du corps humain (série Propagazioni, Terre d’ombra, Anatomie, à partir du milieu des années 1990). L’arbre, que Penone considère comme “l’idée première et la plus simple de la vitalité, de la culture, de la sculpture”, est un élément central de son œuvre. Ses œuvres, également accompagnées de textes poétiques de sa propre création, ont été présentées dans de nombreuses expositions nationales et internationales. En 2007, il a représenté l’Italie à la 52e Biennale de Venise ; en 2013, il a exposé dans les jardins du château de Versailles ; il a eu des expositions personnelles au Centre Pompidou (Paris, 2004), au Rijksmuseum d’Amsterdam (2016) et à la BNF à Paris (2021). L’exposition “Propagazioni: Giuseppe Penone à Sèvres”. Une exposition monographique au Philadelphia Museum of Art est prévue pour l’automne, ainsi qu’un projet pour le Couvent Sainte-Marie de la Tourette.

Dans l’image, une photo de l’installation. Photo par F. Caricchia

Rome, les arbres de Giuseppe Penone envahissent les thermes de Caracalla
Rome, les arbres de Giuseppe Penone envahissent les thermes de Caracalla


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.