Une exposition à Naples sur la période napolitaine d'Artemisia Gentileschi


Du 3 décembre 2022 au 20 mars 2023, la Gallerie d'Italia de Naples, dans ses nouveaux locaux de la Via Toledo, accueillera une exposition consacrée à Artemisia Gentileschi, la première à analyser en profondeur la dernière période de sa carrière, la période napolitaine.

Du 3 décembre 2022 au 20 mars 2023, la Gallerie d’Italia de Naples accueillera la première exposition dans les nouveaux locaux du musée, consacrée à Artemisia Gentileschi et en particulier à sa période napolitaine, la dernière de sa carrière. L’exposition, intitulée Artemisia Gentileschi à Naples, se concentre précisément sur le long séjour de la peintre à Naples, documenté entre 1630 et 1640 et interrompu uniquement par un voyage à Londres entre 1638 et 1640. Il s’agit d’un chapitre fondamental de l’art et de la biographie d’Artemisia, qui n’avait jamais fait l’objet à Naples d’une exposition monographique aussi importante que celle prévue au musée de via Toledo.

L’exposition, réalisée en collaboration spéciale avec la National Gallery de Londres et en collaboration avec le Museo e Real Bosco di Capodimonte et les Archives d’État de Naples, présentera une sélection d’œuvres provenant de collections publiques et privées, italiennes et internationales, dans le but de faire de l’exposition une occasion de mettre à jour les études scientifiques sur le sujet.

Le récit de l’exposition entend procéder selon une scansion thématique et iconographique, couvrant la période chronologique pendant laquelle Artemisia a séjourné à Naples, pour explorer l’énorme succès qu’elle a rencontré dans la capitale de la vice-royauté, et pour restituer une image fiable de la grandeur artistique de ce moment historique complexe. À Naples, en effet, Artemisia a créé un atelier florissant qui a collaboré, ou simplement interagi, avec les meilleurs artistes locaux, de Massimo Stanzione à Onofrio Palumbo en passant par Bernardo Cavallino. Les iconographies et les thèmes déjà éprouvés par le peintre, principalement liés à la représentation d’héroïnes féminines (Judith, Cléopâtre, etc.), sont repris et mis sur le marché avec d’innombrables variantes et méthodes commerciales. L’exposition se propose d’éclairer ces thèmes, grâce également aux résultats d’une vaste campagne de recherche d’archives menée pour l’occasion.

Artemisia Gentileschi, Samson et Dalila (huile sur toile, 90,50 x 109,50 cm ; collection Intesa Sanpaolo | Naples, Gallerie d'Italia). Archives du patrimoine artistique d'Intesa Sanpaolo / © Claudio Giusti
Artemisia Gentileschi, Samson et Dalila (huile sur toile, 90,50 x 109,50 cm ; Intesa Sanpaolo Collection | Naples, Gallerie d’Italia)
.
Intesa
Sanpaolo Artistic Heritage Archive / © Claudio Giusti
Artemisia Gentileschi Judith et sa servante avec la tête d'Holopherne (huile sur toile, 272 × 221 cm ; Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte, inv. Q 377). Par concession du ministère de la Culture - Museo e Real Bosco di Capodimonte
Artemisia Gentileschi, Judith et sa servante avec la tête d’Holopherne (huile sur toile, 272 × 221 cm ; Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte, inv. Q 377). Prêt du ministère de la Culture - Museo e Real Bosco di Capodimonte
Hendrick De Somer (Henri Flamand), Lot et les filles (huile sur toile, 148,5 × 194,5 cm ; collections Thyssen-Bornemisza, inv. 1991.4). Photo d'Hélène Desplechin
Hendrick De Somer (Henri le Flamand), Loth et ses filles (huile sur toile, 148,5 × 194,5 cm ; collections Thyssen-Bornemisza, inv. 1991.4). Photo d’Hélène Desplechin
Artemisia Gentileschi, Suzanne et les vieillards (huile sur toile, 200,5 × 225,5 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 6320). Par concession du ministère de la Culture - Pinacoteca Nazionale di Bologna
Artemisia Gentileschi, Suzanne et les vieillards (huile sur toile, 200,5 × 225,5 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale, inv. 6320)
. Avec l’
autorisation du ministère de la Culture - Pinacoteca Nazionale di Bologna
Artemisia Gentileschi, Sainte Catherine d'Alexandrie (huile sur toile, 90 × 75,40 cm ; Stockholm, Nationalmuseum, achat 2019 Wiros Fund, inv. NM 7538). Photo par Cecilia Heisser / Nationalmuseum
Artemisia Gentileschi, Sainte Catherine d’Alexandrie (huile sur toile, 90 × 75,40 cm ; Stockholm, Nationalmuseum, Achat 2019 Wiros Fund, inv. NM 7538). Photo de Cecilia Heisser / Nationalmuseum
Artemisia Gentileschi, Saint Gennaro et ses compagnons jetés dans l'amphithéâtre domptent les bêtes (huile sur toile, 308 × 200 cm ; Pouzzoles, Basilique cathédrale de Saint Proculus Martyr). Photo de Claudio Giusti
Artemisia Gentileschi, Saint Gennaro et ses compagnons jetés dans l’amphithéâtre domptent les bêtes sauvages (huile sur toile, 308 × 200 cm ; Pozzuoli, Basilique cathédrale de Saint Proculus Martyr). Photo Claudio Giusti
Artemisia Gentileschi, Judith et sa servante avec la tête d'Holopherne (huile sur toile, 73 × 93 cm ; Oslo, Nasjonalmuseet for kunst, arkitektur og design, inv. NMK.LAAN.2022.0028). Photo Nasjonalmuseet/Børre Høstland/Annar Bjørgli
Artemisia Gentileschi, Judith et sa servante avec la tête d’Holopherne (huile sur toile, 73 × 93 cm ; Oslo, Nasjonalmuseet for kunst, arkitektur og design, inv. NMK.LAAN.2022.0028). Photo Nasjonalmuseet/Børre Høstland/Annar Bjørgli

L’exposition présente à la fois des œuvres créées par Artemisia et des œuvres d’artistes de premier plan qui lui sont étroitement liés, dont la plupart étaient actifs à Naples dans les mêmes années que la peintre, comme Massimo Stanzione, Paolo Finoglio, Francesco Guarino, Andrea Vaccaro ou la redécouverte d’“Annella” Di Rosa, la principale artiste napolitaine de la première moitié du XVIIe siècle, qui était également - selon une tradition ancienne mais peu fiable - une victime de la violence sexiste. La sélection des vingt-et-une œuvres d’Artemisia dans l’exposition vise à offrir une image essentielle de la parabole napolitaine du “peintre”, avec ses sommets et ses aspects encore problématiques: pour la première fois, des chefs-d’œuvre comme la Sainte Catherine d’Alexandrie, récemment acquise par la National Gallery de Londres, qui constitue l’antécédent de l’exposition, sont montrés au public italien ; de même, la même Sainte du Nationalmuseum de Stockholm ou Judith et la servante avec la tête d’Holopherne du Nasjonalmuseet d’Oslo. Les grandes et rares commandes publiques du peintre ne manquent pas non plus, de l’Annonciation de Capodimonte à deux des trois toiles monumentales réalisées entre 1635 et 1637 environ pour le chœur de la cathédrale de Pouzzoles, Saint Gennaro dans l’amphithéâtre et les saints Proculus et Nicée, ce dernier restauré pour l’occasion.

La réalisation de l’exposition a été précédée d’une intense activité de recherche scientifique et archivistique qui a permis d’obtenir du matériel nouveau et important pour la biographie d’Artemisia, ce qui fait du catalogue un outil fondamental pour la poursuite de l’étude, grâce à une documentation précise. Les circonstances de l’arrivée d’Artemisia Gentileschi à Naples en 1630, en provenance directe de Venise, ont enfin été clarifiées, ainsi que d’autres traces de ses années extrêmes, marquées par des difficultés économiques (ce qui confirme l’intuition littéraire d’Anna B.).Anna Banti), sa vie privée (le concubinage de sa fille Prudenzia Palmira et le mariage réparateur qui suivit la naissance de son petit-fils Biagio en 1649) et certains aspects saillants de son activité, en commençant par le rôle du mécénat vice-royal et bourgeois, et en terminant par les rapports entre Artemisia et les académies littéraires qui, déjà de son vivant, contribuèrent à amplifier sa renommée.

Giovanni Bazoli, président émérite d’Intesa Sanpaolo, déclare: “C’est une source de satisfaction pour Intesa Sanpaolo de présenter dans la nouvelle Gallerie d’Italia l’exposition consacrée à Artemisia Gentileschi, l’illustre peintre du XVIIe siècle italien qui fut active à Naples entre 1630 et 1654. L’initiative, avec d’importants prêts d’Italie et du monde entier, a été réalisée grâce à un partenariat avec la National Gallery de Londres et fait partie d’un vaste projet d’études et d’expositions partagé avec le prestigieux musée britannique sur la grande artiste. Avec cette initiative, notre banque confirme ses liens étroits avec Naples et son engagement à valoriser l’identité culturelle de la ville dans une perspective européenne et internationale”.

L’exposition de la nouvelle Gallerie d’Italia à Naples a été réalisée dans le prolongement de l’exposition monographique consacrée à l’artiste à la National Gallery de Londres en 2020, avec la participation de Gabriele Finaldi, en tant que conseiller spécialisé, et des commissaires Antonio Ernesto Denunzio et Giuseppe Porzio. Le catalogue de l’exposition est produit par Edizioni Gallerie d’Italia | Skira. Horaires: du mardi au vendredi de 10 h à 19 h ; samedi et dimanche de 10 h à 20 h ; fermé le lundi ; dernière entrée: une heure avant la fermeture. Billets: plein tarif €7, tarif réduit €4, entrée gratuite pour les membres de la convention, les écoles, les moins de 18 ans et les clients du Groupe Intesa Sanpaolo. Ouvertures spéciales: lundi 19 décembre de 10h à 19h ; samedi 24 décembre de 10h à 17h (fermeture anticipée) ; dimanche 25 décembre fermé ; lundi 26 décembre de 10h à 20h ; samedi 31 décembre de 10h à 15h (fermeture anticipée) ; lundi 2 janvier de 10h à 20h ; vendredi 6 janvier de 10h à 20h. Du 26 décembre au 6 janvier, la fermeture est reportée à 20 heures (dernière entrée 19 heures). Pour plus d’informations http://www.gallerieditalia.com, napoli@gallerieditalia.com, numéro vert 800.167619

Le musée de Naples, ainsi que ceux de Milan, Turin et Vicence, font partie du projet muséal Gallerie d’Italia d’Intesa Sanpaolo, dirigé par Michele Coppola, directeur exécutif de l’art, de la culture et du patrimoine historique de la banque.

Une exposition à Naples sur la période napolitaine d'Artemisia Gentileschi
Une exposition à Naples sur la période napolitaine d'Artemisia Gentileschi


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.