Une grande exposition à Gênes sur Pieter Paul Rubens avec plus de 150 œuvres


Du 6 octobre 2022 au 22 janvier 2023, le Palazzo Ducale de Gênes accueille une grande exposition sur Pieter Paul Rubens, axée sur sa relation avec la ville. Plus de 150 œuvres seront présentées, dont certaines n'ont jamais été exposées en Italie.

LePalazzo Ducale de Gênes accueillera, du 6 octobre 2022 au 22 janvier 2023, une grande exposition consacrée à Pierre Paul Rubens (Siegen, 1577 - Anvers, 1640), intitulée Rubens à Gênes, qui se concentrera avant tout sur la relation entre le grand artiste baroque et la ville ligure. L’exposition, dont les commissaires sont Nils Büttner et Anna Orlando, est produite par la municipalité de Gênes avec la Fondazione Palazzo Ducale per la Cultura et la maison d’édition Electa, avec le soutien et la participation du sponsor unique Rimorchiatori Riuniti S.p.A.. Le projet a été lancé à l’occasion du quatrième centenaire de la publication à Anvers du célèbre volume de Pietro Paolo Rubens, Palazzi di Genova (1622).

Rubens a séjourné à Gênes à plusieurs reprises entre 1600 et 1607, et s’y est également rendu dans la suite du duc de Mantoue, Vincenzo I Gonzaga, dont il était le peintre de cour. Il a donc entretenu des relations directes et parfois très étroites avec les aristocrates les plus riches et les plus influents de l’oligarchie de la ville. Plus de 150 œuvres sont présentées dans l’exposition, parmi lesquelles plus de vingt œuvres de Rubens provenant de musées et de collections européennes et italiennes jouent un rôle de premier plan, ce qui représente un nombre sans précédent depuis la fin du XVIIIe siècle à Gênes, c’est-à-dire depuis que la crise de l’aristocratie et les répercussions de la Révolution française ont déclenché une diaspora inexorable de chefs-d’œuvre vers les collections du monde entier.

À partir du noyau rubensien, le récit du contexte culturel et artistique de Gênes à l’époque de sa plus grande splendeur est complété par des peintures d’artistes que Rubens a certainement vus et étudiés (Tintoret et Luca Cambiaso), qu’il a rencontrés en Italie et en particulier à Gênes pendant son séjour (Frans Pourbus le Jeune, Sofonisba Anguissola et Bernardo Castello), ou avec lesquels il a collaboré (Jan Wildens et Frans Snyders). Dessins, gravures, tapisseries, mobilier, livres anciens, voire vêtements, accessoires féminins et bijoux permettent de célébrer la grandeur d’une capitale artistique visitée par l’un des plus grands artistes de tous les temps et de confirmer l’appellation de Superbe attribuée à Gênes.

Peter Paul Rubens, Autoportrait (vers 1604 ; huile sur papier appliquée sur toile, 49,5 x 39,5 cm ; collection privée, prêt à long terme à la Rubenshuis d'Anvers)
Pieter Paul Rubens, Autoportrait (vers 1604 ; huile sur papier appliquée sur toile, 49,5 x 39,5 cm ; collection privée, prêt à long terme à la Rubenshuis d’Anvers)
Pieter Paul Rubens, Violante Maria Spinola Serra (vers 1606-1607 ; huile sur toile, 150 x 105 cm ; Buscot Park, The Faringdon Collection Trust)
Pieter Paul Rubens, Violante Maria Spinola Serra (vers 1606-1607 ; huile sur toile, 150 x 105 cm ; Buscot Park, The Faringdon Collection Trust)

Avec Rubens et à travers ce qu’il a vu et connu, avec des témoins exceptionnels comme les œuvres d’art et grâce à la conception de l’exposition réalisée par le Studio GTRF Tortelli Frassoni Associati, l’histoire de la République de Gênes à l’apogée de sa puissance est racontée, lorsque, au début du XVIIe siècle, elle a connu une période de vivacité singulière, non seulement économique et financière, mais aussi culturelle et artistique. L’image coordonnée de l’exposition sera réalisée par le studio Tassinari/Vetta.

Parmi les œuvres qui reviennent à Gênes, la ville pour laquelle le génie baroque les a créées, les exécutant pour les plus riches des Génois de l’époque, on peut citer le Portrait de Violante Maria Spinola Serra de la Faringdon Collection Trust, exceptionnellement détaché des murs du manoir de Buscot Park dans l’Oxfordshire, en Angleterre: une dame jusqu’alors sans nom, désormais reconnaissable grâce aux études préparatoires à l’exposition. Parmi les autres “retours au pays”, citons le Saint Sébastien d’une collection privée européenne, jamais exposé en Italie et récemment redécouvert, qui, grâce à une importante découverte documentaire, peut désormais être attribué à la commande du célèbre condottiere Ambrogio Spinola. L’exposition présente également, pour la première fois en Italie, l’Autoportrait de jeunesse, avec un Rubens âgé d’environ 27 ans, qu’un collectionneur privé a offert en prêt à long terme à la Rubenshuis d’Anvers et qui retourne exceptionnellement dans le pays où il a été exécuté, vers 1604.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue publié par Electa, qui publie également des guides sur l’exposition et sur la Gênes de Rubens. L’exposition bénéficie de la collaboration de la Ville d’Anvers et de l’Antwerp Centrum Rubenianum, de l’Ambassade de Belgique en Italie, du Consulat honoraire de Belgique à Gênes, de la Ville de Mantoue, de VisitFlanders et de la Chambre de Commerce de Gênes. La municipalité s’efforce d’activer d’autres partenariats institutionnels avec d’autres organismes et villes italiens et européens.

L’exposition au Palazzo Ducale est également l’occasion d’activer un projet intitulé Rubens 22. Un réseau, conçu et dirigé par Anna Orlando, qui implique plus de 25 entités publiques et privées, des Musées Strada Nuova à l’Accademia Ligustica di Belle Arti, de la Banca et Fondazione Carige au Palazzo della Meridiana, de l’Université de Gênes à la Fondazione Teatro Carlo Felice, ainsi que l’Archidiocèse et bien d’autres: il s’agit d’un réseau de collaborations, d’axes cognitifs, de rendez-vous culturels, d’ouvertures extraordinaires, d’événements collatéraux et de projets d’exposition ultérieurs.

Dans la ville, les visiteurs pourront également suivre un itinéraire rubensien pour découvrir les chefs-d’œuvre dans leurs emplacements permanents, comme les deux retables de l’église du Gesù - La Circoncision de 1605 et Les Miracles du bienheureux Ignace de Loyola de 1620 - à quelques pas du palais ducal, encore placés sur leurs autels d’origine. À voir également, le spectaculaire Portrait de Giovanni Carlo Doria à cheval de la Galerie nationale de Ligurie au Palais Spinola, l’une des effigies de célébration les plus monumentales de l’âge baroque. Le parcours dans la ville sera jalonné de véritables focus, complétant l’histoire racontée par l’exposition au Palazzo Ducale, et abordera également les palais du XVIe siècle que Rubens a certainement visités, entrant en contact direct avec leurs propriétaires et les reproduisant ensuite dans son célèbre livre dans l’édition de 1622 et dans celle qui suit immédiatement (vers 1626), toutes deux présentées dans leurs originaux dans l’exposition.

#GenovaRubens est le hashtag qui permet de promouvoir l’exposition et de rendre l’initiative “reconnaissable” sur les médias sociaux. Sur le site www.palazzoducale.genova.it, vous pouvez suivre toutes les mises à jour de l’exposition et du réseau Rubens 22. A Network.

Une grande exposition à Gênes sur Pieter Paul Rubens avec plus de 150 œuvres
Une grande exposition à Gênes sur Pieter Paul Rubens avec plus de 150 œuvres


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.