Vercelli, une exposition pour découvrir la ville médiévale et tous ses secrets


Jusqu'au 27 juin, l'espace Arca de Vercelli accueille l'exposition "Les secrets du Vercelli médiéval", une exposition qui emmène le public dans un voyage à travers la ville d'il y a plusieurs siècles. Voici l'itinéraire de l'exposition.

À l’époque médiévale, Vercelli était l’une des villes les plus florissantes et les plus importantes d’Italie dans tous les domaines, qu’ils soient économiques, commerciaux, religieux, sociaux ou culturels. L’histoire parle en effet à travers les documents qui nous sont parvenus, mais aussi à travers les œuvres artistiques et architecturales. En effet, les principales églises de la ville et les grands trésors conservés dans les bibliothèques et les archives locales remontent à cette période florissante. Et bien sûr, l’histoire raconte des faits et des personnalités : l’un des protagonistes les plus importants du Vercelli immédiatement pré-médiéval est certainement saint Eusèbe (IVe siècle), à qui l’on doit la diffusion de la religion sur le territoire de l’actuel Piémont et en particulier dans la région de Vercelli, au point que la ville devint l’un des diocèses les plus imposants d’Italie et un évêché. La cathédrale de la ville porte en effet le nom du premier évêque et saint patron de Vercelli et du Piémont, et abrite la dépouille du saint dans l’une de ses chapelles. Construite sur le site d’une basilique paléochrétienne, elle a été entièrement reconstruite dans la seconde moitié du XVIe siècle, puis remaniée aux XVIIIe et XIXe siècles ; le seul vestige de l’époque romane est le campanile. La cathédrale abrite également, au centre de la nef, l’un des symboles de la prospérité du diocèse de Vercelli, à savoir le crucifix ottonien, commandé par l’évêque Leo de Vercelli: réalisé au début de l’an mille en feuille d’argent gaufrée et en partie dorée, le Christ représenté sur le type Christus triumphans porte une riche couronne ornée de pierres précieuses.

Pour connaître le Vercelli médiéval, il faut donc s’appuyer sur la ville elle-même pour découvrir les témoignages de ce passé, aussi bien en visitant les lieux liés à cette époque qu’à travers les documents d’archives qui conservent et ouvrent la mémoire historique collective. L’exposition qui se tiendra jusqu’au 27 juin 2021 au centre d’exposition Arca, intitulée Les secrets du Vercelli médiéval, se propose d’emmener les visiteurs dans une sorte de voyage immersif et émotionnel à travers tout ce qui est lié au Moyen Âge à Vercelli. Alessandro Barbero, historien médiéviste et professeur à l’université du Piémont oriental, est le guide exceptionnel qui accompagne le public à travers diverses vidéos dans toutes les sections de l’exposition : les descriptions académiques s’avèrent utiles pour une compréhension plus profonde et plus claire des œuvres précieuses et des documents importants provenant des institutions les plus significatives de la ville qui sont exposés le long du parcours de visite. Ce dernier se déroule du IXe au XIVe siècle, la période la plus intense et la plus florissante pour Vercelli, en suivant une pluralité de voix : non seulement les documents les plus célèbres, mais aussi les témoignages apparemment plus modestes. En connaissant les vicissitudes du diocèse et de la Commune, de l’Université (Vercelli a fondé la première Université d’études du Piémont) et des grandes familles aristocratiques urbaines, on a l’occasion de comprendre divers aspects de la société de l’époque, de l’organisation du pouvoir aux formes de la vie quotidienne, des idéologies politiques et religieuses aux développements culturels.

La basilique de Sant'Andrea à Vercelli. Photo de Luca Volpi
La basilique de Sant’Andrea à Vercelli. Photo de Luca Volpi


Livre de Vercelli (Seconde moitié du Xe siècle ; parchemin et reliure en cuir sur des planches en bois du XVIIIe siècle, 325 x 220 mm, sud-est de l'Angleterre ; Vercelli, Chapitre métropolitain de la cathédrale Saint-Eusèbe de Vercelli, Bibliothèque du Chapitre, ms CXVII)
Livre de Vercelli (Seconde moitié du Xe siècle ; parchemin et reliure en cuir sur des planches en bois du XVIIIe siècle, 325 x 220 mm, sud-est de l’Angleterre ; Vercelli, chapitre métropolitain de la cathédrale Saint-Eusèbe de Vercelli, bibliothèque du chapitre, ms CXVII)


Crucifix ottonien (Xe siècle ; feuilles d'argent estampées et partiellement dorées sur bois, 327 x 236 cm ; Vercelli, Museo del Tesoro del Duomo)
Crucifix ottonien (Xe siècle ; feuilles d’argent gaufrées et partiellement dorées sur bois, 327 x 236 cm ; Vercelli, Museo del Tesoro del Duomo)

Dès le début, l’exposition plonge le visiteur dans le Moyen Âge grâce à une gravure du XVIIIe siècle provenant de la bibliothèque diocésaine Agnesiana et représentant le profil de la ville de Vercelli coiffée de tourelles, signe de pouvoir et de vie active. L’accent est mis sur la période ottonienne, au cours de laquelle les empereurs du Saint Empire romain germanique originaires de Saxe ont régné sur la ville de la fin du Xe siècle au début du XIe siècle, période au cours de laquelle Otton Ier, devenu empereur en 955, s’est distingué. Le pouvoir ottonien s’étend à tout l’Occident et influence même l’Église.

L’évêque Léon de Vercelli, un ecclésiastique partisan d’Otton III, a joué un rôle important dans la politique impériale de l’époque et a même assumé le rôle de point de référence stratégique entre le pape et l’empereur : certains diplômes impériaux, provenant desarchives historiques du diocèse et desarchives capitulaires, attestent que l’évêque Léon a été la principale référence pour certaines concessions d’Otton III en faveur de l’Église de Vercelli. Le célèbre Livre de Vercelli, conservé au musée du Trésor de la cathédrale et présenté dans l’exposition, remonte au Xe siècle : il s’agit d’un manuscrit dont on ne connaît pas le nom du premier propriétaire, ni comment et quand il est arrivé à Vercelli, mais on sait qu’il est originaire d’Angleterre. Il contient vingt-trois homélies en prose sur des solennités importantes de l’Église et six poèmes, tous en langue anglo-saxonne, et est considéré comme d’une grande importance historique et littéraire parce qu’il contient une grande partie de la production poétique en vieil anglais. Onze des vingt-trois homélies sont documentées dans le seul livre de Vercelli, qui constitue donc un précieux témoignage linguistique et culturel.

Au XIIe siècle, Vercelli a participé à la paix de Constance, signée en 1183 par un accord entre l’empereur Frédéric Barberousse , à la tête du Saint Empire romain germanique, et les représentants de la Ligue lombarde (dont Vercelli), après la défaite de cette dernière à la bataille de Legnano. Une copie de ce célèbre traité est exposée. Sont également exposés d’importants codex enluminés et des diplômes témoignant des orientations politiques de l’Église locale, ainsi que de nombreux parchemins provenant de la bibliothèque diocésaine, dont ceux du Fondo San Donato ; deux exemplaires authentiques de ce dernier sont exposés, qui relatent une vente par les chanoines de Sant’Eusebio et un legs testamentaire de l’archidiacre Guala. Le siècle suivant voit la naissance des Seigneuries avec de nouveaux pouvoirs conférés aux grandes familles, et c’est au XIIIe siècle que l’on rattache le cardinal Guala Bicchieri, à qui l’on doit les grandes œuvres de la ville de Vercelli, comme la basilique de Sant’Andrea, l’une des premières églises gothiques d’Italie, et le Salone Dugentesco, une ancienne auberge construite en 1224 pour accueillir les pèlerins voyageant sur la Via Francigena. Exposés, trois volumes des Biscioni témoignent de la présence d’un établissement universitaire à Vercelli entre le XIIIe et le XIVe siècle : un pacte stipulé à Padoue en 1228 entre les envoyés de la commune de Vercelli et les représentants de l’université de Padoue sanctionne les règles relatives à l’accueil des étudiants, au choix et au salaire des professeurs, ainsi qu’aux activités populaires destinées à faire connaître l’école.

Décision arbitrale de Tommaso de Maleto, Francesco de Paliate et Giacomo Roba, citoyens de Vercelli, dans le litige entre Giorgio Avogadro de Collobiano et Antonio del fu Francesco Avogadro de Collobiano (Vercelli, 7 janvier 1384 ; parchemin, 38 x 59 cm)
Décision arbitrale de Tommaso de Maleto, Francesco de Paliate et Giacomo Roba, citoyens de Vercelli, dans le litige entre Giorgio Avogadro de Collobiano et Antonio del fu Francesco Avogadro de Collobiano (Vercelli, 7 janvier 1384 ; parchemin, 38 x 59 cm).


Protocollo, notaire Giovanni Passardo, 1347-1361. Le protocole du notaire Giovanni Passardo contient une invocation religieuse-scaramantique contre la
Protocole du notaire Giovanni Passardo, 1347-1361. Le protocole du notaire Giovanni Passardo contient une invocation religieuse-scaramantique contre la “mort subite”, vraisemblablement écrite pendant la grave épidémie de peste qui frappa la ville de Vercelli en 1361.


Vercelli, Biblioteca Agnesiana, codex papier, en latin, en écriture gothique, datable des années 50-60 du XVe siècle. Il contient l'intégralité du Liber pandectarum medicinae, également connu sous le nom de Medicinalis pandecta, écrit par Matteo Silvatico, un médecin de Salerne qui vécut entre 1280 et 1342 et possédait un jardin dans lequel il cultivait des plantes médicinales.
Vercelli, Biblioteca Agnesiana, codex en papier, en latin, en écriture gothique, datable des années 50-60 du XVe siècle. Il contient l’intégralité du Liber pandectarum medicinae, également connu sous le nom de Medicinalis pandecta, écrit par Matteo Silvatico, un médecin de Salerne qui vécut entre 1280 et 1342 et possédait un jardin dans lequel il cultivait des plantes médicinales.

Au XIVe siècle, la classe bourgeoise prend de plus en plus de pouvoir, au point que l’Empire et l’Église sont contraints d’accepter l’influence croissante des États-nations ; l’Europe est divisée entre deux pontifes : Clément V transfère le siège pontifical à Avignon en 1305, qui reste sous le contrôle des rois de France pendant environ soixante-dix ans, tandis qu’à la suite du schisme d’Occident de 1378, Grégoire XI réinstalle le siège apostolique à Rome. Le pouvoir de l’aristocratie et de la nouvelle bourgeoisie locale au détriment de la papauté est illustré dans l’exposition par un grand parchemin de plus de deux mètres provenant du fonds Caresana de la bibliothèque diocésaine d’Agnesiana, dans lequel est décrite la propriété foncière d’un membre de la petite aristocratie de la campagne de Vercelli. Un litige familial concernant l’utilisation de l’eau d’un fossé d’irrigation pour alimenter un moulin est documenté dans une décision arbitrale de 1384 : les protagonistes sont Giorgio Avogadro de Collobiano et Antonio del fu Francesco Avogadro de Collobiano.

L’intérêt pour les nouveaux défis de la médecine apparaît également à cette époque : deux parchemins des Archives de l’État le confirment. Il s’agit de la Medicinalis pandecta, rédigée vers 1332 par Matteo Silvatico, un médecin de Salerne qui cultivait des plantes médicinales dans son jardin, et dédiée au roi de Naples, Robert d’Anjou : l’ouvrage était destiné à fournir la dénomination correcte des simples produits végétaux, minéraux et animaux. Enfin, un acte daté du 20 juillet 1361 témoigne d’une invocation religieuse-scaramantique contre la “mort subite”, probablement rédigée pendant l’épidémie de peste qui a frappé la ville de Vercelli en 1361.

L’exposition se termine par une expérience visuelle à fort impact émotionnel : la majesté des images reproduisant les quatre crucifix médiévaux (celui de Pavie dans la basilique de San Michele, celui de Casale Monferrato dans la cathédrale de Sant’Evasio, celui d’Ariberto dans le musée de la cathédrale de Milan et celui de Vercelli dans la cathédrale de Sant’Eusebio), avec une attention particulière pour le crucifix de Vercelli.

Tous les aspects du Vercelli médiéval sont retracés dans une grande exposition qui souligne l’importance de la conservation des archives pour connaître et comprendre une réalité sociale complexe, aussi éloignée chronologiquement de l’époque actuelle que celle du Moyen-Âge.

Vercelli, une exposition pour découvrir la ville médiévale et tous ses secrets
Vercelli, une exposition pour découvrir la ville médiévale et tous ses secrets


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.