Amart 2023, des antiquités de haute qualité à Milan: une revue (avec les prix)


La cinquième édition d'Amart, la foire aux antiquités qui s'est tenue au Museo della Permanente de Milan du 8 au 12 novembre, a démarré. Voici quelques-uns des moments les plus intéressants: un compte-rendu, avec quelques prix d'œuvres exposées.

La cinquième édition d’Amart est vraiment de premier ordre. Le marché des antiquités de Milan, qui se tiendra cette année au Museo della Permanente du 8 au 12 novembre, entend devenir un événement de référence pour les passionnés et les collectionneurs d’Italie et d’ailleurs qui, lors de l’exposition organisée par l’Associazione Antiquari Milanesi , pourront voir, cette année, la proposition de pas moins de 64 exposants caractérisés par une grande variété: allant des fonds d’or au grand XIXe siècle italien, de l’art oriental à l’art africain, du XXe siècle à l’art de la Renaissance, des bijoux aux estampes, aux livres rares et aux tapis. Créée en 2018 et en pleine expansion, Amart propose cette année une sélection de qualité, avec des œuvres couvrant toutes les gammes de prix.

La visite des stands commence avec Antichità Nobili , le premier exposant que l’on rencontre en montant l’escalier Permanente, avec une belle Allegoria della Carità (Allégorie de la Charité ) de Sebastiano Ricci, une œuvre influencée par Annibale Carracci, dont le sens du classicisme et le charme harmonieux se retrouvent dans cette œuvre, notamment dans les douces expressions de l’amour de Dieu, harmonieux, harmonieux, harmonieux, harmonieux.La richesse de la touche, particulièrement évidente dans les reflets bien conservés des draperies blanches et dans les tons de chair, est typique du style pictural spontané de Ricci, qui a ouvert la voie aux grands artistes vénitiens du XVIIIe siècle. Non loin de là, le stand du Génois Capozzi présente un buste du doge Giovanni Antonio Giustiniani attribué à Domenico Parodi, l’un des grands noms de la sculpture baroque ligure, une œuvre de qualité qui représente le doge avec une coupe en biais, une perruque vive et un regard sévère, autant de détails qui contribuent à l’efficacité de l’image. La galerie d’art Mainetti , toute proche, présente quant à elle un singulier Autoritratto dal barbiere (Autoportrait d’un barbier ) d’Anselmo Bucci, une œuvre de 1916, tandis qu’une belle croix processionnelle en cuivre doré et repoussé d’un orfèvre sulmonais du début du XIIIe siècle est exposée au stand voisin d’Umbria Artis. À côté, Mattarte présente ce que l’historien de l’art Riccardo Lattuada définit comme “une découverte exceptionnelle concernant les débuts de l’activité de Salvator Rosa”, à savoir un Martyre de saint Laurent (45.000) exécuté par le peintre napolitain dans ses jeunes années, qui montre “avec la violence du signe, le goût savoureux de la peinture étudiée dans l’atelier d’Aniello Falcone, avec des références claires au goût de Battistello Caracciolo et Belisario Corenzio, puis au contact de son ami Domenico Gargiulo dit Micco Spadaro et de l’Allemand Johan Heinrich Schoenfeld”.

Le stand de la galerie Laocoonte - W. Apolloni
Le stand de la galerie Laocoonte - W. Apolloni
Le stand des dames et des chevaliers Le stand de
Dame e Cavalieri
Le stand Verdini Antiques
Le stand Verdini Antiques

Viennent ensuite de nombreux tableaux animaliers: un lion et un renard avec leurs petits sur le stand Lucas, les chats de Jules Gustave Leroy sur le stand RV Art Gallery Studio. Le stand de Studiolo Fine Art présentait quelques joyaux des XIXe et XXe siècles: les deux odalisques de Vito d’Ancona, qui illustrent le goût pour l’exotisme de l’époque (les deux tableaux datent de 1877 et 1874: 30 000 euros chacun), et la grande gymnaste en bronze de Vindizio Nodari Pesenti (25 000 euros) de 1939, exposée à la Biennale de Venise l’année suivante. L’art nordique est représenté sur le stand de Caiati par les singulières Tentations de saint Antoine de l’artiste flamand du XVIIe siècle Mattheus van Helmont (80 000 euros) et une minuscule mais exquise Nature morte au casque du XIXe siècle d’Hippolyte Pierre Delanoy (8 000 euros), tandis que l’exposition Ars Antiqua est présentée sur le stand de Caiati .000), tandis qu’Ars Antiqua évoque l’art du Caravage avec un Couronnement d’épines que Massimo Pulini a attribué à Bartolomeo Mendozzi, et s’étend du XVIe siècle (avec une délicate Madeleine pénitente de Giovanni Battista Castello) au XVIIIe siècle: À ne pas manquer, le Roi David et l’Arche d’Alliance au Temple de Jérusalem , qui “révèle le coup de pinceau évident d’Alberto Carlieri”, comme l’indique la fiche technique rédigée par Alberto Crispo. Une proposition hétérogène sur le stand de Tornabuoni Arte, allant des fonds d’or (une Vierge à l’Enfant entre les saints Jacques l’Ancien, Paul, Jean Baptiste et Catherine d’Alexandrie de Ventura di Moro, fourchette de prix 70-90 000 €) au XXe siècle (une Nature morte de Giorgio Morandi, plus de 1 000 000 €) en passant par la Renaissance (une Nature morte de Giorgio Morandi, plus de 1 000 000 €) et la Renaissance (une Nature morte de Giorgio Morandi, plus de 1 000 000 €).000) en passant par la Renaissance (une Vierge à l’Enfant de Giovanni di Niccolò Mansueti, également dans la fourchette 70-90 000 €, identifiée par l’érudit Matteo Vinco, pour une découverte confirmée par une reproduction en noir et blanc dans la photothèque de Federico Zeri, à qui l’on doit l’attribution de l’œuvre à Mansueti). Vinco, qui dans son étude exhaustive situe l’exécution de ce panneau entre 1510 et 1515, note que “l’Enfant Jésus déséquilibré sur un côté et en train de bénir” représente “[ ?une solution fréquemment adoptée par Giovanni Mansueti”, ainsi que la “Madone assise, les jambes et le buste généralement tournés vers la gauche et la main soutenant le pied de l’Enfant Jésus”. Autre caractéristique, la “craquelure régulière et uniforme” de la mine blanche, “probablement due à la composition du pigment”, que le chercheur a retrouvée dans d’autres œuvres de l’artiste, comme la Vierge à l’enfant, saint Jean et saint Benoît de Mansueti lui-même, qui faisait partie de la collection Berenson à Florence. De même, l’artiste vénitien se distingue par le dessin sous-jacent marqué qui est réapparu à l’œil au fil des siècles, particulièrement évident “à la hauteur de la main gauche de la Vierge et du pied gauche de l’Enfant Jésus” et “probablement à attribuer à l’utilisation d’un dessin humoristique”.

Sebastiano Ricci, Allégorie de la charité (huile sur toile, 150,7 x 109,5 cm). Présentée par Antichità Nobili
Sebastiano Ricci, Allégorie de la charité (huile sur toile, 150,7 x 109,5 cm). Présenté par Antichità Nobili
Domenico Parodi, Giovanni Antonio Giustiniani (buste en marbre blanc, hauteur 75 cm). Présenté par Capozzi Antiquities
Domenico Parodi, Giovanni Antonio Giustiniani (buste en marbre blanc, 75 cm de haut).
Présenté par
Capozzi Antichità
Anselmo Bucci, Autoportrait du barbier (1916 ; huile sur toile). Présenté par la galerie d'art Mainetti
Anselmo Bucci, Autoportrait du barbier (1916 ; huile sur toile).
Présenté
par la Galleria d’Arte Mainetti
Orfèvre sulmonais, croix d'Astylar (début du XIIIe siècle ; cuivre doré et repoussé). Présenté par Umbria Artis
Orfèvre sulmonais, Croce astile (début du XIIIe siècle ; cuivre doré et repoussé).
Présenté par
Umbria Artis
Salvator Rosa, Le martyre de saint Laurent (huile sur toile, 43 x 72 cm). Présenté par Mattarte
Salvator Rosa, Le martyre de saint Laurent (huile sur toile, 43 x 72 cm).
Présenté par
Mattarte
Vito d'Ancona, Odalisque assise (1877 ; huile sur panneau, 32 x 23,7 cm). Présenté par Studiolo Fine Art
Vito d’Ancona, Odalisque assise (1877 ; huile sur panneau, 32 x 23,7 cm).
Présenté par
Studiolo Fine Art
Vindizio Nodari Pesenti, La gymnaste (1939 ; plâtre patiné, hauteur 170 cm). Présenté par Studiolo Fine Art
Vindizio Nodari Pesenti, Le gymnaste (1939 ; plâtre patiné, 170 cm de haut).
Présenté par
Studiolo
Fine Art
Mattheus van Helmont, Les tentations de saint Antoine (huile sur toile, 57,5 x 83,5 cm). Présenté par Caiati
Mattheus van Helmont, Les tentations de saint Antoine (huile sur toile, 57,5 x 83,5 cm).
Présenté
par Caiati
Hyppolite Pierre Delanoy, Nature morte au casque (huile sur panneau, 12,5 x 16 cm). Présenté par Caiati
Hyppolite Pierre Delanoy, Nature morte au casque (huile sur panneau, 12,5 x 16 cm).
Présenté par
Caiati
Alberto Carlieri, Le roi David et l'arche d'alliance dans le temple de Jérusalem (huile sur toile, 111 x 114 cm). Présenté par Ars Antiqua
Alberto Carlieri, Le roi David et l’arche d’alliance au temple de Jérusalem (huile sur toile, 111 x 114 cm).
Présenté
par Ars Antiqua
Giovanni di Niccolò Mansueti, Vierge à l'enfant (huile sur panneau ; 59 x 46 cm). Présentée par Tornabuoni Arte
Giovanni di Niccolò Mansueti, Vierge à l’enfant (huile sur panneau ; 59 x 46 cm).
Présenté
par Tornabuoni Arte
Julian Schnabel, Version of Chuck 12 (2003 ; huile sur toile cirée, 182,9 x 182,9 cm). Présentée par Sperone Westwater
Julian Schnabel, Version of Chuck 12 (2003 ; huile sur toile cirée ; 182,9 x 182,9 cm).
Présenté
par Sperone Westwater

En descendant au rez-de-chaussée, où se trouvent les autres exposants, on rencontre d’abord une grande toile, Version of Chuck 12, de Julian Schnabel: c’est ainsi que Gian Enzo Sperone se présente au public, qui apporte à l’exposition cette œuvre surprenante datant de 2003. Art Studio Pedrazzini apporte à Amart une belle sélection d’œuvres de l’artiste du XIXe siècle Giorgio Belloni, dont la galerie milanaise a commencé à éditer le catalogue général, tandis que le stand de la galerie Laocoon - W. Apolloni: on y trouve des œuvres de chevalet, des dessins et des études pour des fresques. Il y a aussi le grand Parnasse de presque cinq mètres de large (150.000), l’une des plus célèbres créations d’après-guerre de Funi, destinée à rivaliser avec les œuvres de Mengs à la Villa Albani de Rome et d’Appiani à la Villa Reale de Milan (l’œuvre a d’ailleurs été conservée par l’artiste jusqu’à sa mort: il l’a conservée dans la salle de classe de l’Académie de Brera où il enseignait la technique de la fresque, puis elle est passée au galeriste Luigi Colombo, exécuteur testamentaire de Funi, avant de se retrouver dans une collection privée et d’être découverte récemment). Les galeries d’Enrico proposaient une belle sélection d’art du XIXe siècle, dont un Portrait d’une dame au gant de Giovanni Boldini et le célèbre Rio a Riomaggiore de Telemaco Signorini, l’une des œuvres les plus intéressantes de la foire (Boldini et Signorini autour de 200 000 euros), tandis que les galeries Bruni, situées à proximité, proposaient une sélection d’œuvres d’art du XIXe siècle.Un spécimen de Melancolia I, le célèbre burin de 1514 d’Albrecht Dürer, apporté à Amart par Salamon Fine Art, suscite également beaucoup d’intérêt: “Il s’agit, explique Lorenza Salamon, d’une épreuve coevalente, Meder a, avec une provenance étonnante: Mariette” (110.000 €). Giamblanco de Turin présente un Martyre de Saint-André que Tommaso Borgogelli a attribué au rare génois Pasquale Chiesa, ainsi qu’une Conversion de Marie-Madeleine par Giovanni Francesco Guerrieri qui sera bientôt publiée dans la monographie de l’artiste, et de nouveau le Reggio Emilia de Turin présente un Martyre de Saint-André que Tommaso Borgogelli a attribué au rare génois Pasquale Chiesa.L’artiste de Reggio Emilia, Phidias , propose, en plus de plusieurs tableaux de Ligabue, dont Cavalli imbizzarriti sotto il temporale, une grande toile de Cesare Saccaggi sur le thème de Dante, Incipit Vita Nova, qui revient curieusement au même endroit, le bâtiment de la Permanente, où elle a été exposée pour la première fois en 1903. "Les références temporelles et spatiales que Dante nous fournit dans la Vita nova sont très peu nombreuses et extrêmement symboliques“, écrit la chercheuse Elena Lago, ”et Saccaggi semble vouloir suivre cet expédient poétique en plaçant l’image des deux jeunes gens dans une salle de classe, à l’intérieur d’un bâtiment.Saccaggi semble vouloir suivre cet expédient poétique, en plaçant l’image des deux jeunes gens dans un moment magique indéfini de l’adolescence, dans le précieux moment de changement intérieur inhérent à l’Incipit vita nova, une expression reproduite en haut du cadre doré élaboré. Béatrice est vêtue de rouge et de blanc, dans une version imaginaire de la robe qui unit les deux visions dantesques de la première et de la deuxième rencontre. L’imaginaire, c’est aussi la scène. Dans aucun passage de la Vita nova, en effet, Dante ne décrit un moment où ils marchent ensemble: le contact maximal qui a lieu entre les deux est visuel, suivi de l’échange vertueux et très pur des salutations ; pour le reste, tout apparaît plutôt vague et allégoriquement indéfini, avec l’intention claire de vouloir évoquer une conversation contemplative émotionnelle".

Des fonds d’or spectaculaires au stand Altomani & Sons (anticipés par l’une des peintures les plus célèbres d’Antonio Campi, son San Girolamo signé et daté de 1563, qui a fait l’objet d’une publication de Marco Tanzi en 2008): On remarquera en particulier un rare cadre mural représentant Sainte Catherine d’Alexandrie, par Sano di Pietro, et un compartiment de prédelle de Spinello Aretino, une Adoration des Mages probablement peinte pendant le séjour de Spinello à Pise, où l’artiste s’est rendu après 1391 (elle faisait à l’origine partie d’un triptyque dont le panneau central était une Vierge à l’Enfant). A proximité, la Galerie Dys44 Lampronti a présenté une sélection très similaire à celle apportée à Turin la semaine précédente par Flashback: le public milanais a donc eu l’occasion de voir le Canaletto à partir d’environ 10 000.000 €(L’arrivée de l’ambassadeur français Jacques-Vincent Languet, comte de Gergy, au palais des Doges le 5 novembre 1726), d’un mètre quatre-vingt de hauteur sur plus de deux mètres cinquante de largeur, présentée en 2019 à Modenantiquaria avec attribution à Luca Carlevarijs, alors qu’elle avait déjà été donnée à Canaletto. Par rapport à Flashback, on trouve cependant une belle œuvre d’Elisabetta Sirani, une Bérénice se coupant les cheveux , qui a été incluse dans l’exposition sur les femmes dans l’art organisée à Brescia au Palazzo Martinengo en 2022 (environ 200 000 €). Une autre des “vedettes” de cette édition d’Amart se trouve sur le stand de Callea Antichità: il s’agit de la Vierge à l’enfant de Domenico del Ghirlandaio (840 000 €), récemment exposée à l’exposition de l’Académie des beaux-arts de Brescia.000), récemment exposée à la grande exposition du Pérugin à la Galleria Nazionale dell’Umbria, et qui se trouve en face de la Madone Ryerson de Garofalo (€180,000), une œuvre splendide datant d’environ 1500-1502, notifiée exactement comme celle de Ghirlandaio. Sur le stand Top Time se trouve une exceptionnelle pendule de table française à deux cadrans, d’époque Louis XVI, à complications astronomiques, dite “à la Geometrie”, représentant deux personnages en bronze bruni, à droite une allégorie de la Géométrie tenant un goniomètre et une table sur laquelle se trouve la formule mathématique de l’optimisation entre la valeur de l’horloge et celle de la table. la formule mathématique d’optimisation entre la fusée et le mouvement du ressort à l’intérieur du barillet, calculée en 1702 par le mathématicien Pierre de Varignion et installée dans le mouvement de la montre proposée par la galerie: un objet d’une grande rareté qui est présenté sur un socle de marbre griotte rouge et de bronze doré.

La galerie Cannucciari présente également d’excellents fonds d’or, en particulier une Vierge à l’enfant et aux saints du Maître de Montefloscoli, présentée à côté d’un beau Portrait d’un gentilhomme à l’enfant de Santi di Tito. La galerie Orsini Arte e Libri , quant à elle, présente une Ila enlevée par les nymphes de Pelagio Palagi, un ajout récent au corpus du grand peintre bolonais, considéré comme une œuvre significative de sa première maturité. L’exposition se termine par un somptueux mur d’œuvres de petit format du divisionnaire de Leghorn Benvenuto Benvenuti, présentées par le 800/900 Artstudio de Leghorn.

Œuvres de Giorgio Belloni présentées par Art Studio Pedrazzini
Œuvres de Giorgio Belloni présentées par Art Studio Pedrazzini
Achille Funi, Parnasse (1948-1953 ; tempera et feuille d'or sur panneau, 212 x 476 cm). Présentée par Galleia del Laocoonte - W. Apolloni
Achille Funi, Parnaso (1948-1953 ; tempera et feuille d’or sur panneau, 212 x 476 cm). Présentée par Galleia del Laocoonte - W. Apolloni
Albrecht Dürer, Le Chevalier, la Mort et le Diable (1513 ; burin original, 246 x 187 mm). Présenté par Salamon Fine Art
Albrecht Dürer, Le chevalier, la mort et le diable (1513 ; burin original, 246 x 187 mm). Présenté par Salamon Fine Art
Cesare Saccaggi, Incipit Vita Nova (1903 ; huile sur toile, 120,6 x 92,7 cm). Présenté par Phidias
Cesare Saccaggi, Incipit Vita Nova (1903 ; huile sur toile, 120,6 x 92,7 cm).
Présenté par
Phidias
Sano di Pietro, Cadre mural représentant Sainte Catherine d'Alexandrie (bois de peuplier, os sculpté, incrustations de rubans d'os, de corne et de bois, tempera et feuilles d'or peintes, diamètre du centre 10 cm, cadre 38 x 23,5 cm). Présenté par Altomani & Sons
Sano di Pietro, Cadre mural représentant Sainte Catherine d’Alexandrie (bois de peuplier, os sculpté, incrustations d’os, de corne et de ruban de bois, tempera et feuille d’or peinte, diamètre du centre 10 cm, cadre 38 x 23,5 cm). Présenté par Altomani & Sons
Spinello Aretino, Adoration des Mages (vers 1395 ; tempera et or sur panneau, 21,9 x 38,1 cm). Présenté par Altomani & Sons
Spinello Aretino, Adoration des Mages (vers 1395 ; tempera et or sur panneau, 21,9 x 38,1 cm). Présenté par Altomani & Sons
Giovanni Boldini, La dame au gant (huile sur panneau, 46,3 x 37,6 cm). Présentée par Enrico Gallerie d'Arte
Giovanni Boldini, La Dame au gant (huile sur panneau, 46,3 x 37,6 cm).
Présenté
par Enrico Gallerie d’Arte
Domenico Ghirlandaio, Madone de Wendelstadt (vers 1472 ; tempera grassa sur panneau, 60 x 44 cm). Présenté par Callea
Domenico Ghirlandaio, Madone Wendelstadt (vers 1472 ; tempera grassa sur panneau, 60 x 44 cm).
Présenté
par Callea
Benvenuto Tisi dit Garofalo, Madone de Ryerson (vers 1500-1502 ; panneau transporté sur toile, 48 x 28 cm). Présentée par Callea
Benvenuto Tisi dit Garofalo, Madone Ryerson (vers 1500-1502 ; panneau transporté sur toile, 48 x 28 cm).
Présenté par
Callea
Antonio Canal dit Canaletto, L'arrivée de l'ambassadeur français Jacques-Vincente Languet, comte de Gergy, au palais des Doges à Venise le 5 novembre 1726 (1726-1727 ; huile sur toile). Présenté par la galerie Lampronti
Antonio Canal dit Canaletto, L’arrivée de l’ambassadeur français Jacques-Vincente Languet, comte de Gergy, au palais des Doges à Venise le 5 novembre 1726 (1726-1727 ; huile sur toile). Présenté par la galerie Dys44 Lampronti
Pendola à la géométrie (1782-1788 ; 70 x 64,5 cm). Présenté par Top Time Musa
Pendola à la géométrie (1782-1788 ; 70 x 64,5 cm).
Présenté
par Top Time Musa
Pelagio Palagi, Ila enlevée par des nymphes (vers 1810 ; huile sur toile, 170 x 215 cm). Présenté par Orsini Art and Books
Pelagio Palagi, Ila enlevée par des nymphes (vers 1810 ; huile sur toile, 170 x 215 cm).
Présenté
par Orsini Arte e Libri
Maître de Montefloscoli, Vierge à l'enfant avec des saints (première moitié du XVe siècle ; détrempe sur panneau avec fond d'or). Présenté par la galerie Cannucciari
Maître de Montefloscoli, Vierge à l’enfant avec des saints (première moitié du XVe siècle ; tempera sur panneau avec fond d’or) .
Présenté
par la Galerie Cannucciari
Œuvres de Benvenuto Benvenuti présentées par 800/900 Art Studio
Œuvres de Benvenuto Benvenuti présentées par 800/900 Art Studio

En marge de la journée d’ouverture, le président de l’Associazione Antiquari di Milano, Michele Subert, a souligné “le grand engagement des exposants pour trouver et présenter à AMART des œuvres nouvelles sur le marché, parfois même inédites, jusqu’à de nouvelles attributions d’œuvres. Il est surprenant de constater le nombre d’œuvres provenant de collections privées, souvent illustres, présentes cette année”.

Les prix de cette édition ont également déjà été décernés. Depuis sa première édition, AMART a en effet institué un prix(Best Exhibition Design Award) réservé aux trois meilleures installations de stand, décerné cette année par un jury composé de l’architecte d’intérieur Clara Bona, de la jeune et brillante conservatrice et blogueuse d’art Maria Vittoria Baravelli, de l’architecte spécialisé en muséographie Michele Piva et de l’historien de l’art Stefano Zuffi. Le jury a désigné les lauréats de l’édition en cours, en motivant sa décision comme suit: Stand 46. In Opera Italian Arts, Milan (“La lumière, le graphisme, les couleurs et les tonalités des différents matériaux des œuvres exposées composent une atmosphère élégamment équilibrée et cohérente”) ; Stand 31. Salamon Fine Art, Milan (“Des œuvres de différentes époques, dimensions, techniques et matériaux sont mises en valeur par un aménagement soigné, avec des solutions courageuses et réussies comme les cadres pour les gravures”) ; Stand 44. Dalton Somarè, Milan (“Le choix efficace des éclairages et des socles met en valeur des sculptures très suggestives, dans un dialogue rythmé entre les époques et les continents”).


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.