La collection éclectique du designer Manfredi della Gherardesca mise aux enchères


La dispersion de la collection du célèbre designer Manfredi della Gherardesca, décédé en 2022, aura lieu le 24 avril. La collection éclectique du comte sera vendue par la maison de vente aux enchères anglaise Dreweatts. Voici ce qu'il faut savoir et quelles sont les principales pièces à vendre.

La collection du comte Manfredi della Gherardesca (1961 - 2022), célèbre architecte d’intérieur, collectionneur, marchand d’art et conservateur décédé en 2022, sera mise aux enchères le mercredi 24 avril par la maison anglaise Dreweatts. La vente, intitulée Alchemy of Design. The Collection of count Manfredi della Gherardesca , dispersera plus de 400 lots sur le marché pour une valeur totale d’environ 600 000 livres sterling. Manfredi est né dans la noble famille della Gherardesca et a grandi entouré de la beauté des musées et des galeries de Florence. Cet environnement lui a permis de développer une solide conscience de son propre goût et de l’importance des arts décoratifs en tant que fondement de la culture occidentale. Plus tard, Manfredi della Gherardesca est attiré par le contemporain et la façon dont l’art contemporain remet en question les goûts et les préjugés ancrés. Le designer consacrera le reste de sa vie professionnelle à équilibrer ces deux thèmes importants. Le plaisir de placer l’un à côté de l’autre deux objets apparemment incongrus sans diminuer l’importance de l’un ou de l’autre, mais en créant au contraire une sorte de pays des merveilles où les invités peuvent apprendre et voir quelque chose de “différent”, était une sorte d’obsession pour Manfredi della Gherardesca.

Parmi ses proches, l’artiste américain Jeff Koons a déclaré : “Manfredi était une personne extraordinaire. Son esthétique était claire et nette. Je me souviens d’une fois où Manfredi m’a invité à voir les premières peintures pastorales de Poussin. Aujourd’hui encore, je ressens la qualité de ces œuvres et l’atmosphère qu’il a partagée avec moi. Je me sentirai toujours uni à Manfredi par la sensibilité qu’il a partagée avec moi sur sa vision de la grandeur”. Lady Getty l’a décrit comme un “iconoclaste, un esthète, un éclectique, un homme d’une époque plus raffinée et romantique, tout droit sorti d’une peinture florentine du XVIe siècle. Il avait un éclectisme et un goût artistique débridés, tempérés par son œil incroyable et sa conviction absolue. Une étoile rare qui a illuminé notre firmament pendant un temps trop bref”.

La carrière de Manfredi della Gherardesca a commencé par sa nomination en tant que directeur de L’Antiquaire & The Connoisseur Gallery à New York. Il a ensuite rejoint la division de conseil en art privé de la Citibank avant de devenir président de Sotheby’s Italie. En 2000, il a fondé MDG Fine Arts pour réunir des galeries, des maisons de vente aux enchères, des institutions et des collectionneurs privés. En 2016, il s’est reconverti dans la décoration d’intérieur, après avoir été régulièrement invité à participer à l’aménagement de plusieurs maisons avec des antiquités et des objets d’art.

La vente de Dreweatts explore les nombreuses activités de Manfredi, allant de l’art moderne et contemporain au design et à la photographie, en passant par les maîtres anciens, le mobilier, la sculpture anglaise et européenne, ainsi que les nombreux objets décoratifs exceptionnels qu’il utilisait précisément comme des éléments alchimiques (d’où le titre de la vente) pour équilibrer et soigner son harmonie éclectique. Joe Robinson, responsable des ventes et des collections privées à Dreweatts House, a déclaré à propos de cette collection extraordinaire : “Manfredi possédait la rare qualité d’avoir un goût excellent, de vastes connaissances et une vision extraordinaire. Sa profonde passion a fait de lui un collectionneur unique, sophistiqué et éclectique, avec une profondeur culturelle représentative de son appréciation aiguë de la beauté sous toutes ses formes. Dreweatts est fier d’avoir travaillé avec Manfredi dès les premières étapes du développement de sa vente et d’avoir fait confiance à sa collection. Cette collection est emblématique de son style sublime, spirituel et original”.

Maison de Manfredi della Gherardesca. Photo : James McDonald
Maison de Manfredi della Gherardesca. Photo : James McDonald
Maison de Manfredi della Gherardesca. Photo : James McDonald
Maison Manfredi della Gherardesca.
Photo : James
McDonald
Maison de Manfredi della Gherardesca. Photo : James McDonald
Maison de Manfredi della Gherardesca.
Photo : James
McDonald
Maison de Manfredi della Gherardesca. Photo : James McDonald
Maison de Manfredi della Gherardesca.
Photo : James
McDonald
Maison de Manfredi della Gherardesca. Photo : James McDonald
Maison de Manfredi della Gherardesca.
Photo : James
McDonald

Principaux objets à vendre

Parmi les pièces maîtresses de la collection figure une étude pour un portrait de Gerland Heard (estimation 20-30 000 £, environ 23-35 000 euros) de l’artiste moderne britannique Glyn Philpot (Londres, 1884 - 1936). Gerland Heard était un ami d’Aldous Huxley, de W.H. Auden et de Christopher Isherwood, qui lui a dédié son roman A Meeting by the River. Il était adepte du mouvement Vedanta et a écrit un livre intitulé Pain, Sex and Time (Douleur, sexe et temps).

Il y a également un tableau du peintre flamand Jacobus Ferdinandus Saey (Anvers, 1658 - Vienne ?, 1726), dont l’œuvre se concentre sur la représentation de groupes de personnes élégantes de la haute société, habillées de manière exubérante et engagées dans des activités créatives ou artistiques, devant de grands bâtiments imaginaires de style classique, Renaissance et baroque. Certaines des scènes architecturales de Saey s’inspiraient de sujets tirés de la Bible ou de la mythologie, tandis que d’autres racontaient simplement une histoire visuelle à des fins de divertissement, faisant intervenir des personnages imaginaires inventés par l’artiste. Saey cherchait à impressionner les spectateurs avec ses réalisations techniques de perspective architecturale, d’éclairage intense et de figures fantastiques. La peinture à l’huile sur toile proposée, intitulée Un portique classique avec une compagnie élégante réunie près d’une fontaine, est signée et datée de 1694. Elle est estimée entre 10 et 15 000 livres sterling (environ 12 à 18 000 euros).

Le Portrait d’un caniche du peintre, graveur et tapissier rococo français Jean-Baptiste Oudry (Paris, 1686 - Beauvais, 1755) est particulier, typique des œuvres de l’artiste, qui étaient principalement des peintures naturalistes d’animaux. Après avoir intégré l’école d’art de l’Académie de Saint-Luc, Oudry se concentre sur le portrait et travaille avec le grand artiste français Nicolas de Largillière de 1707 à 1712. Oudry obtient son diplôme très jeune, à l’âge de 22 ans, en 1708, et est salué pour son talent exceptionnel. Après avoir fait ses preuves dans le domaine du portrait, Oudry commence à créer des natures mortes avec des animaux, des fruits et des sujets religieux. À cette époque, il est chargé par le directeur de la manufacture royale de tapisseries de Beauvais, Noël-Antoine de Mérou, de créer les dessins d’une des plus célèbres séries de tapisseries de l’époque, Les Amusements Champêtres. Oudry est présenté au marquis de Beringhen, maître des écuries royales, pour lequel il exécute quelques tableaux en 1727, suivis d’une suite de paysages à la manière flamande. Il s’ensuit des commandes beaucoup plus prestigieuses de portraits d’animaux, tels que des scènes de chasse et des animaux de compagnie de familles riches. La peinture à l’huile sur toile proposée aux enchères représente un caniche plutôt majestueux qui se tient fièrement et domine la scène ; l’estimation est de 6-8 000 livres sterling (environ 7-9 300 euros).

Il y a également une œuvre de l’une des artistes américaines les plus remarquables, Lorna Simpson (Brooklyn, 1960), la première femme noire à avoir vu ses œuvres exposées à la Biennale de Venise. Elle est connue pour son utilisation de vieilles photographies auxquelles elle donne un nouveau contexte en combinant d’autres matériaux pour créer un effet de collage. Une phrase est ensuite ajoutée pour faire une déclaration sur des sujets tels que la politique d’identité. Plus tard, il a ajouté à son travail des installations, des vidéos et des peintures. L’œuvre à vendre s’intitule Redd et inverse la chevelure du personnage féminin, obligeant le spectateur à réévaluer l’identité de cette personne, nous poussant ainsi à repenser notre identité. L’œuvre est estimée à 10-15 000 £ (environ 12-18 000 €).

Glyn Philpot, Étude pour un portrait de Gerland Heard (huile sur carton)
Glyn Philpot, Étude pour un portrait de Gerland Heard (huile sur carton)
Jacob Ferdinand Saeys, Un portique classique avec une élégante compagnie réunie autour d'une fontaine (1694 ; huile sur toile)
Jacob Ferdinand Saeys, Un portique classique avec une élégante compagnie réunie près d’une fontaine (1694 ; huile sur toile)
Jean-Baptiste Oudry, Portrait d'un caniche (huile sur toile)
Jean-Baptiste Oudry, Portrait d’un caniche (huile sur toile)
Lorna Simpson, Redd (encre et collage sur papier)
Lorna Simpson, Redd (encre et collage sur papier)

D’importantes pièces de mobilier sont également exposées. Un rare exemplaire de la chaise Floris en fibre de verre laquée rouge brillant, rendue célèbre par le designer Guenter Beltzig (Wuppertal, 1941) en 1967, est notamment proposé à la vente. À la fin des années 1960, Beltzig s’est consacré à la conception de meubles innovants en plastique, renforcés par des moules ergonomiques qui se fondent dans des formes végétales. Conçue à l’origine comme une chaise d’extérieur pour enfants, la forme surréaliste de la chaise Floris est basée sur un moulage du corps de Beltzig, qu’il a ensuite transformé en un siège semblable au corps humain. Les premières chaises de ce type appartiennent à la première série, qui comprenait 50 pièces de différentes couleurs (orange, vert, jaune et rouge), ce qui les rend extrêmement rares. L’estimation est de 1 500-2 500 £ (environ 1 700-3 000 €). Une paire de chaises à chapiteau ionique en bois laqué noir et blanc de l’un des artistes et designers italiens les plus novateurs du XXe siècle, Piero Fornasetti (Milan, 1913 - 1988), illustre le côté le plus extravagant de la collection. Fornasetti a utilisé des images picturales et décoratives dans le style des gravures sur des meubles, des céramiques et des vêtements, tels que des foulards en soie, ainsi que sur des objets. Une collaboration dans les années 1940 avec Gio Ponti (Giovanni Ponti ; Milan, 1891 - 1979), qui était également son mécène, a donné naissance à des pièces fraîches et innovantes qui ont connu un grand succès et sont très recherchées sur le marché. Les œuvres de Fornasetti, comme celles-ci, sont également des sculptures fonctionnelles et constituent aujourd’hui un complément divertissant à tout intérieur. Elles sont également estimées entre 1 500 et 2 500 livres sterling.

Du côté des arts décoratifs, une paire colorée de faisans en porcelaine de la “famille rose” est mise en vente. La porcelaine de la famille rose tire son nom des tons rosés des pièces, créés en mélangeant de l’or colloïdal (de minuscules fragments d’or en suspension dans l’eau) et de la glaçure. Elle a été introduite en Chine depuis l’Europe sous le règne de l’empereur Yongzheng de la dynastie Qing (1723 à 1735). La meilleure porcelaine rose de famille était produite dans les fours impériaux de Jingdezhen : les pièces étaient cuites puis peintes, avant de recevoir une glaçure finale à base de sable de quartz mélangé à du plomb, avant une seconde cuisson. La glaçure spéciale était alors utilisée pour rehausser l’éclat des couleurs. Très souvent, les pièces qui parviennent en Europe sont des copies réalisées par des artisans locaux, mais l’authenticité peut être vérifiée par des signes tels que l’épaisseur de l’émail, la qualité de la peinture et leur forme, ainsi que les marques des personnages peints sur la base des pièces. La paire de faisans est vendue avec une estimation de 1 200-1 800 £ (environ 1 400-2 100 €).

Guenter Beltzig, Chaire Floris
Guenter Beltzig, Chaise Floris
Piero Fornasetti, Paire de chaises Capitello Ionico
Piero Fornasetti, Paire de chaises Capitello Ionico
Paire de faisans en céramique de la famille rose
Paire de faisans en céramique de la famille rose
Groupe de pièces en céramique noire de Namur
Groupe de pièces en céramique noire de Namur
Jean-Baptiste Nini, Médaillons en terre cuite
Jean-Baptiste Nini, Médaillons en terre cuite

Un groupe de pièces en céramique belge de Namur à glaçure noire, dont la couleur noire caractéristique est obtenue à partir d’un très petit gisement d’argile noire provenant de bois fossilisé, est également proposé à la vente. Le style et la couleur étaient destinés à imiter les céramiques noires britanniques du même style, que les céramiques belges ont commencé à copier au XVIIIe siècle. Les deux types avaient la texture du grès fin et une glaçure noire très brillante. Les pièces les plus précieuses étaient décorées d’argent, comme dans les exemples présentés, et étaient principalement produites pour l’aristocratie du comté de Namur. Le groupe date du 19e siècle et reflète la manie de Manfredi della Gherardesca pour les objets de collection du même type (estimation de 2 à 3 000 £, soit environ 2 300 à 3 500 €).

Enfin, en ce qui concerne la sculpture, parmi les pièces les plus précieuses figure une série de treize médaillons avec des portraits en terre cuite italienne du XVIIIe siècle, réalisés par l’éminent sculpteur et graveur Jean-Baptiste Nini (Giovanni Battista Nini ; Urbino, 1717 - Chaumont-sur-Loire, 1786) et son atelier. Né à Urbino, en Italie, il s’installe en France et se spécialise dans la création de médaillons en terre cuite représentant des personnalités importantes de son temps. Au XVIIIe siècle, la terre cuite est devenue un matériau très en vogue pour la réalisation de petites sculptures, notamment de bustes, car elle est beaucoup plus facile à travailler que les matériaux sculptés et permet à l’artiste une approche plus spontanée. Parmi les personnages historiques importants qu’il a capturés dans ce groupe, citons Benjamin Franklin, Louis XVI, Marie-Antoinette, Madame de Flesselles, Jacques-Donatien Leray de Chaumont, l’impératrice Catherine la Grande, Suzanne Jarente de la Reynière, Louis XV et Marie-Thérèse d’Autriche. Certains médaillons ont déjà eu d’importants propriétaires, comme la collection privée de l’impératrice Catherine la Grande. Les médaillons mis en vente chez Dreweatts sont estimés entre 8 et 12 000 livres sterling (9 300 et 14 000 euros).


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.



Finestre sull'Arte