La pénibilité du travail dans l'art de la fin du XIXe siècle, une splendide exposition à Carrare. Les photos en avant-première


L'exposition "Couleurs et formes de travail. De Signorini et Fattori à Pellizza da Volpedo et Balla", du 16 juin au 21 octobre 2018.

L’exposition Colori e forme del lavoro ouvre ses portes demain à Carrare, au Palazzo Cucchiari. De Signorini et Fattori à Pellizza da Volpedo et Balla, organisée par Massimo Bertozzi et Ettore Spalletti, programmée du 16 juin au 21 octobre 2018. L’exposition présente des peintures et des sculptures de ces artistes qui, après l’unification de l’Italie, ont organisé une nouvelle figuration de l’histoire, ne représentant plus les héros de l’histoire et de la littérature, les poètes, les saints, mais des gens ordinaires pris dans leurs activités quotidiennes, en particulier dans le labeur du travail, dans les champs, dans les ateliers, dans le travail domestique, dans l’atelier. Ces artistes ont également représenté la misère et les conditions difficiles des travailleurs à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle: l’exposition, qui présente une cinquantaine d’œuvres d’artistes tels que Giuseppe Pellizza da Volpedo, Giovanni Fattori, Telemaco Signorini, Ettore Tito, Plinio Nomellini, Leonardo Bistolfi, Giacomo Balla et bien d’autres grands protagonistes de l’époque, est promue et organisée par la Fondation Giorgio Conti et se compose de sept sections: le travail domestique, les travaux des champs, les travaux maritimes et fluviaux, le commerce, le travail dans les ateliers et les usines, le travail dans les mines et les carrières, l’immigration et les conditions sociales.

"Cette année, explique Franca Conti, présidente de la Fondation Conti, le thème de l’exposition est très stimulant et très important, mais aussi très actuel. À travers les formes et les couleurs de l’art, nous analysons une période allant de l’unification de l’Italie à la Grande Guerre. Les protagonistes sont les travailleurs: les gens humbles, les artisans, les travailleurs de la terre. Et souvent, le protagoniste est le désespoir: désespoir du manque de travail, de la fatigue, des conditions de travail. Mais ce désespoir est toujours supporté avec une grande dignité. La Fondation Giorgio Conti est donc fière de présenter cette importante exposition, qui est aussi captivante et évocatrice, dans une ville comme Carrara où la tradition du travail est forte et où les activités liées à l’extraction et au traitement du marbre ont toujours conditionné une profonde culture du travail.

“Le thème ”art et travail", c’est-à-dire la façon dont les arts figuratifs ont interprété et vu le monde du travail, explique Ettore Spalletti, n’est pas un thème très nouveau: en Italie, de nombreuses expositions ont été organisées au cours des dernières décennies, à commencer par l’exposition de Milan en 1979, dont le sujet spécifique n’était pas le travail, mais les relations entre l’art et la société, et naturellement, au sein de ces relations, le travail a une importance toute particulière. Une autre étape importante a été l’exposition organisée au Vatican pour célébrer le centenaire de l’encyclique Rerum novarum de Léon XIII, une exposition européenne dont le thème était l’art et la société en Europe, avec des œuvres allant du début du 19e siècle au milieu du 20e siècle, ce qui signifie que le thème, comparé au nôtre, était beaucoup plus large, à la fois géographiquement et chronologiquement. Il y a eu ensuite beaucoup d’autres initiatives plus ou moins grandes et importantes, y compris des initiatives promues par le syndicat qui, à un moment donné, a commencé à organiser des expositions sur le thème du travail. Parmi ces initiatives, on peut citer l’exposition célébrant le 100e anniversaire de la fondation de trois chambres du travail en Lombardie, toujours avec des œuvres allant de la moitié du XIXe siècle à l’époque contemporaine. Ensuite, l’exposition organisée par la CGIL sur le thème du travail, avec des œuvres faisant partie des collections du syndicat et allant jusqu’à l’art contemporain. Dernièrement, l’accent a été mis sur la relation entre les arts figuratifs et le travail des femmes, en particulier sur la relation entre le travail des femmes et les arts appliqués, et cette ligne de recherche n’a pas donné lieu à des expositions, mais à des études très importantes et actuelles. Notre projet, je crois, se distingue de ces initiatives parce qu’il prend le monde du travail, et non la société, comme point de référence spécifique. L’exposition en particulier traite du monde du travail dans ses différentes activités: dans les champs, dans les ateliers, dans le commerce, dans les eaux, les mers et les rivières, etc. Autour de ce noyau et de ce balayage, nous avons essayé de représenter les différentes manières dont différents artistes ont interprété le même sujet: le résultat est un panorama très varié mais aussi inattendu. J’espère que ce choix pourra être partagé, apprécié et aussi source de réflexion".

Cela fait au moins vingt ans que j’aimerais organiser une exposition de ce type“, déclare Massimo Bertozzi, ”en particulier parce que j’aurais aimé exposer le Monumento alle Vittime del Lavoro (Monument aux victimes du travail) de Vincenzo Vela, qui se trouve à la Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea de Rome, mais qui, en raison du nouvel aménagement, est entreposé, de sorte que le public n’a plus la possibilité de le voir: pendant ces quatre mois, l’œuvre peut être admirée à Carrare, à l’entrée de l’exposition. Il s’agit d’une sculpture importante dans l’histoire de l’art: c’est la plus belle sculpture réaliste d’Europe et l’une des plus belles sculptures de tous les temps. Il s’agit d’un grand haut-relief monumental en bronze, exposé à l’entrée avec une œuvre d’Achille D’Orsi représentant un bineur épuisé par la fatigue. Son titre est “Promixus tuus” et Camillo Boito, lorsqu’il l’a vue à Paris, a dit que D’Orsi avait créé un monument à l’homme épuisé par le travail, parce qu’il représente un homme presque tué par la fatigue et la souffrance physique qu’entraîne une certaine façon d’aborder le travail. Nous avons fait ce choix pour le début de l’exposition pour dire que le travail c’est aussi la fatigue. Pour nous, aujourd’hui, le travail est aussi un moment de rédemption sociale, mais il y a eu une époque dans l’histoire où le travail était une dégradation, c’était presque une continuation de l’esclavage avec d’autres systèmes. Cette exposition parle aussi de cette situation, d’un temps où le travail est une contrainte, d’un temps où il y a le problème de ne pas avoir de travail, le problème de ceux qui ne sont plus capables de le faire, mais aussi le problème de ceux qui arrivent à le faire et qui le trouvent mais dans des conditions presque inhumaines. L’exposition commence par la découverte de la valeur de la démocratie en Italie, et les artistes découvrent par conséquent la nécessité de parler au peuple et de parler du peuple, de parler aux travailleurs et de parler des travailleurs. L’exposition dit que du travail comme contrainte on peut passer au travail comme rédemption et rachat, et nous aide ainsi à repenser ce qui était dit à l’époque des partisans: “un jour viendra où nous travaillerons tous en liberté”".

L’événement a obtenu le patronage de la Chambre des députés, de la région de Toscane et de la province de Massa et Carrara. Sponsor Red Graniti, partenaires techniques Unicoop Tirreno, Unicoop Firenze et la Feltrinelli. Partenaire média Finestre sull’Arte et Exibart. Vous trouverez ci-dessous une sélection exclusive en avant-première de l’exposition et de quelques-unes des œuvres qui se trouvent au Palazzo Cucchiari.

Vincenzo Vela, Monument aux victimes du travail (1882 ; bronze, 239 x 323 x 40 cm ; Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna e Contemporanea)
Vincenzo Vela, Monument aux victimes du travail (1882 ; bronze, 239 x 323 x 40 cm ; Rome, Galerie nationale d’art moderne et contemporain)


Salle d'exposition Couleurs et formes du travail à Carrare, Palazzo Cucchiari
Salle de l’exposition Couleurs et formes du travail à Carrare, Palazzo Cucchiari


Salle d'exposition Couleurs et formes du travail à Carrare, Palazzo Cucchiari
Salle d’exposition Couleurs et formes du travail à Carrare, Palazzo Cucchiari


Gerolamo Induno, le fileur
Gerolamo Induno, La fileuse (1863 ; huile sur toile, 65,5 x 52,2 cm ; Gênes, Galleria d’Arte Moderna)


Salle d'exposition Couleurs et formes du travail à Carrare, Palazzo Cucchiari
Salle d’exposition Couleurs et formes du travail à Carrare, Palazzo Cucchiari


Giovanni Fattori, L'attente (1899 ; huile sur panneau, 26,5 x 36,5 cm ; collection privée)
Giovanni Fattori, Attente (1899 ; huile sur panneau, 26,5 x 36,5 cm ; Collection privée)


Giuseppe Pellizza da Volpedo, Étude pour Fiumana (plus tard Fourth Estate) (1894-1895 ; fusain et contè sur papier, 158,5 x 95 cm ; Alessandria, Museo Civico e Pinacoteca)
Giuseppe Pellizza da Volpedo, Étude pour Fiumana (plus tard Quarto Stato) (1894-1895 ; fusain et contè sur papier, 158,5 x 95 cm ; Alessandria, Museo Civico e Pinacoteca)


<img class="lazy" src="https://www.finestresullarte.info/Grafica/placeholder.jpg" data-src=’https://cdn.finestresullarte.info/rivista/immagini/2018/893/guglielmo-ciardi-laguna.jpg ’ alt=“Guglielmo Ciardi, Lagune avec bateaux et pêcheurs (1899-1900 ; huile sur toile, 55 x 99,5 cm ; Milan, Museo Nazionale Scienza e Tecnologia <a href=”https://www.finestresullarte.info/arte-base/leonardo-da-vinci-vita-opere“>Leonardo da Vinci</a>) ” title=“Guglielmo Ciardi, Lagune avec bateaux et pêcheurs (1899-1900 ; huile sur toile, 55 x 99,5 cm ; Milan, Museo Nazionale Scienza e Tecnologia Leonardo da Vinci) ” />
Guglielmo Ciardi, Lagune avec bateaux et pêcheurs (1899-1900 ; huile sur toile, 55 x 99,5 cm ; Milan, Museo Nazionale Scienza e Tecnologia Leonardo da Vinci)


Angiolo Tommasi, Il rezzaglio (1889 ; huile sur toile, 136 x 246 cm ; patrimoine artistique du groupe Unipol)
Angiolo Tommasi, Le Rezzaglio (1889 ; huile sur toile, 136 x 246 cm ; Unipol Group Art Heritage)


Patrizio Fracassi, Cinquante ans dans la mine (vers 1900 ; bronze, 183 x 80 x 80 cm ; Sienne, Collezioni Banca Monte dei Paschi)
Patrizio Fracassi, Cinquante ans dans la mine (vers 1900 ; bronze, 183 x 80 x 80 cm ; Sienne, Collezioni Banca Monte dei Paschi)


Francesco Saverio Altamura, Travail (1869 ; huile sur toile, 77 x 123 cm ; Naples, Museo Nazionale di Capodimonte)
Francesco Saverio Altamura, Travail (1869 ; huile sur toile, 77 x 123 cm ; Naples, Museo Nazionale di Capodimonte)


Luigi Serra, I coronari a San Carlo dei Catinari (1885 ; huile sur toile, 57 x 129 cm ; Florence, Galerie des Offices)
Luigi Serra, Les coroners à San Carlo dei Catinari (1885 ; huile sur toile, 57 x 129 cm ; Florence, Galerie des Offices)


Ettore Tito, Le vieux marché aux poissons (1893 ; huile sur toile, 130 x 200 cm ; Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna e Contemporanea)
Ettore Tito, La pescheria vecchia (1893 ; huile sur toile, 130 x 200 cm ; Rome, Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea)


Aldo Carpi, Campagna (1919 ; huile sur bois, 17 x 25,5 cm ; Milan, Museo Nazionale Scienza e Tecnologia Leonardo da Vinci)
Aldo Carpi, Campagna (1919 ; huile sur bois, 17 x 25,5 cm ; Milan, Museo Nazionale Scienza e Tecnologia Leonardo da Vinci)


Plinio Nomellini, Le chantier (1904 ; huile sur toile, 42 x 85,5 cm ; Società di Belle Arti di Viareggio)
Plinio Nomellini, Le chantier (1904 ; huile sur toile, 42 x 85,5 cm ; Società di Belle Arti di Viareggio)


Eugenio Spreafico. D'après l'œuvre. Le retour de la filature (1890-1895 ; huile sur toile, 101 x 194,5 cm ; Monza, Musei Civici)
Eugenio Spreafico. D’après l’œuvre. Le retour de la filature (1890-1895 ; huile sur toile, 101 x 194,5 cm ; Monza, Musei Civici)


Carlo Nicoli, Le travail (seconde moitié du XIXe siècle ; bronze, 73 x 27 x 27 cm ; Rome, collection privée)
Carlo Nicoli, Le travail (seconde moitié du XIXe siècle ; bronze, 73 x 27 x 27 cm ; Rome, Collection privée)


Vincenzo Gemito, Le porteur d'eau (1881 ; fonte de bronze, 55 x 19 x 26 cm ; Milan, Museo Nazionale Scienza e Tecnologia Leonardo da Vinci)
Vincenzo Gemito, Le porteur d’eau (1881 ; fonte de bronze, 55 x 19 x 26 cm ; Milan, Museo Nazionale Scienza e Tecnologia Leonardo da Vinci)


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.