Comment Ferrare et Bologne se sont chevauchées à la Renaissance". Entretien avec Vittorio Sgarbi


L'exposition "Renaissance à Ferrare" est l'un des temps forts de 2023: une exposition d'où émergent de nombreux thèmes, en premier lieu l'imbrication des événements de Ferrare et de ceux de Bologne. Nous en avons parlé avec Vittorio Sgarbi, commissaire de l'exposition avec Michele Danieli.

L’exposition Renaissance à Ferrare. Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa, organisée par Vittorio Sgarbi et Michele Danieli (à Ferrare, Palazzo dei Diamanti, du 18 février au 19 juin 2023), est l’une des expositions les plus importantes de l’année et l’une des plus discutées. De nombreux thèmes émergent, en premier lieu l’imbrication des événements de Ferrare et de ceux de Bologne. Quelle vision cette exposition exprime-t-elle ? Comment est-elle née ? Comment le projet va-t-il évoluer ? Nous en avons parlé avec Vittorio Sgarbi. Entretien réalisé par Federico Giannini.

Vittorio Sgarbi à l'exposition sur la Renaissance à Ferrare. Ercole de' Roberti et Lorenzo Costa
Vittorio Sgarbi à l’exposition Renaissance à Ferrare. Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa

FG. L’exposition Rinascimento a Ferrara . Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa est l’une des expositions les plus importantes de cette année et des suivantes. Pour commencer à explorer certains des thèmes pertinents qui émergent de l’exposition, je commencerais par le titre: je sais que vous en avez longuement discuté au sein de l’organisation, notamment parce qu’il ne s’agit pas seulement de la Renaissance à Ferrare, mais d’une exposition dans laquelle les événements de Ferrare et de Bologne s’entremêlent.

VS. J’ai ouvert la voie à la Renaissance bolonaise: il est étrange que je le fasse depuis Ferrare, mais c’est inévitable parce que la moitié des œuvres que nous avons exposées sont des peintres de Ferrare à Bologne. Cela pose deux problèmes: le premier est de savoir pourquoi cette exposition et pourquoi à Ferrare, au Palais des Diamants, le second est le titre. La première exposition, celle de 1933 à la demande d’Italo Balbo et de Renzo Ravenna, s’appelait “Esposizione della pittura ferrarese del Rinascimento” (Exposition de la peinture ferraraise de la Renaissance), un titre peut-être plus correct que le nôtre. Mais un titre aurait pu aussi être “La Renaissance à Ferrare”, c’est-à-dire tout ce qui concerne la Renaissance à Ferrare. On aurait alors pu dire “Renaissance de Ferrare”, ce qui est encore une autre formule, car le complément de spécification signifierait une Renaissance qui y est née et qui s’y propage. J’ai choisi “Renaissance à Ferrare”, parce que l’exposition a lieu à Ferrare, mais en fait la plupart de ces artistes ne travaillent plus à Ferrare, de sorte que l’état en place qui se trouve dans le mot “a” ne correspond pas vraiment au fait que l’exposition apporte des œuvres de Bologne.

Nous avons rappelé la grande exposition de 1933: en quoi ce projet diffère-t-il de celui d’il y a quatre-vingt-dix ans ?

L’exposition ne pouvait pas être une réplique de l’exposition de Nino Barbantini de 1933, commentée par Longhi avec l’Officina Ferrarese de 1934 (même si j’ai voulu faire poser une plaque au Palais des Diamants pour dire que l’Officina Ferrarese est née ici: j’en ferai poser une autre pour dire que l’art contemporain est arrivé ici grâce à Franco Farina, pour que nous nous souvenions de ces deux moments importants), parce qu’il aurait été inconvenant de la répéter. Et aussi parce que ces dernières années, parmi les diverses activités de la Fondation Ferrara Arte que je préside actuellement, il y a eu quelques expositions d’art ancien: Bononi, qui a eu du succès, puis Cosmè Tura et Francesco del Cossa, qui ont été les deux chefs de file de la Renaissance à Ferrare. C’est à ce moment-là que j’ai voulu procéder à la création d’une exposition sur la Renaissance qui s’étalerait sur une période de deux ou trois ans et qui aborderait tous les artistes qui n’ont pas été exposés à l’époque moderne: le premier après Tura et Cossa est Ercole de’ Roberti et le second Lorenzo Costa, de sorte que nous avons en fait couvert un ensemble d’artistes qui étaient présents dans l’exposition il y a quatre-vingt-dix ans, mais qui n’ont jamais fait l’objet d’une exposition monographique. Et tout comme Tura et Cossa l’ont eu en 2007, Ercole et Costa l’ont aujourd’hui.

Il s’agit donc d’un projet à long terme. Quels seront les prochains chapitres ?

La prochaine exposition sera consacrée à Mazzolino et Ortolano, deux merveilleux maîtres que personne n’a jamais vus, puis la troisième à Girolamo da Carpi, qui est un grand peintre et architecte, en dialogue avec des maîtres qui ont travaillé avec lui mais qui ont déjà été monographiés (Garofalo et Dosso Dossi, par exemple), et la dernière à Bastianino et Scarsellino, deux grands peintres qui n’ont jamais été monographiés non plus. Nous terminons ainsi un voyage qui va de 1471, date à laquelle Borso d’Este devient duc de Ferrare, à 1598, date à laquelle la famille d’Este est chassée et s’installe à Modène. Voilà le tableau: quatre fois la Renaissance à Ferrare avec le même titre. Dans cette célébration majestueuse et solennelle de ma ville, non seulement la Renaissance est réévaluée, non seulement le pouvoir des Este est réévalué, mais l’art des Este est également réévalué: ce sont des artistes formidables mais avec des petits noms, car personne ne connaît Mazzolino, Garofalo, Ortolano, Scarsellino, Bastianino: pourtant, ils sont très importants, à tel point que le marché a souvent récompensé des artistes comme Dosso Dossi qui ont ensuite gagné des millions.

Préparation de l'exposition Renaissance à Ferrare. Ercole de' Roberti et Lorenzo Costa
Montage de l’exposition Renaissance à Ferrare. Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa
Préparation de l'exposition Renaissance à Ferrare. Ercole de' Roberti et Lorenzo Costa
Préparation de l’exposition Renaissance à Ferrare.
Ercole
de’ Roberti et Lorenzo Costa

Et comment est née l’idée d’un projet sur la Renaissance à Ferrare ?

Deux opportunités se sont présentées. La première a été la restauration que j’ai fortement critiquée, puis corrigée avec mes directives, du Palazzo dei Diamanti: maintenant tout le monde dit qu’il est beau, mais avant il y avait une cage qui aurait été attachée avec une extension des nouvelles salles, toutes choses que j’avais rejetées à travers une collection de 60 000 signatures de tous les plus grands architectes et historiens de l’art, d’Emiliani à Cervellati. Nous les avons donc mis au pied du mur et ils ont été contraints de modifier l’intervention: ainsi, après avoir corrigé la restauration du palais, nous avons dû le fermer pendant deux ans. Comme il s’agissait du Palazzo dei Diamanti, il a pu rouvrir avec une exposition d’art contemporain car, de 1963 à 1993, le directeur de la Gallerie Civiche d’Arte Moderna était Franco Farina, un maître célèbre. était Franco Farina, un maître célèbre qui avait réalisé toutes les expositions d’art contemporain, faisant de Ferrare, pour ceux de mon âge, le premier lieu d’exposition d’art contemporain en Italie, alors qu’il n’y avait rien dans ces années-là: il n’y avait pas de Rivoli, il n’y avait pas de Pecci, il n’y avait pas de Panza di Biumo, il n’y avait pas de Maxxi, il n’y avait pas de Madre, il n’y avait pas de Mambo. Un miracle donc: une petite ville qui, dans le plus beau palais de la Renaissance, fait de l’art contemporain. La deuxième opportunité est donnée par le fait qu’au Palazzo dei Diamanti, à l’étage, il y a la Pinacoteca Nazionale dans laquelle presque personne ne va, parce qu’il y a l’escalier, et la partie exposition en bas est généralement consacrée à l’art contemporain. Nous avons donc voulu faire la peinture de la Renaissance en rendant hommage à Roberto Longhi et en la reliant à l’étage, ce qui a d’ailleurs été fait avec un seul billet. Depuis mon retour comme sous-secrétaire, j’ai eu l’idée de faire de Ferrare une ville avec ses propres musées autonomes, comme c’est le cas à Florence avec les Offices, et de la séparer de Modène: la timidité (ou la distraction) de Franceschini a créé un paradoxe, à savoir qu’il y a les galeries Estensi avec Modène comme chef de file, où les Estensi passent après Ferrare. Modène aura alors ses musées et Ferrare ses musées, qui ne sont autres que le musée situé dans le plus beau palais de la Renaissance, la Pinacoteca Nazionale pleine de chefs-d’œuvre de Ferrare, le Museo di Spina qui est le premier musée archéologique d’Émilie-Romagne et qui est situé dans un palais de la Renaissance, et Casa Romei, et ainsi un système muséal autonome serait créé à Ferrare, ce qui devrait commencer cette année avec les prochaines nominations de directeurs. Dans ce processus, il est donc clair qu’il faut créer une fête pour la réouverture du musée et l’autonomie de sa galerie d’art, la galerie d’art devant dialoguer avec l’exposition.

Vous avez mentionné Roberto Longhi à plusieurs reprises, à tel point que vous l’avez même honoré d’une plaque au Palazzo dei Diamanti. Eh bien, quatre-vingt-neuf ans se sont écoulés depuis l’Officina Ferrarese de Longhi, un ouvrage que nous avons tous lu et étudié parce qu’il est toujours d’actualité pour dégager des lignes d’interprétation sur la Renaissance à Ferrare. Cependant, pensez-vous qu’il y a des parties sur lesquelles nous pourrions ouvrir de nouvelles réflexions ou développer de nouvelles idées, de nouvelles visions à partir de ce texte fondamental ?

Il y a une vision post-longhienne, ou ultra-longhienne, qui est étayée par l’inclusion des maîtres de Ferrare que Roberto Longhi avait tendance à exclure lorsqu’il est venu à Ferrare en 1933 et qu’il a écrit l’Officina ferrarese l’année suivante. Longhi a fait un parcours de réévaluation de l’art de la plaine du Pô, en considérant celui de Bologne et de Modène et en allant jusqu’à Morandi comme le grand maître bolonais (le plus grand du XXe siècle), l’art plus lombard qui a son chef de file dans le plus grand peintre de tous, qui est l’artiste de la plaine du Pô, et l’art lombard qui a son chef de file dans l’artiste de la plaine du Pô. L’art lombard qui a pour chef de file le plus grand peintre de tous, le Caravage, et celui de Ferrare, qui est une enclave de peintres visionnaires, métaphysiques et surréalistes que nous avons vus dans cette belle exposition, mais qui ne permet pas, ou ne valorise pas, une Renaissance à Bologne. Je travaille sur ce projet depuis des années. Bien sûr, faire de Ferrare la Renaissance de Bologne est un non-sens, et la faire à Bologne aurait du sens, mais elle serait en grande partie réalisée par des gens de Ferrare. En fait, je l’ai proposé à Fabio Roversi Monaco [ndlr: président de la Fondation Genus Bononiae] après ma très critiquée mais très belle exposition, Da Cimabue a Morandi, que j’ai réalisée en hommage à Longhi (tandis que Rinascimento a Ferrara l’a été en hommage à Carlo Volpe, l’élève de Longhi qui a étudié les peintres de Ferrare à Bologne). À l’époque, cependant, une controverse est née avec les signatures, contre moi, d’un certain nombre d’envieux de l’exposition qui ont inventé que j’avais déplacé l’Extase de Sainte Cécile de Raphaël du musée où elle se trouve et où personne ne va traditionnellement, c’est-à-dire la Pinacothèque nationale de Bologne, au Palazzo Fava, une institution de la Fondation Genus Bononiae: tout cela est faux, car il est vrai qu’au centre de l’exposition se trouvait le chef-d’œuvre de Raphaël qui a changé l’histoire de l’art émilien en 1515, l’Extase de Sainte Cécile, mais il est vrai aussi que Luigi Ficacci, surintendant à l’époque, me l’avait prêté, en accord avec Roversi Monaco, président de la fondation, et que je n’y étais évidemment pas opposé. Mais il semble que je sois le seul à avoir déplacé l’œuvre de 800 mètres. Et puis, d’ailleurs, cette œuvre est allée à Madrid et personne n’a rien dit. Maintenant, je les déteste, parce qu’ils m’attribuent une faute que je n’ai pas, et ils ont essayé de gâcher une belle exposition. À ce moment-là, je me retrouve le paratonnerre de quelque chose qui ne me concerne pas et je leur dis d’aller se faire voir: cette exposition était très belle, elle a eu 100 000 visiteurs, mais tout a commencé par la tache, par le péché originel de déplacer Raphaël, de le déplacer d’un musée où personne ne va et à cause d’un accord que Roversi Monaco a passé avec Ficacci sans moi. Telle est l’histoire vraie. Si vous êtes à la tête de l’entité qui organise l’exposition et que le prêt est obtenu par le surintendant, pourquoi dois-je payer pour cela ? Tout le monde a recueilli des signatures contre moi, mais l’exposition a été couronnée de succès parce qu’elle était remplie d’œuvres magnifiques et rares. Certains d’entre eux ont ensuite signé à mes côtés pour ne pas détruire le Palazzo dei Diamanti (et il était important de ne pas le transformer en cage à oiseaux avec la sorte de prothèse qu’ils avaient imaginée). Quoi qu’il en soit, Roversi Monaco a été très amusé par le succès de Da Cimabue a Morandi et m’a demandé une autre exposition. Nous planifions donc l’exposition “Renaissance à Bologne”, qui est une nouveauté, car nous expliquons que Bologne n’est pas moins importante que Ferrare et qu’elle a une Renaissance qui commence avec des peintres de Ferrare, mais qui deviennent ensuite des peintres bolonais: Lorenzo Costa, Amico Aspertini, Girolamo da Carpi et d’autres. Il s’enthousiasme, je lui envoie une proposition en 2015, puis une deuxième en 2016 et même une troisième en 2017: à ce moment-là, cependant, je découvre que l’exposition “ Renaissance à Bologne ”, prévue comme une grande exposition avec 150 œuvres, a été réduite à une exposition sur le premier noyau d’où tout est parti, à savoir le polyptyque Griffoni, un chef-d’œuvre de Francesco del Cossa réparti entre la National Gallery de Londres, la Pinacothèque de Brera, les Musées du Vatican et la Fondation Cini: tous les petits morceaux de ce polyptyque sont éparpillés dans une douzaine de musées. Le polyptyque Griffoni est la revanche d’un grand Ferrarais visionnaire et surréaliste, Francesco del Cossa, qui a réalisé de magnifiques fresques sur le plus beau mur de Schifanoia (Italie). sur le plus beau mur de Schifanoia (les mois de mars, avril et mai, où l’on voit qu’il peignait mieux parce qu’il y a de l’or et de l’azurite, et parce que les fresques sont bien conservées alors que les autres s’effritent toutes). À un moment donné, Francesco écrit au duc Borso d’Este pour lui dire qu’il se voit payé comme le dernier garzone de Ferrare et qu’il demande à être payé un peu plus. L’enfoiré lui dit non, et Francesco del Cossa lui dit d’aller se faire foutre et va à Bologne, commence à travailler pour la famille Bentivoglio, et réalise sa première œuvre à Bologne, le Polyptyque Griffoni, une œuvre totalement ferraraise, mais réalisée pour Bologne: C’est le point de départ de la Renaissance bolonaise, réalisée par des Ferrarais qui ont croisé le chemin du plus grand sculpteur de la Renaissance de la plaine du Pô, qui travaillait à Bologne (et qui était originaire de Bologne mais aussi des Pouilles), et qui s’appelait Niccolò dell’Arca. Niccolò dell’Arca a réalisé en 1463 la première sculpture expressionniste, merveilleuse et extraordinaire, qui a probablement influencé les habitants de Ferrare, mais comme il y a le préjugé de l’époque de Varchi selon lequel il y a une primauté de la peinture sur la sculpture, Gnudi et d’autres prétendent que cette œuvre merveilleuse, qui est la fameuse Lamentation, a été réalisée par un sculpteur de la vallée du Pô. Gnudi et d’autres prétendent que cette œuvre merveilleuse, qui est la fameuse Lamentation, a été réalisée en deux étapes, car selon eux il n’est pas possible que ce soit ces figures qui crient qui influencent les habitants de Ferrare, mais que ce soit les habitants de Ferrare qui influencent les habitants de Bologne, ce qui ouvre un débat que je résous en découvrant une œuvre de Niccolò dell’Arca qui se trouve maintenant dans ma collection [ndlr: le buste de San Domenico daté du 1er janvier 2007]: le buste de San Domenico daté de 1474-1475] et qui permet de dire que la Lamentation date de 1463. C’est donc une poussée bolonaise pour la peinture ferraraise, quand on dit que c’est la peinture ferraraise qui influence Niccolò dell’Arca au fil des ans: c’est de la foutaise. La Renaissance bolonaise est donc là, elle commence avec Niccolò dell’Arca et passe ensuite par Ferrare, puis Ferrare devient Bologne, de sorte que l’on pourrait organiser une grande exposition de tous les peintres de Ferrare à Bologne, Ferrare restant un peu sans protection, mais en fait ils sont nés à Ferrare. C’est pour cela que l’on parle de “Renaissance à Ferrare”, parce qu’il y a un va-et-vient constant.

Préparation de l'exposition Renaissance à Ferrare. Ercole de' Roberti et Lorenzo Costa
Montage de l’exposition Renaissance à Ferrare. Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa
Préparation de l'exposition Renaissance à Ferrare. Ercole de' Roberti et Lorenzo Costa
Préparation de l’exposition Renaissance à Ferrare.
Ercole
de’ Roberti et Lorenzo Costa

Cependant, l’exposition sur la Renaissance bolonaise qui devait donner corps à cette vision post-Longhi est restée sur le papier.

J’ai proposé cette exposition à Ferrare, dans laquelle, cependant, la plupart des œuvres et des artistes avaient à voir avec Bologne, y compris un peintre clé (que j’ai redécouvert) qui s’appelle Antonio da Crevalcore, que j’ai découvert en 1984-1985 et sur lequel j’ai fait une monographie. Un artiste né à Crevalcore, près de Cento, donc de culture ferraraise, mais qui travaille à San Petronio, à Bologne, et qui est un autre cas d’exportation d’un Ferrarais. Donc à Bologne, vous avez Francesco del Costa, Ercole de’ Roberti, Niccolò dell’Arca, Antonio da Crevalcore... putain, la Renaissance est là, mais ensuite Roversi Monaco a chargé un ami à moi, qui s’appelle Mauro Natale, un élève de Zeri, de faire l’exposition sur le polyptyque de Griffoni. Je l’ai donc appelé et lui ai dit que c’était le cœur de mon exposition, qui devait inclure cette œuvre et toutes les autres jusqu’à 1530-1540, comme Biagio Pupini, Girolamo da Treviso il Giovane, tous des gens que personne ne connaît. Au lieu de cela, Natale a sorti le cœur de l’artichaut et a organisé une exposition sur le polyptyque de Griffoni au Palazzo Fava, une exposition pour laquelle beaucoup d’argent a été dépensé. Bien sûr, c’était une exposition intéressante, et elle s’est également tenue pendant la Covid, mais si vous êtes une personne normale et que vous lisez “La Renaissance à Bologne”, vous vous rendez compte qu’il s’agit d’une exposition que n’importe qui viendrait voir, ce qui n’est pas le cas d’une exposition sur le polyptyque de Griffoni de Francesco del Cossa. Parce qu’on ne sait pas ce que signifie un polyptyque, on ne sait pas ce que signifie Griffoni, Francesco del Cossa ne connaît personne, on a même Covid, donc c’était une occasion manquée: une exposition faite avec un embryon de mon exposition, et avec une œuvre qui est certes fondamentale et qui est placée là, mais il fallait la mettre en contexte. Cependant, les années passent et je fais la Renaissance à Bologne... à Ferrare, parce que Ercole de’ Roberti et Costa étaient tous deux des peintres nés à Ferrare mais actifs à Bologne. Donc, pour revenir à la question précédente sur Longhi, ce qui change par rapport à l’époque de Longhi, c’est que Longhi, malgré son élève Volpe, ne voulait pas accepter que la Renaissance ferraraise devienne aussi bolonaise, c’est-à-dire qu’il avait son idée d’une sorte de satellite qui se referme sur lui-même, c’est-à-dire Ferrare, une ville pleine de fous, pleine de génies, qui sont les gens de Ferrare: Mais il n’a pas compris que les Ferrarais sont descendus comme des Martiens avec un vaisseau spatial à Bologne, qu’ils ont trouvé un terrain fertile parce que Niccolò dell’Arca était là, et qu’une Renaissance bolonaise est née. Alors peut-être qu’un jour on fera cette exposition, dans dix ou vingt ans, et je l’annoncerai maintenant. Parce qu’elle existe déjà in pectore dans l’esprit de Volpe, dans celui de son élève Benati, et dans mon projet, qui a été rejeté parce que Natale est arrivé et a fait l’exposition sur le polyptyque de Griffoni (dont personne ne comprend ce qu’il signifie...). La Renaissance à Bologne, mais c’est l’embryon d’où part la Renaissance). Aujourd’hui, ceux qui vont à Ferrare voient un morceau du polyptyque de Griffoni réalisé pour Bologne, ils voient Niccolò dell’Arca qui a réalisé une œuvre pour Bologne que j’ai dans ma collection, ils voient Crevalcore qui a réalisé San Petronio, j’ai donc organisé une exposition sur la Renaissance bolonaise avec des peintres de Ferrare, et c’est là la nouveauté de l’exposition. A tel point que Costa est entièrement bolonais, car il est né à Ferrare mais a ensuite travaillé à Bologne: cette exposition est donc une évolution par rapport à Longhi, car elle concerne d’abord deux peintres qui ont travaillé plus à Bologne qu’à Ferrare, et ensuite elle ouvre la voie à la Renaissance à Ferrare, car ces peintres sont de Ferrare mais la Renaissance a éclaté à Bologne. Il y a donc un grand nœud de Renaissance bolonaise qui n’est pas encore résolu: tout le monde sait ce qu’est la Renaissance florentine, tout le monde sait ce qu’est la Renaissance vénitienne, tout le monde sait ce qu’est la Renaissance romaine, même la Renaissance ferraraise est connue depuis Longhi, alors que la Renaissance bolonaise n’existe pas. De plus, dans la Renaissance bolonaise tombe une météorite qui est le retable de Raphaël. le retable de Raphaël qui, en 1515, oriente tout ce qui vient de Ferrare vers une dimension raphaëlique et commence une phase où Innocenzo da Imola, Girolamo da Treviso il Giovane, Biagio Pupini, tous les beaux peintres qui sont une contamination entre l’occupation de Ferrare à Bologne et l’occupation de Raphaël, qui arrivent aussi à Bologne, envoient cette œuvre et mettent le bazar, de sorte que toute la peinture se transforme naturellement. Bologne est une zone de syncrétisme, parce qu’elle combine les prémisses de Ferrare puis de Rome avec Raphaël, d’où arrive ensuite Parmigianino. C’est pourquoi je dis que j’ai fait une exposition sur la Renaissance à Bologne... à Ferrare. Et je l’ai appelée Renaissance à Ferrare. Bref, c’est le bazar !

Un aspect intéressant de l’exposition est la réaffirmation de l’attribution du Settembre di Schifanoia à Ercole de’ Roberti ; dans l’exposition on peut voir la reproduction, qui est une sorte d’invitation à aller voir la fresque en personne, et ensuite dans le catalogue l’essai de Michele Danieli revient sur ce thème. Et là aussi nous revenons à Longhi, j’aimerais que nous puissions ajouter quelque chose sur cette attribution fondamentale.

C’est un miracle de Longhi que, sans aucun document et sans aucun témoignage, il nous impose sur la base de son ipse dixit que cette fresque est si inventive, si surréaliste, si perspective et si pierfranceschienne qu’il dit qu’elle est d’Ercole de’ Roberti. Et nous n’étudions Ercole de’ Roberti que sur l’œil de Longhi. Une seule personne contredit Longhi, Ranieri Varese, mais personne ne l’achète ; Danieli, en revanche, confirme également que les débuts d’Ercole, âgé de dix-sept ans, ont lieu à Schifanoia et qu’après un certain temps, il va avec Francesco del Cossa à Bologne, il le suit, ils étaient évidemment amis. Mais la certitude philologique qu’il s’agit d’Ercole Roberti n’est que l’œil de Longhi. C’est-à-dire qu’il a lancé le nom d’Ercole, mais nous n’avons aucun document, personne qui le dise.

Tout à l’heure, nous avons mentionné une figure qui émerge de l’exposition avec une importance significative, celle d’Antonio da Crevalcore. Je voudrais conclure en disant d’abord quelque chose sur lui, et ensuite je voudrais demander si, au-delà des noms “connus” (parce que de toute façon Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa sont des noms importants), il y a, dans cette période et dans cette zone, d’autres artistes comme Antonio da Crevalcore qui sont peu étudiés, peu connus, et qui méritent d’être étudiés et redécouverts.

Il y a Pannonio, un peintre hongrois (il y a des œuvres liées à l’exposition à la Pinacothèque), puis Maccagnino, qui est une invention de Longhi mais dont nous n’avons aucune certitude, puis encore Vicino da Ferrara (un nom que Longhi donne à un peintre très élégant qui est ’à la mode’). à un peintre très élégant qui est “proche” d’Ercole de’ Roberti et aussi de Francesco del Cossa, et c’est pourquoi “Vicino da Ferrara”, parce que c’est un peintre... proche de Ferrare). Quant à Antonio da Crevalcore, c’est un artiste diversement méconnu, à l’exception d’un essai de Zeri, dont il reste le Saint François de Princeton et le portrait du Correr de Venise, puis une autre œuvre, détruite à Berlin: personne n’avait rien écrit sur lui. Antonio da Crevalcore a d’abord été techniquement... une ligne de Venturi (de l’Histoire de l’art italien) et une note de Longhi. Bobi Bazlen, le célèbre éditeur, avait l’habitude de dire qu’il n’écrivait pas de livres, mais seulement des notes sans texte, et que son travail est constitué de notes sans texte, parce que beaucoup écrivent des livres qui n’ont rien à dire et qui deviennent des pamphlets. Mais les livres ne sont rien d’autre que des notes gonflées. C’est exactement ce que j’ai fait: J’ai pris une note de Longhi et j’en ai fait un volume, parce que la reconstruction de Crevalcore découle d’une sous-estimation totale de Venturi et de Longhi, puis Zeri est devenu curieux en publiant trois ou quatre œuvres dont une ou deux étaient fausses, puis les trois peintures apparues à Monte Carlo qui étaient si importantes que j’ai écrit une monographie pour Mondadori, et à ce moment-là, les œuvres apparues depuis lors (1985) à Monte Carlo n’étaient plus vues, alors je les ai publiées, et les gens en ont parlé. Entre-temps, j’ai trouvé une autre œuvre que je lui avais attribuée, mais qui identifie un nouveau personnage, un peintre qui s’appelle Giovanni Antonio Bazzi, le même nom que Sodoma, et dont nous avons des documents qui ont été étudiés par un certain Buitoni, qui a fait des recherches sur les œuvres de Sodoma et sur les œuvres de Giovanni Antonio Bazzi. étudiés par un certain Buitoni qui a donné son nom à une œuvre (que j’avais plutôt attribuée à Antonio da Crevalcore) qui porte le nom de “Pala Grossi”, parce qu’elle était détenue par un gentilhomme décédé qui s’appelait Grossi et qui vivait à Modène. Encore une intervention de Sgarbian: J’ai obtenu que cette œuvre ait été donnée en dépôt par la famille Grossi à Ferrare, et maintenant elle est exposée devant le triptyque, donc cette œuvre je l’ajoute, même si l’attribution ne correspond pas parce qu’en réalité elle est de Bazzi, les œuvres de Bazzi, les œuvres déjà connues et le triptyque me font faire un volume dont une personnalité très personnalité très lourde, surtout pour les trois œuvres achetées par Memmo, qui n’ont jamais été exposées avant aujourd’hui et qui sont précisément le point de fusion entre un peintre de culture ferraraise, avec un fond ferrarais, et Bologne où les œuvres sont faites, donc Crevalcore est le peintre clé, Crevalcore et Bologne. Crevalcore est le peintre clé, Crevalcore et Niccolò dell’Arca, qui sont proches l’un de l’autre, sont les deux artistes qui servent de pont entre Ferrare et Bologne, l’un Niccolò dell’Arca qui anticipe de Bologne à Ferrare et l’autre qui est Crevalcore qui est né dans la région de Ferrare et qui va ensuite à Bologne. Donc, techniquement, l’exposition a ce bloc clé avec la partie d’Ercole de’ Roberti et Costa qui sont plus ou moins monographiés, elle a la salle où Niccolò dell’Arca, Crevalcore et le maître de la Pala Grossi, c’est-à-dire ce Bazzi, qui est vraiment une enclave bolonaise dans l’exposition de la Renaissance à Ferrare, parce que Niccolò dell’Arca est né dans les Pouilles, mais il est entièrement bolonais et ne travaille qu’à Bologne, c’est-à-dire de Bologne à Ferrare, puis Crevalcore, de Ferrare à Bologne, ce qui nous oblige à retravailler une stratégie de la Renaissance qui fait se chevaucher Ferrare et Bologne. C’est ce que fait l’exposition, même si nous la réalisons à Ferrare... Nous l’appelons donc “Renaissance à Ferrare”.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.