Voici la nouvelle Aeroitalia: une compagnie low-cask et non low-cost": Gaetano Intrieri, administrateur délégué, s'exprime.


Une nouvelle compagnie aérienne bat pavillon italien: il s'agit d'Aeroitalia, qui a démarré ses activités en mai et fait son premier bilan à la fin de la saison estivale. Entretien avec l'administrateur délégué Gaetano Intrieri.

Il existe une nouvelle compagnie aérienne battant pavillon italien: il s’agit d’Aeroitalia, qui a pris son envol en mai et fait son premier bilan à la fin de la saison estivale. Fondée par German Efromovich, entrepreneur sud-américain et propriétaire de la société Avionica, elle est présidée par Marc Bourgade, banquier français et expert en financement de compagnies aériennes, et dirigée par Gaetano Intrieri. Basée à Rome et dont le hub initial se trouve à Forlì, Aeroitalia exploite des vols charter et des lignes régulières régionales dans toute l’Europe. Finestre sull’Arte a contacté Gaetano Intrieri, professeur d’université et expert du secteur, qui explique que l’idée est venue de “l’Allemand Efromovich qui voulait entrer sur le marché européen et avait déjà fait une offre pour Alitalia, mais le gouvernement a préféré le groupe Ferrovie dello Stato. Après de nombreuses années consacrées au leasing, j’ai décidé de revenir à l’activité d’une entreprise”.

AL. Un choix qui n’est pas anodin dans un marché dominé par des acteurs internationaux, n’est-ce pas ?

GI. Permettez-moi de dire que nous ne partons pas de zéro car il s’agit d’une entreprise qui a tout misé sur les compétences humaines. Si l’on additionne les années d’activité des membres de notre conseil d’administration, qui est composé de cinq membres, on arrive à plus de 150 ans de carrière dans l’aviation.

Sur quel segment de marché souhaitez-vous vous positionner ?

Nous ne nous positionnons pas sur le segment low-cost, mais sur le segment low “cask”, acronyme qui signifie “coût par siège et par km”, qui est l’une des principales mesures d’un avion. Nous avons fait de la gestion prudente des coûts notre mantra. Nous voulons être peu coûteux d’un point de vue opérationnel, mais nous voulons offrir au client un service qui ne soit pas peu coûteux.

Les coûts vont-ils augmenter pour tout le monde ?

Oui, les autres compagnies devront également augmenter leurs prix, car ces tarifs ne sont plus viables. Il y aura un nivellement des tarifs, qui pour moi en Italie sera d’environ 35 euros par heure de vol sur les vols en Italie. Compte tenu également du coût actuel du carburant, il est impensable de revenir à ces tarifs...

Sur quelles routes opérez-vous ?

Nous avons fait beaucoup de charters cet été, et pour les vols réguliers, nous avons commencé à Forlì et maintenant nous volons aussi vers Bergame, Rome, Catane, l’Égypte et l’Afrique. Nous nous étendrons bientôt à la Sicile, à Trapani, et nous nous concentrerons sur Florence, Bari, Zante, Lampedusa, Malte, Tirana et Prague.

Dans quelle mesure le choix des compagnies aériennes de se baser sur des aéroports mineurs influence-t-il le tourisme dans ces régions ?

C’est fondamental. Nous apportons des passagers et donc du PIB et cela doit être reconnu [ndlr: Intrieri fait référence aux contributions publiques que les autorités locales accordent aux transporteurs pour qu’ils atterrissent sur leur territoire]. Nous avons mis l’accent sur le marketing territorial avec les aéroports et les autorités. La pérennité d’un combat ne peut se passer de cela. Car je ne comprends pas que si une compagnie amène des milliers de personnes sur un territoire, elle ne soit pas reconnue.

Comment voyez-vous le tourisme ?

Il se rétablit très bien, mieux en Europe qu’en Italie, comme en témoignent les gens dans les aéroports. Cet été, nous avons eu beaucoup de demandes de charters: c’est très rentable, cette année ils ont atteint des prix jamais vus auparavant, ce sont des vols très rentables.

Les habitudes des voyageurs ont-elles changé ? La planification des vacances et des voyages a-t-elle changé depuis Covid ?

Covid a raccourci le “délai d’achat”: les passagers qui réservaient 2 à 3 mois à l’avance sont peu nombreux, ils le font désormais 10 à 15 jours plus tôt.

Que demanderiez-vous au nouveau gouvernement ?

Il faut faire plus en Italie. Il y a trop de taxes sur les aéroports, ce qui les rend impraticables. Si nous voulons développer le tourisme entrant, nous devons faire deux choses: pousser l’Europe à réviser le règlement 261 sur les remboursements des passagers, qui donne lieu à des interprétations trompeuses qui ne servent qu’à augmenter la facturation des cabinets d’avocats pour obtenir des remboursements qui ne sont souvent pas dus. Il faut aussi revoir la taxe municipale qui est appliquée aujourd’hui: 6,5 euros par passager, cela n’existe nulle part en Europe.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.