"Le chevalier et baron le plus accompli". Nicolò da Correggio maître des délices à Schifanoia


Comte, poète et dramaturge, Nicolò da Correggio était très apprécié de ses contemporains et était également un ami de Léonard de Vinci. Cet article lui attribue un rôle prépondérant dans les fresques du Palazzo Schifanoia à Ferrare.

Alors que la magnifique exposition Rinascimento a Ferrara. Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa - et là brillent des chefs-d’œuvre de premier plan dans le contexte de l’âge d’or de l’humanisme italien - il ne sera pas inutile d’aborder la personnalité d’un protagoniste particulier de la vie des cours du Nord. Un personnage pas tout à fait mineur si l’on décrypte les documents, si l’on évalue ses œuvres, si l’on considère l’estime dont il jouissait et sa familiarité avec les hauts noms de la noblesse et des arts de son temps, y compris Léonard de Vinci.

Il s’agit du comte Nicolò II da Correggio (1450 - 1508), poète et dramaturge de mérite, capable en outre de traduire les inventions figuratives de son incessant théâtre intérieur en réalités éblouissantes de fêtes, bals, carnavals, tournois ; et en symbologies de chasses et de banquets. Doté d’une culture classique et mythologique bien établie, il était capable d’essaimer des créations parfois éphémères mais nécessaires à la vie sociale de son temps: c’est pourquoi il était continuellement recherché et accueilli par les souverains, les intellectuels et les artistes. Son portrait emblématique et certain est celui du créateur et metteur en scène du “Mois d’avril” dans Schifanoia. Voyons un profil chronologique et connexe.

Il est né à Correggio, une cour comtale de l’Empire dont la famille titulaire jouait déjà un rôle dans les événements politiques du Moyen Âge de la vallée du Pô, mais aussi une présence culturelle respectable avec laquelle Azzo da Correggio a accueilli Francesco Pétrarque pendant trois ans, recevant de lui une amitié à vie, et où le comte Galasso a publié l’Historie Angliae (l’Histoire chevaleresque de l’Angleterre) en l’offrant à Filippo Maria Visconti en 1444. Une cour qui était déjà liée par des mariages précis à presque toutes les familles nobles d’Italie du Nord et qui était sur le point de devenir apparentée aux princes de Brandebourg, à la manière des Gonzague de Mantoue.

Image d'une page du De remediis utriusque fortunae de Pétrarque
Image d’une page du “De remediis utriusque fortunae” de Pétrarque.
Le poète rédigea ce vaste ouvrage moral de 1354 à 1360 en bénéficiant de la grande hospitalité d’Azzo da Correggio, qui le maintint dans la paix de Selvapiana, c’est-à-dire dans ses propriétés situées sur les collines, non loin de Canossa
.
Galasso da Correggio présente son manuscrit de l'Historie Angliae à Filippo Maria Visconti à Milan (1444).
Galasso da Correggio a présenté son manuscrit de l’“Historie Angliae” à Filippo Maria Visconti à Milan (1444).
L’enluminure solennelle est attribuée à Giovanni Zenoni da Vaprio (Biblioteca Nazionale di Parigi ms. lat. 6041 D)
.

Nicolò I, seigneur de Correggio, fut marié à Béatrice d’Este, fille du prestigieux Niccolò III d’Este, marquis des terres de Ferrare et comte de Rovigo ; mais cette union, à peine réalisée, connut le malheur de sa mort ; une mort qui anticipa la naissance de son fils aîné: nous sommes en 1450. Sa mère, qui avait le droit de retirer la dot, emmena l’enfant à Ferrare où, conservant le titre et les droits de comte de Correggio, il grandit et fut éduqué avec son cousin Ercole Ier (qui allait devenir duc) et fut entouré de l’esprit extraverti de Borso, amateur de faste, de vie festive et d’apparences brillantes.

L’éducation courtoise de Nicolas II est complète et intense: Il assimile avec enthousiasme les armes, l’histoire, les lettres, les arts et les nouvelles coutumes de la noblesse ; à l’âge de douze ans, il obtient le droit de pratiquer la fauconnerie dans les parties de chasse et, entre-temps, il fait la connaissance de Pellegrino Prisciani, Guarino Veronese et de son autre cousin et contemporain Matteo Maria Boiardo, qui l’admirent beaucoup et l’appellent “un esprit doux et une couronne de vertus”. Le jeune comte commença ainsi, avec un génie vif, à charmer les dames et les personnes qui gravitaient autour du château d’Este. On pense généralement que l’idée de construire un salon de dimensions inhabituelles à Schifanoia est née avec le comte de Correggio en tant que maître de danse, afin d’obtenir un bel espace pour les rencontres de couples, les quadrilles et les équipes dans les danses croisées rythmées qui, de temps en temps, amenaient les dames et les chevaliers - toujours interchangés - sous les différents signes du zodiaque, recueillant des prédictions intrigantes. Le Salone di Schifanoia était en fait le premier du type d’espace unifié que d’autres cours allaient plus tard consacrer à la musique et appeler “la Sala”. Ici, à Ferrare, Prisciani avait donc la merveilleuse facilité de disposer les métaphores sérielles des mois et des décans, peintes avec ardeur par les maîtres de la cour, auxquelles correspondaient les événements heureux et les différentes vertus ou fortunes de Borso d’Este: comme nous l’observons encore en grande partie aujourd’hui.

Un rôle de conseiller, que nous pourrions appeler “transporteur”, entre les textes imaginatifs de Prisciani et les figurations mantiques de la fascinante mégalographie murale, a certainement été donné par le comte Nicolò avec sa vocation théâtrale, sa culture sombre imprégnée d’allégorisme mythologique, son goût chromatique saupoudré, et avec la capacité de conjonction entre les schémas muraux et les mouvements dansés que seul un metteur en scène de génie pouvait posséder et transmettre.

La raison de notre certitude a une réponse simple: demandons-nous qui, dans le mois le plus éblouissant, le mois d’avril, a tout organisé et dirige aujourd’hui la grande fête. C’est lui, Nicolò da Correggio ! Vous le voyez, les bras croisés, regardant les amoureux et observant l’ordre de toute la magnificence symbolique de “son” mois de l’amour. Tout cela se passe peu avant 1470, sous la plume admirable de Francesco del Cossa. Une preuve historique réside dans le fait qu’en 1472, le comte de Correggio a épousé Cassandra Colleoni, l’une des filles du célèbre condottiere, et ce n’est pas un hasard si le grand Bartolomeo “dalle tre possanze” a reçu le roi Christian de Danemark en 1474 au nom de Venise et a réussi à réaliser la série élaborée de banquets, de bals et de tournois qui sont restés célèbres dans l’histoire de la Sérénissime, et qui nécessitaient un metteur en scène vraiment talentueux.

Francesco del Cossa, partie supérieure du mois d'avril. Fresque du Salone di Schifanoia de Ferrare (1469)
Francesco del Cossa, Partie supérieure du mois d’avril. Fresque du Salone di Schifanoia de Ferrare (1469).
Sur le haut podium, nous voyons le “Triomphe de Vénus”, Dame du signe du Bélier, où les cygnes candides font avancer le char fluvial qui traverse les terres récupérées par la famille d’Este ; quelques rochers en forme de periaktoi théâtral offrent des plans et des abris. La déesse tient une pomme et une fleur, et devant elle s’agenouille Mars, le dieu de la guerre, cataphractaire dans une splendide armure mais enchaîné par l’amour: il représente le légendaire Lohengrin, le chevalier du Cygne. À gauche, Nicolò observe les accouplements préétablis des amants ; à droite, les jeunes gens et les jeunes filles se préparent à la musique - maîtresse de l’éros - avec une audace quelque peu cachée. Au-dessus, les trois Grâces nues échangent des pommes significatives et les animaux (lapins, pigeons et pinsons) ne laissent aucun doute quant à leurs prédictions de fertilité. Parmi les décans, celui du centre, au-dessus du Bélier (signe zodiacal de l’époque), où un homme presque nu s’étire en exhibant la clé, emblème paradigmatique du coït dans l’argot populaire de la plaine du Pô, occupe une place prépondérante. Les décans latéraux marquent plutôt les deux extrêmes érotiques: l’un violent et l’autre doux, celui de l’accomplissement de l’amour
.
Détail du mois d'avril. Nicolò da Correggio et les amoureux.
Détail du Mois d’avril. Nicolò da Correggio et les amants
.

D’autre part, pour éviter de glisser dans un excursus historique, il suffira de rappeler ici quelques actions qui ont lié notre Nicolò au pouls de la Renaissance. En tant qu’érudit de la littérature et de la mythologie antiques, il alla jusqu’à recréer le théâtre italien avec la célèbre représentation de la “Fabula de Cefalo” qui eut lieu le 21 janvier 1487 (période de carnaval) dans la cour du château de Ferrare, où il fit apparaître pour la première fois les personnages costumés sur scène, la division en actes, les intermèdes du chœur des nymphes et l’utilisation de toiles de fond picturales. Les chroniques racontent qu’après le dénouement tragique de la mort de Procri, toutes les dames pleurèrent ; alors l’auteur audacieux monta sur scène et annonça que la déesse Diane avait accordé la renaissance de la jeune fille aimée de Céphale, et fit jouer le nouveau dénouement avec un succès retentissant. Cela se passe à la cour d’Hercule Ier, qui veut dîner dans les salles pendant que son peintre de’ Roberti peint à fresque les histoires de Cupidon et Psyché à Belriguardo !

Grâce à ses talents, le comte de Corrège est sollicité par d’autres cours de la Renaissance. Avec l’accord de son cousin le duc, il est souvent à Milan pour organiser les réceptions et les défilés des “deux carnavals” (le chrétien et l’ambrosien, disait-il) ; il est metteur en scène et costumier de Léonard, qu’il estime beaucoup et dont il devient l’ami: au génie toscan, qui se fige parfois devant un beau visage, il dédie un sonnet enjoué. Il reçut en retour de précieux dessins, dont on ne sait s’il s’agit d’originaux ou de copies, mais qu’il emporta avec lui pour le minutieux dessin emblématique qu’il comptait faire dans ses palais de Correggio. Entre-temps, Ercole d’Este fait appel à lui avec insistance pour ses propres festivités et pour certaines représentations diplomatiques. Nicolò voyage en Italie et en France ; Ercole Ier l’envoie à Paris pour s’occuper de l’éducation de son fils Alfonso et, de là, il décrit les admirables “courtoisies” des cérémonies royales autour de Charles VIII.

Sonnet de Nicolò da Correggio à son ami Léonard de Vinci.
Sonnet de Nicolò da Correggio à son ami Léonard de Vinci.
Les vers semblent faire allusion à un portrait de femme que Léonard peignait à Milan vers 1490.
Le
ton est confidentiel et enjoué, au point d’évoquer les amusements du grand génie et de lui prodiguer des conseils quelque peu contrariants
.

Notre Seigneur avait trouvé le temps de participer à la “guerre polonaise” entre Ferrare et Venise (1482-1484) où il fut fait prisonnier par les Vénitiens ; mais c’est surtout dans l’environnement ferrarais qu’il expérimenta ce tempérament d’architecture nouvelle et d’urbanisme qui fit de lui un ami de Biagio Rossetti, l’aidant à trouver des matériaux pour sa petite maison de Via della Ghiara. Rossetti, lors de sa présence sur les terres ducales de Reggio Emilia, lui rendit la pareille en se rendant probablement à Correggio où il laissa le projet du nouveau palais des seigneurs locaux et où il donna les grandes lignes de l’extension du Borgo Nuovo, dans lequel on retrouve encore aujourd’hui les admirables mètres de l’Addition herculéenne.

Partie centrale de la façade du Palais des Princes à Correggio (1507)
Partie centrale de la façade du Palais des Princes à Correggio (1507).
L’empreinte de Biagio Rossetti est évidente et splendide. Les maçons et surtout les marbriers de haut niveau venaient également de Ferrare, apportant de la pierre d’Istrie pour le portail et d’autres matériaux en pierre pour les colonnes, les cantonnières et les chapiteaux. (Photo Giancarlo Garuti)
.
Casque avec rat ailé provenant du portail du Palais des Princes de Correggio
Casque avec rat ailé du portail du Palais des Princes de Correggio.
Il s’agit d’une des inventions héraldiques et mythologiques que Léonard avait proposées à Milan pour les costumes de la “Festa del Paradiso” (1490) et d’autres carnavals. Nicolò reprit ces dessins et en appliqua certains au beau portail du nouveau palais familial
.

En tant que membre privilégié de la famille d’Este, le comte de Correggio fut toujours bien accueilli et vénéré dans la vie de la cour de Ferrare ; à l’occasion de la conspiration interparentale de 1505, il joua le rôle de pacificateur définitif au profit de la continuité ducale et Alphonse Ier lui attribua le splendide palais de Giulio, agrémenté du plus beau jardin urbain de Ferrare: c’est l’actuel palais de la Préfécture de la ville.

Pour en rester à notre sujet, il faut rappeler les rapports très étroits de Nicolò avec sa cousine Isabelle d’Este Gonzague, qui l’admirait beaucoup et l’appelait avec insistance à Mantoue. Il dessina pour elle une célèbre robe à nœuds et lui donna d’innombrables conseils de cour ; il lui présenta le jeune Correggio afin qu’il soit admis dans l’atelier de Mantegna, et organisa pour elle des spectacles et des tournois d’armes. Dans la dense correspondance de Nicolò avec les nobles italiens, y compris Laurent le Magnifique, se distinguent les lettres à Isabelle, dont l’hyperbole émouvante est celle où Nicolò, alors quinquagénaire, se félicite de la naissance d’une fille à la cour des Gonzague et déclare: “Je voudrais l’attendre pour danser avec elle dans la Sala”. Peu après sa mort, Isabelle, avec beaucoup de regret, se souvient de lui comme “le chevalier et le baron le plus accompli et le plus érudit de la rime et de la courtoisie que l’on ait trouvé en Italie à son époque”.

La première image de Schifanoia, peinte par Francesco del Cossa, et la médaille plus tardive de Sperandio da Mantova représentent Nicolò II Conte di Correggio. L’
image de jeunesse de Schifanoia, peinte par Francesco del Cossa, et la médaille plus tardive de Sperandio da Mantova représentent Nicolò II comte de Correggio
.

Note bibliographique: Sur la vie, les relations avec les princes et les hommes de lettres, la production poétique et théâtrale, l’organisation de fêtes et de tournois de notre protagoniste, voir “Nicolò da Correggio e la cultura di corte nel Rinascimento padano” édité par Antonia Tissoni Benvenuti. Cassa di Risparmio di Reggio Emilia, 1989. Autres publications du même éditeur.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.