Franceschini de A à Z. Superbe revue de ce qu'il a fait en tant que ministre, ce qu'il faut garder et ce qu'il faut jeter.


Un super bilan, de A à Z, de ce que Dario Franceschini a fait pour la culture lorsqu'il était ministre entre 2014 et 2018.

Comme tout le monde le sait maintenant, Dario Franceschini a été nommé ministre du patrimoine culturel et du tourisme dans le gouvernement Conte II. Dario Franceschini, avocat civiliste de profession, est né à Ferrare en 1958, a été secrétaire du Parti démocrate pendant quelques mois en 2009, et est un homme d’institutions de longue date: Député pendant cinq législatures consécutives (son entrée au Parlement remonte à 2001, et depuis lors sa présence à la Chambre des députés n’a jamais cessé), il a également été sous-secrétaire à la présidence du Conseil (de 1999 à 2001, gouvernements D’Alema II et Amato II), ministre des relations avec le Parlement entre 2013 et 2014 (gouvernement Letta) et ministre des biens culturels (de 2014 à 2018, gouvernements Renzi et Gentiloni).

Franceschini succède à Alberto Bonisoli du Mouvement 5 étoiles et, certainement, il continuera ce qu’il avait laissé en suspens en 2018 (également parce que l’action de Bonisoli n’a pas interrompu celle de Franceschini, mais on peut dire qu’elle est en continuité directe, bien qu’avec quelques changements entre-temps). Il vaut donc la peine de faire un bilan de ce que Franceschini a fait au ministère de la Culture et du Tourisme (le tourisme, d’ailleurs, revient sous la juridiction du ministère des Biens culturels, comme il l’avait été de 2013 à 2018, pour ensuite être fusionné, de 2018 jusqu’à la fin du gouvernement Conte I, avec le ministère de l’Agriculture) au cours des deux gouvernements précédents, avec un résumé de A à Z des principales mesures qui ont modifié la structure du ministère.

<img class="lazy" src="https://www.finestresullarte.info/Grafica/placeholder.jpg" data-src=’https://cdn.finestresullarte.info/rivista/immagini/2019/dario-franceschini-con-la-statuaria-antica.jpg’ ’ alt=“Dario Franceschini. Ph. Credit Paolo Cerroni ” title=“Dario Franceschini. Ph. Credit Paolo Cerroni ” /></td></tr><tr><td>Dario Franceschini. Ph. Crédit Paolo Cerroni </td></tr></table> </p> <p><strong>Art Bonus</strong><br />L’Art Bonus est un crédit d’impôt accordé à ceux qui font des donations libérales pour soutenir le patrimoine culturel public: le crédit est égal à 65% du montant de la donation. Il a été introduit par un décret-loi de mai 2014 (converti ensuite en loi en juillet de la même année), sous le gouvernement Renzi. Avec l’Art Bonus, l’une des mesures positives nées sous Franceschini, l’Italie s’est alignée sur le reste de l’Europe (où le crédit d’impôt pour les dons en faveur de la culture est une pratique). Au début de l’année 2019, l’Art Bonus avait récolté, depuis son introduction (c’est-à-dire en quatre ans), la somme de 320 millions d’euros. Au thème du mécénat et aussi à l’Art Bonus nous avons consacré le débat du numéro 2 de notre magazine imprimé Finestre sull’Arte on paper, et à cette occasion Carolina Botti, responsable de l’Art Bonus, a soutenu que “sur la base des résultats obtenus au cours de ces premières années d’application, on considère que la loi a été un grand succès à tous les niveaux tant de la part des entités bénéficiaires potentielles que des mécènes”, mais qu’il y a aussi “des aspects qui peuvent être améliorés, concernant d’une part l’élargissement des bénéficiaires potentiels et la collecte de fonds éligibles (pour l’instant principalement limitée au patrimoine culturel public et aux entités des arts du spectacle financées par le FUS), et d’autre part la limite de l’éligibilité annuelle au crédit d’impôt pour les entreprises (actuellement 5 pour mille des revenus)”. En général, d’autres interventions (par des experts tels que Stefano L’Occaso, Patrizia Re Rebaudengo, Michele Trimarchi) ont également convenu de la positivité substantielle de l’Art Bonus, et le soutien à l’initiative est bipartisan. Bien sûr, les chiffres collectés sont encore loin de ceux d’un pays comme la France (où, rien qu’en 2016, le mécénat culturel a garanti à l’État pas moins de 500 millions d’euros, bien que là-bas le crédit d’impôt pour la culture ait une histoire plus longue) et il devrait être étendu aux micro-dons (juste pour avancer un des aspects qui pourraient être améliorés), mais c’est néanmoins l’une des mesures les plus intéressantes parmi celles lancées par Franceschini.

Bibliothèques et archives
Les bibliothèques et les archives ont été les véritables cendrillons du ministère Franceschini. Des situations très graves sont apparues, qui attendent toujours d’être résolues (le financement des archives, dénonce Arianna Di Cori dans un article publié dans Repubblica en février 2018, est passé de 18 millions en 2007 à 4 millions en 2005, et les effectifs ont été divisés par deux). Et les problèmes ne concernent pas seulement les bibliothèques périphériques, mais aussi les plus importantes: l’exemple de la Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze (Bibliothèque nationale centrale de Florence), qui a dénoncé en juillet 2018 (c’est-à-dire juste un mois après que Franceschini a quitté le ministère) qu’elle risquait de s’effondrer à cause des réductions de personnel, peut se suffire à lui-même. À cette date, la BNCF comptait 149 agents sur un total de 185 qui devraient faire partie du personnel. Et encore, en 2016, le président de l’Association nationale italienne des archives a pointé du doigt le “manque de fonds pour gérer les activités quotidiennes, de routine et même de survie de ces institutions” (les archives), à commencer, par exemple, par les Archives d’État à Rome, où il y a également un manque de personnel capable de traiter les documents anciens. Sur ce front, il y a toutefois un aspect positif, à savoir la libéralisation des reproductions numériques de livres et de documents, une mesure que les étudiants et les chercheurs attendaient depuis des années.

Cinéma
En 2016, Dario Franceschini a augmenté le financement du cinéma mais a également introduit des instruments de financement automatique critiqués par beaucoup car ils distribuent une grande partie du financement (environ 70 %) sur la base de critères déterminés par des algorithmes, tandis que le reste est attribué par des commissions formées par des fonctionnaires ministériels. Franceschini avait alors introduit l’initiative Cinema2Day, une entrée à prix réduit dans les cinémas pour seulement 2 euros, qui a été très appréciée, mais qui n’a pas duré.

Les directeurs
L’une des actions les plus marquantes du MiBACT sous Dario Franceschini a été la création des vingt musées autonomes (plus tard portés à trente), dirigés par des personnalités choisies à l’issue d’un concours international. L’autonomie financière et managériale, qui s’ajoutait ainsi à l’autonomie scientifique, a révolutionné la structure des musées italiens, et parmi les anciens directeurs, un seul a été confirmé au moment des rénovations (nous sommes en 2015 et la seule directrice qui a gardé son poste après la réforme Franceschini est Anna Coliva à la Galleria Borghese de Rome). En somme, la classe managériale des musées était complètement renouvelée. Le travail de certains a été très apprécié (Eike Schmidt, Gabriel Zuchtriegel, Serena Bertolucci, Flaminia Gennari Santori), tandis que de nombreuses critiques ont été formulées à l’encontre d’autres directeurs: par exemple à Peter Assmann, directeur du Palais des Doges de Mantoue, qui, bien qu’ayant travaillé avec beaucoup plus de fonds disponibles que dans la situation précédente, a été accusé de négligence (un article d’Il Fatto Quotidiano de mai 2017 a lancé des critiques sévères contre la gestion d’Assmann), ou à Cecilie Hollberg, critiquée pour ne pas avoir résolu les problèmes de files d’attente à la Galerie de l’Accademia et ceux liés aux désagréments causés par la chaleur (le nouveau système de climatisation sera cependant installé prochainement), ou encore à James Bradburne, ou James Bradburne, critiqué pour la situation survenue après la panne du système de climatisation en janvier 2017, ou pour l’affaire concernant la soi-disant Judith de Toulouse, tableau privé attribué au Caravage (Bradburne a été accusé d’avoir lancé, par l’intermédiaire d’un musée public, une opération qui aurait pu aboutir à une vente sur le marché, d’où le mécontentement du comité scientifique de la Pinacothèque de Brera qui a poussé l’historien Giovanni Agosti à démissionner). Bien sûr, dans chaque gestion il y a eu des aspects positifs et négatifs (à Brera presque toutes les salles ont été rénovées, par exemple, et des initiatives intéressantes comme les Dialogues ont été lancées), mais en tout cas presque tous les directeurs ont pu compter sur des ressources et une autonomie dont leurs prédécesseurs ne pouvaient que rêver: il est donc naturel que les aspects positifs l’aient emporté.

L’exportation
Franceschini est également connu pour la réforme de l’exportation des biens culturels, une affaire que nous avons longuement suivie ici sur Finestre sull’Arte et qui a été critiquée par de nombreux membres du monde du patrimoine culturel, mais aussi accueillie favorablement par d’autres. La réforme, contenue dans le projet de loi sur la concurrence finalement approuvé en août 2017, prévoyait le relèvement de 50 à 70 ans du seuil d’appréciation de la Surintendance aux fins de l’octroi du certificat de libre circulation (les œuvres de moins de 70 ans n’ont donc pas à être passées au crible des fonctionnaires avant d’être exportées), l’introduction d’un seuil de 13.500 euros en dessous duquel les œuvres peuvent circuler librement contre auto-certification (les surintendances peuvent effectuer des contrôles ponctuels), l’introduction d’un “passeport” pour les œuvres, d’une durée de cinq ans, pour faciliter la sortie et la rentrée des œuvres du et vers le territoire national. Les analystes étaient divisés: les critiques ont fusé contre la réforme, accusant Franceschini d’avoir assoupli les limites de la protection et d’avoir ainsi ouvert la voie à la sortie de biens importants d’Italie, tandis que les partisans de la réforme se sont félicités d’une réforme qui aurait pu favoriser le marché de l’art.

Fêtes
La gestion du MiBACT par Franceschini est également connue pour la prolifération des fêtes et événements privés dans les musées (des critiques sévères ont été adressées, par exemple, à James Bradburne en raison de l’incivilité des invités du “Ballo di Brera” qui ont encombré la cour du musée en 2017 en laissant des signes ostensibles de leur présence, ou encore à Eike Schmidt, en 2016, lorsqu’une fête privée a été organisée au Palazzo Pitti: le musée a prétendu qu’il s’agissait d’un dîner d’entreprise, mais certains invités ont parlé d’un enterrement de vie de célibataire). Les fêtes dans les musées sont organisées pour augmenter les revenus et peu de musées y renoncent aujourd’hui. Notre magazine a toujours eu une position constante sur cette question: oui aux événements privés dans les musées, à condition qu’ils ne dérangent pas les visiteurs (c’est-à-dire qu’il n’y ait pas de fermeture les jours d’ouverture normaux pour permettre des préparatifs ou des fêtes), qu’ils soient organisés le plus loin possible des œuvres d’art et qu’ils garantissent des revenus lucratifs pour les musées. Malheureusement, dans de tels cas, les idéaux doivent nécessairement se heurter à une réalité où les ressources sont rares et où les musées doivent recourir à tous les moyens (légaux) pour les faire fructifier.

Guides touristiques
Les relations entre Dario Franceschini et les guides touristiques ne sont pas vraiment au beau fixe. L’affrontement a atteint son paroxysme en 2015, lorsque le ministre a invité les guides touristiques à “aller en Slovénie” après que Confesercenti Toscana a organisé une manifestation à Florence pour demander au ministre des garanties sur la spécialisation des guides. À l’origine des désaccords, un décret de Franceschini qui autorisait les guides étrangers (non qualifiés pour l’Italie) à exercer leur profession dans notre pays: on pensait que cela permettrait d’appliquer les règles européennes sur la circulation des travailleurs. Mais d’autres mesures ont également fait grincer des dents les guides, qui ont souvent critiqué le ministre, coupable à leurs yeux de promouvoir une déréglementation de la profession. Plus généralement, les relations entre Franceschini et les professionnels de la culture ont été très houleuses. Ces derniers ont longtemps demandé à Franceschini les décrets établissant les listes des professionnels du patrimoine culturel: ils ne sont arrivés qu’en mai 2019, sous le ministère Bonisoli.

Page d’accueil
C’est-à-dire les sites web, les technologies de l’information, les outils innovants: sous Franceschini, la numérisation n’a pas progressé à un rythme très rapide, même si des améliorations ont bien eu lieu, et même dans ce cas sous l’impulsion des musées autonomes, qui grâce à leur autonomie financière ont pu, presque partout, renouveler leurs sites et numériser une partie de leurs collections. Cependant, nous sommes encore loin du compte: en 2016, l’Observatoire pour l’innovation numérique dans le patrimoine et les activités culturelles a noté que, sur 476 musées italiens (qui comprenaient également des musées non étatiques), seuls 57 % avaient un site web et 52 % des comptes sociaux. Mais Franceschini est aussi entré dans l’histoire pour Verybello, le site qui devait recueillir les événements culturels organisés en Italie pendant l’Expo 2015: d’un coût de 35 000 euros, critiqué pour son retard et son inutilité substantielle, il est mort après seulement deux ans de vie.

Entrées gratuites
Franceschini est le ministre des dimanches gratuits: c’est sous lui qu’a été introduite la mesure qui permettait à tout le monde, sans distinction, d’entrer gratuitement dans un musée le premier dimanche du mois. Une mesure critiquée par beaucoup (à Finestre sull’Arte, par exemple, nous nous sommes toujours battus pour que les dimanches gratuits soient supprimés et qu’à leur place les réductions sur les billets soient revues), puis revisitée par le ministre Alberto Bonisoli avec une intervention sans doute améliorée, qui a maintenu les dimanches gratuits d’hiver et supprimé ceux d’été, en concentrant la gratuité sur une seule semaine en mars, une période de faible fréquentation. Une initiative, celle de la semaine des musées gratuits, d’ailleurs appréciée par de nombreux directeurs de musées. En outre, M. Franceschini a supprimé les réductions pour les plus de 65 ans, qui doivent désormais payer le prix fort dans les musées publics: une mesure qui a suscité la sympathie d’un grand nombre de retraités.

Le travail
Le travail est le principal problème du patrimoine culturel. Pour fonctionner à plein régime, le ministère aurait besoin de 25 000 employés. Actuellement, la réforme Bonisoli, récemment adoptée, prévoit un effectif de 188 cadres et 18 976 ouvriers. Le MiBAC s’attend à des milliers de départs à la retraite d’ici trois ans, et l’une des urgences est d’organiser au plus vite des concours pour reconstituer les effectifs du ministère. À cet égard, M. Franceschini a fait très peu, se limitant au concours de 500 fonctionnaires en 2016, ce qui était insuffisant pour couvrir les départs à la retraite. Le manque de personnel a entraîné des situations désagréables dans presque tous les musées italiens: à la Galleria Nazionale de Parme, qui a dû fermer ses salles, au Palazzo Ducale de Mantoue, déjà mentionné (où les salles d’Isabelle d’Este ont souvent été ouvertes en fonction de la disponibilité du personnel), aux Musei Nazionali de Lucques et à la Galleria Nazionale di Palazzo Spinola de Gênes (où il y a eu de longues fermetures pendant les jours fériés). D’une manière générale, en ce qui concerne les horaires d’ouverture, de nombreux musées ont dû faire face aux incertitudes du moment. La situation est encore pire dans les surintendances, qui ont vu l’hémorragie des fonctionnaires transférés dans les centres muséaux. Et la réforme Bonisoli n’a pas résolu ces problèmes.

Les petits musées
Les petits musées ont été les grands oubliés de la réforme Franceschini. Ceux qui ont eu la chance de tomber sous une perche muséale tirée par un musée capable d’apporter des visiteurs et des recettes ont résisté, les autres ont été parmi les perdants. Et ce pour une raison simple: dans les musées non autonomes, les fonds étaient distribués de manière plus juste et plus équitable. Prenons l’exemple du fonds de solidarité (celui auquel contribuent tous les musées publics italiens: le total est ensuite alloué aux musées les plus nécessiteux): avant la réforme Franceschini, le fonds de solidarité prévoyait pour chaque musée l’attribution d’une part variable, établie a posteriori et ne dépassant en aucun cas 30 % des recettes nettes de la billetterie, alors que la réforme a introduit 20 % pour tous. Toutefois, ce pourcentage ne tient pas compte de l’écart réel de fréquentation (les trente musées les plus visités d’Italie attirent 70 % des visiteurs). En tout état de cause, l’écart de fréquentation entre les grands et les petits musées n’a cessé de croître depuis la réforme de Franceschini, et cette course ne s’est pas encore arrêtée: le nombre moyen de visiteurs dans les trente musées les plus visités augmente d’année en année (car après tout, c’est sur les grands musées que la réforme de Franceschini a concentré l’essentiel de ses efforts), tandis que le nombre moyen de visiteurs dans les “petits” musées a soit diminué, soit augmenté à un rythme beaucoup plus lent.

Chiffres
Les chiffres sont ceux que le ministre Franceschini présente à la fin de chaque année pour démontrer les succès du ministère qu’il dirige. Dans ce magazine, cependant, nous avons toujours soumis les chiffres à une lecture réfléchie, en démontrant l’augmentation de l’écart entre les grands et les petits musées mentionnée au point précédent, ainsi que d’autres situations. Par exemple, le fait que l’augmentation des visiteurs dans les musées est principalement due aux non-payeurs (probablement ceux qui ont pris d’assaut les musées les dimanches gratuits: en 2018, il y a eu une augmentation de quatre millions et demi de visiteurs gratuits contre une augmentation d’environ 900 mille visiteurs payants), le fait que l’essentiel des augmentations se concentre dans quelques musées (dans les musées où l’on entre toujours gratuitement, en 2018, 88 % des augmentations se sont concentrées dans seulement trois musées), les recettes qui ont certes augmenté mais surtout en raison d’une augmentation du prix moyen du billet, qui n’a jamais été aussi élevé qu’au cours de ces dernières années. En 2018, notamment, le record historique d’augmentation du prix moyen du billet a été établi: 9,19 euros (pour la première fois, la barre des 9 euros a été franchie), soit une augmentation de 14,12 % par rapport à l’année précédente, la plus forte jamais enregistrée (qui sait si le secteur des musées est le seul à connaître une inflation à deux chiffres). En effet, comme les dimanches gratuits ont été institués et que de nombreuses personnes attendent ce jour par mois pour visiter les musées publics, il fallait trouver des ressources supplémentaires: c’est ce qui a été fait en augmentant presque partout le prix des billets d’entrée dans les musées.

Gratuité
Il s’agit des jeunes de dix-huit ans, à qui l’on a gentiment offert un cadeau de cinq cents euros à dépenser en produits et activités culturels. Les dix-huit ans sont un symbole“, a déclaré Matteo Renzi en 2015, ”j’aimerais qu’ils aillent au théâtre“. Nous donnons un message éducatif en tant qu’État, que les expositions sont une belle valeur. Disons aux enfants qu’ils sont des citoyens et pas seulement des consommateurs”. Voilà pour les dix-sept ou dix-neuf ans. Cette initiative a reçu (et continue de recevoir) une grande faveur de la part de l’Association des éditeurs italiens, mais elle a également été critiquée par de nombreuses personnes en raison de sa nature: une contribution exceptionnelle pour un grand nombre d’activités (par exemple, même un concert de Jovanotti fait partie des événements pour lesquels le bon peut être utilisé), sous-utilisée par rapport aux allocations prévues, et qui a également alimenté un petit marché de “contrebande” avec certains adolescents qui revendaient leur bon.

Les pôles muséaux
La réforme Franceschini a, pour la première fois dans l’histoire, découplé les musées des surintendances: une trentaine de musées, comme nous l’avons vu, se sont vus accorder une autonomie de gestion et financière, les autres ont été regroupés sur une base régionale et vidés des fonctionnaires des surintendances. Dans le communiqué par lequel Franceschini annonçait l’institution des pôles, il expliquait que “les pôles muséaux régionaux assurent sur le territoire le service public de fructification et de valorisation des instituts et des lieux de culture confiés à l’État ou à l’État en tout cas chargé de leur gestion, en prévoyant la définition de stratégies et d’objectifs communs de valorisation, par rapport à la zone territoriale de compétence, et favorisent l’intégration des parcours de fructification culturelle, ainsi que des itinéraires touristiques-culturels qui en découlent”. Cependant, il a souvent manqué des politiques capables de connecter les musées aux territoires, mais pas seulement: dans une note de mars 2017, Debora Tosato de la CGIL dénonçait le déséquilibre entre les pôles qui peuvent compter sur des musées capables d’exercer un fort attrait sur le public et ceux qui n’ont pas cette force (“ les directeurs des pôles muséaux qui ne peuvent pas se permettre de compter sur la grande affluence des villes touristiques - et donc sur la faculté de gagner de l’argent grâce aux recettes de billetterie - vivent dans l’angoisse de couvrir les dépenses ordinaires d’entretien et de maintenance des musées ”, écrivait Mme Tosato. “Pour survivre, certains ont donc choisi d’augmenter les concessions d’utilisation à des particuliers, en déléguant de plus en plus l’offre culturelle à des événements qui n’ont rien à voir avec le profil scientifique, l’histoire et les collections des musées. Il s’agit de les transformer en conteneurs et de ne pas donner la priorité à l’investissement dans l’activité scientifique et dans la mise en valeur réelle du patrimoine culturel”).

Qualité des données
L’une des principales critiques formulées à l’encontre de MiBAC est qu’il n’établit pas un profil suffisamment détaillé de son public. Nous savons aujourd’hui que les musées attirent un certain nombre de personnes, mais nous ne connaissons pas la composition de ces personnes: nous ne savons pas de quel public il s’agit, quel est le pourcentage de visiteurs qui reviennent dans un musée, quelles sont leurs aspirations, quels sont leurs problèmes critiques. Au niveau local et privé, il existe des cas intéressants de musées qui ont pu établir un profil précis de leur public et définir, grâce aux données collectées, des politiques culturelles et de marketing très performantes (un cas que nous avons évoqué dans ces pages est celui du Palazzo dei Diamanti à Ferrare). Le problème de la qualité des données d’audience va cependant au-delà de Franceschini: le ministre de Ferrare, pour améliorer la situation, a simplement fait ce qu’ont fait ceux qui l’ont précédé et suivi. C’est-à-dire rien. Or, c’est l’une des grandes priorités qui doit guider l’action du prochain gouvernement: mieux on connaît le public, mieux on peut améliorer l’offre.

La révolution
Révolution", c’est le terme que Dario Franceschini a longuement utilisé pour parler de la structure MiBACT qu’il a mise en place. Et effectivement, le ministère a été révolutionné: musées autonomes, pôles muséaux détachés des surintendances, surintendances uniques, réforme des exportations. Mais la révolution n’a pas touché de nombreux aspects: l’art contemporain et la recherche, par exemple, deux autres thèmes très marginalement touchés par la réforme Franceschini. Ces deux aspects devraient également faire l’objet d’une plus grande attention.

Des services publics essentiels
L’une des décisions les plus controversées du ministère Franceschini a été l’inclusion des musées dans les services publics essentiels. Cette décision a mûri en septembre 2015, à la suite d’un épisode particulier: une réunion syndicale (évidemment communiquée à temps et conformément à la loi) des travailleurs du Colisée, qui n’avaient pas reçu leurs indemnités pour les ouvertures d’heures supplémentaires depuis environ un an. Franceschini, au cri de “la mesure est pleine” (les ouvriers étaient en effet coupables d’avoir maintenu fermées les portes du Colisée et de ses sites annexes pendant trois heures, de 8h30 à 11h30, et surtout d’avoir convoqué leur assemblée dans une période plutôt agitée pour les travailleurs des musées), proposa le jour même, en conseil des ministres, l’inclusion des musées parmi les services publics essentiels, et il en fut ainsi. Qu’il s’agisse d’une mesure destinée davantage à punir les travailleurs en remettant en cause leur droit de grève qu’à rendre les musées plus efficaces nous a toujours semblé évident puisque la situation des ouvertures de musées ne s’est pas améliorée, bien au contraire: de nombreux musées ont été contraints de fermer temporairement leurs portes en raison du manque de personnel. "Si la culture était un service public essentiel, soulignait Daniela Pietrangelo du collectif Mi Riconosci en mai dernier, nous ne verrions pas des milliers de municipalités italiennes sans bibliothèques, des archives inaccessibles et des musées fermés dans tout le pays. Le droit au tourisme a été placé avant le droit à la culture".

Protection et valorisation
Le 30 août 2014, en annonçant triomphalement la réforme du MiBACT, Franceschini affirmait que la réorganisation permettait de dépasser “l’opposition idéologique entre protection et valorisation”: en fait, cette opposition a justement été introduite par la réforme, puisque auparavant les deux actions relevaient des compétences d’un seul organisme, les surintendances, qui étaient également responsables des musées (dans une optique très raisonnable, puisque la grande majorité des musées italiens sont nés avec des liens forts avec leur territoire). La scission qui a eu lieu à la suite de la réforme Franceschini, en détachant les musées des surintendances et en les regroupant dans les pôles muséaux, en plus de sanctionner par décret l’opposition (la protection étant confiée aux surintendances et la valorisation aux musées autonomes et aux pôles muséaux), a, comme beaucoup l’ont dénoncé, vidé les surintendances, puisque plusieurs fonctionnaires se sont retrouvés à travailler dans les pôles muséaux. Cette scission a eu des effets assez drastiques dans certaines régions d’Italie, par exemple dans le centre de l’Italie touché par le tremblement de terre de 2016: il y a quelques jours encore, sur ces pages, l’historien de l’art et ancien maire de Matelica, Alessandro Delpriori, dénonçait le fait que dans la région des Marches, il n’y a que deux historiens de l’art qui y travaillent, parce que les autres ont déménagé dans les musées. Et M. Delpriori de qualifier de “dévastateur” l’effet de la réforme sur ces régions. Sur ce point également, une réflexion approfondie s’impose.

Seulement
C’est-à-dire les surintendances suite à la réforme Franceschini: auparavant, elles étaient séparées par compétences, alors que depuis 2015, l’architecture, les arts, le paysage et l’archéologie sont tous placés sous les surintendances “holistiques” (comme on les appelait à l’époque). La justification de cette mesure était la simplification de la relation entre le citoyen et l’organisme, mais selon les critiques (par exemple, les académiciens du Lincei, qui ont signé en janvier 2019 une lettre adressée au ministre Bonisoli précisément sur la question des surintendances uniques), ces mesures n’ont pas permis d’atteindre des niveaux optimaux d’efficacité dans la protection du patrimoine et ont généré une confusion des rôles. Les contradictions découlant de la réunion de tant de compétences différentes au sein d’un seul bureau ont été résolues par la réforme Bonisoli (il s’agit d’une des mesures les plus intéressantes des décrets promus par le ministre pentastelite): avec les mesures introduites par Bonisoli, le responsable des autorisations, des avis, des visas et des habilitations sera le fonctionnaire compétent en la matière, appelé “responsable de secteur” (c’est-à-dire que l’archéologue sera responsable de la gestion de la zone): l’archéologue sera chargé de l’archéologie, l’architecte du patrimoine architectural, l’historien de l’art du patrimoine historico-artistique), tandis que le surintendant unique introduit par la réforme Franceschini, s’il veut émettre une mesure qui s’écarte de l’enquête préliminaire menée par le responsable de secteur, devra en informer la Direction générale de l’archéologie, des beaux-arts et du paysage.

Le volontariat
Une autre grande préoccupation du ministère Franceschini a été l’utilisation insensée du volontariat comme substitut au travail, comme nous l’avons dénoncé à plusieurs reprises dans ces pages. Dans ce cas, Franceschini n’a rien fait pour améliorer la situation, au contraire, il l’a même encouragée: nous nous souvenons en particulier de ses mots d’appréciation pour les Journées de Printemps FAI (rendues possibles grâce au grand nombre de bénévoles accompagnant et guidant les visiteurs parmi les biens gérés par le Fonds Italien pour l’Environnement), définies par le ministre de l’époque comme “la démonstration de la façon dont le public et le privé, ensemble, peuvent faire un travail vraiment important de valorisation et de protection du patrimoine culturel”. Il va de soi que la protection et la valorisation ne peuvent et ne doivent pas reposer sur les services de bénévoles, mais sur le travail de professionnels titrés, qualifiés et rémunérés. Alberto Bonisoli a sévi contre ces distorsions et s’est toujours prononcé contre l’abus des volontaires, mais le problème persiste néanmoins et sera l’un des principaux points à résoudre prochainement.

Se taire
Avec le décret ministériel du 23 décembre 2015, contenant le “Code de conduite” pour les employés du ministère, le MiBACT de Franceschini a introduit l’obligation pour les employés d’informer leur responsable de leurs relations avec la presse. En particulier, le paragraphe 8 de l’article 3 stipule: “L’employé - sans préjudice du droit d’exprimer des jugements et de diffuser des informations pour protéger les droits syndicaux et les droits des citoyens - s’abstient de déclarations publiques, orales et écrites qui nuisent à l’image et au prestige de l’administration et informe le chef de bureau de ses relations avec la presse”. Les activités d’information sont menées par le porte-parole de l’organe politique suprême de l’administration par l’intermédiaire du bureau de presse, les activités de communication par l’intermédiaire du bureau des relations publiques, ainsi que par toute autre structure similaire“. En fait, les fonctionnaires du MiBAC, à l’heure actuelle, pour parler à la presse, doivent d’abord demander l’autorisation à leur supérieur. Cette mesure a été officiellement créée pour empêcher les employés ministériels d’instrumentaliser la presse ou de nuire à l’image du ministère, mais de nombreux observateurs ont redéfini le dm du 23 décembre 2015 comme le ”décret bâillon" (car il ne permettrait pas aux travailleurs du MiBAC d’exprimer leur désaccord avec la direction): les personnes directement concernées par les mesures seraient, par essence, réduites au silence, notamment parce que dans les circulaires émises pour informer les employés des organes du ministère de la réception du dm, l’autorisation préalable du bureau de presse ou du directeur était clairement imposée avant qu’ils puissent parler à la presse), et ils ont réclamé à cor et à cri sa révocation (la dernière en date, il y a quelques semaines, était Margherita Corrado du M5S, mais la liste n’est pas courte).


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.