Les heures de gratuité du dimanche sont-elles comptées? Peut-être, en attendant la vraie révolution dont les musées ont besoin...


Les dimanches gratuits au musée pourraient être supprimés. C'est ce que semblent indiquer les propos du ministre Bonisoli: espérons que ce sera le bon moment.

Peut-être que les dimanches gratuits ont leurs heures comptées et qu’ils pourraient bientôt devenir une chose du passé. Au début de l’année, dans ces pages, l’auteur avait lancé la proposition de les supprimer et de réfléchir à des formes alternatives d’incitation, et après les récentes déclarations du ministre des Biens culturels Alberto Bonisoli, il semble que les prochaines initiatives pourraient aller dans ce sens. Lors de la présentation des lignes du programme du ministère, qui a eu lieu ce mardi à la Chambre des députés, Bonisoli a déclaré: “On m’a demandé ce que je pensais des dimanches gratuits. Ce que je peux vous dire, c’est qu’ils resteront, donc les touristes qui viennent au dimanche gratuit en août entreront gratuitement, en septembre ils entreront gratuitement, en octobre je ne sais pas (ils entreront probablement gratuitement) et puis à partir de novembre on verra”.

Photo d'un dimanche gratuit à la Reggia di Caserta, prise par Pasquale Liccardo et publiée par Tomaso Montanari sur le blog Articolo 9
Photo d’un dimanche gratuit à la Reggia di Caserta, prise par Pasquale Liccardo et publiée par Tomaso Montanari sur le blog Articolo 9.

Bien sûr, il est trop tôt pour tirer des conclusions, mais il est également vrai que, bien que le ministre, dans la suite de son discours, ait fait remarquer que son annonce oscillait entre le sérieux et la facétie, le dimanche libre n’est certainement pas une institution intouchable. Il est également vrai que les dimanches gratuits ont contribué à amener des flux considérables de visiteurs dans les musées: les données le disent. Et il est également probable qu’ils ont amené de nombreux citoyens et touristes à découvrir des musées qu’ils n’avaient jamais visités auparavant. Cependant, il faut aussi considérer le côté négatif des dimanches gratuits: des musées surchargés incapables d’offrir aux visiteurs des conditions optimales pour admirer les œuvres d’art, des files d’attente de plusieurs heures pour y accéder, des situations stressantes pour les guides et le personnel (ainsi que du stress pour les installations, qui ne peuvent souvent pas faire face à des flux massifs de visiteurs). En outre, bien que les dimanches gratuits aient entraîné une augmentation indéniable du public, nous manquons de données qui nous permettraient de le segmenter de manière adéquate. En d’autres termes, nous savons que des centaines de milliers de personnes ont visité les musées le premier dimanche du mois (3 549 201, pour être exact). Mais nous ne savons rien de ces trois millions de visiteurs: nous ne connaissons pas leur âge moyen et leur répartition par âge, nous ne savons pas combien d’entre eux sont prêts à dépenser (et, le cas échéant, combien ils sont prêts à dépenser), nous ne connaissons pas leur profession ou leur statut économique. En fait, il y a eu un manque d’analyse: et c’est grave, car l’analyse des données nous aurait permis de comprendre en détail la composition de l’audience. Et peut-être aurions-nous pu utiliser ces données pour rendre plus efficace la gratuité dans les musées.

Paradoxalement, il n’est pas absurde de penser qu’étendre la gratuité des musées à tous, sans distinction, un seul jour par mois, est une idée classiste et antidémocratique. C’est comme si on voulait enfermer dans la cage chaotique du #domenicalmuseo ceux qui ont du mal à dépenser de l’argent pour entrer dans les lieux de culture, parce que le coût du billet pèse lourd dans leur budget familial. Et de pimenter le tout avec la rhétorique de la promotion de la culture: mais accorder l’accès une fois par mois à ceux qui pourraient avoir du mal à payer le prix total du billet, et de plus l’autoriser dans le contexte d’une situation qui oblige le public à visiter des salles extrêmement bondées et à faire la queue pendant des heures pour entrer, est la chose la moins inclusive qui puisse être faite pour étendre réellement l’accès aux musées au plus grand nombre de personnes possible. Ce n’est pas ainsi que cela devrait fonctionner: les personnes en difficulté (pensons, par exemple, à celles qui n’ont pas de travail) devraient pouvoir visiter les musées tous les jours de l’année, librement, sans avoir à attendre ce misérable dimanche qui leur est accordé d’en haut pour entrer gratuitement dans un lieu de culture qu’elles connaissent et aiment, ou qu’elles veulent commencer à découvrir.

Il semble donc que le moment soit enfin venu de repenser les dimanches gratuits, et peut-être de les remplacer par des réductions ciblées et des politiques tarifaires susceptibles d’aligner l’Italie sur d’autres pays européens où une tarification plus souple est déjà une réalité. Le ministre semble avoir donné quelques bonnes indications: “Nous parlons de marketing culturel. Si j’étais directeur de musée, je demanderais deux choses: premièrement, d’être un peu plus libre de faire un certain type de politiques de prix, de tarifs, d’horaires et de segmentation. Deuxièmement, même s’il y a quelque chose au niveau national, il faut que la dérive se fasse au niveau local. En effet, il n’est probablement pas vrai que le musée de Mantoue et le musée de Rome sont la même chose”. On pourrait donc, au moins dans un premier temps, maintenir la gratuité des dimanches dans les musées (surtout les petits) pour lesquels ils représentent une ressource vitale qui leur permet d’élargir leur public et de faire connaître leurs collections. Et une étude pourrait alors être lancée auprès des collectivités locales (la ministre a souligné que les collectivités locales connaissent et sont capables de bien segmenter les visiteurs de leurs musées) pour mener une étude sur la composition du public, peut-être en commençant les enquêtes dès le prochain #domenicalmuseo.

Les données devraient ensuite être utilisées pour opérer la véritable révolution des prix des musées dont l’Italie a besoin et que nous, à Finestre sull’Arte, appelons de nos vœux depuis longtemps. En d’autres termes, tout ce qui, je le répète, se fait déjà dans d’autres musées européens: Gratuité pour les personnes sans emploi, billets à prix réduit pour les familles, extension des horaires d’ouverture le soir ou la nuit (il est difficile de comprendre pourquoi il est normal que les cinémas garantissent l’accès à ceux qui travaillent pendant la journée, alors que pour les musées c’est une exception), accords avec d’autres musées et instituts culturels par le biais de cartes (qui, en outre, existent déjà dans de nombreuses réalités municipales ou régionales) qui intègrent également des services (transport, par exemple) ou offrent des réductions à dépenser dans les entreprises locales. Les déclarations du ministre nous donnent de l’espoir: nous espérons donc que ce sera le bon moment pour abolir les dimanches gratuits et initier une nouvelle politique tarifaire pour nos musées.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.